Ouvrir le menu principal

69e division d'infanterie (France)

Les chefs de la 69e Division d'InfanterieModifier

Première Guerre mondialeModifier

CompositionModifier

Mobilisée dans les 2e et 6e Régions.

HistoriqueModifier

1914Modifier

 : engagée dans la bataille de Guise, combats vers Urvillers et Benay.
 : continuation du repli, par Fressancourt, Anizy-le-Château, Fère-en-Tardenois et Mézy-Moulins, jusque vers Villiers-Saint-Georges.
 : attaque allemande sur Vailly et perte du village.
 : attaque allemande sur Soupir et perte du village.

1915 - 1916Modifier

, 8 et  : attaques françaises.
20, 21, 22, 23 et  : attaques allemandes sur le Mort-Homme et sur Cumières.
  •  : retrait du front et repos au sud de Bar-le-Duc (éléments laissés en ligne jusqu’au ). À partir du , transport par V.F. dans la région de Fère-en-Tardenois ; repos.
  •  : occupation d’un secteur vers Berry-au-Bac et le moulin Pontoy, réduit à gauche, le , jusqu’au Ployon, puis à droite, le 1er février, jusqu’à la Miette.

1917Modifier

  • 8 –  : retrait du front ; repos et instruction vers Condé-en-Brie.
  •  : mouvement par étapes vers le front et, à partir du , occupation d’un secteur vers Sapigneul et la Miette.
 : attaque allemande.
  • 10 –  : retrait du front et repos vers Pévy et Prouilly.
  •  : occupation d’un secteur entre le nord-ouest de Berry-au-Bac et la Miette.
 : engagée dans la Bataille du Chemin des Dames, attaque du bois Claque-Dents, organisation et défense des positions conquises.
 : mouvement par étapes vers Mailly-le-Camp ; repos et instruction au camp.
 : transport par camions dans la région de Laheycourt ; repos et instruction.
  •  : occupation d’un secteur vers Damloup et Louvemont, réduit à droite, le , jusqu’au bois des Caurières, puis, le , jusqu’à la ferme des Chambrettes[5].
18 -  : en 2e ligne.
 : éléments engagés dans la 2e Bataille Offensive de Verdun.
 : occupation d’un secteur vers Damloup et le bois des fosses.
 : réduction à droite jusqu’au bois des Caurières.
 : prise du bois le Chaume.
10 -  : attaques allemandes.
  •  : retrait du front, transport dans la région de Vaucouleurs, puis dans celle de Saint-Blin ; instruction de l’armée américaine.

1918Modifier

 : front réduit, à gauche, jusque vers Limey.
 : engagée dans la 2e Bataille de la Marne : en 2e ligne d’abord, puis, à partir du (bataille du Soissonnais), en 1re ligne, vers Missy-aux-Bois.
 : poursuite, puis organisation du front sur la rive sud de l’Aisne, vers Venizel et Soissons.
 : prise de Crouy.
 : progression jusqu’au nord de Vregny.
  •  : retrait du front et repos vers Villers-Cotterêts. À partir du , transport par V.F., dans la région de Nancy.
  •  : occupation d’un secteur sur la Seille, entre Brin et Han : préparatifs d’offensive.

RattachementsModifier

Affectation organique :

4 –
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
10 -

L'entre-deux-guerresModifier

Seconde Guerre mondialeModifier

L'après Seconde Guerre mondialeModifier

Notes et référencesModifier

  1. Le 3 septembre 1914, la 74e brigade (37e DI. ) est à la disposition de la 69e DI.
  2. Du 7 au 12 octobre 1914, la 138e brigade, transportée par camions au nord de Montdidier, est à la disposition du 14e CA. ; elle est engagée vers Parvillers.
  3. Pendant le mois de mars 1916, la 137e brigade est mise à la disposition du 2e CC pour exécuter des travaux dans son secteur.
  4. Du au , et du 11 au , l’état-major et la plus grade partie des éléments de la 69e division sont au repos. Du 19 au , la 69e DI. dispose d’éléments de la 42e DI.
    Enfin, du 22 avril au 1er mai, du 11 au 19 mai, et du 24 mai au 2 juin, les éléments laissés en secteur sont sous les ordres des 40e et 42e DI.
  5. Du 17 jusqu’au 21 juillet, et du 28 août au 7 septembre, la 153e brigade est aux ordres de la 69e DI.
  6. Des éléments américains sont rattachés à la 69e DI.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • AFGG, vol. 2, t. 10 : Ordres de bataille des grandes unités : divisions d'infanterie, divisions de cavalerie, , 1092 p. (lire en ligne).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier