Ouvrir le menu principal
La March-Cosworth de Danny Sullivan, victorieuse de l'édition 1985 des 500 miles d'Indianapolis.

Les 500 miles d'Indianapolis 1985, organisés le dimanche 26 mai 1985 sur l'Indianapolis Motor Speedway, ont été remportés par le pilote américain Danny Sullivan sur une March-Cosworth.

Grille de départModifier

Classement finalModifier

# Pilote Voiture Tours Temps/Abandon
1   Danny Sullivan March-Cosworth 200
2   Mario Andretti Lola-Cosworth 200  
3   Roberto Guerrero March-Cosworth 200  
4   Al Unser March-Cosworth 199
5   Johnny Parsons March-Cosworth 198  
6   Johnny Rutherford March-Cosworth 198  
7   Arie Luyendyk (R) Lola-Cosworth 198  
8   Michael Andretti March-Cosworth 196
9   Ed Pimm (R) Eagle-Cosworth 195
10   Howdy Holmes Lola-Cosworth 194
11   Kevin Cogan March-Cosworth 191
12   Derek Daly Lola-Cosworth 189
13   Emerson Fittipaldi March-Cosworth 188 fuite d'essence
14   Bill Whittington March-Cosworth 183 accident
15   John Paul Jr. (R) March-Cosworth 164 accident
16   Jim Crawford (R) Lola-Cosworth 142 électricité
17   Danny Ongais March-Cosworth 141 moteur
18   Raul Boesel (R) March-Cosworth 134 radiateur
19   Geoff Brabham March-Cosworth 130 moteur
20   Tom Sneva Eagle-Cosworth 123 accident
21   Rick Mears March-Cosworth 122 mécanique
22   Chip Ganassi March-Cosworth 121 fuite d'essence
23   Rich Vogler (R) March-Cosworth 119 accident
24   Don Whittington March-Cosworth 97 moteur
25   Al Unser Jr. Lola-Cosworth 91 moteur
26   Dick Simon March-Cosworth 86 pression d'huile
27   Bobby Rahal March-Cosworth 84 mécanique
28   A. J. Foyt March-Cosworth 62 aileron avant
29   Tony Bettenhausen Jr. Lola-Cosworth 31 roulement de roue
30   Scott Brayton March-Buick 19 moteur
31   Josele Garza March-Cosworth 15 moteur
32   George Snider March-Chevrolet 13 moteur
33   Pancho Carter March-Buick 6 pompe à huile

Un (R) indique que le pilote était éligible au trophée du « Rookie of the Year » (« meilleur débutant de l'année »), attribué à Arie Luyendyk.

NoteModifier

Cette édition de l'Indy 500, marquée par le tête-à-queue du futur vainqueur Danny Sullivan au 120e tour, reste dans les annales comme celle du « spin and win » (« partir en vrille et gagner ») .

SourcesModifier