Ouvrir le menu principal

4e régiment du matériel
Image illustrative de l’article 4e régiment du matériel
Insigne régimentaire du 4e régiment du matériel

Création 1er juillet 1985
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment du Matériel
Rôle soutien, réparation, ravitaillement, approvisionnement
Effectif 949
Fait partie de Commandement de la maintenance des forces
Garnison Nîmes (Gard)
Surnom ...
Couleurs ...
Devise Servir sans subir
Anniversaire Saint Éloi
(1e décembre)
Guerres Bosnie, Côte-d'Ivoire, Kosovo, Tchad, Haiti, Somalie,Liban, Afghanistan
Croix de la Valeur militaire
1 palme

Le 4e régiment du matériel (4e RMAT) est un régiment l’armée de terre française. Il est actuellement le seul régiment du matériel à être décoré de la Croix de la Valeur militaire avec palme, à la suite de son engagement en Afghanistan.

Sommaire

Le 4e RMATModifier

Le 4e régiment du matériel est un régiment de soutien de l'Armée de Terre désormais implanté sur 3 sites géographiques (Nîmes Saint Césaire, Nîmes camp des Garrigues , Camps de Canjuers et Miramas). Il est constitué de 40 équipes de réparation avec les moyens commandement, évacuation et approvisionnement. Il fait partie du Commandement de la maintenance des forces.

La mission du régiment consiste, entre autres, à assurer la maintenance des véhicules et des matériels des régiments du sud de la France, à apporter un soutien logistique à d'autres régiments envoyés en opération, à remettre en état des véhicules du parc de gestion national de l'armée de Terre.

L'état-major se trouve à la "portion centrale" de Nîmes Saint-Césaire. Le détachement de Miramas assure la constitution et l'entretien du parc d'alerte de l'armée de Terre.

Chefs de corpsModifier

  • 2016-2018 : colonel Léger
  • 2014-2016 : colonel L'Hénaff
  • 2012-2014 : colonel Vialade
  • 2010-2012 : colonel Jaylet
  • 2008-2010 : colonel Janvier
  • 2006-2008 : colonel Olivier

Histoire et différentes dénominationsModifier

Le parc d'artillerie de NîmesModifier

Situé dès (1945) rue Vincent-Faïta… Le déménagement sur le site de Nîmes Saint-Césaire commence en 1978.

L'Établissement Régional du Matériel (ERM) de 1976-78 à 1995Modifier

Situé dans la zone industrielle de Nîmes Saint-Césaire. L'E.R.M. était en majorité constitué de personnels civils.

 
Insigne de béret, du matériel

L'Établissement du Matériel (ETAMAT) de 1996 à 1999Modifier

En 1985, à la suite des restructurations de l'Armée de terre, l'E.R.M change de nom et devient l'ETA.MAT de Nîmes.

L'Établissement de Réserve Générale du Matériel Munitions (ERGMmu) de Miramas jusqu'en 1999.Modifier

La visite en 2009 du CEMAT dans les entrepôts de stockage de matériels https://www.dailymotion.com/video/x8eg6q_armee-de-terre-visite-du-cemat-au-4_news#.Ub3opdgTaDo

Le 4e Régiment du Matériel à Fontainebleau de 1985 à 1999Modifier

Créé en 1985 à Fontainebleau, le 4e Régiment du Matériel il y restera implanté jusqu'au 1er juillet 1999

Les années FontainebleauModifier

Pendant cette période le régiment est constitué de militaires.

L'installation à NîmesModifier

Officiellement le régiment est à Nîmes depuis le 1er juillet 1999, mais son accueil a été préparé dès l'arrivée du dernier chef de corps de l'ETAMAT, deux ans auparavant.

Réorganisations et évolutions de 1999 à 2010Modifier

Depuis 1999, plusieurs sites militaires de la région du sud de la France ont été rattachés au 4e RMAT. Il est installé sur cinq sites principaux : Nîmes Saint-Césaire, camp des Garrigues, Miramas, Canjuers et Billard. Des sections sont également détachées au profit d’autres formations, sur Orange, Saint-Christol, Valence, Apt, Laudun. Les détachements de Valence, Orange, Laudun et Saint-Christol sont rapatriés à Nîmes en 2010. Depuis l'été 2011, les dépôt de munitions ont rejoint le nouveau service interarmées des munitions (SIMu) et le 4e RMAT est regroupé sur 3 sites.

Les effectifs globaux en 2007Modifier

949 personnes composent le régiment, 60 % de militaires et 40 % de civils.

Personnel militaire : 53 officiers, 260 sous-officiers, 271 militaires du rang. Total militaires : 584.

Personnel civil : catégorie A : 6, catégorie B : 27, catégorie C : 54, ouvriers : 271. Total civils : 365.

Les différents sitesModifier

NîmesModifier

MissionsModifier

  • Maintenance dans les domaines : auto, blindés, engins, armement, transmissions, informatique, NBC… au profit des régiments de la 6e brigade légère blindée sauf le 21e RIMa et le 3e RAMA, des écoles et des formations implantées dans le sud de la France.

Il participe également à des missions de projection.

  • Lors des exercices de type Antares, le 4e régiment du matériel contribue au déploiement d’une base de soutien divisionnaire, notamment par l’activation de postes de commandement mobiles

EffectifsModifier

MiramasModifier

Le détachement de Miramas est, depuis le , l'Établissement principal des munitions « Provence » du service interarmées des munitions comprenant environ 150 personnes civils et militaires[1].

MissionsModifier

  • La fonction infrastructure:

L’infrastructure à Miramas évolue vers un dépôt munitions en igloos et vers une zone de regroupement et d’attente plus moderne et moins spartiate tout en continuant les travaux programmés antérieurement (plan VIVIEN, réaménagement de la fonction commandement ou modernisation de la zone technique). Ce dynamisme montre tout l’intérêt porté par le commandement à ce détachement.

  • La fonction logistique:

La fonction logistique (outre la fonction munitions) est axé sur la réception et la distribution de matériels (EOT par exemple) au profit des théâtres extérieurs. Ces centaines de tonnes de matériels en réserves régionales ou nationales doivent être en mesure d’être expédiées dans des délais très brefs.

  • La zone de regroupement et d’attente (ZRA):

Le 4e RMAT est un passage obligé pour de nombreuses formations en départ ou retour de missions extérieures : en effet, il a aussi comme mission le soutien (hébergement et alimentation) de l’homme en ZRA. Sur cette zone transitent troupes et matériels organiques en partance ou au retour de missions extérieures, générant de nombreux mouvements par voies ferrées. Pouvant accueillir 600 passagers (300 aujourd’hui pour raisons de travaux), la ZRA est vouée à monter en puissance pour atteindre une cible potentielle de 1200 passagers.

EffectifsModifier

Canjuers : Groupement de camp de CanjuersModifier

  • La 5e compagnie : dépôt de munitions de Canjuers:

Situé dans le Haut Var en Dracénie (25 km de Draguignan), le camp de Canjuers se caractérise par sa taille et son isolement. En effet celui-ci dispose d’une capacité de 35 000 ha qui permet de réaliser plus de la moitié des tirs d’entraînement de l’armée de terre. Parmi toute cette étendue nous retrouvons un détachement du 4e RMAT détenant un des pôles stratégiques du camp : « Le dépôt de munition ».
Celui-ci a été mis en service en 1973 pour assurer le soutien des unités rattachées ou en manœuvre sur le camp de Canjuers. La construction des différentes installations pyrotechniques s’est étalée de 1972 à 1986. Au niveau géographique le dépôt est implanté sur une colline allongée dite « Plan d’Hiesse » à l’Ouest, et « Croix d’Hiesse » à l’Est, située sur une bordure sud du massif de Canjuers il culmine à une altitude moyenne de 783,50m à l’ouest et de 787 m à l’est.

En 2011, la 5e compagnie munitions de Canjuers est dissoute et devient le Groupement munitions de Canjuers rattaché au Service Interarmées des Munitions (SIMu).

MissionsModifier

Assurer le ravitaillement en munitions d’instructions du camp de Canjuers ; Assurer la gestion, le stockage et le maintien en condition des munitions consommées sur les champs de tir du camp ; Assurer certaines opérations de contrat de soutien central ; Assurer le désobusage des champs de tir sur l’ordre ou sous la responsabilité du commandant du camp ; Assurer la destruction ponctuelle des munitions trouvées en dehors de la campagne de désobusage.

EffectifsModifier

  • 30 militaires et 15 civils répartis entre les différents bureaux administratifs et ateliers.

Détachement du camp des GarriguesModifier

  • Deux compagnies de maintenance mobilité (CMM) y sont présentes.

La 1re CMM se compose de trois sections de réparation mobilité;

Elle soutient particulièrement les véhicules des régiments suivant :

2REI, 6CCT, 1REG et 2REG, etc.

La 2e CMM se compose de trois sections de réparation mobilité ;

Elle soutient particulièrement les véhicules des régiments suivant :

6REI, 6CCT, 1REC, etc.

Les sections réparation mobilitéModifier

L'impact économiqueModifier

  • Les localités bénéficient d'un impact économique qui est fonction des effectifs des différents sites. Il n'est pas négligeable. En effet, la masse salariale qui découle des effectifs alimente directement l'économie locale. À cela s'ajoutent les nombreux achats effectués dans les entreprises locales pour les pièces détachées, des fournitures et les matériaux divers. De plus, certaines fonctions, comme l'entretien des espaces verts, le nettoyage des bureaux ou l'entretien des véhicules de la gamme commerciale sont externalisées.

Pour le site de NîmesModifier

Sur la VaunageModifier

  • Le site de Nîmes Saint-Césaire se trouve à l'ouest de Nîmes, en bordure d'une zone géographique comprise entre Sommières et Nîmes qui se nomme la Vaunage. La Vaunage bénéficie ainsi de retombées économiques non négligeables car nombre d'employés ont choisi cette zone pour y vivre.

Pour le site de MiramasModifier

Pour le site de CanjuersModifier

Pour le dépôt de munitions de billardModifier

Devise du régimentModifier

" Servir sans subir ".

L'avenir du RégimentModifier

L'avenir à court termeModifier

  • La présence à Nîmes (ou dans le sud de la France) des régiments de la 6e BLB rend le 4e RMAT incontournable. Par contre, l'externalisation des missions «cœur de métier» risque de réduire considérablement les effectifs civils.

L'avenir à moyen termeModifier

Autres structures militaires dans l'environnement immédiatModifier

Notes et référencesModifier

  1. Florian Dacheux, « Le régiment de Miramas devient un établissement du service interarmée des munitions (vidéo) », Maritima-Info, (consulté le 28 juin 2011)

Voir aussiModifier