Ouvrir le menu principal

48e bataillon de chasseurs à pied

Création et différentes dénominationsModifier

  • : formation du 48e Bataillon de Chasseurs à Pied, à Amiens, à partir du 8e BCP
  •  : Dissolution en Allemagne
  • 1939 : Recréation du 48e Bataillon de Chasseurs à Pied, comme bataillon de réserve de Série A
  • 1942 : Dissolution en même temps que l'armée d'armistice

Insigne du 48e Bataillon de Chasseurs à PiedModifier

HéraldiqueModifier

SignificationModifier

Devise du 48e Bataillon de Chasseurs à PiedModifier

Drapeau du régimentModifier

Comme tous les autres bataillons de chasseurs ou groupes de chasseurs, il ne dispose pas de son propre drapeau.

La Croix de guerre 1914-1918 deux palmes (deux citations à l'ordre de l'armée) une étoile d'argent (une citation à l'ordre de la division).

Il obtient la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918 le .

Chefs de corpsModifier

Le bataillon était sous les ordres du commandant Gaston de Chomereau de Saint-André.

HistoriqueModifier

La Première Guerre mondialeModifier

  • casernement : Amiens, 138e brigade d'infanterie, 6e région, 4e groupe de réserve.
69e Division d'Infanterie d' à
121e Division d'Infanterie de à

1914Modifier

Opérations des IIIe et IVe Armées et du Corps de Cavalerie Sordet: Solre sur Sambre ()

La Retraite : Opérations de l'aile gauche: Guise()

La reprise de l'offensive : Soupir () dans l'Aisne Première bataille du Chemin des Dames

1915Modifier

Nouvron

1916Modifier

Bataille de la Somme : Estrées, Belloy-en-Santerre (juillet), le Chandelier (1er août), Genermont, Nord de Fresnes ()

Lassigny.

1917Modifier

Remigny, Vendeuil (), Urvillers

Canal de Crozat

Chemin des Dames : Vauclerc

1918Modifier

Belgique : Le Kemmel

L'Aronde

Ressons-sur-Matz

Lassigny

Canal du Nord

L'entre-deux-guerresModifier

La Seconde Guerre mondialeModifier

L'après Seconde Guerre mondialeModifier

Sources et bibliographieModifier

  • Historique du 48e bataillon de chasseurs à pied pendant la guerre 1914-1918, Nancy, Impr. Berger-Levrault, 32 p., disponible sur Gallica.

Notes et référencesModifier


Voir aussiModifier