Ouvrir le menu principal

46P/Wirtanen

comète du système solaire
46P/Wirtanen

Caractéristiques orbitales
Époque
Demi-grand axe 3,0943529 ua
Excentricité 0,6578412
Périhélie 1,0587602 ua
Aphélie 5,129946 ua
Période 5,44 a
Inclinaison 11,73813°
Dernier périhélie 9 juillet 2013
Prochain périhélie 12 décembre 2018

Caractéristiques physiques
Découverte
Découvreurs Carl Alvar Wirtanen
Date
Désignations 46P/1948 A1, 1947 XIII et 1948b,
46P/1954 R2, 1954 XI et 1954j,
1961 IV et 1960m,
1967 XIV et 1967k,
1974 XI et 1974i,
1986 VI et 1985q,
1991 XVI et 1991s.

46P/Wirtanen est une petite comète périodique avec une période orbitale d'actuellement 5,4 ans. Le rayon de son noyau est de 555 ± 40 m[1]. Elle appartient à la famille des comètes de Jupiter, qui ont toutes un aphélie entre 5 et 6 ua. Son diamètre est estimé à 1,2 km.

La sonde Rosetta lancée par l'ESA en 2004, ciblait initialement 46P/Wirtanen mais la fenêtre de lancement ayant été manquée, c'est finalement 67P/Tchourioumov-Guérassimenko qui fut explorée.

DécouverteModifier

La comète fut découverte au travers d'une photographie le par l'astronome Carl Alvar Wirtanen. La plaque fut exposée le 15 janvier durant une surveillance du mouvement propre par l'observatoire Lick. En raison du nombre limité d'observations, il fallut plus d'un an pour déterminer l'objet comme étant une comète à courte période.

Passage au périhélieModifier

Le 16 décembre 2018, 46P/Wirtanen passera à seulement 0,0777 UA (11 620 000 km) de la Terre, soit environ 30 fois la distance de la Terre à la Lune[2]. Sa magnitude apparente devrait atteindre une valeur comprise entre 3 et 7,5[3],[4]en faisant ainsi la valeur la plus brillante jamais calculée pour cette comète[5]. Elle sera visible à l’œil nu dans la constellation du Taureau. [Passage à actualiser]

L'analyse de la composition isotopique (proportions de HDO et de H218O) de la vapeur d'eau émise par 46P/Wirtanen a été effectuée par l'observatoire aéroporté SOFIA lors du passage de la comète près de la Terre en décembre 2018. Le rapport D/H de cette eau est voisin de celui des océans terrestres, comme celui des deux autres comètes hyperactives dont on on connaît ce rapport. Le rapport D/H des comètes est d'autant plus proche de celui de la Terre que ces comètes sont actives. Plusieurs hypothèses peuvent rendre compte de cette corrélation, mais de toute façon elle relance la théorie selon laquelle la majeure partie de l'eau terrestre proviendrait des comètes[6],[7].

Notes et référencesModifier

  1. (en) H. Boehnhardt, C. Delahodde, T. Sekiguchi, G. P. Tozzi, R. Amestica, O. Hainaut, J. Spyromilio, M. Tarenghi, R. M. West, R. Schulz & G. Schwehm, « VLT observations of comet 46P/Wirtanen », Astronomy & Astrophysics, vol. 387,‎ , p. 1107 (lire en ligne).
  2. (en) « JPL Close-Approach Data: 46P/Wirtanen » (consulté le 23 octobre 2014)
  3. (en) « Comet 46P/Wirtanen Information », sur theskylive.com (consulté le 26 novembre 2017)
  4. (en) « 46P/Wirtanen (2018) », sur aerith.net (consulté le 26 novembre 2017)
  5. (en) « Comet 46P/Wirtanen Information », sur theskylive.com (consulté le 26 novembre 2017)
  6. « Le débat sur l’origine cométaire des océans terrestres est-il relancé ? », sur LESIA, (consulté le 31 juillet 2019).
  7. (en) Dariusz C. Lis, Dominique Bockelée-Morvan, Rolf Güsten, Nicolas Biver, Jürgen Stutzki et al., « Terrestrial deuterium-to-hydrogen ratio in water in hyperactive comets », Astronomy and Astrophysics, vol. 625,‎ , p. 1-8, article no L5 (DOI 10.1051/0004-6361/201935554).

Liens externesModifier