40e session du Comité du patrimoine mondial

40e session du Comité du patrimoine mondial
Logotype.
Logotype.

Type Session
Édition 40e
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Localisation Istanbul
Organisateur Comité du patrimoine mondial
Date Du au

La 40e session du Comité du patrimoine mondial a lieu du au à Istanbul en Turquie où 29 candidatures sont examinées. Le point est également fait sur 108 sites déjà inscrits et 48 autres en péril[1]. Cette cession est interrompue et marquée par une tentative de coup d'État. Suite à cela une session extraordinaire du Comité du patrimoine mondial a lieu du 24 au 26 octobre 2016 à Paris.

ContexteModifier

Le comité se réunit dans une ville qui a subi quatre attentats depuis le début de l'année 2016, notamment celui du 28 juin survenue à l'aéroport d'Istanbul-Atatürk moins de deux semaines avant la 40e session. La sécurité est par conséquent renforcée pour encadrer l’événement[2].

Déroulement perturbé et arrêt prématuréModifier

Le , une minute de silence et observée par le comité en hommage aux victimes de l'attentat à Nice qui s'est produit la veille au soir[3].

La session est suspendue toute la journée du à la suite d'une tentative de coup d'État opérée pendant la nuit par une partie de l'armée turque. Les différentes délégations sont confinées dans leurs hôtels respectifs[4],[5]. Après une dernière séance qui s'est tenue le la session est suspendue prématurément (arrêt initialement prévu le mercredi 20), une session extraordinaire s'est tenue à Paris en afin d'épuiser l'ordre du jour de la 40e session et préparer l'ordre du jour de la session suivante à Cracovie en Pologne. L'inscription des nouveaux sites sur la liste du Patrimoine de l'Unesco a été finalisée à Istanbul et ne fait donc pas l'objet de cette session extraordinaire.[6].

Au cours de cette session extraordinaire, le Comité du patrimoine mondial aborde des questions budgétaires et stratégiques, en particulier sur la Convention du patrimoine mondial. Le Comité en profite aussi pour élire les membres de son Bureau qui coordonnent le travail du Comité durant les sessions.

D'après le rapport du Comité du patrimoine mondial du 15 novembre 2016, le Comité a également examiné des modifications mineures des limites de biens déjà inscrits sur la liste du Patrimoine mondial de l'Unesco. C'est le cas par exemple de la Chaussée des Géants en Irlande du Nord, de Palmyre en Syrie, de Boukhara en Ouzbékistan, ou encore de la place Stanislas à Nancy, qui ont vu leurs demandes de modifications des limites de leurs biens approuvées.

Toujours selon ce rapport, la liste du Patrimoine mondial en péril a été mise à jour bien que déjà abordée lors de la 40e session à Istanbul.

Nouveaux biensModifier

Nouveaux biens culturelsModifier

Nouveaux biens naturelsModifier

Nouveaux biens mixtesModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Lien externeModifier