Ouvrir le menu principal

40 millions d'automobilistes

40 millions d'automobilistes

Cadre
But Défendre, protéger, proposer et conseiller les automobilistes
Zone d’influence Drapeau de la France France
Fondation
Fondation 2005
Identité
Siège Paris
Président Daniel Quéro
Délégué général Pierre Chasseray
Financement Dons et adhésions à l'Automobile Club de l'Ouest
Membres 320 000
Slogan « L'association des automobilistes raisonnables et responsables »
Site web http://www.40millionsdautomobilistes.com/

40 millions d'automobilistes est une association française fondée en 2005[1],[2]. « Association filiale » de l'Automobile Club de l'Ouest[3],[4], elle enregistre ensuite l'adhésion des 25 autres automobile clubs membres de l'Union nationale des Automobile Clubs.

Elle entend porter la parole des automobilistes et défendre leurs intérêts.

Présidée par Daniel Quéro, administrateur de l'Automobile Club de l'Ouest, elle est surtout connue par les interventions médiatiques de Pierre Chasseray, son délégué général[5],[6].

Depuis 2012, Daniel Quéro est membre du Conseil national de la sécurité routière, où il défend les positions de 40 millions d'automobilistes[7].

Sommaire

Membres et soutiensModifier

L'association revendique 320 000 membres. Parmi eux, les 80 000 adhérents de l'Automobile Club de l'Ouest sont membres d'office[3],[8]. Par ailleurs, un don unique suffit pour être membre, « tant qu'on ne fait pas part de sa volonté de se désinscrire de la mailing-list »[1].

L'association est soutenue par 26 automobile clubs français, réunis au sein de l'Union nationale des Automobile Clubs[9],[10],[11],[12], qui compte également 320 000 membres[13].

L'association revendique un budget de 380 000 euros par an, dont 100 000 de la part des Automobile Clubs de l'Ouest, le reste venant de dons d'entreprises[14].

Campagnes et actionsModifier

Régulièrement, 40 millions d'automobilistes lance des campagnes médiatiques sur différents sujets concernant les automobilistes : rejet des baisses de limites de vitesse[5] et des radars, état des infrastructures, prix des carburants, tarifs autoroutiers, restrictions de circulation en ville.

En septembre 2018, 40 millions d'automobilistes crée un comité d'évaluation des 80 km/h, qui doit se réunir régulièrement pour évaluer, au regard de données objectives, l'efficacité de cette mesure[15].

Notes et référencesModifier

RéférencesModifier

  1. a et b Sylvain Mouillard, « « 40 millions d'automobilistes », le lobby qui en fait des caisses », Libération, (consulté le 6 janvier 2017).
  2. « Déclaration à la préfecture de police », sur Journal-officiel.gouv.fr, .
  3. a et b « Guide de bienvenue de l'ACO »
  4. « Notre vocation », sur www.lemans.org (consulté le 23 octobre 2018).
  5. a et b « Abaissement de la vitesse : « 40 millions d'automobilistes » lance une pétition contre », Le Parisien, (consulté le 6 janvier 2017).
  6. « Pierre Chasseray nommé délégué général de « 40 millions d'automobilistes » », sur Automobile Club de Provence, .
  7. « Décret du portant nomination du président et des membres du Conseil national de la sécurité routière », sur Conseil national de la sécurité routière, .
  8. « Défense des automobilistes : peut mieux faire ! », sur L'Auto-Journal, .
  9. « 40 millions d'automobilistes », sur Union nationale des Automobile Clubs (consulté le 7 juin 2018).
  10. « Qui sommes nous ? », sur Union nationale des Automobile Clubs (consulté le 20 octobre 2018).
  11. « L'Automobile Club de Provence et 40 millions d'automobilistes », sur Automobile Club de Provence (consulté le 21 octobre 2018).
  12. « 40 millions d'automobilistes », sur Automobile-Club basco-béarnais (consulté le 21 octobre 2018).
  13. « Édito du Président », sur Automobile Club d'Aix-en-Provence et du pays d'Aix (consulté le 21 octobre 2018).
  14. Hugo Cailloux et Vincent Daniel, « Limitation à 80 km/h : Pierre Chasseray, le lobbyiste qui roule à fond pour 40 millions d'automobilistes », sur France Info, .
  15. « Radars - 40 millions d'automobilistes dévoile son comité d'évaluation des 80 km/h », Moto-Net,‎ (lire en ligne, consulté le 21 octobre 2018).

Liens externesModifier