Ouvrir le menu principal

32e corps d'armée (France)

Création et différentes dénominationsModifier

  •  : Groupement Humbert
  •  : Renommé Corps Combiné Humbert
  •  : Renommé 32e Corps d'Armée
  •  : Renommé Groupement Berthelot
  •  : Renommé 32e Corps d'Armée
  • 1923 : renommé 32e corps de marche[1]

Les chefs du 32e corps d'arméeModifier

Première Guerre mondialeModifier

CompositionModifier

  • 40e DI (passe au CA en )
  • 42e DI (passe au CA en )
  • 165e DI (créée au CA en )
  • 46e RAC
  • 116e RAL

HistoriqueModifier

1914Modifier

23 -  : attaques françaises vers Berru et le fort de la Pompelle.
12 -  : attaques françaises vers Cernay-lès-Reims et dans la région nord de Prunay.
  • -  : retrait du front et transport par V.F. en Belgique, dans la région de Beveren.
À partir du , engagement dans la bataille de l'Yser, puis dans la bataille d'Ypres. Violents combats à Ramscappelle, Nieuport, Bixschoote, Dixmude, Lombardsijde, Het-Sas et la maison du Passeur.
À partir du , stabilisation du front vers Langemark, Dixmude.
 : réduction du front à droite jusqu'à Kortekeer Cabaret.
  • 8 -  : retrait du front et mouvement vers la région d'Ypres. Occupation d'un secteur vers le château d’Herenthage et le château à 1 km à l'ouest d’Hollebeke.
10 -  : violents combats.
 : réduction du front à droite jusque vers le canal d'Ypres à la Lys et à gauche en direction de Zwarteleen.
  • -  : retrait du front. À partir du , transport par V.F. dans la région de Montdidier, puis le , dans la région de Givry-en-Argonne.

1915Modifier

  • -  : occupation d'un secteur dans la région du Four de Paris, lieu-dit sur la commune de Vienne-le-Château, dans le massif de l'Argonne dans l'Marne (guerre de mines).
 : attaque allemande au bois de la Grurie.
 : nouvelles attaques allemandes vers Bagatelle. En mars, avril et mai actions réciproques répétées.
Les pertes dans le 32e Corps d'Armée du au  : 6 082 tués, 10 636 blessés, 10148 malades évacués, et du au  : 579 tués, 2 582 blessés, 4640 malades[2].
 : réduction du front à gauche jusqu'à la route Vienne-le-Château, Binarville et contre-attaques françaises.
 : violente attaque sur Bagatelle.
6 -  : extension du front à gauche jusqu'au nord de Saint-Thomas.
13 -  : attaques allemandes au nord de la Harazée, contre-attaques françaises.
25 septembre - 6 octobre : seconde bataille de Champagne.
 : extension du front à gauche à l'ouest d'Auberive-sur-Suippe. Puis organisation et occupation du terrain conquis.
 : réduction du front à gauche jusque vers Auberive-sur-Suippe.
 : attaque allemande.
  • -  : retrait du front dans la région de Mairy-sur-Marne ; repos.

1916Modifier

, 9, 10,  : attaques allemandes.
14 et  : attaques françaises vers le bois des Corbeaux.
29, , 8, 10 et  : attaques françaises au nord de Cumières.
20, 21, 22, 23, 24, 29 et  : attaques allemandes sur le Mort-Homme et Cumières.
22, 26, 27, 28, , 1er et  : contre-attaques françaises.
  • -  : retrait du front, repos dans la région de Bar-le-Duc ; puis à partir du , transport par V.F. dans la région de Rambervillers, Gerbéviller.
  • -  : occupation d'un secteur entre la forêt de Parroy et la Chapelotte.
 : extension du secteur à gauche jusqu'au Sânon.
  • -  : retrait du front, mouvement vers le camp de Saffais ; instruction.
  • 11 -  : transport par V.F. dans la région de Crèvecœur-le-Grand, Conty ; repos.
  • -  : transport par camions vers le front. Engagé dans la bataille de la Somme vers Rancourt et la ferme du Priez.
20, 22,  : attaques allemandes.
 : attaque française et prise de Rancourt.
 : extension du front à gauche jusque vers Frégicourt.
26, , 1er, 3 et  : attaques françaises sur Sailly-Saillisel et le bois de Saint-Pierre-Vaast.
 : attaque du bois de Saint-Pierre-Vaast et le de Sailly-Saillisel (prise du village).
16, 18, 20, , 1er et  : attaques allemandes sur Sailly-Saillisel.
-  : extension dur front au nord de Sailly-Saillisel.
  • -  : retrait du front et repos dans la région sud-ouest d'Amiens. À partir du , transport par V.F. dans la région de Château-Thierry, puis mouvement dans la région de Dormans ; repos et instruction au camp de Ville-en-Tardenois.
  • -  : mouvement vers la région de Fismes. À partir du , transport par V.F. dans la région de Sainte-Menehould ; repos.

1917Modifier

  • 3 -  : occupation d’un secteur vers le Four de Paris et Maisons de Champagne.
  • -  : retrait du front, mouvement vers Prouilly ; instruction et travaux en vue de l'offensive.
  • -  : occupation d'un secteur dans la région Sapigneul, la Miette.
 : violente attaque allemande vers Sapigneul.
5, 6, 7 et  : contre-attaques françaises.
 : réduction du front à droite jusqu'à l'Aisne. Organisation et occupation des positions conquises.
  • -  : retrait du front, repos vers Dormans. À partir du , mouvement par étapes vers Mailly-le-Camp ; repos et instruction.
  • -  : mouvement vers Verdun, à partir du , occupation d’un secteur vers Damloup, Louvemont.
 : attaque allemande au plateau des Caurières.
  • -  : engagé dans la bataille de Verdun. Combat des 20, 26 et  ; avance jusqu'aux abords de Beaumont. Actions violentes de part et d'autre. Organisation et défense des positions conquises.
  • -  : retrait du front ; repos et instruction dans la région de Toul.
  • -  : occupation d'un secteur vers Chenicourt, Limey-Remenauville.
 : réduction du front, à droite jusqu'à Clémery.
 : extension du front à gauche jusqu'à l'étang de Vargévaux. Actions locales fréquentes, particulièrement le .
 : extension du front à gauche jusque vers Dompcevrin.
 : limite gauche reportée à l'étang de Vargévaux.
 : actions de part et d'autre, particulièrement violentes au nord de Fey-en-Haye.

1918Modifier

  • -  : retrait du front (relève par l'armée américaine) ; mouvement vers Essey-lès-Nancy. À partir du occupation d'un secteur vers Bezange-la-Grande, Port-sur-Seille. En octobre novembre, nombreuses reconnaissances. Préparatifs d'offensive.

RattachementModifier

-
-
-
-
-
-
-
-
-
7 -
-
-
-
-
-
-
-
-
10 -
  • Détachement d'armée de Belgique
-
  • Détachement d'armée de Lorraine
-

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

Voir aussiModifier