Ouvrir le menu principal

30e division d'infanterie (France)

Créations et différentes dénominationsModifier

Les chefs de la 30e division d'infanterieModifier

  • -  : général Courty (Par intérim)
  • .
  • 1882 : général Zénon Eugène Lamy
  • -  : général Salanson
  • -  : général Courty
  •  : général de Moncets
  • -  : général de Hay-Durand
  • -  : général Quenot
  •  : général Derrecagaix
  • -  : général Grasset
  •  : général Servière
  • -  : général Pedoya
  •  : général Peloux
  • -  : général Pognard
  • .
  •  : général Sabatie
  • -  : général Muteau
  •  : général Colle
  •  : général Berge
  •  : général Castaing
  •  : général Sarda
  •  : général Montérou
  •  : général Nérel
  • -  : général Breton
  • .
  • -  : général Gadel
  • .
  • 1939 : général Duron

Première Guerre mondialeModifier

CompositionModifier

  • 59e brigade d'infanterie :
40e régiment d'infanterie
58e régiment d'infanterie
261e régiment d'infanterie (réserve)
  • 60e brigade d'infanterie :
55e régiment d'infanterie
61e régiment d'infanterie
173e régiment d'infanterie
  • Cavalerie :
6e régiment de hussards (1 escadron)
  • Artillerie :
19e régiment d'artillerie de campagne (3 groupes 75)
  • Génie :
7e régiment du génie (compagnie 15/2)

HistoriqueModifier

Mobilisation dans la 15e région, rattachée à la 2e armée française.

1914Modifier

 : combat de Lagarde.
-  : front limité à droite à Béthincourt ; à partir du , front limité à gauche à Malancourt.
20 -  : attaques françaises sur le bois de Forges.
 : combats.
 : attaque allemande au bois de Malancourt.

1915Modifier

  • 8 -  : retrait du front et mouvement vers Souilly ; repos.
  • -  : mouvement vers le front par Les Islettes. À partir du , occupation d'un secteur dans la région de Massiges jusqu'à l'Aisne, réduit à droite le jusque vers Ville-sur-Tourbe.
  • 14 -  : retrait du front. À partir du , transport par V.F. de la région de Sainte-Menehould vers celle d'Épernay.
  • -  : mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers la ferme des Marquises et le nord-est de Saint-Léonard.
  • -  : retrait du front et mouvement vers la région de Germigny. Le , transport par camions vers Suippes et Jonchery-sur-Suippe. Tenu prête à intervenir dans la bataille de Champagne ; non engagée.
  • 9 -  : occupation d'un secteur vers la butte de Souain, étendu à gauche le jusqu'à la ferme Navarin.
  • -  : retrait du front. À partir du , transport par V.F. au nord d'Épernay.
  • -  : mouvement vers le front et occupation du secteur de Reims entre le nord-ouest de Saint-Léonard et La Neuvillette.

1916Modifier

  • -  : mouvement de rocade et occupation d'un secteur vers la ferme des Marquises et le nord-est de Saint-Léonard, déplacé à gauche, le entre le bois des zouaves et les abords est de Reims.
  • 7 -  : retrait du front ; instruction vers Ville-en-Tardenois. À partir du , transport par V.F. vers Revigny ; repos.
  • -  : transport par camions dans la région de Verdun. Engagée dans la bataille de Verdun entre la Meuse et le bois d'Haudromont.
  • 20 -  : retrait du front et transport par V.F. vers Fismes.
  • -  : mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers Soissons et Pernant.
  • -  : retrait du front, puis à partir du , occupation d'un secteur vers Troyon et le moulin Pontoy.
  • -  : retrait du front et transport à Toulouse ; instruction.

1917Modifier

  • 10 -  : transport par V.F. à Marseille et à Toulon ; puis transport par mer à Salonique.
  • -  : au fur et à mesure du débarquement, mouvement vers les camps de Zeitenlik et de Toptchi ; repos, travaux, instruction (éléments portés à Ekchisou).
  • -  : mouvement de toute la division vers Ekchisou et Banitsa ; repos. Le , mouvement vers Jivonia, puis le retour vers Ekchisou et Salonique.
  • -  : embarquement à Salonique à destination de la vieille Grèce (service d'ordre).
  • -  : transport par V.F. en Macédoine, dans la région de Boukovo ; repos. En , occupation d'un secteur à l'ouest de Monastir, dans la région cote 1248, crête Bani Planina. Actions locales fréquentes.

1918Modifier

  • 15 -  : pendant les opérations de rupture du front de Macédoine, poursuite au nord du lac d'Okrida jusqu'au massif du Yablanitsa.
  • -  : armistice bulgare ; regroupement vers Topoltchani. À partir du , mouvement par Prilep et Vélès vers Kioustendil puis transport par V.F. dans la région de Rouchtchouk, Nicopoli, Sistova en couverture de l'armée du Danube. Le , franchissement du Danube.

RattachementsModifier

Affectation organique :

Seconde guerre mondialeModifier

CompositionModifier

Le la 30eDIAlp, sous les ordres du général Duron, est rattachée au 43e Corps d'Armée de Forteresse qui est intégré à la 5e armée

À cette date la 30e Division d'Infanterie Alpine (DIAlp), se compose de :

Unités rattachées

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • AFGG, vol. 2, t. 10 : Ordres de bataille des grandes unités : divisions d'infanterie, divisions de cavalerie, , 1092 p. (lire en ligne).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier