Ouvrir le menu principal

30e corps d'armée (France)

Création et différentes dénominationsModifier

  •  : secteur nord de la région fortifiée de Verdun
  •  : renommé 30e corps d'armée
  •  : renommé groupement Chrétien
  •  : renommé 30e corps d'armée
  •  : renommé groupement F
  •  : renommé 30e corps d'armée

Chefs du 30e corps d'arméeModifier

CompositionModifier

OpérationsModifier

1915Modifier

 : front étendu à droite jusque vers les Éparges (guerre de mines aux Éparges).
 : réduction à gauche jusqu'à la Meuse.
 : réduction à droite jusqu'aux abords ouest d'Étain.

1916Modifier

 : combats du bois d'Haumont et du bois des Caures.
 : combats d'Haumont-près-Samogneux et du bois de Ville.
 : évacuation de Brabant-sur-Meuse, perte du bois de la Wavrille et de l'Hertebois.
24 -  : combats de Samogneux, la cote 344, du bois des Fosses et d'Ornes, de la cote de Talou, de Louvemont et repli sur les cotes de Meuse (vers Eix et Bezonvaux).
  • -  : retrait du front et regroupement dans la région de Pierrefitte, puis mouvement dans la région de Ligny-en-Barrois.
  • -  : transport par V.F. dans la région de Belfort ; travaux dans la région de Delle et instruction au camp d'Arches.
  • -  : transport par V.F. dans la région de Montdidier ; repos. Puis mouvement vers le front. À partir du , occupation d'un secteur vers Armancourt, Foucaucourt.
 : réduction du secteur à gauche jusqu'à la voie ferrée Amiens - Chaulnes.
17 et  : réductions à gauche jusque vers Maucourt, puis vers Parvillers.
 : extension à droite jusqu'au bois des Loges inclus.
 : extension du front jusqu'à Maucourt.
1er et  : réduction à droite jusqu'au nord-ouest du bois des Loges, puis jusque vers Andechy.

1917Modifier

 : réduction du front à gauche jusque vers Damloup.
  • -  : retrait du front, transport en Champagne et occupation d'un secteur dans la région Auberive-sur-Suippe, les Monts.
14, 15 et  : attaques françaises et contre-attaques allemandes.
 : extension du front à droite jusqu'à l'est de l'Épine de Vedegrange.
 : réduction à gauche jusque vers le Téton.

1918Modifier

  • -  : retrait du front et transport dans la région Meaux, la Ferté-sous-Jouarre ; repos. À partir du , transport dans la région de Compiègne. Tenu prêt à intervenir.
  • -  : occupation d'un secteur vers le bois de Mortier et Manicamp. Actions violentes de part et d'autre.
 : extension du front jusqu'à Varesnes.
 : occupation et défense d'une ligne devant Nampcel, Morsain, Nouvron-Vingré, Fontenoy ; puis combats en retraite.
À partir du , stabilisation du front et organisation d'un secteur à l'est de la ferme Quennevières, Autrêches et la partie ouest du plateau de Nouvron.
  • -  : retrait du front, mouvement vers Lamorlaye.
  • -  : mouvement vers le front et occupation d'un secteur à la lisière est de la forêt de Villers-Cotterêts, vers Saint-Pierre-Aigle et Longpont, déplacé le vers Violaine et la ferme Chavigny.
À partir du , engagé dans la deuxième bataille de la Marne (du 18 au , bataille du Soissonnais, puis jusqu'au bataille du Tardenois). Progression en combattant par la région Villers-Hélon, le Plessier-Huleu, Grand-Rozoy, jusqu'à la Vesle.
14 -  : engagé dans la bataille de Vauxaillon, prise d'Allemant et du plateau à l'est de Vauxaillon puis organisation des positions conquises.
 : réduction du front à gauche jusqu'au canal de l'Oise à l'Aisne.
 : reprise de la poursuite en direction d'Anizy-le-Château.

RattachementModifier

5 -
-
-
-
27 -
-
-
-
-
-
-
-
-
  • Groupe d'Armée des Flandres
7 -

Notes et référencesModifier

Sources et bibliographieModifier