Ouvrir le menu principal

2e division blindée (États-Unis)

United States Army
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 2e division.
Insigne de la 2e division blindée.
Soldats de la 2e division blindée à Barenton, Normandie, été 1944.

La 2e division blindée était une division blindée de l'United States Army créée en 1940 avant la participation des États-Unis à la Seconde Guerre mondiale et désactivée en 1995. Elle était surnommée Hell on Wheels (littéralement « Enfer sur Roues »).

Histoire du serviceModifier

Elle joua un rôle crucial lors de l'opération Torch, de l'invasion de la Sicile, de la Libération de la France et du Benelux avant de participer à la campagne d'Allemagne en pénétrant la ligne Siegfried.

Elle était commandée par le général George Patton en personne de à .

La division subit 7 348 pertes en 1945, dont 1 160 tués. Au total, les membres de la division se virent décerner 9 369 médailles, dont 2 Medal of Honor, 3 Distinguished Service Cross, 2 302 Silver Star et près de 6 000 Purple Heart. L'entraîneur et sportif Bill Bowerman servit dans cette division.

Après la fin du conflit mondial, elle retourne en 1946 à Fort Hood au Texas. Elle sera redéployée en Allemagne de l’Ouest dans le cadre de la guerre froide de 1951 à 1957, durant laquelle elle participera à de nombreux exercices de l'OTAN. Alors qu’elle était stationnée en Allemagne en 1952 avec la 7e armée des États-Unis, la 2e division blindée était basée à Stuttgart-Vaihingen sous le commandement du général Williston Palmer. Pendant ce temps, Palmer a fait appel à l'aide d'un jeune caporal parmi ses rangs, Samuel Adler, pour organiser l'Orchestre symphonique de la septième armée. Au cours de la décennie suivante, l'orchestre resta basé à la 2e division blindée et à la 7e armée tout en soutenant les initiatives de diplomatie culturelle américaines dans toute l'Europe au plus fort de la Guerre Froide[1],[2],[3],[4],[5],[6]. Plusieurs bataillons servirent lors de la guerre du Viêt Nam.

En 1990, lors de la guerre du Golfe, elle participera à l'opération Desert Storm, réponse des États-Unis à l'invasion du Koweït par l'Irak de Saddam Hussein.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier