Ouvrir le menu principal

26e régiment de dragons

Création et différentes dénominationsModifier

 
à droite uniforme de 1772.
  • 1673 : Régiment de cavalerie de Roussillon
  • 1691 : Régiment de Berry cavalerie
  • 1791 : 18e régiment de cavalerie
  • 1792 : 17e régiment de cavalerie
  • 1803 : 26e régiment de dragons
  • 1873 : 26e régiment de dragons
  • 1956 : 26e bataillon de dragons à pied
  • 1957 : 26e régiment de dragons

Chefs de corpsModifier

  •  : Comte de Roussillon,
  •  : Joseph d'Ardenne D'Aragon, comte d'Illes,
  •  : Louis de Saint-Louis,
  • 1685 : N Colbert, marquis de Villacerf,
  •  : François d'Yolet, marquis,
  •  : Louis François de Rouvroy Saint-Simon, marquis de Sandricourt,
  •  : Victor Pierre Riquet, marquis de Caraman,
  •  : Prince de Croÿ d'Havré,
  •  : Pierre Charles de Rocherolles, marquis de Pont-Saint-Pierre,
  •  : Legendre de Collandre,
  •  : René de Voyer, marquis d'Argenson,
  •  : Joseph-Alphonse-Omer de Valbelle,
  •  : Henri Charles Joseph, marquis de Lambert,
  •  : Louis François d'Asserac, comte de Rieux,
  •  : Marie Joseph, comte de Gain de Montagnac,
  •  : Étienne Jean Lecantre,
  •  : Joseph François Régis Camille de Serre de Gras,
  •  : Pierre de Prisye,
  •  : Antoine Joseph de Belcourt,
  •  : Pierre Delorme,
  •  : Vital Joachim Chamorin
  •  : de Montélégier,
  •  : Pierre Louis Besnard,
  •  : Charles Auguste Farny,
  • 1896 - 1900 : Baron Marion (Raoul) - Colonel

ÉtendardModifier

Les noms des batailles s'inscrivent en lettres d'or sur le drapeau, ainsi que l'inscription A.F.N[1],[2].

Historique des garnisons, combats et bataillesModifier

 
l' uniforme du régiment « Berry cavalerie » en 1757

Ancien RégimeModifier

La Guerre des faucheurs, le régiment est quatre années en Catalogne avant d'arriver en 1652 en Guyenne . Au Siège de Luxembourg (1684) pendant la Guerre des Réunions.

Actif pendant la Guerre de la Ligue d’Augsbourg, il est à Manheim, au Siège de Philippsburg (1688), Frankental, au Siège de Mayence (1689), passe aux Pays-Bas en 1789 et se retrouve à la Bataille de Steinkerque et de Bataille de Neerwinden (1693) puis au Siège de Charleroi (1693).

Arrive ensuite la Guerre de Succession d'Espagne, il est de nouveau en Flandre et s'illustre à Nimègue et à Eckeren. Il passe en Espagne en 1703 ; il fait toute la campagne à la frontière hispano-portugaise, au Siège de Gibraltar (1704), à la Bataille d'Almansa mais aussi au siège de Lérida et à Tortose avant de poursuivre les Anglais dans le Roussillon et dans le Languedoc en 1710. Il passe en Catalogne jusqu'en 1714.

Avec le règne de Louis XV vint la Guerre de Succession de Pologne et se trouve en 1733 à la réduction des places de Lorraine puis à la campagne d'Italie à Colorno, Parme et à la Bataille de Guastalla.

En 1742, avec la guerre de Succession d'Autriche il est de l'armée du Bas-Rhin puis l'année suivante en Bavière (Schmidmülh, Braunau, Egra). Passe à l'armée de Flandre en 1744 aux sièges de Mini, Ypres et Furnes puis se bat en Alsace à Fribourg. Il s'illustre à la bataille de Fontenoy, à Ostende, à Nieuport et à la Bataille de Rocourt (1746). Il continue au siège de Maastricht (1748).

Avec la guerre de Sept Ans, il est au Hanovre sous les ordres des maréchaux de Richelieu et d'Estrée, Haastembeck, Closterseven et occupation de Minden. Mais à la suite de la bataille de Krefeld il part pour deux années à Dôle. De retour en 1760, sous les ordres du prince de Condé, il est à Friedberg.

Guerres de la Révolution et de l'EmpireModifier

De 1815 à 1848Modifier

Second EmpireModifier

De 1871 à 1914Modifier

Première Guerre mondialeModifier

1914Modifier

1915Modifier

1916Modifier

1917Modifier

1918Modifier

Entre-deux-guerresModifier

Seconde Guerre mondialeModifier

De 1945 à nos joursModifier

  • Guerre d'Algérie

Au cessez-le-feu du en Algérie, le 26e Régiment de Dragons créé, comme 91 autres régiments, une des 114 unités de la Force Locale (accords d'Évian du ). Le 26e RD forme une unité de la Force locale de l'ordre Algérienne à Souk-el khenis, la 471e UFL-UFO composé de 10 % de militaires métropolitains et de 90 % de militaires musulmans, qui, pendant la période transitoire devait être au service de l'exécutif provisoire Algérien, jusqu'à l'indépendance de l'Algérie.

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au régimentModifier

Traditions et uniformesModifier

InsigneModifier

DeviseModifier

TERRE QUE MARI QUE
Sur terre et sur mer

Personnages célèbres ayant servi au 26e régiment de dragonsModifier

Sources et BibliographieModifier

  • Historique du 26e régiment de dragons : 1914-1918, Dijon, Imprimerie Jobard, , 52 p., disponible sur Gallica.

Notes et référencesModifier

  1. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007
  2. Arrêté relatif à l'attribution de l'inscription AFN 1952-1962 sur les drapeaux et étendards des formations des armées et services, du 19 novembre 2004 (A) NORDEF0452926A Michèle Alliot-Marie

Voir aussiModifier