Ouvrir le menu principal

20e étape du Tour de France 2014

étape du Tour de France 2014

Article général Pour un article plus général, voir Tour de France 2014.
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».

Tour de France 2014
20e étape
Image illustrative de l’article 20e étape du Tour de France 2014
Carte du parcours de l'étape. (D : Départ ; C : Chrono intermédiaire ; R : Ravitaillement ; A : Arrivée)
Bergerac à Périgueux (54 km)
Résultats de l’étape
1erDrapeau : Allemagne Tony Martin h 6 min 21 s
(48,833 km/h)
2eDrapeau : Pays-Bas Tom Dumoulin + min 39 s
(47,648 km/h)
3eDrapeau : République tchèque Jan Bárta + min 47 s
(47,552 km/h)
Classement général à l’issue de l’étape
Jersey yellow.svg M. jauneDrapeau : Italie Vincenzo Nibali 86 h 37 min 52 s
(40,667 km/h)
2eDrapeau : France Jean-Christophe Péraud + min 52 s
(40,605 km/h)
3eDrapeau : France Thibaut Pinot + min 24 s
(40,601 km/h)
Classements annexes à l’issue de l’étape
Jersey green.svg M. vertDrapeau : Slovaquie Peter Sagan 417 pts
Jersey polkadot.svg M. à poisDrapeau : Pologne Rafał Majka 181 pts
Jersey white.svg M. blancDrapeau : France Thibaut Pinot 86 h 46 min 16 s
(40,601 km/h)
Jersey yellow number.svg D. jauneDrapeau : France AG2R La Mondiale 260 h 24 min 10 s
(40,587 km/h)
Chronologie

La 20e étape du Tour de France 2014 s'est déroulée le samedi entre Bergerac et Périgueux. Elle constitue l'unique contre-la-montre de cette édition. Habituellement, le Tour comporte au moins deux chronos, il faut remonter en 1953 pour trouver un parcours avec un seul contre-la montre. Les villes de Bergerac et Périgueux sont pour la troisième fois reliées entre elles à l'occasion d'une étape de la Grande Boucle, après les éditions de 1963 et de 1993.

L'Allemand Tony Martin (Omega Pharma-Quick Step), triple champion du monde du contre-la-montre, remporte l'étape en 1 heure 6 minutes et 21 secondes à 48,83 km/h de moyenne, devançant de 1 minute et 58 secondes le maillot jaune, l'Italien Vincenzo Nibali (Astana), qui se place quatrième, mais qui reste premier au classement général.

Sommaire

HistoireModifier

Article détaillé : Tour de France en Dordogne.

De 1952 à 2007, la Grande Boucle traverse treize fois le département de la Dordogne lors de seize étapes dont six sont l'occasion d'un départ et/ou d'une arrivée[S 1].

Le 14 juillet 1961, la 19e étape de la 48e édition, qui relie pour la première fois Bergerac et Périgueux, est remportée par Jacques Anquetil[S 2].

Le 11 juillet 1994, lors de la 81e édition, Miguel Indurain est le vainqueur du contre-la-montre Périgueux–Bergerac (64 km)[S 2], roulant à 50,5 km/h de moyenne[S 3].

Le 25 juillet 2014, veille du contre-la-montre, la 101e édition du Tour de France arrive en Dordogne : la 19e étape relie Maubourguet et Bergerac, ville qui est le lendemain le départ de la 20e étape[S 3].

ParcoursModifier

La 20e étape constitue l'unique contre-la-montre de cette édition. Habituellement, le Tour de France comporte au moins deux chronos. Il faut remonter en 1953 pour trouver un parcours avec un seul contre-la montre[1]. Ce parcours de 54,4 km ne comporte aucune difficulté répertoriée pour le Grand Prix de la montagne[2]. Les trois points de chronométrage intermédiaires sont situés à Beleymas au kilomètre 19, à Coursac au kilomètre 39, et à Coulounieix-Chamiers au kilomètre 48[3].

L'étape, qui relie la sous-préfecture Bergerac et le chef-lieu de la Dordogne Périgueux sur 54 km, se déroule le samedi [S 3]. Comme la majorité des étapes du Tour, les routes du tracé sont totalement neutralisées ; des déviations sont mises en place pour fluidifier la circulation[S 3]. Les coureurs traversent les communes de Ginestet, Maurens, Beleymas, Villamblard, Manzac-sur-Vern, Coursac et Coulounieix-Chamiers, avant de descendre sur Périgueux[S 3]. Celles-ci proposent des animations toute la journée pour cette occasion[S 3]. Au total, seize communes de la Dordogne sont traversées durant les 19e et 20e étapes en Périgord, les 25 et [S 3].

Selon le cycliste français Jean-Luc Delpech, le parcours peut se diviser en deux parties[S 1]. « La première moitié est vraiment rapide entre Bergerac et Villamblard. À part quelques faux plats et des virages, il n'y a pas vraiment de difficultés. Il ne [faut] pas partir trop vite tout de même au risque de souffrir ensuite. À Beleymas, au premier point chronométré, les coureurs [savent] comment aborder la suite, s'ils sont dans le rythme ou s'ils doivent accélérer »[S 1]. D'après Jean Mespoulède, « les écarts ne [se font pas] dans cette partie. C'est après le ravitaillement, à Manzac-sur-Vern, que les choses sérieuses [commencent]. Une première bosse, celle de Font-de-Meaux, à Coursac, puis une seconde encore plus redoutée, les Crouchaux, à Coulounieix-Chamiers, à 6 km de l'arrivée »[S 1]. Jean-Luc Delpech ajoute que « le final (la descente vers Périgueux) est technique »[S 1]. Damien Lapouge affirme que la course se joue dans les deux derniers kilomètres jusqu'aux boulevards[S 1]. L'arrivée a lieu sur le boulevard Michel-de-Montaigne, en face du palais de justice de Périgueux[S 3],[4],[5] ; le tracé emprunte la place Francheville située en contrebas[6].

Photographies prises 1,5 km après Beleymas, pendant la 20e étape.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Déroulement de la courseModifier

 
Hélicoptère de France Télévisions, survolant les environs de Beleymas à 16 h 44.

La 20e étape du Tour de France est qualifiée comme étant « la dernière étape décisive de la Grande Boucle avant l'arrivée sur les Champs-Élysées », qui a lieu le lendemain[S 3].

Accueil du publicModifier

Ce jour-là, la circulation automobile étant restreinte dans la partie sud de Périgueux, Péribus, le réseau de transport de l'agglomération, assure des navettes gratuites entre h 10 et 22 h, à partir de la place Montaigne jusqu'aux parkings-relais situés au Palio de Boulazac, aux Maurilloux à Trélissac, et au parc des expositions de Marsac-sur-l'Isle[7].

Équipes techniques et retransmission téléviséeModifier

Selon les statistiques d'Amaury Sport Organisation (ASO), 100 000 personnes sont attendues tout le long du parcours de cette étape[S 3]. Les équipes, la caravane et l'organisation comptent au total 4 500 personnes[8]. Le lycée Laure-Gatet de Périgueux accueille toute la presse (2 000 journalistes environ)[D 1] et la technique de cette étape[9],[10]. Selon Le Grand Périgueux, plus de 300 000 personnes assistent finalement à cette 20e étape[11].

Les 180 véhicules de la caravane publicitaire, jusqu'alors garés sur le parking de la salle Anatole-France à Bergerac, sont les premiers à faire leur apparition le long du parcours[D 2], en débutant à Bergerac à h 35 et en terminant à Périgueux à h 42[S 3]. Près de 2,5 tonnes de bonbons sont distribuées[D 2].

Les techniciens de France Télévisions installent, dès h, le décor de l'émission Village départ présentée par Laurent Luyat[12]. À 12 h 50, celui-ci a pour invités Kendji Girac, Collectif Métissé, Dany Brillant, Pierre Bellemare et Guillaume de Tonquédec[12]. Le village du Tour, ouvert de h jusqu'au milieu de l'après-midi[D 3], est situé sur la place Gambetta de Bergerac, où la course est retransmise en direct[S 3] devant plus de 200 personnes[13]. Le studio de France Télévisions et les 150 camions de la logistique sont situés sur les allées de Tourny à Périgueux[5]. À 20 h, les télévisions assurent leurs derniers directs depuis le parking Montaigne[D 1].

Course au profit de Mécénat Chirurgie CardiaqueModifier

Quelques personnalités, parmi lesquelles les cyclistes Bernard Hinault et Bernard Thévenet, les journalistes Christian Morin, Patrick Poivre d'Arvor, Nelson Monfort et Henri Sannier, ainsi que le boxeur Jean-Marc Mormeck et l'acteur Dany Boon, pédalent au profit de l'association Mécénat Chirurgie Cardiaque, qui reçoit 12 000 € de la part du département de la Dordogne et des villes de Périgueux et de Bergerac[14]. Ils réalisent l'étape dans la matinée et arrivent sur Périgueux vers 10 h 30[7].

Course contre-la-montreModifier

Pour cette étape, le grand favori annoncé est l'Allemand Tony Martin, spécialiste du contre-la-montre[15], en particulier après les abandons du Britannique Christopher Froome (lors de la 5e étape) et du Suisse Fabian Cancellara (10e étape)[16].

Le peloton de la 20e étape est composé de 164 coureurs[D 3]. Les coureurs partent dans l'ordre inverse du classement général, toutes les deux minutes jusqu'au lancement de Pierre Rolland, onzième du classement général, ensuite toutes les trois minutes[17]. La lanterne rouge, Cheng Ji, est le premier cycliste à s'élancer, partant à 10 h 51 du tremplin situé rue de la Résistance à Bergerac[D 3],[17],[18]. Il deviendra, avec l'étape sur les Champs-Élysées, le premier Chinois à terminer le Tour de France[19].

Dans l'optique du classement de l'étape, l'Américain Danny Pate prend la tête de la course avec un premier temps de référence de 1 heure 9 minutes et 22 secondes à 46,70 km/h de moyenne[20]. Le Tchèque Jan Bárta réalise un meilleur temps dès le premier point intermédiaire avec 30 secondes sur Danny Pate et termine en 1 heure 8 minutes et 8 secondes[20]. L'Allemand Tony Martin part plus vite avec 35 secondes d'avance sur Jan Bárta au premier point, puis avec 1 minute et 28 secondes d'avance au second point[20]. Il boucle le parcours en 1 heure 6 minutes et 21 secondes, se positionnant ainsi pour la victoire du jour[20]. Le Néerlandais Tom Dumoulin réalise un bon chrono mais craque sur la fin, prenant la deuxième place en 1 heure 8 minutes[20].

En perspective du classement général, cette étape constitue, sauf accident lors de l'étape des Champs-Élysées, la dernière occasion de modifier les positions au classement général. Respectivement septième et huitième au départ de l'étape, les Néerlandais Bauke Mollema et Laurens ten Dam de l'équipe Belkin ratent leur étape et passent en dixième et neuvième places au classement général. L'Espagnol Haimar Zubeldia et le Tchèque Leopold König en profitent. Cinquième de l'étape à 2 minutes et 2 secondes de Tony Martin, le Tchèque passe de la neuvième à la septième place, Zubeldia évoluant lui de la dixième à la huitième position[21]. L'Américain Tejay van Garderen et le Français Romain Bardet se disputent la cinquième place[20]. Ils terminent respectivement à 2 minutes et 8 secondes et à 4 minutes et 17 secondes du temps de Tony Martin[22]. Van Garderen passe à la cinquième place du classement général pour deux secondes aux dépens du Français qui subit une crevaison dans les derniers kilomètres de son parcours[20],[21].

Trois coureurs sont en lice pour déterminer les places de deuxième et troisième du classement général et se tiennent en 15 secondes au départ de l'étape. Il s'agit dans l'ordre du classement général provisoire des Français Thibaut Pinot et Jean-Christophe Péraud ainsi que de l'Espagnol Alejandro Valverde[21]. Dans ce contre-la-montre, l'Espagnol Alejandro Valverde reste en retrait, avec un retard important dès le premier point intermédiaire (1 minute et 50 secondes)[20]. Jean-Christophe Péraud réalise une très belle performance malgré une crevaison. Il finit le tracé à 2 minutes et 27 secondes de l'Allemand et devient deuxième du classement général[20]. Il devance Thibaut Pinot qui termine avec un écart de 3 minutes et 12 secondes par rapport à Tony Martin[22].

Le dernier à partir est le maillot jaune Vincenzo Nibali, qui arrive à 17 h 37 sur le boulevard Michel-de-Montaigne[S 3],[4],[5],[18]. Il prend la quatrième place du classement de l'étape, à 1 minute et 58 secondes de Tony Martin. L'Italien reste largement en tête du classement général[22].

Financement et diffusionModifier

Amaury Sport Organisation (ASO) reçoit 300 000 € pour organiser la 20e étape : 148 000 réglés par le conseil général de la Dordogne, 92 000 par la ville de Bergerac et sa communauté d'agglomération, et 60 000 par Périgueux[8].

Le conseil général dépense entre 800 000 et 950 000 € sur le million annoncé auparavant, pour rénover les routes concernées par l'étape Bergerac–Périgueux : 36 km entre Eymet et Bergerac, ainsi que 54 km entre les villes départ et arrivée[S 4]. S'ajoutent les dépenses de la location de barrières pour la sécurité, le financement des heures supplémentaires des employés communaux, des 50 000 brochures éditées par le Département, du spot publicitaire diffusé à la télévision, des affiches et des banderoles entre autres[S 4]. Les retombées sur l'économie locale (hôtels, restaurants, cafés, fréquentation des marchés et des commerces) contrebalancent ces dépenses[S 4]. De plus, la société organisatrice ASO assure que « 3,5 milliards de personnes [ont été] touchées sur la planète à travers 650 médias de 35 pays »[S 4], ainsi que par une centaine de chaînes de télévision et environ 70 stations de radio[23], qui diffusent dans 190 pays au total[D 1].

RésultatsModifier

Source : letour.fr[22]

Classement de l'étapeModifier

L'Allemand Tony Martin, triple champion du monde du contre-la-montre, remporte l'étape en 1 heure 6 minutes et 21 secondes à 48,83 km/h de moyenne, en développant des braquets basés sur un grand plateau de 58 dents[D 4],[15]. Suivent le Néerlandais Tom Dumoulin avec 1 minute et 39 secondes de retard, puis le Tchèque Jan Bárta à 1 minute et 47 secondes, et le maillot jaune, l'Italien Vincenzo Nibali, à 1 minute et 58 secondes[D 4]. Termine dernier de cette étape l'Italien Luca Paolini, à 12 minutes et 28 secondes de l'Allemand[D 4].

« Péraud a fait un numéro sur le contre-la-montre et Pinot a aussi fait un très bon chrono. Après, Martin, il n'y a pas de surprise : c'était un contre-la-montre à sa hauteur, fait pour un homme fort, et il s'est exprimé sur sa valeur. »

— Pascal Chanteur, ancien cycliste professionnel et actuel président du syndicat français des coureurs cyclistes[D 4]

Classement de la 20e étape
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Tony Martin   Allemagne Omega Pharma-Quick Step en h 6 min 21 s
2e Tom Dumoulin   Pays-Bas Giant-Shimano + min 39 s
3e Jan Bárta   République tchèque NetApp-Endura + min 47 s
4e Vincenzo Nibali     Italie Astana + min 58 s
5e Leopold König   République tchèque NetApp-Endura + min 2 s
6e Tejay van Garderen   États-Unis BMC Racing + min 8 s
7e Jean-Christophe Péraud   France AG2R La Mondiale   + min 27 s
8e Sylvain Chavanel   France IAM + min 36 s
9e Markel Irizar   Espagne Trek Factory Racing + min 39 s
10e Daniel Oss   Italie BMC Racing + min 58 s

Classements intermédiairesModifier

Classement à Coursac (km 39)
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Tony Martin   Allemagne Omega Pharma-Quick Step en 48 min 3 s
2e Tom Dumoulin   Pays-Bas Giant-Shimano + 59 s
3e Leopold König   République tchèque NetApp-Endura + min 17 s
4e Vincenzo Nibali     Italie Astana + min 22 s
5e Tejay van Garderen   États-Unis BMC Racing + min 24 s
6e Jan Bárta   République tchèque NetApp-Endura + min 28 s
7e Sylvain Chavanel   France IAM + min 40 s
8e Jean-Christophe Péraud   France AG2R La Mondiale   + min 52 s
9e Markel Irizar   Espagne Trek Factory Racing + min 54 s
10e Maciej Bodnar   Pologne Cannondale + min 3 s

Classement à Coulounieix-Chamiers (km 48)
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Tony Martin   Allemagne Omega Pharma-Quick Step en h 0 min 9 s
2e Tom Dumoulin   Pays-Bas Giant-Shimano + min 27 s
3e Vincenzo Nibali     Italie Astana + min 33 s
4e Leopold König   République tchèque NetApp-Endura + min 38 s
5e Jan Bárta   République tchèque NetApp-Endura + min 38 s
6e Tejay van Garderen   États-Unis BMC Racing + min 50 s
7e Jean-Christophe Péraud   France AG2R La Mondiale   + min 7 s
8e Markel Irizar   Espagne Trek Factory Racing + min 14 s
9e Sylvain Chavanel   France IAM + min 15 s
10e Danny Pate   États-Unis Sky + min 41 s

Points attribuésModifier

Classements à l'issue de l'étapeModifier

Source : letour.fr[22]

Classement généralModifier

Classement général
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Vincenzo Nibali     Italie Astana en 86 h 37 min 52 s
2e Jean-Christophe Péraud   France AG2R La Mondiale   + min 52 s
3e Thibaut Pinot     France FDJ.fr + min 24 s
4e Alejandro Valverde   Espagne Movistar + min 55 s
5e Tejay van Garderen   États-Unis BMC Racing + 11 min 44 s
6e Romain Bardet   France AG2R La Mondiale   + 11 min 46 s
7e Leopold König   République tchèque NetApp-Endura + 14 min 41 s
8e Haimar Zubeldia   Espagne Trek Factory Racing + 18 min 12 s
9e Laurens ten Dam   Pays-Bas Belkin + 18 min 20 s
10e Bauke Mollema   Pays-Bas Belkin + 21 min 24 s
Photographies prises 1,5 km après Beleymas, pendant la 20e étape.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Classement par pointsModifier

Classement par points
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Peter Sagan     Slovaquie Cannondale 417 points
2e Bryan Coquard   France Europcar 253 pts
3e Alexander Kristoff   Norvège Katusha 247 pts

Classement de la montagneModifier

Classement de la montagne
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Rafał Majka     Pologne Tinkoff-Saxo 181 points
2e Vincenzo Nibali     Italie Astana 168 pts
3e Joaquim Rodríguez   Espagne Katusha 112 pts

Classement du meilleur jeuneModifier

Classement général du meilleur jeune
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Thibaut Pinot     France FDJ.fr en 86 h 46 min 16 s
2e Romain Bardet   France AG2R La Mondiale   + min 22 s
3e Michał Kwiatkowski   Pologne Omega Pharma-Quick Step + h 12 min 25 s

Classement par équipesModifier

Classement par équipes
  Équipe Pays Temps
1re AG2R La Mondiale     France en 260 h 24 min 10 s
2e Belkin   Pays-Bas + 34 min 44 s
3e Movistar   Espagne + h 5 min 44 s

MémoireModifier

Pendant tout le mois d'août 2014 à la librairie Marbot avenue Montaigne à Périgueux, Bernard Chubilleau, photographe de presse et de sport travaillant pour le journal Sud Ouest, organise une exposition de ses photos prises pendant la 20e étape du Tour de France 2014 notamment, mais aussi lors des précédents passages de la Grande Boucle en Périgord[24].

Notes et référencesModifier

  • [supplément] Hervé Chassain, Mathias Fournier, Nancy Ladde, Grégoire Morizet, Pierre-Manuel Réault et Cédric Soca, « Le retour du Tour en Périgord », Sud Ouest, no 21716,‎ , 12 p.
  1. a b c d e et f p. 2.
  2. a et b p. 3.
  3. a b c d e f g h i j k l et m p. 8.
  4. a b c et d p. 9.
  • [supplément] Julien Coutenceau, Étienne Vergne, Arnaud Bertrand, Ludovic Ibarz et Antoine Beneytou, « Spécial Tour de France », Dordogne Libre, no 20828,‎ , 12 p.
  1. a b et c p. XI.
  2. a et b p. V.
  3. a b et c p. IV.
  4. a b c et d p. II.
  • Autres références
  1. « Le parcours du Tour de France 2014 dévoilé », sur Le Huffington Post, (consulté le 20 mars 2014)
  2. (fr) (en) (es) (la) (it) (pt) (ar) « Tour de France 2014 : Quelques chiffres et infos clés », sur Vavel, (consulté le 2 août 2014).
  3. (fr) (en) (es) (de) « Étape 20 – Bergerac > Périgueux », sur letour.fr (consulté le 2 août 2014).
  4. a et b « Tour de France : revivez le contre-la-montre », sur BFM TV, (consulté le 4 août 2014).
  5. a b et c « L'arrivée du Tour de France bien calée », sur letouraperigueux.fr, Mairie de Périgueux, (consulté le 8 août 2014).
  6. « Le Tour de France à Bergerac et Périgueux : routes coupées et infos pratiques », sur France Bleu, (consulté le 8 août 2014).
  7. a et b Nancy Ladde, « Tout ce qu'il faut savoir sur la circulation à Périgueux pour le Tour de France », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  8. a et b Cédric Soca et Anne-Marie Siméon, « De beaux souvenirs et une attente », Sud Ouest, no 21720,‎ , p. 12-13.
  9. Hervé Chassain, « Le tracé du Tour de France à travers Périgueux précisé », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  10. Hervé Chassain, « Périgueux : comment va se passer l'arrivée du Tour de France », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  11. « Le Tour de France dans le rétroviseur », Le Grand Périgueux, no 49,‎ , p. 20.
  12. a et b Grégoire Morizet, « La photo du Tour », Sud Ouest, no 21720,‎ , p. 17.
  13. Grégoire Morizet et Marine Le Gohébel, « Un carton pour le Tour mais les concerts font un four », Sud Ouest, no 21720,‎ , p. 16.
  14. « Pour la bonne cause : Sur l'étape, les people ont eu du cœur », Sud Ouest, no 21720,‎ , p. 13.
  15. a et b D. P., « Tour de France : Tony Martin « au rendez-vous » », sur L'Équipe, (consulté le 6 juin 2015).
  16. Nicolas Rouyer, « Tour : cinq choses à savoir sur le contre-la-montre de samedi », sur Europe 1, (consulté le 6 juin 2015).
  17. a et b « Tony Martin intouchable, deux Français sur le podium », sur RTBF, (consulté le 6 juin 2015).
  18. a et b « Revivez la 20e étape du Tour de France », sur Sport365.fr, (consulté le 6 juin 2015).
  19. (en) Stephen Farrand, « Tony Martin wins stage 20 time trial at the Tour de France », sur Cyclingnews.com, (consulté le 6 juin 2015).
  20. a b c d e f g h et i Alexis Rose, « T. Martin tonitruant, Péraud-Pinot dans le Top 3 », sur Cyclism'Actu, (consulté le 6 juin 2015).
  21. a b et c Baptiste Bouthier, « À deux, c’est tellement mieux ! », sur velochrono.fr,
  22. a b c d et e (fr) (en) (es) (de) « Classements étape 20 - Bergerac > Périgueux - Tour de France 2014 », sur letour.fr (consulté le 6 juin 2015).
  23. « Périgueux à l'heure du Tour de France », À Périgueux, no 3,‎ , p. 17.
  24. Pierre Garrat, « Chez Marbot, Bernard Chubilleau met le cyclisme à l'honneur », Sud Ouest, no 21733,‎ , p. 17 (lire en ligne).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 17 juin 2015 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 17 juin 2015 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.