Ouvrir le menu principal

2010 dans la France d'outre-mer

2008 dans la France d'outre-mer - 2009 dans la France d'outre-mer - 2010 dans la France d'outre-mer - 2011 dans la France d'outre-mer - 2012 dans la France d'outre-mer
2008 en France - 2009 en France - 2010 en France - 2011 en France - 2012 en France
Chronologies
Années :
2007 2008 2009  2010  2011 2012 2013
Décennies :
1980 1990 2000  2010  2020 2030 2040
Siècles :
XXe siècle  XXIe siècle  XXIIe siècle
Millénaires :
IIe millénaire  IIIe millénaire  IVe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Aéronautique Architecture Arts plastiques Astronautique Astronomie Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Échecs Économie Élections Fantasy Football Informatique Jeu Jeu vidéo Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Philosophie Radio Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision TerrorismeThéâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Hégirien · Persan · Républicain

Chronologies de la France d'outre-merModifier

Antilles françaisesModifier

GuadeloupeModifier

GuyaneModifier

MartiniqueModifier

  MayotteModifier

  • Lundi  : Le président Nicolas Sarkozy est arrivé à l'aéroport, pour sa première étape d'un voyage de 48 heures dans l'océan indien. Mayotte est devenu en 2009, le 101e département français avec un taux de chômage de 26 % et selon les estimations, un tiers des quelque 200 000 habitants de l'archipel y vivent en situation irrégulière[1].
  • Dimanche  : Le naufrage d'une embarcation de clandestins immigrés, dans la nuit de samedi à dimanche, au large de Mayotte, sur un récif, près de Kani-Keli, tout au sud de Grande Terre, cause la mort de 4 femmes et de 5 bébés, alors que 24 personnes ont survécu, mais que 10 d'entre elles sont dans un état critique et ont été hospitalisées. Poussés par la misère, les migrants, pour la plupart venus de l'île d'Anjouan, tentent régulièrement de débarquer illégalement sur l'île française, pour travailler ou s'y faire soigner. Sur les 200 000 habitants de l'île, 40 % seraient des clandestins[2].
  • Mercredi  : Grève des instituteurs pour obtenir le rétablissement de l’indexation des salaires, à l’instar des autres départements d’outre-mer. Plus de 250 d'entre eux ont manifesté dans le calme dans les rues de Mamoudzou pour la cinquième fois depuis le début de l'année scolaire. Ils ont bloqué deux ronds points stratégiques, provoquant plusieurs kilomètres de bouchons. Selon l'intersyndicale, « l’indexation existait jusqu’en 1976, ça a été banni pour nous les Mahorais […] On ne demande que le rétablissement de cette indexation qui a été un certain temps accordée à tous, mais par la suite réservée qu’aux Mzungus, les expatriés métropolitains blancs, alors que la vie est chère pour tout le monde »[3].
  • Mercredi  :
    • Ouverture d'une enquête à Mayotte pour « crimes contre l'humanité », dont « participation à un génocide », à l'encontre d'Octavien Ngenzi, né en 1954, ancien maire de la commune rwandaise de Kabarondo, suspecté d'avoir participé au massacre de centaines de Tutsis en 1994 et d'avoir trouvé refuge sur l'île française. La justice rwandaise le suspecte d'avoir lui-même dirigé et ordonné plusieurs massacres dans sa province de Kibungo, dont celui perpétré par les milices hutues dans l'église de Kabarondo, où près d'un millier de Tutsis ont trouvé la mort le . Faisant l'objet d'un mandat d'arrêt international lancé par Kigali en , il avait déposé une demande d'asile, sous un faux nom, auprès de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA)[4].
    • Le conseil des ministres décide de mettre un terme un droit local, concernant en particulier les unions polygames et de façon générale le droit musulman, dans ce nouveau département français où l'islam est très fortement majoritaire. Désormais s'appliquera uniquement les règles ordinaires du code civil. La réforme Girardin de 2003, avait commencé à restreindre la polygamie, mais permettait encore aux hommes nés avant le et aux femmes nées avant le de contracter de telles unions, cependant, les situations acquises ne sontpas remises en cause[5].
  • Vendredi  ; Le député de Mayotte, Abdoulatifou Aly (Modem), dépose une proposition de résolution pour la création d'une commission d'enquête sur les causes du crash de l'A310 de la compagnie Yemenia, le  : On ne peut pas accepter que des Français meurent dans des conditions aussi dramatiques puisque tout le monde savait quel était l'état, déplorable, sur le plan technique, de cet avion […] un an après, on ne sait toujours pas pourquoi cet avion s'est crashé [alors que] les vols ont repris dans les mêmes conditions, aussi sombres. La part de Yemenia, « de 60 à 70 % avant le crash », a baissé au profit de Kenya Airways et Air Madagascar, mais les bas tarifs pratiqués par Yemenia continuent à attirer les passagers les moins fortunés. Le cabinet de Dominique Bussereau, secrétaire d'État aux transports, aurait affirmé que « juridiquement, il n'avait aucune possibilité de contraindre la Yemenia à améliorer ses normes de sécurité entre Sanaa et les Comores »[6].
  • Mardi  : L'île de Mayotte reste en partie paralysée par le mouvement de grève des salariés de Total et de la société mahoraise de stockage des produits pétroliers (SMSPP) entamé le , pour obtenir notamment l'application de la convention nationale de Total et des primes d'intéressement et de participation. La préfecture a annoncé hier soir une réquisition partielle des moyens de Total « pour assurer la continuité de la vie sociale ».
  • Jeudi  : Le naufrage d'une « kwassa-kwassa », frêle embarcation qui conduisait 30 clandestins depuis les Comores jusqu'à Mayotte, s'est produit au large de la baie de Mzouazia, a causé la mort de 2 personnes. Des milliers de Comoriens clandestins venus d'Anjouan tentent chaque année de s'installer à Mayotte, distante de seulement 70 km et les naufrages sont fréquents.

  Nouvelle-CalédonieModifier

  Polynésie françaiseModifier

  La RéunionModifier

  • Samedi  : Trois personnes ont été tuées et une quatrième est portée disparue dans un accident de canyoning survenu dans le cirque de Salazie après une subite montée des eaux. Quatre autres personnes ont pu être récupérées saines et sauves et hélitreuillées[7].
  • Mardi  : Le PS réunionnais annonce le maintien de sa liste au second tour des régionales, arrivée troisième au 1er tour avec 13,07 %, faute d'un accord avec la liste du président sortant du conseil régional Paul Vergès (PCR, 30,22 %), ce qui entraînera une triangulaire avec celle de la liste d'union de la droite du député-maire du Tampon, Didier Robert (UMP) arrivé second avec 26,43 %. Le PS souhaitait notamment revoir les grands projets de la majorité sortante, en particulier celui du tram-train (1,6 milliard d'euros), dont le financement n'est pas assuré. La liste Vergès a fusionné avec celle de Thien Ah Koon (DVD), ancien député-maire du Tampon (5,37 % au 1er tour). La liste de droite a de son côté fusionné avec la liste de Nadia Ramassamy (DVD, 5,92 %) et a obtenu le soutien de la liste du président de la Chambre de commerce Eric Magamootoo (4,99 %)[8].
  • Vendredi  : Le député-maire UMP du Tampon Didier Robert (45 ans) est élu président du conseil régional de la Réunion par 27 voix contre 12 à Maya Césari (DVG), candidate de la liste du président sortant Paul Vergès (85 ans), chef du puissant PC réunionnais. Le nouveau président annonce l'abandon de plusieurs grands projets dont la Maison des civilisations et de l'unité réunionnaise (MCUR), d'un coût de 100 M d'euros et déclare qu'il n'est « pas favorable sous sa forme actuelle » au tram-train de la Réunion, un projet de 1,6 milliard d'euros (41 km de voies ferrées entre le nord et l'ouest de l'île) dont le financement n'est pas bouclé, proposant de le remplacer par un réseau de 2 000 bus circulant dans les 24 communes dont le coût serait de 650 millions d'euros, dont 250 pour des travaux d'aménagement routier[9].
  • Lundi  : Selon l'Institut de veille sanitaire, une vingtaine de cas de chikungunya — 19 confirmés et quatre probables — ont été constatés ces dernières semaines sur la commune de Saint-Paul (ouest). Entre décembre 2005 et décembre 2006, 266 000 Réunionnais avaient été touchés et 250 en étaient morts[10].
  • Jeudi  : Selon le bilan hebdomadaire de la Cellule interrégionale d'épidémiologie océan Indien (Cire), l'île de la Réunion compte 38 cas confirmés et 11 cas autres probables de personnes touchées par le virus du chikungunya. La grande majorité des personnes atteintes, par ce virus transmis par un moustique, résident sur la commune de Saint-Paul, la côte ouest de l'île où sont concentrés les hôtels. Selon l'Agence de santé océan Indien (ARS) seul 38 % de la population réunionnaise est immunisée contre la maladie depuis l'épidémie de 2005.
  • Mercredi  : Le nombre de personnes touchées par le virus du chikungunya atteint 83 cas, dont 61 cas confirmés et 22 jugés probables. Depuis deux semaines, le virus, transmis par un moustique, a tendance à s'étendre sur toute l'île après avoir été concentré dans l'ouest qui demeure le principal foyer de transmission (51 cas au total). Afin d'empêcher la propagation de ces virus, une vaste campagne de démoustification a été menée dans l'île depuis plusieurs semaines.
  • Jeudi  : Selon un recensement des 165 espèces de la faune spécifique à l'île, réalisé par le comité français de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), plus d'un tiers des poissons d'eau douce et près de la moitié des crustacés de La Réunion sont en danger d'extinction alors que près du quart des espèces d'oiseaux de l'île « sont désormais éteintes » soit 13 espèces, dont 11 endémiques, sur les 55 qui étaient présentes avant l'arrivée de l'Homme. Chez les reptiles, « 4 espèces ont disparu dont trois étaient endémiques de la Réunion »[11],[12].
  • Lundi  : La préfecture de la Réunion a activé le niveau de vigilance du plan ORSEC Volcan (Organisation de la réponse de la sécurité civile) car le Piton de la Fournaise pourrait entrer en éruption « dans les jours ou semaines à venir ». L'observatoire volcanologique a constaté depuis la mi-août une « augmentation lente continue du nombre de séismes » et depuis samedi, une « trentaine d'événements sismiques » ont été enregistrés, ainsi que « quelques éboulements à l'intérieur du cratère Dolomieu ».
  • Mercredi  : Le feu a ravagé depuis lundi 350 hectares du parc national de l'île, classé au Patrimoine mondial de l'humanité. Des renforts de Mayotte et de métropole ont été demandés par le préfet. Malgré la mobilisation de cinq hélicoptères dont trois bombardiers d'eau, de 23 camions citerne des pompiers et de 250 personnes, le feu, attisé par un vent violent, n'a toujours pas été circonscrit, car « le site est difficile d'accès en raison de la dénivellation du terrain. Les bases du foyer se situent à 1.800 m d'altitude, ce qui impose des détachements héliportés »[13].
 
Éruption du piton de la Fournaise, avril 2007
  • Jeudi  : Le volcan du Piton de la Fournaise, après une augmentation de l'activité sismique constatée ces derniers jours, est entré en éruption et le préfet a déclenché l'alerte 2 du plan de secours. L'éruption présente un débit stable et se situe dans le site de l'Enclos, une zone inhabitée en fer à cheval s'ouvrant sur la mer. La dernière éruption du Piton de la Fournaise remonte à janvier et avait duré une dizaine de jours. Ce volcan de la Réunion, de type hawaïen, est l'un des plus actifs de la planète et entre en éruption en moyenne deux à trois fois par an sans présenter de danger pour la population, la lave s'écoulant le plus souvent dans une zone éloignée de toute habitation.

Saint-BarthélemyModifier

Saint-Martin MarigotModifier

Saint-Pierre-et-MiquelonModifier

Terres australes et antarctiques françaisesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Le Figaro.fr, Mayotte: Visite du président Sarkozy
  2. Le Figaro.fr, Naufrage d'un bateau de clandestins: 9 morts
  3. Le Figaro.fr, Mayotte: Grève des instituteurs
  4. Le Figaro.fr, Génocide : enquête à Mayotte
  5. Le Monde.fr, La justice musulmane abrogée à Mayotte
  6. Le Figaro.fr, Crash Yemenia: vers une commission ?
  7. Le Figaro.fr, Réunion/accident de canyoning : 3 morts
  8. Le Figaro.fr, Le PS maintient sa liste à La Réunion
  9. Le Figaro.fr, La Réunion: Didier Robert (UMP) président
  10. Le Figaro.fr, 20 cas de chikungunya à la Réunion
  11. Le Figaro.fr, La biodiversité réunionnaise menacée
  12. http://www.uicn.fr/Liste-rouge-France.html La Liste rouge des espèces menacées en France
  13. Le Figaro.fr, 350 hectares brûlés dans le Parc national

Voir aussiModifier