Ouvrir le menu principal

1re division côtière
الفرقة الأولى الساحلية
Image illustrative de l’article 1re division côtière

Idéologie Nationalisme syrien
Objectifs Renversement du régime baasiste de Bachar el-Assad
Établissement d'une démocratie
Fondation
Date de formation
Pays d'origine Syrie
Actions
Zone d'opération Gouvernorats d'Idleb, Hama et Idleb
Organisation
Chefs principaux Mohammed Haj Ali
Membres 1 900 à 2 800[1],[2],[3]
Fait partie de Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre
WataniaTahrirFlag.png Front national de libération (depuis 2018)
Soutenu par Turquie, Arabie Saoudite, Qatar, États-Unis
Guerre civile syrienne

La 1re division côtière (arabe : الفرقة الأولى الساحلية, Forqat al-Awwal As-Sahli) est un groupe rebelle formé en 2014 lors de la guerre civile syrienne.

Sommaire

HistoireModifier

FondationModifier

La 1re division côtière naît le [1],[2] de la fusion de plusieurs groupes ; le plus important étant le Liwa al-Aadiyat, né après la dissolution de la Brigade Ahfad al-Rassoul, les autres étant la 1re Brigade, 3e Brigade, la Brigade Al-Asifa Brigade et la Brigade Al-Naser[2].

AffiliationsModifier

La 1re division côtière est affiliée à l'Armée syrienne libre[2],[4].

DissolutionModifier

Le , la 1re division côtière fusionne avec dix autres groupes de l'Armée syrienne libre pour former le Front national de libération[5].

Effectifs et commandementModifier

En 2015, le groupe revendique 2 800 hommes[2],[3], Archicivilians donne une estimation de plus de 1 900 hommes fin 2016[1]. Il est commandé par le capitaine Mohammed Haj Ali[3],[1]. Le groupe est composé d'Arabes et de Turkmènes[2].

Le 19 octobre 2015, Basil Zamo, un ancien capitaine de l'armée syrienne et commandant de la Première division côtière a été tué lors d'un bombardement russe dans la province de Lattaquié[6].

Fadi Ahmad est le porte-parole de la Première division côtière[4].

Un certain Osama Abu Hamza , un artilleur, a acquis une certaine notoriété pour avoir exécuté avec le missile guidé TOW, des tirs délicats sur des blindés et des positions gouvernementales[7].

Zones d'opérationsModifier

Le groupe est actif au nord du gouvernorat de Lattaquié, surtout dans le Mont Turkmène et le Mont Kurde, à l'ouest du gouvernorat d'Idleb et à l'ouest du Hama, dans la région de Ghab[2],[3],[1].

La division côtière cherche à isoler le port de Lattaquié et de s'emparer de la zone frontalière avec la Turquie[8]. C'est pourquoi les bombardements russes du 24 novembre 2015 ont pour objectif de repousser la division côtière du littoral méditerranéen et du port de Lattaquié, une région essentielle pour le ravitaillement du régime syrien[9].

ActionsModifier

En 2014 et 2015, la 1re division côtière participe à la bataille de Kessab, la bataille de Jisr al-Choghour et la bataille de Sahl al-Ghab[2].

La destruction d'un Su-24 de l'armée de l'air russe bombardant leurs positions par l'aviation turque le 24 novembre 2015 a déclenché la crise russo-turque de 2015.

SoutiensModifier

Le groupe est soutenu par la Turquie, l'Arabie Saoudite, le Qatar et les États-Unis[6],[2]. Certains de ses combattants auraient bénéficié d'un entraînement au Qatar[2] et une formation militaire par des agents de la CIA[6].

ArmementModifier

La 1re division côtière fait partie des brigades rebelles soutenues par les États-Unis qui bénéficient de livraisons de missiles antichar BGM-71 TOW américains[2].

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e « InfoGraphic: 1st Coastal Division », sur Archicivilians,
  2. a b c d e f g h i j et k (en) « The Moderate Rebels: A Growing List of Vetted Groups Fielding BGM-71 TOW Anti-Tank Guided Missiles », sur Hasan Mustafa, (consulté le 5 août 2019)
  3. a b c et d « The First Coastal Division », sur RFS,
  4. a et b Lefigaro.fr avec Reuters, « Syrie: l'armée ouvre un nouveau front », sur Le Figaro, (consulté le 5 août 2019)
  5. Burak Karacaoglu et Esref Musa, « 11 Syrian opposition groups form new front in Idlib », sur Agence Anadolu, .
  6. a b et c « Raids russes meurtriers près de Lattaquié, en Syrie », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 5 août 2019)
  7. (en) « In Syria, the Stakes Are High for a Rebel Offensive », sur Stratfor, (consulté le 5 août 2019)
  8. Christian Makarian, « Les vrais fossoyeurs de la Syrie », sur LExpress.fr, (consulté le 5 août 2019)
  9. « Ce que l’on sait de l’avion russe abattu par la Turquie », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 5 août 2019)