19e régiment de dragons oldenbourgeois

Le 19e régiment de dragons oldenbourgeois est une unité de cavalerie du grand-duché d'Oldenbourg établie en 1849, et engagée comme contingent dans l'armée prussienne de 1867 à 1919. Il ne doit pas être confondu avec le corps de dragons d'État du grand-duché d'Oldenbourg (de), dont une brigade de gendarmerie est également stationnée à Osternbourg.

19e régiment de dragons oldenbourgeois
Image dans Infobox.
Histoire
Fondation
Dissolution
Cadre
Type
Siège
Pays
Uniforme du 19e régiment de dragons oldenbourgeois vers 1912
Dragons régimentaires, 1899. Le drapeau de la lance aux couleurs d'Oldenbourg bleu et rouge. Dessin de Richard Knötel l'Ancien.

HistoireModifier

 
Ancien caserne du 19e régiment de dragons, actuellement Jochen-Klepper-Haus de la paroisse d'Oldenbourg-Osternbourg

Le 26 avril 1849 (jour de la fondation du régiment), le grand-duc Auguste Ier d'Oldenbourg donne l'ordre de former un régiment de cavalerie de quatre escadrons, qui est reçoit le nom de régiment de cavalerie du grand-duc d'Oldenbourg. En réalité, l'unité ne possède que trois escadrons pour des raisons de coûts. Les 200 premières recrues sont engagées les 1er et 2 mai 1849. En tant que partie du contingent oldenbourgeois, le régiment fait partie de la 3e brigade oldenbourgeoise-hanséatique (de) de la 2e division d'infanterie du 10e corps d'armée de l'armée fédérale et est stationné à Oldenbourg.

 
Caserne de cavalerie d'Ostenbourg

Comme aucun immeuble approprié n'est disponible dans un premier temps, le régiment doit être logé dans une caserne d'infanterie. Pendant ce temps, les chevaux sont gardés dans des écuries privées devant le Heiligengeisttor à Oldenbourg. Ce n'est que le 1er mai 1859 que le régiment peut emménager dans la nouvelle caserne de cavalerie d'Osternbourg. C'est là qu'il est logé jusqu'à sa dissolution en 1919.

Le logement, appelé plus tard caserne des dragons, continue à être utilisé par la Reichswehr, la Wehrmacht (58e régiment d'artillerie) et à partir de 1964 par la Bundeswehr, avant d'être démoli à partir du 23 juin 1980. Un bâtiment destiné à l'administration de la Bundeswehr est construit à sa place jusqu'en septembre 1986 et accueille le bureau de remplacement militaire d'arrondissement (de) d'Oldenbourg jusqu'en 2012. Actuellement (2014), le bâtiment abrite le service de restauration de la Bundeswehr (de) ainsi que le centre de services de la Bundeswehr (de) à Oldenbourg.

Après la guerre austro-prussienne, le régiment est intégré à l'armée prussienne à la suite de la convention militaire (de) du 15 juillet 1867 et porte le nom de 19e régiment de dragons oldenbourgeois à partir du 1er octobre 1867.

Le commandant du régiment est le grand-duc régnant d'Oldenbourg.

Guerre austro-prussienneModifier

Pendant la guerre austro-prussienne, le régiment est affecté à l'armée principale prussienne dans le cadre du Xe corps d'armée de l'armée fédérale sous les ordres du lieutenant-général Edwin von Manteuffel, où il effectue des services de reconnaissance et de patrouille.Le 24 juillet, il est à Werbach (de) et Tauberbischofsheim ainsi que le 27 juillet 1866 lors du bombardement de Wurtzbourg.

Le régiment rentre le 22 septembre 1866 avec les autres unités du contingent oldenbourgeois en passant par Tweelbäke et Osternbourg et en rentrant à Oldenbourg, où une foule de plusieurs milliers de personnes accueille le contingent. Au début de la campagne, les officiers ont été équipés de revolvers.

Guerre franco-prussienneModifier

La mobilisation a lieu le 20 juillet 1870. Un train est immédiatement acheminé par voie ferrée jusqu'à Schillig près de Wilhelmshaven car un débarquement français par la mer y est attendu. Après quelques jours, le train est rappelé. Le 29 juillet, l'ensemble du régiment quitte Oldenbourg dans trois trains.

Après l'armistice, le régiment reste avec l'armée d'occupation en France et retourne le 13 août 1873 à la garnison de la paix à Oldenbourg.

Les pertes sont :

  • Morts: quatre officiers, 26 hommes de troupe,
  • Blessés : cinq officiers, 108 hommes de troupe,
  • Prisonniers : 17 hommes.

Première Guerre mondialeModifier

Au début de la Première Guerre mondiale, le régiment est mobilisé le 2 août 1914, marche vers l'ouest et participe à l'avancée vers la Marne le même mois.

  • Septembre 1914 - Repli au-delà de l'Aisne, prolongement de l'aile droite du front (Course à la mer)
  • Novembre 1914 - Déplacé sur le front de l'Est, engagement en partie d'infanterie et en partie de cavalerie.
  • Novembre/décembre 1914 - Combats près de Lodz, sur la Vistule et sur la Narew
  • Septembre 1915 - Combats près de Vilnius
  • Février à juillet 1916 - Combats au lac Narocz et en Volhynie
  • Avril 1917 - Combats sur le Styr-Stochod
  • 27 mai 1917 – Le 4e escadron devient cavalerie divisionnaire de la 95e division d'infanterie et reste en Ukraine au-delà de la fin de la guerre jusqu'en 1919. Il revient à Oldenbourg le 26 janvier 1919.

Le reste du régiment est transféré sur le front ouest et utilisé pour la sécurité et les patrouilles dans les zones arrière jusqu'à la fin de la guerre. L'escadron MG a été remis aux troupes de combat.

Selon une note de l'Oldenburgische Volkszeitung (de) du 2 octobre 1919, les pertes sont:

  • Officiers : 6 (sur 54 = 11,0 %)
  • Officiers de réserve : 8 (sur 43 = 19,0 %)
  • Hommes de troupe : 101 (sur 1403 = 7,0 %).

Après-guerreModifier

Après l'armistice de Compiègne, le régiment évacue la zone occupée jusqu'au 14 novembre 1918 et entame la marche de retour. Le 28 décembre 1918, il arrive à Oldenbourg.

Pour protéger la ville et l'état d'Oldenbourg en cas d'éventuels troubles, les jeunes dragons qui n'ont pas encore été démobilisés sont retenus. Le 6 mars 1919, le corps franc Freiwilligen Verband Dragoner 19 est fondé à partir des restes du régiment. Il a l'effectif d'une escadrille et effectue des patrouilles et des services de sécurité à Emden, à Brunswick et dans la région de la Ruhr. Le corps franc est plus tard rattaché au 110e régiment d'infanterie de la Reichswehr, mais est déjà transféré le 1et otobre 1919 au 10e régiment de cavalerie à Lunebourg. L'escadron reste stationné à Oldenbourg.

 
Monument au 19e régiment de dragons oldenbourgeois

Après la répression des troubles en Westphalie, les cavaliers d'Oldenbourg sont transférés à la 15e régiment de cavalerie nouvellement créée à Paderborn. La tradition est reprise dans la Reichswehr par l'escadron d'entraînement à Paderborn par décret du 24 août 1921 du chef du commandement général de l'armée de l'infanterie Hans von Seeckt. En été 1937, le maintien des traditions est confié aux 13e et 14e compagnies du 16e régiment d'infanterie (de) à Oldenbourg. Auparavant, les associations de traditions du régiment ont déjà entretenu des relations informelles avec la 13e compagnie MW du 16e régiment d'infanterie, qui est logée dans la caserne des dragons.

CommandantsModifier

Grade Nom Date
Major August Nolbeck 2 mai 1849 au 17 juillet 1850
Major Julius von Egloffstein (de) 28 août au 19 novembre 1850 (chargé de la direction)
Major/Oberstleutnant Julius von Egloffstein 20 novembre 1850 au 6 août 1857
Major/Oberstleutnant/Oberst Otto August Hermann Beseke 20 août 1857 au 2 avril 1867
Major Hieronymus Schotten 3 avril au 24 septembre 1867
Major Ernst von Trotha (de) 25 septembre au 9 décembre 1867 (chargé de la direction)
Major/Oberstleutnant/Oberst Ernst von Trotha 10 décembre 1867 au 15 octobre 1873
Oberstleutnant/Oberst Oswald Fedor Hugo von Grodzki 16 octobre 1873 au 12 juillet 1878
Major Karl Wilhelm Heinrich von Kleist (de) 13 juillet au 11 octobre 1878 (chargé de la direction)
Major/Oberstleutnant/Oberst Karl Wilhelm Heinrich von Kleist 11 octobre 1878 au 12 mai 1886
Major Alexander von Engel 13 mai au 11 juin 1886 (chargé de la direction)
Major/Oberstleutnant/Oberst Alexander von Engel 12 juin 1886 au 17 novembre 1890
Oberstleutnant Leonhard von und zu Egloffstein (de) 18 novembre 1890 au 8 avril 1891
Oberstleutnant/Oberst Frédéric-Auguste d'Oldenbourg 9 avril 1891 au 5 août 1892
Oberstleutnant/Oberst Eric von Witzleben (de) 6 août 1892 au 16 juin 1897
Major/Oberstleutnant Ludwig Edgar von Salis-Soglio 18 août 1897 au 20 janvier 1899
Major Friedrich Hugo von Loos 16 février 1899 (chargé de la direction)
Oberstleutnant/Oberst Otto von Hoffmann 22 avril 1902 au 1er octobre 1906
Oberstleutnant/Oberst Kurt Koscielski von Ponoschau 1er octobre 1906 au 13 novembre 1911
Oberstleutnant/Oberst Otto von Preinitzer (de) 13 novembre 1911 au 28 août 1916
Oberstleutnant Bernhard von Goßler 28 août 1916 jusqu'à la fin de guerre

UniformeModifier

En tant que régiment d'Oldenbourg jusqu'en 1867Modifier

Le premier uniforme du régiment, qui est considérablement modifié à la fin de 1850, consiste en un casque en acier de couleur métal avec une étoile octogonale en laiton, sur laquelle les armoiries de l'État d'Oldenbourg sont gravées en argent. La tunique est noire ou noir-vert (appelée vert russe) avec un col et des aisselles bleu clair, et des passepoils et boutons blancs. Il possède également des revers Lancer bleu clair. Les cuirs sont blancs, les culottes grises à passepoil bleu. Le manteau est également gris. Dans le petit service, une veste de service est portée, qui est également noire. Le passepoil de la tunique est passé du blanc au bleu clair en 1849.

L'armement se compose d'un sabre modèle hollandais et de pistolets à piston.

À la fin des années 1850, le tabard noir est remplacé par un bleu clair avec un col et des aisselles noirs. Il possède des services suédois. La veste de travail est remplacée par une veste de forage à rayures bleues (probablement bleues et blanches). Les officiers reçoivent également un manteau provisoire bleu clair avec un col en velours noir et des revers uhlan et un laçage noir. En fait, la jupe ressemble à un attila de hussard. Il n'est autorisé à être porté avec une casquette que pour des tâches mineures.

Le 9 juillet 1864, comme dans le régiment d'infanterie, la casquette dite russe est introduite à la place du casque. Il est bleu clair avec une visière en cuir noir et une chaîne orageuse blanche. Cependant, les chapeaux ne font pas leurs preuves car ils n'offrent pas une protection suffisante contre les intempéries et les armes contondantes. Néanmoins, ils semblent avoir fait partie des insignes jusqu'à l'introduction de l'uniforme de dragon prussien.

En tant que régiment prussien à partir de 1867Modifier

Jusqu'à l'introduction de l'uniforme de dragon, les anciennes parties de l'uniforme sont appliquées. Cette période de transition semble avoir duré au moins deux ans.

Les dragons portent une tunique bleuet et un pantalon anthracite. La tunique est équipée de revers suédois. Sur les épaulettes blanches des officiers et sous-officiers se trouve un A rouge avec une couronne, sur les épaulettes ces insignes sont exécutés en tombac.

La couleur dite des insignes du régiment est le noir. Les parements, le col montant, les champs d'épaulettes et les passants sont de cette couleur. Le passepoil du col est rouge ponceau. Les boutons et les ferrures sont en maillechort. Une bandoulière blanche avec un cartouche noir va de l'épaule gauche à la hanche droite. Le casque est muni de l'aigle dragon prussien, sur lequel est placée une étoile de garde en tombac avec les armoiries d'Oldenbourg. La cocarde nationale est bleue avec une croix rouge, le drapeau lance des équipes rouge-bleu.

Déjà ordonné par l'A.K.O. du 14 février 1907 et introduit progressivement à partir de 1909/10, l'uniforme coloré est remplacé pour la première fois par l'uniforme de service de campagne gris (M 1910) à l'occasion des manœuvres de l'empereur en 1913. Les cuirs et les bottes sont de couleur marron naturel, le casque est recouvert d'une housse en tissu appelée roseau. La cartouchière et le cartouche ne sont plus portés avec cet uniforme.

MonumentsModifier

 
Monument du régiment des morts de la guerre franco-prussienne, à la fois des morts de la communauté d'Osterbourg et de la paysannerie Tweelbäke Wunderburgstraße
 
Sculpture de Richard Heß (de) "Fragment d'un monument équestre", 1990, à l'emplacement de l'ancien caserne de dragons à Oldenbourg-Osternbourg, rue Bremer [1]

Il y a deux mémoriaux pour les morts du régiment. Le mémorial créé vers 1875 pour commémorer la guerre franco-prussienne est situé à Oldenbourg sur Bremer Straße / jonction avec Ulmenstraße jusqu'en 1960 et est ensuite déplacé vers son emplacement actuel à Wunderburgpark.

Le mémorial à ceux qui sont morts pendant la Première Guerre mondiale est inauguré en 1921. Il est situé sur un terrain appartenant à la communauté évangélique d'Ostenbourg sur Cloppenburger Strasse/Bremer Strasse.

En 1990, la sculpture "Fragment d'un monument équestre" de Richard Hess est érigée sur le site, qui est probablement destinée à commémorer l'ancien régiment de dragons. Il n'y a aucune indication du nom de la sculpture, de la date d'installation ou de l'artiste. Il est en bronze et repose sur une base en béton avec du clinker Bockhorn.

BibliographieModifier

  • Ludwig von Weltzien (de): Militairische Studien aus Oldenburgs Vorzeit und Geschichte des Oldenburgischen Contingents. Oldenburg 1858.
  • Georg Friedrich Max Gottlieb Eduard Schweppe: Geschichte des oldenburgischen Dragoner-Regiments Nummer 19, ehemalig großherzoglich oldenburgischen Reiter-Regiments. Berlin 1878.
  • Georg Friedrich Max Gottlieb Eduard Schweppe (bis 1878), Freiherr von und zu Egloffstein (fortgeführt): Geschichte des Oldenburg. Dragoner-Regiments Nr. 19 ehemalig Grossherzoglich Oldenburgischen Reiter-Regiments. Stalling, Oldenburg 1899, urn:nbn:de:gbv:45:1-4590.
  • August Tecklenburg: Die Hannoveraner, Braunschweiger und Oldenburger im Kriege gegen Frankreich 1870-71. Ein Kriegs- und Ehrenbuch des X. Armeekorps und ein Volksbuch für Niedersachsen und Ostfriesland. Hannover 1908.
  • Kriegsverluste der Oldenburger Regimenter. in: Oldenburgische Volkszeitung. vom 2. Oktober 1919, S. 3.
  • Hugo F.W. Schulz: Die Preußischen Kavallerie-Regimenter 1913/1914. Weltbild Verlag 1992.
  • Jürgen Kraus: Die deutsche Armee im Ersten Weltkrieg. Uniformierung und Ausrüstung. Verlag Militaria, Wien 2004.
  • Udo Elerd (Hg.): Von der Bürgerwehr zur Bundeswehr. Zur Geschichte der Garnison und des Militärs in der Stadt Oldenburg. Mit Beiträgen von Cord Eberspächer, Udo Elerd, Herbert Hedderich, Jürgen Steenken, Joachim Tautz, Gerhard Wiechmann, Oldenburg 2006. (ISBN 3-89995-353-3 et 978-3-89995-353-4)
  • Franz Döring von Gottberg: Das Oldenburgische Dragoner-Regiment Nr. 19 im Weltkriege. Mit einem Anhang Das Reserve-Dragoner-Regiment Nr. 6. Stalling, Oldenburg 1937. (Neu bearbeitet und erweitert auf Grund des im Jahre 1922 durch Rittmeister a. D. von der Wense veröffentlichten Geschichte des Regiments). Digitaler Volltext der Württembergischen Landesbibliothek
  • Adolf von der Wense: Das Oldenburgische Dragoner-Regiment Nr. 19 im Großen Kriege 1914–1918. Stalling, Oldenburg 1922. (Band 57 der Reihe „Ehemals preußische Truppenteile“ in Erinnerungsblätter deutscher Regimenter (de), digital verfügbar: urn:nbn:de:101:1-201304288286)
  • Frank Langer: Die Uniformierung und Ausrüstung des Oldenburgischen Truppenkorps 1813-1867. Schortens 2009. (ISBN 978-3-936691-35-1)
  • Robert Thoms, Stefan Pochanke: Handbuch zur Geschichte der deutschen Freikorps. o. O. (Bad Soden-Salmünster, MTV-Verlag GmbH) 2001, (ISBN 3-934507-03-4), S. 118.
  • o. V.: 90. Wiederkehr des Gründungstages des ehem. Oldenburgischen Dragoner-Regiments Nr. 19 1849-1939. Verlag Gerhard Stalling (de), Oldenburg ohne Jahr (1939).
  • Matthias Schachtschneider: Osternburg. Ein Ort mit vielen Gesichtern. 2. Aufl. Oldenburg (Isensee) 2001. (ISBN 3-89598-655-0).
  • Stadt Oldenburg (Hg.): Oldenburg 1914–1918. Ein Quellenband zur Alltags-, Sozial-, Militär- und Mentalitätsgeschichte der Stadt Oldenburg im Ersten Weltkrieg. (Veröffentlichungen des Stadtarchivs Oldenburg Bd. 7), Oldenburg (Isensee) 2014. (ISBN 978-3-7308-1080-4).
  • Burkhard Koop: Die Tätigkeit der in Oldenburg aufgestellten Brigaden, Regimenter, Bataillone, Batterien, Abteilungen und Munitionskolonnen im Weltkriege 1914–1918. Oldenburg (Selbstverlag) 2014.
  • Heinz Arndt: Hier hatten Reiter ihre Heimat. Vor 35 Jahren wurde 120 Jahre alte Kaserne abgerissen. in: Nordwest-Zeitung (de). vom 29. Januar 2015, S. 39.

La tradition archivistique se trouve aux Archives d'État de Basse-Saxe à Oldenbourg (de), stock erw 150 (ancien stock 276-3).

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. Meinhard Tebben, Skulpturen und Plastiken in Oldenburg, Oldenburg, BIS-Verlag, (ISBN 3-8142-0771-8) S. 88–89 (online)