Ouvrir le menu principal

ÉphéméridesModifier

JanvierModifier

  • 1er janvier : parution à Port-au-Prince (Haïti) d'un numéro spécial de la revue La Ruche en hommage à André Breton. Le numéro est immédiatement saisi. René Depestre est arrêté et emprisonné. Le soulèvement qui s'ensuit provoque la chute du gouverneur Lescot.
  • 24 janvier : Exposition Wifredo Lam à Port-au-Prince. Breton écrit la préface du catalogue La Nuit Haïti[1].

MarsModifier

AvrilModifier

MaiModifier

  • 25 mai : retour en France de Breton[3].
  • 26 mai : Antonin Artaud quitte Rodez. Il est installé dans une maison de santé à Ivry-sur-Seine (act. Val-de-Marne).

JuinModifier

  • 1er juin : Retrouvailles Artaud / Breton[4].
  • 7 juin : Séance d'hommage à Artaud au Théâtre Sarah-Bernhardt et exposition de ses dessins organisée par Jean Paulhan, Arthur Adamov et Marthe Robert pour saluer son retour après dix ans d'internement psychiatrique. Bien qu'il lui soit permis de proclamer à haute voix « les deux mots d'ordre qui n'en font qu'un : Transformer le monde selon Marx. Changez la vie selon Rimbaud ! »[5], le discours déçoit l'auditoire qui s'attendait à un réel hommage à Artaud plutôt qu'à l'évocation de la place du surréalisme dans la littérature d'après-guerre[6].

JuilletModifier

OctobreModifier

  • 1er octobre : Antonin Artaud, Adresse au Pape et Adresse au Dalaï-Lama
  • René Magritte, Marcel Mariën et Paul Nougé, Le Surréalisme en plein soleil, manifeste. Également signé par d'autres surréalistes belges, et par Joë Bousquet, qui veulent arracher le surréalisme actuel à sa complaisance pour le mystère pour l'orienter vers « la lumière du soleil ». Proposé à sa signature, Breton répond à Magritte : « Texte anti-dialectique et par ailleurs cousu de fil blanc, vous plaisantez. » Il s'ensuit une rupture avec Magritte et Nougé.
  • Nommé attaché culturel à l'ambassade du Mexique à Paris, le poète Octavio Paz participe aux activités des surréalistes.

NovembreModifier

Cette année-làModifier

ŒuvresModifier

  • Jean Arp
    • Le Siège de l’air, poèmes[10]
  • Antonin Artaud
    • Adresse au Pape : « Je renie le baptême. Je chie sur le nom chrétien. Je me branle sur la croix de dieu (mais la branlette, Pie XII, n'a jamais été dans mes habitudes, elle n'y entrera jamais) »
    • Adresse au Dalaï-Lama : « Que vous ayez ou non, à travers le néant, tasté mon corps, pour pouvoir en étiqueter les réactions d'aspic, et les faire tomber à pic dans la chute de vos rouleaux d'ego, ibi, esprit, perisprit, pan-insprit, par ago, tant à go, tamichto, ta pistro, pampita, pre-brahma, par a bo, pa ta pho, para-brah-pitr'a fa et toute la nomenclature anti-psychique, a psychologique, para-mystique, métaphysique, anti physique, ana meta dialectique où vous avez cru faire tenir tous mes maux, à moi le corps, j'ai à vous dire que vous, lamas, êtes tous des saligauds, yogis en plus et gourous foutus. »
    • Aliénation et magie noire, écrits
    • L'Homme et sa douleur, dessin, technique mixte sur papier[11]
    • La Maladresse sexuelle de Dieu, dessin, crayons de couleur et craies sur papier[12]
  • Jacques Baron
    • Le Noir de l'azur, écrit[13]
  • Hans Bellmer
    • Dialogue du prêtre et du moribond (pour Sade), crayon sur papier
  • Victor Brauner
    • Coup du doute[14],
    • Le Lion double[15],
    • La Rencontre du 2 bis, rue Pernel (la charmeuse Congloméros)[16],
    • Sources profondes, huiles sur toile
  • André Breton
    • La Nuit Haïti : « C'est à leurs pieds que Wifredo Lam installe son vêver, c'est-à-dire la merveilleuse et toujours changeante lueur tombant des vitraux invraisemblablement ouvragés de la nature tropicale sur un esprit libéré de toute influence et prédestiné à faire surgir, de cette lueur, les images des dieux[17]. »
    • Yves Tanguy, recueil de textes
  • André Breton pour le texte et André Masson pour les dessins
  • Aimé Césaire
    • Les Armes miraculeuses, poèmes
  • Paul Delvaux
    • L'Escalier, huile sur panneau[18]
  • Marcel Duchamp
    • Paysage fautif, objet, sperme sur satin noir tendu sur un cadre en bois, envoyé à Maria Martins, artiste brésilienne[19]
  • Alberto Giacometti
    • Nuit, sculpture
  • Arshile Gorky
    • Charred beloved
    • From a high plan II[20], huiles sur toile
  • David Hare
    • L'Homme assoiffé, sculpture[21]
  • Maurice Henry
    • Les Paupières de verre, poèmes
  • Jacques Hérold
    • La Femmoiselle, sculpture
  • Frida Kahlo
    • Le Cerf blessé, huile sur contreplaqué[22]
  • Jacqueline Lamba
    • Constructions intérieures maisons jardins[23]
    • Le Puits[24]
  • Marcel Lefrancq
    • Éloge du carnage, photographie[25]
  • Norman McLaren
  • René Magritte, Marcel Mariën et Paul Nougé
    • Le Surréalisme en plein soleil, manifeste : « Le sentiment que nous avons de ne pouvoir fuir l'univers mental nous oblige […] à affirmer l'existence d'un univers extramental et l'action réciproque de l'un sur l'autre en devient plus certaine […] Nous ne connaissons pas d'ombres irréductibles, car une vision attentive révèle que dans toute ombre physique ou spirituelle il y a des lumières, des couleurs qui l'animent […] Il ne faut pas craindre la lumière du soleil sous prétexte qu'elle n'a presque toujours servi qu'à éclairer un monde misérable. Sous des traits nouveaux et charmants, les sirènes, les portes, les fantômes, les dieux, les arbres, tous ces objets de l'esprit seront restitués à la vie intense des lumières vives dans l'isolement de l'univers mentale[27]. »
  • Joan Miró
    • Mujer, sculpture-objet, os, pierre de meule, acier et huile sur grès[28]
  • Toyen
    • Au château La Coste
    • Mythe de la lumière, huiles sur toile
  • Yves Tanguy
    • Mains et gants, huile sur toile[29]

Notes et référencesModifier

  1. Écrite le 9 janvier. Lam et les poètes, Hazan, Paris, 2005, p. 81.
  2. Reproduction dans Florence de Mèredieu, C'était Antonin Artaud, Fayard, Paris, 2006, p. 809.
  3. Polizzotti, op. cit., p. 610.
  4. Polizzotti, op. cit., p. 615.
  5. Que l'on peut entendre sur le disque compact inséré dans les Nouveaux cahiers de Rodez, d'Antonin Artaud, Gallimard, Paris, 2006.
  6. Polizzotti, op. cit., p. 614.
  7. Grossman, op. cit., p. 1764.
  8. Angliviel, op. cit., p. 219 et 222.
  9. Unique numéro. Canonne, op. cit., p. 52.
  10. Reproduction dans Pierre, op. cit., p. 301.
  11. 65 × 38,5 cm. F. de Mèredieu, op. cit., supra.
  12. Reproduction dans Artpress 2, no 9, mai 2008, p. 100.
  13. Bédouin, op. cit., p. 273.
  14. Reproduction dans Le Monde diplomatique no 653, août 2008, p. 3.
  15. Collection particulière. Reproduction dans Beaux Arts Magazine no 90, mai 1991, p. 65.
  16. 85 × 105 cm. Musée des arts modernes de la ville de Paris. Reproduction dans le catalogue d'exposition Le Douanier Rousseau : l'innocence archaïque sous la direction de Gabriella Belli et Guy Cogeval, Musée d'Orsay et éditions Hazan, Paris, 2016, p. 219.
  17. Extrait cité dans Lam et les poètes, Hazan, Paris, 2005, p. 81.
  18. Reproduction dans Crepaldi, op. cit., p. 207.
  19. 21 × 17 cm. Reproduction dans Beaux Arts Magazine no 273, mars 2007, p. 80 : « un test ADN réalisé en 1989 a confirmé qu'il s'agissait bien du propre sperme de Marcel Duchamp. »
  20. 43,2 × 61 cm. Reproduction dans Beaux Arts Magazine no 75, janvier 1990, p. 52.
  21. Pierre, op. cit., p. 233.
  22. Reproduction dans Crepaldi, op. cit., p. 20.
  23. 106 × 126 cm. Reproduction dans Colvile, op. cit., p. 160.
  24. 83,5 × 83,5 cm. Collection particulière Aube Élléouët-Breton et Merlin Hare. Reproduction dans Gille, op. cit., p. 96.
  25. Reproduction dans Canonne, op. cit., p. 44.
  26. www3.onf.ca.
  27. Canonne, op. cit., p. 48.
  28. 51,7 × 23,3 × 19,7 cm. Fundació Joan Miró, Barcelone. Reproduction dans Parcours des arts n° 44, octobre 2015, p. 7.
  29. Reproduction dans Connaissance des arts no 651, p. 101.