Ouvrir le menu principal
Chronologies
Années :
1916 1917 1918  1919  1920 1921 1922
Décennies :
1880 1890 1900  1910  1920 1930 1940
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Aéronautique Architecture Arts plastiques Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Dadaïsme et surréalisme Droit Échecs Économie Fantasy Football Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Philosophie Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Musulman · Persan · Républicain



Cette page concerne les événements qui se sont produits durant l'année 1919 en Lorraine.

Sommaire

Éléments contextuelsModifier

  • La France retrouve les territoires perdus en 1871, grâce au traité de Versailles et à la lettre du roi de Prusse Guillaume Ier.
  • 113 000 hectares de terres agricoles sont devenues incultes en Meurthe-et-Moselle du fait de la guerre[1].
  • 154 ponts et 4 890 kilomètres de chemins et routes sont à reconstruire en Meurthe et Moselle.
  • 287 usines sont à reconstruire en Meurthe et Moselle.
  • 11 millions de mètres cubes de tranchées sont à combler sur l'ensemble des zones de combat[2].

ÉvénementsModifier

  • élus députés de la Meuse :
    • Georges Lecourtier : Candidat de l'Alliance démocratique sur la Liste républicaine d'union meusienne conduite par André Maginot lors des élections législatives de 1919, il est élu et rejoint le groupe parlementaire de la Gauche républicaine démocratique à la Chambre des députés. Il se consacre à la question des régions libérées, ainsi qu'à l'agriculture.
    • André Maginot
    • Paul Henry Ferrette
    • Louis Revault

MarsModifier

AvrilModifier

  • 17 avril : loi de reconstruction. Création des Coopératives de Reconstruction à l'initiative du sénateur Lebrun et de l'abbé Thouvenin.
  • 25 avril : sortie de J'accuse, film français muet d'Abel Gance tourné en partie dans la Meuse. S'appuyant sur le titre d'un article célèbre d'Émile Zola pour la défense de Dreyfus, J'accuse est une œuvre majeure d'Abel Gance dénonçant la guerre, en se servant pour fil conducteur de la vie et de la mort d'un ancien poilu devenu pacifiste convaincu.

JuinModifier

« Sommée de se rendre, dès le 7 août 1870, elle a, sous l'héroïque direction du lieutenant-colonel Teyssier, et avec une garnison disparate de 2 500 hommes, résisté victorieusement aux bombardements et aux attaques d'un ennemi dix fois supérieur. Incendiée par les obus, sa population réduite de 2 700 à moins de 1 000 âmes, dont seulement 119 hommes valides, elle n'a consenti à ouvrir ses portes que le 27 mars 1871, deux mois après l'armistice, sur un ordre écrit du Gouvernement français et après avoir obtenu les honneurs de la guerre pour sa glorieuse garnison. La ville de Bitche ayant été comprise dans la partie du territoire arrachée à la France, aucune récompense ne put, jusqu'à présent, lui être décernée pour son héroïque résistance. Aujourd'hui que la vaillante cité lorraine est redevenue française, il m'a paru opportun de commémorer son siège et de récompenser la conduite héroïque de ses habitants en attribuant à Bitche la Croix de la Légion d'Honneur. Sa citation fait l'objet d'un rapport adressé par le Président du Conseil Ministre de la Guerre, au Président de la République. »

AoûtModifier

« Gardienne de communications importantes pour la défense du territoire, a toujours été éprouvée par les attaques dirigées contre la France. Du 10 août au 10 décembre 1870, a subi un siège de quatre mois au cours duquel les habitants ont fait preuve d'un courage héroïque, bravant cinq bombardements qui ont détruit et incendié les deux tiers de la ville, pour que Phalsbourg, la pépinière des braves, demeure rivée au sol français. »

SeptembreModifier

  • 20 septembre : Longwy est décorée de la Croix de guerre avec palme et de la Légion d’honneur

« Sentinelle avancée à quelques kilomètres de la frontière, a eu l’honneur de jouer un rôle important aux grandes heures de l’histoire. A fait preuve, en résistant à l’envahisseur de 1914, du même héroïsme que pendant les trois sièges de 1792, 1815 et 1870. N’a succombé que sous l’effet d’un lourd bombardement, dont elle a vivement souffert, après avoir retenu devant elle d’importantes forces ennemies. A subi fièrement, pendant plus de quatre ans le joug de l’ennemi, exaspéré par sa belle résistance. »

OctobreModifier

« Ville dont l'ardent patriotisme s'est affirmé magnifiquement au cours des épreuves de la guerre. Directement menacée, a assisté avec le plus beau courage à la bataille du Grand Couronné, livrée pour la défendre, bombardée par avions, prise par canons à longue portée, n'a jamais, malgré les souffrances, perdu son sang-froid. A bien mérité du pays. »

« Souvent, messieurs, dans ce laps de quatre ans, je suis venu visiter les troupes qui couvraient Nancy, sur le Grand Couronné et sur les bords de la Seille, et j'ai senti qu'à aucun moment, vous n'aviez pu avoir la certitude d'être définitivement à l'abri du péril[7]… »

« Ville dont la fidélité à la France n'a connu nulle défaillance au cours d'une captivité de quarante-huit ans. Riche d'un passé glorieux et sans taches, que ses malheurs n'ont pu ternir, exposée pendant des siècles aux convoitises de l'ennemi tout proche. A bien mérité d'être à l'honneur parce qu'elle a été longtemps à la peine. Symbolise dans l'affection émue de la Mère Patrie, la Lorraine enfin reconstituée dans son intégralité de province française. »

NovembreModifier

  • 16 novembre :
    • la liste de l'Union républicaine lorraine remporte la majorité absolue en Moselle. cette liste comptait entre autres Jean-Pierre Jean.
    • Hubert de Bazelaire de Lesseux, candidat dans les Vosges, sur la liste d'Union nationale républicaine. Classé quatrième de cette liste, il fut élu à la plus forte moyenne » et devient député.

DécembreModifier

NaissancesModifier

DécèsModifier

  • 19 avril à Saint-Dié (Vosges) : Ernest Picot, homme politique français né le 9 avril 1848 à Raon-l'Étape (Vosges).

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. Léopold Bouchot - Leçons et récits sur l'histoire de la Lorraine - p. 166 - Nancy 1930 - Ed Berger Levrault
  2. Léopold Bouchot (Leçons et récits sur l'Histoire de la Lorraine) Berger-Levrault - Nancy 1930
  3. http://histoire.univ.nancy.free.fr/?theme=1870.1919
  4. http://sfc.footeo.com/actualite/2013/07/02/l-asf93-devient-le-sarreguemines-football-club.html
  5. Les républicains de gauche sont Albert Lebrun, vice-président du Sénat, membre de l'Alliance démocratique, Charles Fringant et Georges Mazerand. Les républicains nationaux sont, outre Marin, François de Wendel, Édouard de Warren, son ami, Désiré Ferry, qui a été son secrétaire.
  6. a et b Alsace Lorraine, histoire d'un pays perdu de 1870 à nos jours - François Roth - Éditions Place Stanislas 2010 - (ISBN 978-2-35578-050-9) - Page 17
  7. Extrait du discours prononcé le 12 octobre 1919 par Mr Raymond Poincaré, Président de la République, lors de la remise de la Croix de la Légion d'Honneur et de la Croix de Guerre à la Ville de Nancy.
  8. Fiche sur Les gens du cinéma