Chronologies
Description de cette image, également commentée ci-après
La bête du Gévaudan, gravure à l’eau-forte, 1764.
Années :
1761 1762 1763  1764  1765 1766 1767
Décennies :
1730 1740 1750  1760  1770 1780 1790
Siècles :
XVIIe siècle  XVIIIe siècle  XIXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Architecture Arts plastiques Droit Littérature Musique classique Philosophie Santé et médecine Science Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Hégirien · Persan · Républicain

Cette page concerne l’année 1764 du calendrier grégorien.

ÉvénementsModifier

  • 20 janvier : déclaration royale ordonnant l’exécution de celle du sur la réforme des finances et « impose un silence absolu sur ce qui s’est passé relativement aux objets qui y ont donné lieu ». Le 28 mars une nouvelle déclaration du roi « fait défenses d’imprimer, débiter ou colporter aucuns écrits, ouvrages ou projets concernant la réforme ou administration des finances »[1].
  • 4 et 17 janvier : Fitz-James et Dumesnil, commandants militaires à Toulouse et à Grenoble, en conflit avec les parlements locaux, sont rappelés à Versailles par Choiseul[2].
  • 15 avril : mort de Mme de Pompadour. Le haras de Pompadour est rattaché à la couronne[3].
  • 4 juin : cassation du jugement de Calas par le Conseil du roi[4].
  • 5 juin : début des affaires de Bretagne. Le procureur La Chalotais prend la tête d’une coalition de magistrats décidés à défendre les privilèges locaux[5].
  • 30 juin : Jeanne Boulet, une fillette de 14 ans, est tuée à Saint-Étienne-de-Lugdarès par « la » bête féroce, selon son acte de décès. La bête du Gévaudan commence ses ravages (fin en 1767)[6].
  • 13 juillet : déclaration portant suspension de divers privilèges d’exemption de taille[3].
  • 19 juillet : édit du contrôleur général L’Averdy supprimant toute entrave au commerce des grains à l’exception de la capitale et de son arrière-pays[3]. L’exportation hors des frontières reste réglementée. La déréglementation provoque de nombreuses émeutes frumentaires chez les consommateurs inquiets entre 1764 et 1770, et n’empêche pas la hausse des prix. Elle favorise par contre l’émergence de nombreux marchands de grain, issus souvent des milieux populaires.
  • Juillet : Rouillé d’Orfeuil est nommé intendant de Champagne[3].
  • 6 août : second traité de Compiègne entre la France et Gênes. Les troupes françaises s’engagent à tenir garnison dans les trois villes déjà occupées ainsi qu’à Bastia et à Algajola pendant quatre ans[7].
  • 8 août : nouvelle victime de la bête du Gévaudan[6].
  • Août : ordonnance supprimant les offices municipaux créés par l’édit de 1733. De nouvelles élections sont prévues dans le délai de deux mois[8]. L’Averdy tente la mise au point de municipalités relativement représentatives (1764-1765).
  • 26 novembre : à la suite de l’affaire La Valette (1761), les parlements, exprimant leurs sympathies jansénistes, gallicanes et régalistes, réussissent à imposer au roi l’expulsion de la Compagnie de Jésus[5]. Cent six collèges jésuites sont reconvertit.
  • Décembre : édit rétablissant la caisse d’amortissement, destinée à rembourser les dettes exigibles. Elle est alimentée par le dixième de retenue sur les pensions et les rentes et la caisse des arrérages[3].
  • Jeanne Bécu devient la maîtresse du chevalier languedocien Jean du Barry et dirige la maison de jeu qu’il possède à Paris. Jean du Barry s’arrange pour la présenter à Louis XV qui, après l’avoir mariée au comte Guillaume du Barry, frère de Jean (juillet 1768), en fait sa maîtresse officielle (1770)[9].
  • Le maréchal de Richelieu et l’intendant d’Etigny, de la province Navarre-Bearn-Auch, font pression sur le parlement de Navarre pour qu’il permette aux marchands de draps israélites d’exercer en pleine ville de Pau et sur le conseil de Bayonne pour qu’il ouvre ses portes aux Juifs de Saint-Esprit. Marchands de draps, commerçants de détails (chocolat), professeurs de danse s’installent en ville[10].

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Jean-Jules Clamageran, Histoire de l'impôt en France, vol. 3, Paris, Guillaumin, (présentation en ligne)
  2. Antonella Alimento, Réformes fiscales et crises politiques dans la France de Louis XV : de la taille tarifée au cadastre général, Peter Lang, (ISBN 9789052014142, présentation en ligne)
  3. a b c d et e Mireille Touzery, L’invention de l’impôt sur le revenu : La taille tarifée 1715-1789, Vincennes, Institut de la gestion publique et du développement économique, (ISBN 9782821828506, présentation en ligne)
  4. Alphonse Jobez, La France sous Louis XV (1715-1774), vol. 6, Didier et cie, (présentation en ligne)
  5. a et b Philippe Valode, L'histoire de France en 2 000 dates, Acropole, (ISBN 9782735703616, présentation en ligne)
  6. a et b François Baroin, Une histoire de France par les villes et les villages=, Albin Michel, (ISBN 9782226426390, présentation en ligne)
  7. Johannès Pallière, De la Savoie au Comté de Nice en 1760 : les secrets de la nouvelle frontière, La Fontaine de Siloé, (ISBN 9782842061388, présentation en ligne)
  8. Alphonse Rousset, Frédéric Moreau, Dictionnaire géographique, historique et statistique des communes de la Franche-Comté, Bintot, (présentation en ligne)
  9. Yannick Resch, 200 femmes de l'histoire : des origines à nos jours, Paris, Eyrolles, coll. « Eyrolles pratique », , br, 230 p., 14,8 × 21 cm (ISBN 2212542917, OCLC 495314764, notice BnF no FRBNF42001111, SUDOC 133624129, présentation en ligne, lire en ligne), p. 60
  10. Béatrice Leroy, L'aventure séfarade, Flammarion, (ISBN 9782080812537, présentation en ligne)