Ouvrir le menu principal

ÉvénementsModifier

 Sommaire :  Haut - Janvier - Février - Mars - Avril - Mai - Juin - Juillet - Août - Septembre - Octobre - Novembre - Décembre 

JanvierModifier

FévrierModifier

MarsModifier

  • 5 mars :
    • devant l’avancée du comte d’Harcourt, Condé lève le siège de Miradoux et se retire à Astaffort[27].
    • arrivée du duc de Nemours à Paris avec 7000 hommes[22]. Une lettre du parle ainsi de l’arrivée du duc de Nemours à Paris : « M. le duc de Nemours est arrivé ici cette après-dînée, accompagné de quatre cents chevaux y compris ce qui l’on avoit envoyé au-devant de lui ; il a traversé toute la ville en cet équipage, et est allé descendre du palais d’Orléans (au Luxembourg). »[35]
  • 6 mars : Plessis-Bellière et Montausier quittent Pons pour assaillir Saintes. Les premières troupes prennent position autour de la ville[4].
  • 7 mars :
    • l’attaque de Saintes commence. L’assiégeant fait une trouée dans le faubourg Saint-Eutrope. Des tranchées sont creusées pour prendre des points forts de la ville[4].
    • Harcourt, après avoir regroupé ses troupes, leur laisse deux jours de repos et quitte Auvillars[27].
  • 8 mars : on dispose les batteries autour de Saintes[4].
  • 9 mars :
    • les troupes de Condé et Conti s’emparent de Pergain[36].
    • à Saintes, on continue à installer les batteries, on fait avancer les tranchées. Le sieur de Montafilant ingénieur est blessé au ventre. Il meurt le 10[37].
  • 10 mars :
    • la cour est à Tours[38].
    • vigoureuse attaque au siège de Saintes. Sortie infructueuse des assiégés. Le soir, Chambon, gouverneur de la place entre en négociation pour capituler[4].
    • Mademoiselle rapporte dans un lettre un ballet donné chez elle le jour de la mi-Carême par le fils de Séguier, à la demande de Monsieur, en l’honneur des troupes anticardinalistes commandées par Nemours et le baron de Clinchamp (qui mourra bientôt au combat de la porte Saint-Antoine)[39].
  • 11 mars :
    • Chambon, à qui on a garanti de partir avec ses troupes sauves de Saintes, passe comme il est de tradition entre les troupes de l’assaillant rangées en bataille ; soudain, il arrive un grand désordre dans ses troupes. Les soldats et cavaliers pillent leurs officiers, en criant vive le roi, et rejoignent les hommes de Plessis-Bellière qui assiégeaient la place. Chambon est contraint de se retirer avec seulement quelques officiers[40].
    • Harcourt rassemble ses troupes et marche sur Fleurance. Il veut surprendre les troupes de Condé dans leurs quartiers[27].
  • 12 mars :
    • la cour est à Amboise[38].
    • Harcourt repart de Fleurance à la pointe du jour. À quatre heures de l’après-midi, les troupes d’Harcourt se sont insinuées par surprise entre deux quartiers de Condé, Laplume et Astaffort. Il décide d’attaquer le quartier où se trouve Condé à Astaffort[27]. Condé a le temps de franchir la Garonne ; Harcourt prend 500 chevaux un abondant butin et de l’artillerie. Toutes les villes du pays d’Albret se soumettent au roi[27].
  • 15 mars :
    • la cour arrive à Blois[38].
    • l’armée que commande le duc de Nemours fait sa jonction, aux environs de Châteaudun, avec les forces levées par Gaston d’Orléans et placées sous les ordres du duc de Beaufort[11].
  • 16 mars : Bossuet est ordonné prêtre à Paris, après avoir fait une retraite sous la direction de M. Vincent à Saint-Lazare[41].
  • 23 mars :
  • 24 mars, dimanche des Rameaux :
    • Condé quitte Agen en grand apparat, puis à quelques lieues se travestit en laquais, et laisse son équipage leurrer son monde. Puis suivi de La Rochefoucauld et son fils Marcillac, de Guitaut et de quelques autres, fait route vers le Nord[43]. Il va à marches forcées à la rencontre du duc de Nemours, sur la Loire. Après les revers de Saintes, Taillebourg, etc. Condé décide de changer de théâtre d’opérations.
    • arrivée de Beaufort et de Tavannes au palais du Luxembourg pour accompagner Monsieur à Orléans. Gondi le dissuade de quitter Paris[44].
  • 25 mars : départ à midi de la Grande Mademoiselle pour Orléans avec le duc de Rohan, la dame de Bréauté, la comtesse de Fiesque et la dame de Frontenac[22]. Mademoiselle est à Étampes le 26 mars, où elle rejoint Beaufort à la tête d’une troupe. À Toury, elle trouve Nemours et le baron de Clinchamp. Il s’agit de devancer le roi qui a le projet d’entrer dans Orléans, en venant de Blois. La Cour a couché à Cléry[45].
  • 27 mars : levée à 5 heures du matin, Mademoiselle de Montpensier s’empare de la ville d’Orléans (elle passe d’abord à la porte Bannière, puis seule, en passant par la porte Brûlée), capitale de l’apanage de son père[17].
  • 28 mars : Mazarin apprend la nouvelle de la prise d’Orléans[46].
  • 29 mars :
    • à Jargeau, les forces royales de Turenne repoussent Beaufort qui voulait se saisir du pont de la Loire[47].
    • Bussy-Rabutin reçoit à La Charité une lettre du roi portée par d’Artagnan lui demandant de tenir la place et le pont contre ses ennemis[48].
    • violente querelle entre Nemours et Beaufort qui en viennent aux armes en présence de Mademoiselle lors d’un conseil de guerre tenu dans un faubourg d’Orléans ; Nemours, qui voulait secourir Montrond assiégé, doit céder et après l’arrivée de Condé, l’armée des princes rebelles marche vers Montargis pour couper la route à Mazarin[49].
  • 30 mars : Condé et sa troupe incognito sont au Bec d’Allier, près de la La Charité-sur-Loire. Ils prennent un bac pour traverser la Loire[43].
  • 31 mars : la Cour détournée d’Orléans va passer les fêtes de Pâques à Sully[50].

AvrilModifier

  • 1er avril : tandis que la Cour arrive à Gien, Condé rejoint l’armée des princes (Beaufort et Nemours) à Lorris-en-Gâtinais, et en prend le commandement[1].
  • 2 - 4 avril : à Paris, manifestation sur le Pont Neuf en faveur des princes[51]. Ces manifestations populaires contre Mazarin sont orchestrées par le parti des princes. Les désordres sont réprimés par le Parlement et la milice bourgeoise.
  • 4 avril :
  • 5 avril : exécution du maçon Pierre Louis, l’un des meneurs des manifestations parisiennes[53].
  • 6 avril : du Plessis-Bellière fait dresser la batterie au siège de Saint-Surin[54].
  • 7 avril :
    • bataille de Bléneau[1]. Condé, pendant la nuit, met en désordre les forces du maréchal d’Hocquincourt, mais Turenne, bien retranché, arrête son offensive et sauve ainsi la Cour[28]. Nemours, qui a fait merveille (Condé) blessé d’un coup de pistolet à la hanche. Beaufort, qui aussi a fort bien fait (Condé) a un cheval tué sous lui. La Rochefoucauld et son fils Marcillac se distinguent au combat. Condé a perdu moins de 30 hommes.
    • capitulation de Saint-Surin, assiégée depuis le par du Plessis-Bellière[54].
  • 8 avril : le roi quitte Gien pour Saint-Germain via Melun escorté par les troupes de Turenne[55].
  • 11 avril : Condé arrive dans la capitale[11]. Retz ne fait rien pour l’en empêcher, tant la cause de Mazarin est impopulaire à Paris. Avec Condé, La Rochefoucauld père et fils sont reçus triomphalement à Paris, d’où la cour s’est retirée depuis plus de trois mois.
  • 12 avril :
    • Condé est mal reçu par le Parlement[1];
    • un ordre du roi délivré à Guitaut, le vieux, libère Nort, emprisonné à Saumur et qui a défendu Cognac face aux troupes royales et n’a pu être secouru à temps par Condé[56].
  • 17 avril : Fouquet, en tant que procureur général, attaque Condé et le manifeste des princes en séance plénière du Parlement de Paris[57].
  • 19 - 22 avril : une assemblée tenue à l’Hôtel de ville décide d’envoyer une députation au roi pour le supplier de renvoyer Mazarin et de revenir à Paris[55].
  • 21 avril : le setier de froment vaut 28 livres[33].
  • 23 avril : l’armée des princes conduite par Tavannes, Valon et Clinchamps occupe les faubourgs d’Étampes par surprise. Les troupes de Turenne campent à Châtres pour protéger la cour à Saint-Germain[58].
  • 24 - 25 avril : la mère Angélique et les cinquante religieuses de Port-Royal des Champs quittent l’abbaye pour Paris à cause des troubles[3].
  • 26 avril : échange vif entre le président de Novion et Condé qui l’accuse de trahison. Condé conclut face à la menace de l’autre d’élever la voix pour se plaindre à la Compagnie : « Et moi, quand j’élèverai la main sur vous, il y a assez de différence entre vous et moi pour qu’il n’en fût pas autre chose ! »[59]
  • 27 avril :
  • 28 avril :
    • Rohan, Chavigny et Goulas se rendent à la Cour à Saint-Germain demander l’exil de Mazarin à la reine et au roi. Mais Mazarin refuse de sortir pendant leur entrevue. Elle tourne à la confusion des visiteurs qui n’obtiennent rien et rendent Condé suspect à ses propres partisans[22].
  • 30 avril : émotion populaire rue de Tournon montée de toutes pièces par les condéens pour apeurer la bourgeoisie et la municipalité parisiennes[22].

MaiModifier

JuinModifier

JuilletModifier

  • 1er juillet : une partie de l’armée royale conduite par le maréchal de La Ferté traverse la Seine pour faire un pont vers l’île Saint-Denis[1];
  • 1er - 2 juillet : dans la nuit (9 à 10h du soir), les troupes de Condé, après avoir traversé le bois de Boulogne, longent l’enceinte ouest et nord de la capitale[1].
  • 2 juillet :
    • six heures du matin, Fiesque négligé par Monsieur et envoyé par Condé frappe à la porte de Mademoiselle[78].
    • bataille du faubourg Saint-Antoine, entre Turenne (il avait été prévenu par Nicolas Fouquet[79] qui aurait fait descendre un homme dans un panier le long de la muraille) et Condé, qui avait ramené son armée sous Paris. En faisant tirer les canons de la Bastille et ouvrir les portes de la ville, Mademoiselle de Montpensier sauve l’armée de Condé (elle avait, dit Dethan, un ordre écrit de Monsieur ; dans ses Mémoires, elle précise qu’elle a dû le lui arracher). Paolo Mancini est blessé à mort, il meurt le 18 juillet. Condé se retire en Flandres[1].
    • le comte de Flamarin, ou Flamarens, chambellan de Gaston d’Orléans est tué au combat de la porte Saint-Antoine[80].
    • La Rochefoucauld, attaquant avec son fils Marcillac, Beaufort, Nemours et quelques volontaires, reçoit une mousquetade en plein visage. Il peut se rendre, ensanglanté, à l’hôtel de Liancourt, puis se fait transporter à Bagneux. Ce fut à cette occasion qu’il met ses deux fameux vers sous un portrait de Madame de Longueville[81].
  • 4 juillet : l’après-dînée, grande assemblée à l’Hôtel de ville, où sont invitées douze personnes de chaque quartier, à savoir six officiers du roi ès cours souveraines et six notables bourgeois. » (Journal de Dubuisson-Aubenay). Journée des Pailles. Les émeutiers recrutés par les princes attaquent l’assemblée des notables parisiens chargée d’étudier les moyens de rétablir l’ordre et mettent le feu à l’Hôtel de ville. Des députés et conseillers de la ville sont massacrés. Retz prend peur, se barricade dans l’archevêché, entasse vivres et mousquets dans les tours de Notre-Dame de Paris. Mais il ne lui arrive rien de fâcheux au cours des troubles de l’été[1]. Condé impose une quasi-dictature à Paris.
  • 5 juillet : démission du prévôt des marchands[82].
  • 6 juillet : Broussel est élu prévôt des marchands et Beaufort devient gouverneur de Paris, en replacement du maréchal de L’Hospital en fuite[77].
  • 10 juillet : Mazarin récompense un fidèle, Guy de Bar, maréchal de camp (le ). Chargé de conduire les princes de Marcoussis au Havre en , il est fait lieutenant général, puis gouverneur d’Amiens le [83].
  • 14 juillet : Nicolas Fouquet, replié à Argenteuil, rédige deux mémoires pour Mazarin qui lui exposent la situation à Paris[79].
  • 15 juillet :
  • 17 juillet : la Cour s’installe à Pontoise[77].
  • 18[1] ou 20 juillet[77] : Condé force le Parlement de déclarer que le roi est prisonnier entre les mains de Mazarin et fait décerner la lieutenance générale du royaume au duc d’Orléans et à lui-même le titre celui de généralissime, avec la charge « d’employer l’autorité du roi et la leur pour mettre le roi en pleine liberté , lui faire rendre l’honneur, le service et l’obéissance qui lui étaient dus. ».
  • 27 juillet : le nouveau lieutenant général du royaume se dote d’un conseil[85]. Séguier accepte de le présider[11].
  • 29 juillet : Fuensaldaña, envoyé par l’archiduc Léopold en Picardie avec un corps 14 000 hommes, et duc de Lorraine font leur jonction à Fismes près de Reims pour une nouvelle offensive dans le Nord et vers Paris[86].
  • 30 juillet : duel au pistolet derrière l’hôtel de Vendôme : le duc de Nemours est tué par son beau-frère, le duc de Beaufort[77]. C’est la fin de l’unité de la Fronde des princes[87].
  • 31 juillet : Louis XIV signe une déclaration ordonnant le transfert à Pontoise du Parlement de Paris[25].

AoûtModifier

 
Jean-Gaston, duc de Valois.
  • 10 août :
    • émeute des « têtes de papier »[17];
    • mort, à deux ans, du duc de Valois, seul fils de Gaston d’Orléans, ce qui aura des incidences dynastiques à long terme[17]. Il était très contrefait et anormal mentalement. Il ne parlait ni ne marchait à deux ans.
  • 12 août : Louis XIV promet d’écarter Mazarin pour rétablir la paix civile[93].
  • 17 août : Séguier abandonne le conseil des princes et quitte Paris pour rejoindre le roi[11].
  • 19 août : pour répondre au vœu des parlementaires de Pontoise, désireux d’enlever tout prétexte de révolte à ceux de Paris, Mazarin fait mine de s’exiler à nouveau[77]. Il se rend à Château-Thierry ; de là, il gagne Bouillon.
  • 21 août : la Cour se transporte à Compiègne[77];
  • 22 août : les princes indiquent à quelles conditions ils accepteraient de déposer les armes[93].
  • 26 août : Louis XIV accorde une amnistie à ses sujets rebelles, sauf aux responsables des émotions populaires du 25 juin et du 4 juillet[77] : « Édit du Roi portant une amnistie à l’occasion de tout ce qui s’est passé à l’occasion des présents mouvements, à la charge de se remettre dans les trois jours dans l’obéissance du Roi. » Le parlement de Pontoise enregistre le texte le lendemain, mais les princes le repoussent, car sont exceptés les responsables des troubles des et . De ce fait, les princes la refusent le 27 août[93].
  • 29 - 31 août : altercations entre bourgeois de Paris et soldats des princes campés dans les faubourgs[77]. Quelques bourgeois sont tués.

SeptembreModifier

OctobreModifier

NovembreModifier

DécembreModifier

  • 16 décembre : ordre du roi d’arrêter le cardinal de Retz[108].
  • 17 décembre : édit voulu par Mazarin supprimant le plafonnement à 3 millions de livres des dépenses du comptant[113].
  • 19 décembre : malgré les avertissements de Caumartin et de la princesse palatine, Retz va au Louvre à 9 heures du matin, après avoir brûlé ses papiers. Vers 11 heures, il est arrêté par le marquis de Villequier, capitaine des gardes en quartier. L’après-midi, il est transféré au château de Vincennes et incarcéré au deuxième étage du donjon. Le public ne manifeste aucune émotion. Mazarin dirige de loin cette réaction, sans vouloir reparaître trop tôt, pour ne pas en assumer la responsabilité[1].
  • 20 décembre : démarche infructueuse de l’archevêque et du clergé de Paris pour demander la libération de Retz[114].
  • 31 décembre : un lit de justice enregistre treize édits bursaux, qui abolissent l’œuvre de la déclaration du mois d’[113].

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h i j k l m n et o Maximilian Samson Friedrich Schöll, op. cit, p. 305-333.
  2. Archives historiques de la Saintonge et de l'Aunis, vol. 45, A. Picard, (présentation en ligne)
  3. a et b Laurence Plazenet, Port-Royal, Flammarion, (présentation en ligne)
  4. a b c d e f g et h Revue de l'Aunis, La Rochelle, A. Siret, (présentation en ligne)
  5. Myriam Bacha, Christian Hottin, Lluis Agusti, Les bibliothèques parisiennes : architecture et décor, Action artistique de la ville de Paris, (présentation en ligne)
  6. Adolphe Chéruel, Mémoires de Mlle de Montpensier, vol. 1, Charpentier, (présentation en ligne)
  7. a b et c Relation véritable de tout ce qui s'est passé au siège de Cognac et à sa levée par le prince de Condé, Paris, Dumoulin, (présentation en ligne)
  8. Pierre Lenet, Mémoires contenant l'histoire des guerres civiles des années 1649 et suivantes, Foucault, (présentation en ligne)
  9. Revue de l'Agenais, vol. 2, Agen, Société des Sciences, Lettres et Arts, (présentation en ligne)
  10. Louis Raynal, Histoire du Berry, vol. 4, Vermeil, (présentation en ligne)
  11. a b c d e f g h et i Katia Béguin, Les princes de Condé: rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle, Éditions Champ Vallon, (ISBN 9782876732773, présentation en ligne)
  12. Anne-Elisabeth Spica, Bossuet à Metz (1652-1659) : les années de formation et leurs prolongements ; actes du colloque international de Metz (21-22 mai 2004), Peter Lang, (ISBN 9783039108022, présentation en ligne)
  13. Jean-Joseph-François Poujoulat, Nouvelle collection des mémoires relatifs a l’histoire de France depuis le XIIIe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, vol. 30, Didier, (présentation en ligne)
  14. Jean François Paul de Gondi de Retz, Œuvres complètes, vol. 1 (ISBN 9782745301543, présentation en ligne)
  15. Gabriel Jules comte de Cosnac, Souvenirs du règne de Louis XIV, vol. 1, Vve J. Renouard, (présentation en ligne)
  16. Revue de Saintonge & d'Aunis : Bulletin de la Société des archives historique, vol. 45, (présentation en ligne)
  17. a b c d e et f J. C. L. Simonde de Sismondi, Histoire des Français, vol. 24, Paris, Treuttel et Würtz, (présentation en ligne)
  18. Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, vol. 37, (présentation en ligne)
  19. Bulletin de la Société historique et archéologique de Corbeil, d'Étampes et du Hurepoix, vol. 19, A. Picard, (présentation en ligne)
  20. Rohrbacher, Histoire universelle de l’Église catholique, vol. 13, Paris, Gaume Frères et J. Duprey, (présentation en ligne)
  21. Comte de Bussy-Rabutin, Mémoires, Mercure de France, (ISBN 9782715229495, présentation en ligne)
  22. a b c d e f g et h Le Roux de Lincy, Louis Douët-d'Arcq, Registres de l'Hôtel de ville de Paris pendant la Fronde, vol. 2, J. Renouard et cie, (présentation en ligne)
  23. Jean-Pierre Bardet, op. cit, p. 47.
  24. Jean Désiré Louis Gilbert, Jules Gourdault, Œuvres de La Rochefoucauld, vol. 1, L. Hachette et cie., (présentation en ligne)
  25. a b c et d Luc-Normand Tellier, Face aux Colbert : les Le Tellier, Vauban, Turgot- et l'avènement du libéralisme, PUQ, (ISBN 978-2-7605-0461-5, présentation en ligne), p. 107-112
  26. Jean François Paul de Gondi de Retz, Œuvres du Cardinal de Retz, vol. 11, Paris, Hachette et Cie, (présentation en ligne)
  27. a b c d e f g h i j et k Hugues-Daniel Chaubert, Pièces fugitives pour servir a l'histoire de France, vol. 2, Paris, Chabert, (présentation en ligne)
  28. a et b Lucien Bély, Dictionnaire Louis XIV, Robert Laffont/bouquins/segher, (ISBN 9782221191019, présentation en ligne)
  29. Henri Eugène Philippe Louis d'Orléans Aumale, Histoire des princes de Condé pendant les XVIe et XVIIe siècles, vol. 7, Calmann Lévy, (présentation en ligne)
  30. Célestin Moreau, Bibliographie des Mazarinades, J. Renouard, (présentation en ligne)
  31. Jean-Pierre Bardet, op. cit, p. 67.
  32. a et b P. Marchegat, A. Lemarchand, L. Cosnier, Revue de l'Anjou, vol. 2, Cosnier et Lachèse, (présentation en ligne)
  33. a et b Joël Cornette, Affirmation de l'État absolu 1492-1652, Hachette Éducation, (ISBN 9782013201223, présentation en ligne)
  34. Olivier Lefèvre d' Ormesson, Journal d'Olivier Lefèvre d'Ormesson, vol. 9, Imprimerie impériale, (présentation en ligne)
  35. Mlle de Montpensier, op. cit, p. 340.
  36. Joseph Noulens, Maisons historiques de Gascogne : Guienne, Béarn, Languedoc et Périgord, vol. 1, Aubry, (présentation en ligne)
  37. Gabriel Jules comte de Cosnac, op. cit, p. 427.
  38. a b et c Joseph François Michaud, Jean Joseph François Poujoulat, Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France depuis le XIIIe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe : Montglat, La Rochefoucauld, Gourville, vol. 5, Paris, Everat et Cie, (présentation en ligne)
  39. Mlle de Montpensier, op. cit, p. 341.
  40. a et b Henri de Turenne, Collection des lettres et mémoires trouvés dans les porte-feuilles du Maréchal de Turenne : 1626 - 1670, vol. 1, Nyon, (présentation en ligne), p. 197, 204
  41. a b c et d Jacques-Bénigne Bossuet, Élévations sur les Mystères, Méditations et autres textes, Groupe Robert Laffont, (ISBN 9782221199268, présentation en ligne)
  42. Mlle de Montpensier, op. cit, p. 343.
  43. a et b Œuvres de La Rochefoucauld, L. Hachette et Cie, (présentation en ligne)
  44. Mlle de Montpensier, op. cit, p. 449.
  45. Mlle de Montpensier, op. cit, p. 352.
  46. Mlle de Montpensier, op. cit, p. 451.
  47. Kathryn Willis Wolfe, Phillip J. Wolfe, Humanisme et politique : 1650-1654, vol. 3, Gunter Narr Verlag, (ISBN 9783823361527, présentation en ligne)
  48. Roger de Bussy-Rabutin, Mémoires, Charpentier, (présentation en ligne)
  49. a b c d e f g h et i Henri Martin, Histoire de France, vol. 14, Furne, (présentation en ligne), p. 309-320
  50. M. Petitot, Collection des mémoires relatifs a l'histoire de France, vol. 36, Paris, Foucault, (présentation en ligne)
  51. Douët d'Arcq, Registres de l'hôtel de ville de Paris pendant la Fronde, Renouard, (présentation en ligne)
  52. Jacqueline Martin-Bagnaudez, Regards sur Madame de Maintenon, Desclée De Brouwer, (ISBN 9782220022000, présentation en ligne)
  53. Hubert Carrier, op. cit, p. 369.
  54. a et b Gabriel Jules comte de Cosnac, Souvenirs du règne de Louis XIV, vol. 1, Renouard, (présentation en ligne)
  55. a b et c Isaac de Larrey, Histoire de France sous le regne de Louis XIV, vol. 1, Bohm, (présentation en ligne)
  56. Gabriel Jules comte de Cosnac, op. cit, p. 339.
  57. Pierre Adolphe Chéruel, Mémoires sur la vie publique et privée de Fouquet, surintendant des finances, vol. 1, Charpentier, (présentation en ligne)
  58. Revue de l'histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, vol. 38, Versailles, Société des sciences morales, des lettres et des arts de Seine-et-Oise, (présentation en ligne)
  59. Gabriel Jules comte de Cosnac, Souvenirs du règne de Louis XIV, vol. 2, Renouard, (présentation en ligne)
  60. a et b Marie-Joëlle Guillaume, Vincent de Paul, EDI8, (ISBN 9782262051488, présentation en ligne)
  61. Baptiste-Honoré-Raymond Capefigue, Richelieu, Mazarin, la Fronde et le règne de Louis XIV, vol. 5, Wouters, (présentation en ligne)
  62. Anne-Marie-Louise d'Orléans Montpensier, Mémoires de Mlle de Montpensier, vol. 2, Paris, Charpentier, (présentation en ligne)
  63. a b c d et e Maximilian Samson Friedrich Schöll, Cours d'histoire des états européens depuis le bouleversement de l'Empire romain d'Occident jusqu'en 1789, Gide, fils, (présentation en ligne)
  64. Pierre Blet, Le Clergé de France et la monarchie, vol. 1, Gregorian&Biblical BookShop, (présentation en ligne)
  65. Blaise Pascal, Victor Rocher, Pensées de Pascal, Mame et fils, (présentation en ligne)
  66. Jacques Antoine Dulaure, Histoire physique, civile et morale des environs de Paris, Hippolyte Boisgard, (présentation en ligne)
  67. Henri de Campion, Mémoires, Chez P. Jannet, (présentation en ligne)
  68. René Ier Voyer, comte d’Argenson, Annales de la Compagnie du Saint-Sacrement, Marseille, Saint-Léon, 1900, BN numérisé, p. 142
  69. Patrice-John O'Reilly, Histoire complète de Bordeaux, vol. 1, J. Delmas, (présentation en ligne)
  70. -Pierre Poussou, Yves-Marie Bercé, Regards sur les sociétés du XVIIe siècle: Angleterre, Espagne, France, Éditions Sedes, (ISBN 9782301001238, présentation en ligne)
  71. a et b Pierre Adolphe Chéruel, Mémoires de Mlle de Montpensier, vol. 2, Charpentier, (présentation en ligne)
  72. Jean-Marie Le Gall, Isabelle Brian, La vie religieuse en France, XVIe-XVIIIe siècle, Armand Colin, (ISBN 9782301001733, présentation en ligne)
  73. a et b A. Chéruel, Mémoires sur la vie publique et privée de Fouquet, vol. 1, (présentation en ligne)
  74. Auguste Trognon, Histoire de France : La France moderne 1483 à 1789, vol. 4, Hachette, (présentation en ligne)
  75. Hoefer, Nouvelle biographie générale : Faesch-Floris, vol. 17, Firmin Didot frères, (présentation en ligne)
  76. Charles Athanase Walckenaer, Joseph Adolphe Aubenas, Mémoires de la marquise de Sévigné, vol. 1, Firmin Didot, (présentation en ligne)
  77. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v et w Hubert Carrier, Presse de la Fronde : Les Mazarinades, Librairie Droz (ISBN 9782600034395, présentation en ligne)
  78. Revue européenne : lettres, sciences, arts, voyages, politique, vol. 3, (présentation en ligne)
  79. a et b Daniel Dessert, Fouquet, Fayard, (ISBN 9782213648644, présentation en ligne)
  80. Mlle de Montpensier, op. cit, vol. 2 p. 3.
  81. Jean Désiré Louis Gilbert, Jules Gourdault, Œuvres de La Rochefoucauld, vol. 1, L. Hachette et cie., (présentation en ligne)
  82. Jean-Baptiste Honoré Raymond Capefigue, Richelieu, Mazarin, la Fronde et le règne de Louis XIV, vol. 8, Duféy, (présentation en ligne)
  83. Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles, Dictionnaire historique et biographique des généraux français, depuis le onzième siècle jusqu’en 1820, vol. 1, Paris, Arthus Bertrand, (présentation en ligne)
  84. Mlle de Montpensier, op. cit, vol. 2, p. 142.
  85. a et b Jean François Paul de Gondi de Retz, Jules Mazarin, Aimé Louis Champollion-Figeac, Mémoires du Cardinal de Retz : 1652-1655, vol. 4, Charpentier, (présentation en ligne), p. 56-61
  86. Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie, vol. 3, Dumoulin, (présentation en ligne)
  87. Voir récit par Mademoiselle dans ses Mémoires.
  88. Mlle de Montpensier, op. cit, vol. 2, p. 139.
  89. Mlle de Montpensier, op. cit, vol. 2, p. 180.
  90. Gabriel Jules Cosnac, Souvenirs du règne de Louis XIV, vol. 3, Vve. J. Renouard, (présentation en ligne)
  91. Moreau, Bibliographie des mazarinades ; publiée pour la Société de l’histoire de France, vol. 1, Renouard, (présentation en ligne)
  92. Claude Bernard Petitot, Collection complète des mémoires relatifs à l'histoire de France : Robert Arnauld d'Andilly, vol. 34, Foucault, (présentation en ligne)
  93. a b c d e et f Yves Durand, Jean-Pierre Bardet et Michel Vergé-Franceschi, État et société en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Presses Paris Sorbonne, (ISBN 9782840501510, lire en ligne)
  94. Alain Joly, La forteresse de Montrond, Lulu.com, (ISBN 9781291265651, présentation en ligne)
  95. Augustin Challamel, Marianna De Marinis, Histoire anecdotique de la Fronde 1643 à 1653, Librairie nouvelle, (présentation en ligne)
  96. Mlle de Montpensier, op. cit, vol. 2, p. 160.
  97. Jean Pierre Papon, Histoire générale de Provence, vol. 4, Moustard, (présentation en ligne)
  98. Mlle de Montpensier, op. cit, vol. 2, p. 163.
  99. a b et c Georges Dethan, La vie de Gaston d'Orléans, Editions de Fallois, (ISBN 9782877061407, présentation en ligne)
  100. « Le cardinal de Retz », Revue des Deux Mondes, vol. 23, no 388,‎ (présentation en ligne)
  101. Revue française, Paris, G. Simon, (présentation en ligne)
  102. Napoleon Maurice Bernardin, Tristan L'Hermite, Genève, Slatkine, (présentation en ligne)
  103. Ignácio Ruiz Rodríguez, Don Juan José de Austria en la Monarquía Hispánica : Entre la Política, el Poder y la Intriga, Librería-Editorial Dykinson, (ISBN 9788498490299, présentation en ligne)
  104. Valentin Conrart, Mémoires, Foucault, (présentation en ligne)
  105. Jean-Marie Constant, Gaston d'Orléans : Prince de la liberté, EDI8, (ISBN 9782262042219, présentation en ligne)
  106. a et b Hélène Duccini, Guerre et paix dans la France du Grand Siècle : Abel Servien : diplomate et serviteur de l’État (1591-1659), Champ Vallon (ISBN 9791026705567, présentation en ligne)
  107. Collection des mémoires relatifs a l'histoire de France, vol. 35, Foucault, (présentation en ligne)
  108. a et b Anaïs Bazin, Histoire de France sous Louis XIII et sous le ministère du Cardinal Mazarin, 1610-1661, vol. 4, Chamerot, (présentation en ligne)
  109. Just-Jean-Etienne Roy, Histoire de Vauban, L. Lefort, (présentation en ligne)
  110. Roger de Bussy-Rabutin, Histoire amoureuse des Gaules, P. Jannet, (présentation en ligne)
  111. Joseph François Michaud, Nouvelle collection des mémoires relatifs à l'histoire de France, vol. 26, (présentation en ligne)
  112. Le Correspondant, vol. 142, Paris, V.-A. Waille, (présentation en ligne)
  113. a et b Jean-Jules Clamageran, Histoire de l'impôt en France, vol. 2, Guillaumin, (présentation en ligne)
  114. Cardinal de Retz, Œuvres complètes. Les Tragédies, vol. 4, Honoré Champion (ISBN 9782745303844, présentation en ligne)