Ouvrir le menu principal

15e régiment de dragons

15e régiment de dragons
Création 1689
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment de Dragons
Rôle Cavalerie
Devise "Incorrupta fides et avita vera"
Inscriptions
sur l’emblème
Polotsk 1812
Bautzen 1813
Dresde 1813
Champaubert 1814
Flandres 1918
Reims 1918
Anniversaire Saint-Georges
Guerres Guerre de Succession d’Autriche
Guerre de Sept Ans
Guerre d'indépendance des États-Unis
Guerres napoléoniennes
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale

Le 15e régiment de dragons est un régiment de cavalerie créé sous le nom de régiment de Noailles sous l’Ancien Régime et levé par Anne Jules de Noailles. C'est un régiment de dragons à partir de 1776.

Création et différentes dénominationsModifier

Chefs de CorpsModifier

ConflitsModifier

Historique des garnisons, campagne et batailles du 15e RDModifier

Ancien RégimeModifier

Guerres de la Révolution et de l'EmpireModifier

De 1815 à 1848Modifier

Second EmpireModifier

De 1871 à 1914Modifier

  • En 1875 en garnison à Libourne.

Première Guerre mondialeModifier

À la mobilisation, le régiment est cantonné à Libourne. Il fait partie de la 10e brigade de dragon au sein de la 10e division de cavalerie.

À la 10e division de cavalerie d' à . À la 3e division de cavalerie de à .

1914Modifier

  • Secteur de Chazelles le on enregistre des pertes au nombre de 1 officier, 1 sous-officier et 9 cavaliers
  • Secteur de Franconville le le régiment compte 1 officier et 4 cavaliers tués
  • Bataille de Rozelière
  • Bataille de la Marne
  • Bataille des Flandres

1915Modifier

  • Secteur de l'Artois tout au long de l'année. Le régiment doit être employé en cas de percée des lignes allemandes. Durant l'année 1915, le régiment subit la perte de 4 cavaliers

1916Modifier

  • Secteur de la Somme, 1 cavalier tué

1917Modifier

  • Secteur du Chemin des Dames
  • Secteur Rosières-en-Santerre le durant la bataille de Cambrai, 1 sous-officier et 4 cavaliers tués

1918Modifier

  • Secteur de Locre (Belgique) du jusqu'au . Le régiment subit beaucoup de pertes surtout dans les journées et les nuits du 25 et . 4 Officiers, 5 sous-officiers et 30 cavaliers seront tués durant les offensives de ces 2 jours.
  • Secteur de Chêne-La-Reine le , 1 sous-officiers et 14 cavaliers tués

Entre-deux-guerresModifier

Seconde Guerre mondialeModifier

Article connexe : Seconde Guerre mondiale.

Drôle de guerreModifier

Articles connexes : Drôle de guerre et plan Dyle.

Le 15e régiment de dragons portés (15e RDP) est recréé dès le 2 septembre 1939. Il est alors rattaché à la 1re brigade de dragons portés, avec le 14e régiment de dragons portés. Pendant la première partie de la drôle de guerre, cette brigade est rattaché à la 1re division légère mécanique puis au corps de cavalerie et enfin la 15e brigade légère mécanique (15e BLM) qu'il constitue avec le 5e régiment d'automitrailleuses[3]. En la 15e BLM fait partie de la nouvelle 5e division légère de cavalerie (5e DLC). Dans le plan Dyle, cette division doit participer à la manœuvre retardatrice en Ardenne en avant de la 2e armée[3]. Pour cette mission la division constitue deux groupements est et ouest, le 15e RDP est répartie dans ces groupements pour former les détachements de découverte et de sûreté éloignée, les gros et deuxièmes échelons sur les différents itinéraires de progression prévue en Ardenne[4].

Bataille de FranceModifier

De 1945 à nos joursModifier

ÉtendardModifier

Rouge avec un soleil d'or. Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[5] :

Personnalités ayant servi au 15e dragonsModifier

Sources et bibliographieModifier

  • Historique du 15e régiment de dragons : campagne 1914-1918, Paris, Chapelot, 70 p., disponible sur Gallica.

Notes et référencesModifier

  1. Michel Roucaud, « Le récit méconnu de la bataille d’Austerlitz par le maréchal Alexandre Berthier : avortée une relation officielle », paru dans la Revue historique des armées, no 238, 2005, disponible en ligne SHA, consulté le 13 janvier 2007
  2. Le Combat de Nogent-sur-Seine - Explosion du Pont, le 12 février 1814 (D'après une vieille gravure)
  3. a et b Jean-Yves Mary, Le corridor des Panzers : Par delà la Meuse 10 - 15 mai 1940, t. I, Bayeux, Heimdal, , 462 p. (ISBN 2-84048-270-3), p. 34-36.
  4. André Bikar, « La campagne de mai 1940 en Belgique : la 5e division légère de cavalerie en Ardenne, du 10 au 12 mai », sur atf40.fr (consulté le 4 avril 2014).
  5. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Voir aussiModifier