Ouvrir le menu principal

134e régiment d'infanterie

134e Régiment d'Infanterie
Image illustrative de l’article 134e régiment d'infanterie
Image illustrative de l’article 134e régiment d'infanterie
Insignes régimentaires du 134e régiment d'infanterie.
Image illustrative de l’article 134e régiment d'infanterie
Insigne régimentaire du 134e bataillon d'infanterie.

Création 1795
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'infanterie
Rôle Infanterie
Devise Oradour
Inscriptions
sur l’emblème
Lützen 1813
Bautzen 1813
Magdebourg 1813-1814
Champagne 1915
Verdun 1916
Picardie 1918
Gemblous 1940
Anniversaire Saint-Maurice
Fête le 21 mai (1813, Bautzen)
Guerres Guerre de 1870
Première Guerre mondiale
Bataille de France
Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Algérie
Fourragères aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918.
Décorations Croix de guerre 1914-1918
deux palmes
une étoile vermeil
Croix de Guerre Belge 1940-1945
une palme

Le 134e régiment d'infanterie (134e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française créé sous la Révolution à partir de la 134e demi-brigade de première formation.

Création et différentes dénominationsModifier

Colonels/chef-de-brigadeModifier

  • 1795 : Colonel Valois.
  • 1813 : Colonel Brillat-Savarin.
  • ...
  • ...
  • Début de la 1re guerre mondiale : Colonel Perrin
  •  : Colonel Joseph Perret, du Génie, ad interim
  •  : Colonel Jean Sarda
  •  : Colonel Mathieu.
  •  : Colonel Le Maistre
  • printemps 1915 : Colonel Duperrier
  •  : Commandant Poupard
  • ...
  • 1930- 1931 : Colonel Landrot.
  • ...
  • ...
  • ...
  • 1939-1940 : Colonel De Caumia-Baillenx.
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
 
insigne de béret d'infanterie

Colonels tués ou/et blessés durant leur commandement du 134e régiment d'infanterie de ligne :

  •  : Colonel Marie Frédéric Brillet-Savarin, blessé

Officiers tués ou/et blessés pendant qu'ils servaient au 134e régiment d'infanterie durant la période 1813-1814:

  • Officiers tués : 17
  • Officiers mort des suites leurs blessures : 7
  • Officiers blessés : 37

Historique des garnisons, combats et bataille du 134e RI de ligneModifier

Révolution et EmpireModifier

  • 1795 : Estevan, Yrursum, et Bilbao
  • 1813 : Mockern, Lützen, Bautzen, et Lowenberg
  • 1814 : Magdebourg

Après la campagne d'Allemagne (1813), le régiment est décimé et a presque disparu.

De 1815 à 1848Modifier

Deuxième RépubliqueModifier

Second EmpireModifier

De 1871 à 1914Modifier

Première Guerre mondialeModifier

 
Insigne de la 15e Division d'Infanterie

Casernement: Mâcon, Dijon, 29e brigade d'infanterie.

Affectation: 15e Division d'Infanterie d' à , 8e corps d'armée.

1914Modifier

Lorraine, Bataille de Sarrebourg, combats de Langatte, bataille de Rozelieures

1915Modifier

Sud de Saint-Mihiel, combats de la Vaux-Ferry, Champagne, attaque de la tranchée de Pologne, tranchée de la Vistule…

À la mobilisation, le , le 134e régiment comprenait 3 360 hommes dont 59 officiers. Beaucoup d’entre eux ont été tués ou sont morts des suites de leurs blessures. Leurs noms sont inscrits sur l’historique du régiment.

1916Modifier

Secteur de Saint-Mihiel, combats du bois d'Ailly en forêt d'Apremont, La croix Saint-Jean, Verdun (août), Somme, Belloy-en-Santerre.

1917Modifier

Champagne, Aubérive, Butte de Mesnil, ouvrage Guerlais, Beauséjours.

1918Modifier

Champagne, Oise…

" Brave régiment." Général Mangin, 1918.

Entre-deux-guerresModifier

Seconde Guerre mondialeModifier

En 1940 le 134e régiment d'infanterie motorisée sous les ordres du Colonel De Caumia-Baillenx de la 15e division d’infanterie motorisée du Général Juin de la Ire armée. Région Militaire, Centre Mobilisateur d'infanterie, CMI 82 Chalon-sur-Saône / Autun.

Batailles et combatsModifier

De 1945 à nos joursModifier

En 1945, le 134e est reformé à Périgueux grâce à un apport de résistants FFI venant des maquis du Limousin. Il est dirigé par le colonel Demonet, dont l'adjoint est le lieutenant-colonel Roger Lescure, qui a œuvré à la reformation du régiment.

Le régiment est en poste à Metz de juin à , puis passe en Allemagne mettre en œuvre son occupation[1].

En septembre 1968, le Colonel Berthelot reçoit le commandement du 134e Régiment d'Infanterie Divisionnaire, recréé dans le cadre de la réorganisation de la D.O.T

Le P.C du Régiment est fixé à Mâcon, caserne Duhesme.

Il est composé de cinq compagnies de combat, d'une compagnie de commandement et d'une compagnie des services.

Fin 1968, le colonel Berthelot transmet le commandement du Régiment au Lieutenant-colonel Chaussier.

En 1972 une véritable renaissance du 134e R.I.D, le colonel P.Dumeurger prend le commandement du Régiment. Avec l'appui du colonel Jacques Schmitt, Délégué militaire Départemental, le Régiment complète son organisation, qui comporte cinq compagnies et une compagnie de commandement et des services.

Le centre mobilisateur, installé à Autun, n'est pas à la hauteur des ambitions du Régiment.

Le colonel Dumeurger, poursuit l'organisation et l'entrainement du Régiment qui voit son organigramme se transformer. Le nombre de compagnies reste le même, mais deux compagnies d'interventions sont mises en place.

Le centre mobilisateur commence son installation à Crissey.

les autres chefs de corps furent:

Inscriptions portées sur le drapeau du régimentModifier

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[2]:

 

DécorationsModifier

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918   avec 2 palmes, 1 étoile vermeil et de la Croix de Guerre Belge 1940-1945 avec une palme.

Il a le droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918.

Traditions et uniformesModifier

InsigneModifier

DeviseModifier

Oradour

Personnalités ayant servi au 134e RIModifier

Sources et bibliographieModifier

  • Bibliographie fournie par le musée du château de Vincennes.
  • À partir du Recueil d'Historiques de l'Infanterie Française (Général Andolenko - Eurimprim 1969).
  • [1] le 134e R.I

Notes et référencesModifier

  1. « Roger Lescure », Ordre de la Libération (consulté le 8 août 2018)
  2. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Voir aussiModifier