123 av. J.-C.

année
Chronologies
-126 -125 -124  -123  -122 -121 -120
Décennies :
-150 -140 -130  -120  -110 -100 -90
Siècles :
-IVe -IIIe  -IIe  -Ier Ier
Millénaires :
-IIIe -IIe  -Ier  Ier IIe
Calendriers

Cette page concerne l'année 123 av. J.-C. du calendrier julien proleptique.

Événements modifier

  • 7 août 124 av. J.-C. (1er janvier 631 du calendrier romain) : début à Rome du consulat de Titus Quinctius Flaminius et Quintus Caecilius Metellus Baliaricus[1].
    • Tribunat de Caius Gracchus (123-122 av. J.-C.). Il restitue à la commission triumvirale chargée d’appliquer la loi agraire ses prérogatives (droit de délimitations) ralentie par la loi de 129 av. J.-C. Il renforce la loi agraire en redistribuant l’ager publicus (domaine public) aux Romains comme aux Italiens, en Italie comme en Afrique ; il institue des distributions de blé à prix réduit (pour lutter contre la corruption électorale), décide la fondation de nouvelles colonies à Tarente, Capoue, Carthage et Corinthe, fait construire des routes, des greniers en Italie, mesures destinées à soulager la misère du petit peuple[2]. Il fait voter une loi interdisant d’enrôler des soldats de moins de 17 ans[3].
    • Loi sur la province d’Asie : la dîme, l’impôt de pacage, scriptura et les douanes de la province font l’objet d’une adjudication au profit des publicains (classe équestre). Caius Gracchus rallie à sa cause les chevaliers[2].
    • Caius Gracchus, pour affaiblir les pouvoirs du Sénat, exclut les sénateurs de la quaestio perpetua (tribunal créé en 149 av. J.-C.) et de la lex Sempronia : il décide que les membres du tribunal seront choisis dans une liste de jurés comprenant 600 chevaliers. Les sénateurs, perdant le contrôle du tribunal, perdent aussi le contrôle des provinces et les chevaliers accèdent pour la première fois à des fonctions qui dépassent le cadre judiciaire[4].
 
Statue celte du guerrier accroupi d’Entremont.

Décès modifier

Notes et références modifier

  1. François Clément et Viton de Saint-Allais, L'Art de vérifier les dates, vol. 5, Paris, Moreau, (présentation en ligne)
  2. a et b Pierre Milza, Histoire de l'Italie : Des origines à nos jours, Fayard, , 1104 p. (ISBN 978-2-213-64034-1, présentation en ligne)
  3. Encyclopédie des gens du monde, vol. 12, Librairie de Treuttel et Würtz, (présentation en ligne)
  4. Janine Cels Saint-Hilaire, La République romaine : 133-44 av. J.-C., Armand Colin, , 256 p. (ISBN 978-2-200-27352-1, présentation en ligne)
  5. a et b Joseph P. Yap, Wars with the Xiongnu : A Translation from Zizhi Tongjian, AuthorHouse, (ISBN 978-1-4685-1073-7, présentation en ligne)
  6. Yves Porter, Les iraniens : Histoire d'un peuple, Armand Colin, (ISBN 978-2-200-26009-5, présentation en ligne)
  7. Emmanuel Choisnel, Les Parthes et la Route de la Soie, Éditions L'Harmattan, , 277 p. (ISBN 978-2-7475-7037-4, présentation en ligne)
  8. Catherine Grandjean, Geneviève Hoffmann, Jean-Yves Carrez-Maratray, Le monde hellénistique, Armand Colin, , 352 p. (ISBN 978-2-200-24237-4, présentation en ligne)
  9. Christine Delaplace et Jérôme France, Histoire des Gaules (60 av.-60 ap. J.-C.), Armand Colin, , 288 p. (ISBN 978-2-200-25423-0, présentation en ligne)
  10. Jean-Pierre Martin et Giovanni Brizzi, Rome et l'Occident (IIe siècle av. J.-C. : IIe siècle ap. J.-C.) : CAPES : Agrégation, Éditions Sedes, , 272 p. (ISBN 978-2-301-00105-4, présentation en ligne)
  11. (en) Dexter Hoyos, A Companion to Roman Imperialism, Boston, BRILL, , 393 p. (ISBN 978-90-04-23593-9, présentation en ligne)

Liens externes modifier