Ouvrir le menu principal

Le 120e bataillon de chasseurs à pied[1] a été créé le 15 mars 1915 Sennecey-le-Grand et dissous le 13 mai 1919 à Sarreguemines

120e Bataillon de Chasseurs à Pied
Création 15 mars 1915
Dissolution 13 mai 1919
Pays Drapeau de la France France
Branche Terre
Type Bataillon de Chasseurs
Rôle Infanterie
Inscriptions
sur l’emblème
Voir étendard unique des chasseurs
Anniversaire Sidi-Brahim
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles Seconde bataille de Champagne
Bataille de Verdun
Bataille du Chemin des Dames
Fourragères Croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918


Sommaire

Création et différentes dénominationsModifier

15 mars 1915 : formation du 120e bataillon de chasseurs à pied à Sennecey-le-Grand
13 mai 1919 : Dissolution à Sarreguemines

Insigne du 120e bataillon de chasseurs à piedModifier

Devise du 120e bataillon de chasseurs à piedModifier

Drapeau du régimentModifier

Comme tous les autres bataillons de chasseurs ou groupes de chasseurs, il ne dispose pas de son propre drapeau.

Le bataillon reçoit la fourragère aux couleurs de la Croix de guerre 1914-1918 le 17 novembre 1918.

Chefs de corpsModifier

HistoriqueModifier

La Première Guerre mondialeModifier

Affectation

1915Modifier

Alsace : Reichacker, Lac Noir, Linge

Seconde bataille de Champagne : Bois des Bouleaux, nord ouest de Souain

Lorraine

1916Modifier

Vosges (Wissembach)

Verdun : Bois d'Haudremont, reprise des Forts de Douaumont et de Vaux, Thiaumont

Bois-le-Prêtre

Somme : Barleux

1917Modifier

Vosges : Senones

Chemin des Dames : Le Panthéon (juin), Vauxaillon (13 août), Mont des Singes

Aisne : La Malmaison (fin octobre)

Haute-Alsace

1918Modifier

Haute-Alsace

Belgique : Kemmel

Flandres : Scherpenberg (20 mai)

Courcelles

Aisne

Oise: Guiscart (10 août)

Lorraine

Références et bibliographieModifier

  1. sergent-major G. Raoul, Notre bataillon le 120e chasseurs ! : historique du 120e bataillon de chasseurs à pied pendant la guerre 1914-1918, Metz, Impr. lorraine, , 164 p., disponible sur Gallica.

Voir aussiModifier