Ouvrir le menu principal

Kāf

lettre de l'alphabet arabe
(Redirigé depuis ك)
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. Testez votre navigateur afin de vérifier qu'ils s'affichent correctement. En cas de problème, consultez la page d'aide à l'affichage des caractères Unicode.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kaf.

كاف
Kāf
ك
كـ ـكـ ـك
Graphies
Isolée ك
Initiale كـ
Médiane ـكـ
Finale ـك
Utilisation
Alphabets Arabe
Ordre 22e
Phonèmes principaux /k/

Kāf (en arabe كاف, kāf, ou simplement ك) est une lettre de l’alphabet arabe. Elle est la 22e lettre de l’alphabet arabe.

Sa valeur numérique dans la numération abjad est 20.

Variantes et lettres dérivéesModifier

En arabe, la lettre kāf peut avoir plusieurs formes, considérées comme des variantes stylistiques, des préférences régionales ou encore comme lettres distinctes.

Le kāf nu, en arabe الكاف المعراه (al-kāf al-muʿarrāh), pour les formes isolées ou finales, ressemblant à un lām ‹ ل › généralement avec un petit kāf suscrit[1] : ‹ ك ـك ›

Le kāf ouvert, en arabe الكاف المشكوله (al-kāf al-maškūlah) ou الكاف المشقوقه (al-kāf al-mašqūqah), pour les formes initiales et médianes[2] : ‹ ‍كـ ـكـ ›. La lettre additionnelle kāf ouvert est utilisée dans l’écriture de plusieurs langues, ses quatre formes ont une bar supérieure : ‹ ک کـ ـکـ ـک ›.

Le kāf écrasé, en arabe الكاف المبسوطه (al-kāf al-mabsūṭah) utilisé dans les styles calligraphiques muḥaqqaq, rayḥān ou naskh[3]. La lettre additionnelle kāf écrasé est utilisée dans l’écriture de plusieurs langues, ses quatre formes sont toutes des kāf écrasés : ‹ ڪ ڪـ ـڪـ ـڪ ›.

Kāf ouvertModifier

Kāf, keha
ک
Graphies
Isolée ک
Initiale کـ
Médiane ـکـ
Finale ـک
Utilisation
Écriture alphabet arabe
Alphabets kurde, ormuri, ourdou, pachto, persan, phalura, shina, sindhi
Phonèmes principaux /k/

Le kāf ouvert ou keha, est la forme principalement utilisée dans l’écriture des plusieurs langues dont l’arabe dialectal, le kurde, l’ormuri, l’ourdou, le pachto, le persan, le phalura, le shina[4], le sindhi, ainsi que dans l’orthographe arabe standardisé pour le wolof, pulaar, soninké, mandinka, sérère, diola et balante de la Direction de la promotion des langues nationales au Sénégal[5].

SindhiModifier

En sindhi, le keha ‹ ک کـ ـکـ ـک › est utilisé pour représenter une consonne occlusive vélaire sourde aspirée // et est différentiée du kāf écrasé ‹ ڪ ڪـ ـڪـ ـڪ › représentant une consonne occlusive vélaire sourde (sans aspiration) /k/. Elle est translittérée avec kha ‹  › en sindhi écrit avec la devanagari.

Notes et référencesModifier

  1. Gacek 2008, p. 53.
  2. Gacek 2008, p. 42-43.
  3. Gacek 2008, p. 8.
  4. Priest 2011, Shina and Palula Character Sets, p. 2.
  5. Priest et Hosken 2010.

BibliographieModifier

  • (en) Rozi Khan Burki, « Dying languages: special focus on Ormuri language », Pakistan Journal of Public Administration, Karachi, National Institute of Public Administration, vol. 6, no 2,‎ (lire en ligne)
  • Direction de la promotion des langues nationales, Tableau général des alphabets - arabe/langues nationales en caractères coraniques harmonisés et leurs correspondants en caractères latins, Dakar, Direction de la promotion des langues nationales (DPLN), c. 2002
  • (en) Michael Everson, Extension of the Arabic alphabet coded character set for bibliographic information interchange (ISO 11822:1996), (lire en ligne)
  • (en) Adam Gacek, The Arabic manuscript tradition: a glossary of technical terms and bibliography – supplement, Leyde, Brill, (ISBN 9004165401, DOI 10.1163/ej.9789004165403.i-304, présentation en ligne, lire en ligne)
  • (en) Lorna A. Priest, Proposal to add ARABIC MARK SIDEWAYS NOON GHUNNA (no L2/11-033R), (lire en ligne)
  • (en) Lorna A. Priest et Martin Hosken, Proposal to add Arabic script characters for African and Asian languages, (lire en ligne)

Voir aussiModifier