Šibenik

ville de Croatie

Šibenik
Sebenic [1]
Blason de Šibenik
Héraldique
Šibenik
Vue de Šibenik
Administration
Pays Drapeau de la Croatie Croatie
Comitat Šibenik-Knin
Maire Željko Burić[2] HDZ
Code postal 22000
Indicatif téléphonique international +(385)
Indicatif téléphonique local (0) 22
Démographie
Population 34 302 hab. (2011[3])
Population municipalité 46 332 hab. (2011[4])
Géographie
Coordonnées 43° 44′ 02″ nord, 15° 53′ 44″ est
Altitude m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Europe
Voir sur la carte administrative d'Europe
City locator 12.svg
Šibenik
Géolocalisation sur la carte : Croatie
Voir sur la carte administrative de Croatie
City locator 12.svg
Šibenik
Géolocalisation sur la carte : Croatie
Voir sur la carte topographique de Croatie
City locator 12.svg
Šibenik
Liens
Site web www.sibenik.hr

Šibenik (en italien Sebenico) est une ville et une municipalité de Croatie située en Dalmatie. Elle est le chef-lieu du comitat de Šibenik-Knin. Au recensement de 2011, la municipalité comptait 46 332 habitants, dont 94,02 % de Croates et la ville seule comptait 34 302 habitants[5].

HistoireModifier

Fichier:+Sebenico by Martino Rota.jpg
Plan de Šibenik by Martino Rota, début 16e siècle
 
Panorama de Sebenìco, 1575
 
Forteresse Saint Nicolas
 
Vue Sud de Šibenik depuis la forteresse Saint Michel
 
Panorama de Šibenik

Histoire ancienneModifier

Dans la localité de Danilo, se trouve un site archéologique important, qui atteste de la présence humaine dès le néolithique. La céramique de Danilo a donné son nom à la "culture de Danilo" (4 800-3 900 av. J.-C.).

La ville est fondée au Xe siècle au bord d’une baie profonde à l’embouchure de la rivière Krka, elle est pour une courte période la capitale du Royaume croate. Le centre historique de la vieille ville est surplombé par la forteresse Saint-Michel. Le site reçoit le nom latin de "Sibinicum". En 1066, sous le règne de Petar Krešimir IV de Croatie, il est fait pour la première fois mention de la ville sous ce nom.

La cathédrale Saint-Jacques, inscrite en 2000 sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO[6], a été construite entre 1431 et 1535 par des artisans italiens (Francesco di Giacomo, Niccolò di Giovanni Fiorentino) et dalmates (Juraj Dalmatinac (v. 1420-1473) ; elle témoigne des échanges considérables qui se sont déroulés entre l'Italie du Nord, la Dalmatie et la Toscane du XVe au XVIe siècle dans les domaine des arts), et illustre la fusion réussie de l'art gothique et de la Renaissance[6]. Elle fut en son temps le seul bâtiment d'Europe dont la voûte en pierre fut construite sans mortier ni charpente en bois. Novateur, Dalmatinac imagine une nouvelle méthode d'assemblage, sans joint, à l'aide de dalles de pierre taillées sur mesure et insérées dans des arcs doubleaux grâce à des languettes et des rainures. À sa mort, Nikola Firentinac (forme locale du nom Niccolò di Giovanni Fiorentino), fidèle à son projet, termine la partie supérieure. Elle porte aussi une frise ornée de soixante et onze portraits sculptés de femmes, d'hommes et d'enfants. Fait remarquable, la cathédrale Saint-Jacques compte parmi les tout premiers édifices de la première Renaissance bâtis hors d'Italie.

Giorgio Schiavone, un peintre croate qui vécut en Italie, s'y installa à partir de 1463, tout en se rendant de temps en temps à Padoue[7]. Il est mort le 6 décembre 1504. On peut voir une de ses œuvres, une Vierge à l'Enfant dans le monastère Saint-Laurent[8].

Histoire moderneModifier

Les Turcs la convoitèrent longtemps avant que les Autrichiens ne l'occupent. Puis les Français l'occupèrent pendant une huitaine d'années à la suite du traité de Presbourg (1805). Les Austro-Hongrois qui ont succédé aux troupes de Napoléon Ier gardèrent le pouvoir jusqu'en 1918, année à la fin de laquelle la ville passe sous domination italienne. En 1921, à la suite du traité de Rapallo Šibenik fut rattachée au royaume des Serbes, Croates et Slovènes. Toutefois, la guerre de 1939-1945 devait ramener l'occupant italien.

LocalitésModifier

La municipalité de Šibenik compte 32 localités :

Personnalités nées à ŠibenikModifier

Notes et référencesModifier

  1. Pierre Jurieu, Abbregé de l'histoire du Concile de Trente. Avec un discours contenant les reflexions historiques sur les Conciles, ... par Pierre Jurieu. Premiere (-seconde) partie, , 480 p. (lire en ligne), p. 143.
  2. (hr) Gouvernement de Croatie, « Adresse et contact de la ville », sur vlada.hr (consulté le 17 octobre 2008)
  3. Recensement 2011 sur dzs.hr, Crostat - Bureau central de statistiques, "Population in major settlements"
  4. Recensement 2011 sur dzs.hr, Crostat - Bureau central de statistiques, "Population in major towns and municipalities"
  5. Recensement 2011 sur dzs.hr, Crostat - Bureau central de statistiques, "Census of Population, Households and Dwellings 2011"
  6. a et b « Cathédrale Saint-Jacques de Šibenik », sur unesco.org (consulté le 10 mai 2015)
  7. « Giorgio Schiavone », sur Nationalgallery.org (consulté le 10 mai 2015)
  8. Valérie Bougault, « Actualités Meaux-Écouen », Connaissance des Arts, no 615,‎ , p.26

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier