Ouvrir le menu principal

Île imaginaire

analogue fictionnel d'île
Ne doit pas être confondu avec Île fantôme.
Carte de l'île Chairman tirée du roman de Jules Verne Deux ans de vacances.

Une île imaginaire est une île dont l'existence est fictive parce qu'elle est imaginaire ou que son existence a été réfutée la supposition de celle-ci, ou après sa prétendue découverte. Cette notion regroupe donc les îles tirées d'œuvres (littéraires, cinématographiques, etc), des croyances populaires et religieuses ainsi que des considérations historiques (on parle alors d'îles fantômes dans ce dernier cas). Les caractéristiques d'une île imaginaire et les évènements qui peuvent s'y dérouler peuvent être totalement inventés ou s'appuyer sur des faits et considérations réels, mythifiés le cas échéant.

La nature irréelle de ces îles leur permet d'acquérir des facultés improbables comme celles de se déplacer, de flotter dans les airs, d'abriter une faune, une flore ou des populations humaines peu communes, d'être creuses, etc.

L'île, cet espace clos isolé au milieu de l’océan, objet géographique réel, est le support de nombreux mythes, symboles ou fantasmes. Elle devient alors un espace imaginaire, source multiple et puissante, qui donne naissance à des œuvres nombreuses et variées dont elle est le cadre. Véritable espace des possibles l'île imaginaire peut représenter le Paradis ou l'Enfer. Elle peut être le théâtre de l’aventure, de la mise à l’épreuve, de l’initiation...[interprétation personnelle]

Lorsqu'elle est au centre d'une œuvre, elle joue différents rôles en fonction de la thématique. Dans une robinsonnade, elle isole le ou les héros, qui apprennent comment y survivre et s'en échapper. Dans un récit de chasse au trésor, elle sert de cache au butin, que celui qui l'y a caché veut protéger des convoitises. Elle peut aussi servir de repaire à des criminels pour s'y cacher ou préparer leurs activités. De même, elle peut abriter une société imaginaire (utopique, dystopique ou autre). Dans une œuvre policière ou un thriller, elle constitue un huis clos nécessaire à la tension narrative. Ces différents exemples parmi tant d'autres expliquent pourquoi l'île fascine et demeure une source inépuisable d'inspiration pour des œuvres de toutes sortes.

Sommaire

Les îles imaginaires de la mythologieModifier

AtlantideModifier

L'île de l'Atlantide ou île d'Atlas est une des îles mythiques les plus célèbres. Citée pour la première fois par Platon dans le Timée et Critias, lui-même repris ensuite par d'autres auteurs, elle connut une postérité prolifique. Beaucoup ont cherché à la rapprocher d'îles ou autres lieux actuels, minimisant son statut d'île imaginaire (Théra / Santorin par exemple, dont l'explosion du volcan se prête bien à enflammer les imaginations).

AvalonModifier

Avalon est le lieu où, d'après le cycle arthurien, vit la Fée Morgane, où aurait été forgée Excalibur et où le Roi Arthur serait emmené à sa mort après la bataille de Camlann.

Îles des BienheureuxModifier

Pour les anciens Grecs, les îles des Bienheureux (ou îles Fortunées, assimilables aux champs Élysées), étaient aux Enfers le refuge post-mortem des âmes des humains vertueux.

BouïaneModifier

Bouïane est une île légendaire de la mythologie slave, qui a la capacité d'apparaître et de disparaître à volonté.

BuitaniModifier

Dans la mythologie nauruane (de Nauru, en Micronésie), Buitani est l'île où séjournent les esprits nobles.

HawaikiModifier

Hawaiki est une île mythique où les peuples de Polynésie situent leur origine.

HyperboréeModifier

Île supposée aux confins septentrionaux du monde habité par les grecs antiques, depuis le VIIIe siècle av. J.-C., Hyperborée passait pour une terre paradisiaque, séjour des Bienheureux.

LémurieModifier

Lémurie, continent hypothétique (hypothèse scientifiquement infirmée) situé dans l'océan Indien, parfois confondu avec le continent Mu situé dans le Pacifique.

MuModifier

Mu, continent mythique, quelquefois confondu avec la Lémurie ou l'Atlantide, situé généralement dans le Pacifique.

ThuléModifier

Thulé ou Ultima Thulé (située à six jours de voile des Orcades ; décrite par Diodore de Sicile, Strabon et Procope de Césarée)[1]. On ne sait pas s'il s'agit d'une île imaginaire où d'une île réelle (comme l'Islande), qui fut appelée ainsi par les Grecs.

Tír na nÓgModifier

Tír na nÓg (en gaélique « la Terre de l'éternelle jeunesse »), un des plus connus des « autres mondes » de la mythologie celtique irlandaise.

UtopiaModifier

 
Utopia, gravure d'Ambrosius Holbein.

L'île d'Utopia est parmi les plus célèbres des îles imaginaires de la littérature. Elle est le fruit de l'imagination de Thomas More, humaniste anglais et chancelier du Roi d'Angleterre Henri VIII au XVIe siècle. Elle est décrite dans le livre du même nom et à l'origine du néologisme et du concept du même nom, basé sur son étymologie grecque (le lieu qui n'existe pas). Elle est demi-circulaire, abrite une grande baie et forme un paradis sans guerre, ni justice, ni police, ni crimes où tous les hommes sont égaux. Inspirée de La République de Platon, elle a souvent été une référence inspirant les penseurs socialistes utopiques et marxistes du XVIIIe siècle et XIXe siècle[2].

Îles imaginaires dont on connaît le nomModifier

Dans la littératureModifier

  • Abarat (archipel de 25 îles, une pour chaque heure et une pour toutes les heures dans les nouvelles Les îles d'Abarat de Clive Barker)
  • Aeypornis (île de Madagascar)[3],[4]
  • Aiaié/Ééa (île de la magicienne Circé)[5]
  • Amorphe (île non localisée)[6]
  • Azkaban (l'île prison dans la série Harry Potter de J.K. Rowling)
  • Balnibarbi (île située à l'est du Japon, sa pauvreté serait due à l'action de planificateurs ; décrite par Jonathan Swift, Travels into several remote nations in the world. By Lemuel Gulliver, first surgeon and then a captain of several ships, 1726)[7]. Elle est voisine des îles de Glubbdubdrib et de Luggnagg.
  • Barataria (Espagne, seule île au monde à être entourée de terre, dans la province de Mancha, gouvernée, un temps, par Sancho Pança ; décrite par Cervantès)[8]
  • Baranka, ou île du Comte Zaroff (dans les Caraïbes ; il est conseillé de ne pas y faire naufrage ; décrite par Richard Connell, The most dangerous game, 1927)[9]
  • Blefuscu (île proche de Liliput ; on y trouve les exilés de l'empire voisin)[10]
  • Île des bosses (non située ; décrite par François Rabelais, Le Cinquiesme et dernier livre des faicts et dicts héroïques du bon Pantagruel, 1564)[11]
  • Chairman, dans le roman de Jules Verne Deux ans de vacances. Bien qu'il s'agisse en fait de l'Île Hanovre, au Chili, l'île réelle est totalement différente de celle du roman.
  • Île aux dames : imaginée par Pierre Louÿs au large du Cap-Vert, l'île est totalement consacrée et gouvernée par la sexualité féminine.
  • L'ile de Felsenbourg (Insel Felsenburg), présente dans le roman du même nom, de l'Allemand Johann Gottfried Schnabel.
  • Île hantée (dans un lac canadien ; décrite par Algernon Blackwood dans Ancient Sorceries and Other Stories, 1906)[12]
  • Hedebyön, île suédoise du polar de Stieg Larsson Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes (premier épisode de la série Millénium), sur laquelle a lieu une enquête sur la disparition d'une adolescente, mystère irrésolu depuis trente-six ans.
  • Hvitsark, située à l'est du Groenland, mentionnée par Olaus Magnus dans son ouvrage Historia de Gentibus Septentrionalibus... (1555).
 
Carte de l'île Lincoln.
  • Illyria, l'île des morts, créée et façonnée par F. Sandow (décrite par Roger Zelazny, 1969)
  • Île Imaginaire (non localisée mais au climat délicieux ; décrite par la duchesse de Montpensier, La Relation de l'Isle imaginaire, er l'histoire de la princesse de Paphlagonie, 1659)[13]
  • Île de Robinson Crusoé (au large des côtes sudaméricaines ; décrite par Daniel Defoe et Michel Tournier)[14]
  • Laputa, île flottante qui erre au-dessus de l'île Balnibarbi ; décrite par Jonathan Swift, Travels into several remote nations in the world. By Lemuel Gulliver, first surgeon and then a captain of several ships, 1726[15].
  • Leucé (ou Île Blanche), lieu des Enfers, l'une des entrées du royaume des morts, dans la mythologie grecque.
  • Lémurie, continent hypothétique situé dans l'océan Indien, parfois confondu avec le continent Mu
  • Liliput (dans Les Voyages de Gulliver de Jonathan Swift), île située au sud-ouest de Sumatra et du détroit de la Sonde, découverte en 1699 par le capitaine Lemuel Gulliver[16].
  • Linamora (dans le sud-est du Pacifique ; décrite par Godfrey Sweven, Linamora, the island of progress, 1903, New York & Londres)[17]
  • Île Lincoln ou Île Mystérieuse (île volcanique dans l'océan Pacifique, découverte en 1865 ; décrite par Jules Verne)[18]. Cet auteur appréciait beaucoup la thématique des îles, en particulier la robinsonnade, puisqu'on la retrouve dans plusieurs de ses œuvres. Cette île là est sans doute la plus célèbre de sa production littéraire.
  • Loompa, île du Pacifique peuplée par les Oompa Loompas dans le roman Charlie et la Chocolaterie
  • Moahu (dans le Pacifique ; île que vise Dutourd, le perfide français, dans le roman de Patrick O'Brian, Une mer couleur de vin, épisode de la saga Aubrey-Maturin)
  • L'Île du Nègre, île dans lesquelles dix meurtriers sont mystérieusement assassinés, dans Dix petits nègres, d'Agatha Christie. Il est à noter que le terme "Nègre" étant jugé insultant, l'île changea de nom dans certaines éditions du roman. Ainsi, « Nigger Island » fut tantôt changé en « Indian Island », tantôt en « Soldier Island »[19]. Cette île est inspirée de Burgh Island, dans le comté du Devon (sud-ouest de l'Angleterre).
  • Neverland (le Pays imaginaire de Peter Pan, de J.M. Barrie)
  • New America (dans le roman Les Aventures du capitaine Hatteras de Jules Verne)
  • Null Island, située dans le golfe de Guinée, créée par la base de données géographiques Natural Earth (en). Cette île, un carré d'un mètre de côté, se situe au croisement de l'équateur et du méridien de Greenwich, aux coordonnées 0°N 0°E.
  • Númenor (île du Second Âge des Terres du Milieu dans l'œuvre de J.R.R. Tolkien)
  • Ogygie, île mythique où, selon Homère, vivait Calypso, « dans une grande caverne », et où aborda Ulysse dans l'Odyssée.
  • Pala (dans l'archipel indonésien ; décrite dans la nouvelle Île d'Aldous Huxley)
  • Ptyx (île faite d'un seul bloc d'une pierre spécifique à ce lieu ; décrite par Alfred Jarry, Gestes et opinions du docteur Faustroll pataphysicien, 1911)[20]
  • Roke (Île de Terremer. Renommée pour ses magiciens ; décrite par Ursula K. Le Guin, Terremer, 1968)[21]
  • L'ile de Sarek dans le roman L'Île aux trente cercueils de Maurice Leblanc où apparait Arsène Lupin (1920).
  • Snark (île mal située ; décrite par Lewis Caroll, La chasse au Snark, Londres, 1876)[20]
  • Standard Island (proche de la Nouvelle-Zélande ; décrite par Jules Verne, L'île à hélice, Paris)[22]
  • Île Tabor (à la fois une île fantôme mais aussi une île imaginaire présente dans 2 romans de Jules Verne : L'Île mystérieuse et Les Enfants du capitaine Grant)
  • Utopia (Au large de l'Amérique latine ; décrite par Thomas More)
  • Vénusia (dans l'Atlantique, près de l'Équateur ; décrite par Raymond Clauzel dans l'île des femmes, )[23]
  • Tilibet (dans le golfe de Siam ; le temps s'y écoule plus rapidement, les vieillards ont seize ans ; décrite par Pierre françois Guyot, abbé Desfontaines, Le nouveau Gulliver ou voyage de Jean Gulliver, fils du capitaine Gulliver, traduit de l'anglois, 1730)[24]
  • Tohu et Bohu (îles proches de l'île de la Procuration ; résidence du géant Bringuenarilles ; François Rabelais, Le quart livre des faicts de dicts héroïques du bon Pantagruel)[25]
  • Tol Eressëa ou île Solitaire (au large des côtes du pays d'Aman ; résidence des Teleris et des Vavyars ; J.R.R. Tolkien, Le Seigneur des Anneaux, et Le Silmarillion, 1977)[25]
  • Thermomètre (île du) (dans l'Atlantique ; décrite par Denis Diderot, Les Bijoux Indiscrets)[25]
  • L'île Tsalal dans les Aventures d'Arthur Gordon Pym (1837) d'Edgar Allan Poe et dans le Sphinx des glaces (1897) de Jules Verne
  • Ambre gris (île de l'océan Indien ; décrite par Sindbad le marin, Les mille et une nuits XVe)[26]
  • Amiocap (Ile du Korsar Az, du royaume souterrain de Pellucidar ; connue pour être l'île de l'Amour, son sous-sol abrite des anthropophages ; décrite par Edgar Rice Burroughs, Tanar of Pellucidar')[27]
  • L'Île des pingouins (au large des côtes nord de l'Europe ; décrite par Anatole France dans le roman du même nom, 1908)
  • Île des Papafigues ou îles Gaillardes (décrites par François Rabelais dans Le Quart Livre, 1552)
  • Île des Papimanes (proches des précédentes ; décrites par François Rabelais dans Le Quart Livre, 1552)
  • Île des Patagons (dans l'Atlantique, d'une forme parfaitement circulaire ; décrite par Charles Nodier, Hurlubleu, Grand Manifafa d'Hurlubière, 1822)[28]
  • Pathan (au large de Java ; décrite par Jean de Mandeville, dans son Livre des Merveilles du Monde, 1355-1357)[29]
  • L'Isle des Hermaphrodites par Thomas Artus (1605), première anti-utopie de langue française[30].
  • L'île d'Hélène surnommé l'Île des gauchers par Alexandre Jardin dans son roman (1995).
  • L'île des esclaves, où se déroule l'action de la pièce de Marivaux du même nom (1725).
  • L'Île de la raison, où se déroule l'action de la pièce de Marivaux du même nom (1727).

Au cinémaModifier

Dans les jeux vidéoModifier

  • Jackson Island, île figurant dans deux volets de la série Les Aventures de l'oncle Ernest : L'Album secret de l'oncle Ernest et L'Île mystérieuse de l'oncle Ernest.
  • Maupiti, île de l'océan indien sur laquelle se déroule l'intrigue du jeu Maupiti Island. A ne pas confondre avec la bien réelle île de Maupiti, située dans l'océan pacifique.
  • Myst, série de jeux vidéo, faisant évoluer le héros dans un univers constitué de différents mondes (appelés Âges). Ils consistent souvent en une ou plusieurs îles, sur lesquelles celui-ci doit résoudre différentes énigmes complexes. Chacune d'entre elles fait découvrir au joueur des paysages totalement différents, souvent teintés de merveilleux, relevant tantôt du technique, tantôt du naturel.

En bande dessinéeModifier

Îles imaginaires sans nom (ou dont on ignore le nom)Modifier

En littératureModifier

En bande dessinéeModifier

Au cinémaModifier

À la télévisionModifier

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Alberto Manguel, Dictionnaire des lieux imaginaires, Actes Sud, Arles mars 2001
  • Gianni Guadalupi et Alberto Manguel (trad. Patrick Reumaux, préf. André Dhôtel), Guide de nulle part et d'ailleurs : à l'usage du voyageur intrépide en maints lieux imaginaires de la littérature universelle [« The Dictionary of Imaginary Places »], Paris, Édition du Fanal, , 410 p. (ISBN 2-7308-0010-7)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier