Île Livingston

Île Livingston
Carte de l’île Livingston.
Carte de l’île Livingston.
Géographie
Continent Drapeau de l'Antarctique Antarctique
Archipel Îles Shetland du Sud
Localisation Océan Atlantique
Coordonnées 62° 36′ S, 60° 30′ O
Superficie 970 km2
Point culminant Mont Friesland (1 700 m)
Administration
Secteur Territoire chilien de l'Antarctique, Territoire britannique antarctique, Antarctique argentine
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Géolocalisation sur la carte : Antarctique
(Voir situation sur carte : Antarctique)
Île Livingston
Île Livingston
Îles en Antarctique

L'île Livingston (Smolensk) est la deuxième île par la taille de l'archipel des Shetland du Sud situé au nord de l’Antarctique. Sa longueur est de 73 km dans le sens est-ouest, et sa superficie de 974 km2. Le point Hannah sur le littoral sud et l’île Half Moon, près de la côte est, sont des destinations parmi les plus populaires du tourisme antarctique et austral extrême, souvent visitées par des bateaux d’excursion.

Topographic map of Livingston Island and Smith Island.

GéographieModifier

L'île est située dans l’océan Atlantique entre le passage de Drake et le détroit de Bransfield, aux distances respectives de 110 km au nord-ouest de la péninsule Antarctique et de 809 km au sud-sud-est du cap Horn.

Son sommet principal, la montagne de Tangra, est situé au sud-est de l'île et culmine à 1 700 m au mont Friesland (en) sur la crête éponyme (en). La majeure partie de sa surface est recouverte d'une calotte de glace, qui forme la ligne côtière dans beaucoup de secteurs. Le climat est antarctique maritime. Les températures sont plutôt constantes : elles n'excèdent que rarement 3°C l'été et ne descendent que peu en dessous de –11°C pendant l'hiver. Toutefois, l'île est célèbre pour son mauvais temps, qui est hautement variable, venteux, humide et très peu ensoleillé.

DécouverteModifier

Livingston a été découvert par l'Anglais William Smith, le , et pendant les années qui suivirent, l'île est devenue un centre d'exploitation de ressources vivantes marines. Il reste de cette époque des cabanes, des bateaux et d'autres objets façonnés par les chasseurs de phoques américains et anglais du XIXe siècle. Livingston possède la plus grande concentration de lieux historiques ou symboliques de l'Antarctique, après la Géorgie du Sud.

Bases scientifiques et campsModifier

L'île est régie par le régime du traité sur l'Antarctique. Les bases Juan Carlos I (Espagne) et Saint-Clément-d’Ohrid (Bulgarie) se trouvent dans la baie sud de Livingston depuis 1988, et la petite base du cap Shirreff (en)[1] (Chili et É.-U.) est, elle, active depuis 1991.

En 2004, des scientifiques bulgares ont implanté le camp Académie, au pied de la montagne de Tangra, à 541 m d'altitude. Ce camp est relié à la base bulgare par une route de 11 km et à la base espagnole par une autre de 12,5 km.

Sur la péninsule de Byers (en) se trouvent deux autres camps : le camp Byers (en) (Espagne) et le camp Livingston (en) (Argentine).

ProtectionModifier

Deux des 76 zones spécialement protégées de l'Antarctique se trouvent sur l'île[2] :

RéférencesModifier

  1. La partie chilienne est dénommée Docteur Guillermo Mann
  2. (en) « Antarctic Specially Protected Area », dans Wikipedia, (lire en ligne)

Articles connexesModifier

 
Mont Friesland

CartesModifier

 
Glacier Huron et détroit de McFarlane avec les îles Demi Lune et Greenwich
 
Carte des îles de Livingston et de Greenwich

Liens externesModifier