Île Hans

île partagée par le Danemark et le Canada

Île Hans
Tartupaluk (iu)
Île Hans
Île Hans
Géographie
Pays Drapeau du Danemark Danemark
Drapeau du Canada Canada
Archipel Archipel arctique canadien
Localisation Détroit de Nares (Océan Arctique)
Coordonnées 80° 49′ 37″ N, 66° 27′ 12″ O
Superficie 1,3 km2
Géologie Île continentale
Administration
Statut Partagée par le Canada et le Danemark

Drapeau du Danemark Danemark
Région autonome Drapeau du Groenland Groenland
Municipalité Avannaata

Drapeau du Canada Canada
Territoire Drapeau du Nunavut Nunavut
Région Qikiqtaaluk
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Découverte XIXe siècle
Fuseau horaire UTC-3 (Danemark)
UTC-5 (Canada)
Géolocalisation sur la carte : Canada
(Voir situation sur carte : Canada)
Île Hans
Île Hans
Géolocalisation sur la carte : océan Arctique
(Voir situation sur carte : océan Arctique)
Île Hans
Île Hans
Géolocalisation sur la carte : Groenland
(Voir situation sur carte : Groenland)
Île Hans
Île Hans

L’île Hans (Hans Ø en danois, Hans Island en anglais, ᑕᕐᑐᐸᓗᒃ en inuktitut et Tartupaluk en groenlandais) est un îlot situé au centre du passage Kennedy dans le détroit de Nares, entre l'île d'Ellesmere et le Groenland.

L'île est partagée entre le Danemark et le Canada depuis .

GéographieModifier

Hans est la plus petite des trois îles situées dans le canal Kennedy, les deux autres étant l'île Franklin et l'île Crozier, toutes deux danoises. Inhabité, sa superficie est de 1,3 km2. Sa situation sur la frontière maritime entre le Canada (île d'Ellesmere dans le territoire du Nunavut) et le royaume du Danemark (nord du Groenland) font que les deux pays s'en sont longtemps disputé la souveraineté[1], jusqu'à la conclusion en d'un accord conduisant à diviser l'île entre les deux pays.

L'île, un caillou rocailleux[2], est l'objet d'un intérêt croissant lié au réchauffement climatique. Les experts estiment que la période de navigabilité annuelle croîtra de 20 jours à la date de l'étude — publiée le — à 150 jours à l'horizon 2080[réf. nécessaire]. Le canal dans lequel se trouve l'île contient des réserves de pétrole, mais leur exploitation serait extrêmement coûteuse et paraît peu probable[3].

HistoireModifier

 
Carte de la zone de l'île Hans, indiquant les frontières reconnues par le Canada et le Danemark. Il est explicitement écrit « Il n’y a pas de frontière entre les points 122 et 123. » ce qui correspond à l’île Hans.

Revendications du XIXe siècleModifier

En , une expédition dont fait partie Hans Hendrik, un explorateur groenlandais qui donnera son nom à l'île, revendique celle-ci au nom du Danemark. Les Danois considèrent également que l'île était utilisée par les Inuits du Groenland. Le Canada, pour sa part, se fonde sur un traité de 1880 qui a prévu le transfert d'îles arctiques de la part de la Grande-Bretagne[4].

Traité frontalier de 1973Modifier

En , le Canada et le Danemark signent un traité sur la définition de leur frontière commune mais laissent la question de la souveraineté sur l'îlot en suspens[5]. Le Danemark revendique le territoire qu'il aurait découvert en . Il s'appuie aussi sur le fait que la Cour permanente de justice internationale lui a reconnu en la possession du Groenland et que l'île Hans appartient au même bloc géologique. Le Canada estime de son côté que l'île a été découverte par un explorateur britannique[6].

« Guerre du whisky »Modifier

En , le ministre danois des affaires du Groenland dresse un drapeau danois sur l'île, déposant au pied une bouteille de schnaps danois avec une note souhaitant la bienvenue sur « l'île danoise », ce qui donne le nom de « guerre du whisky » au désaccord entre les deux pays, chaque pays laissant à son tour sur l'île une bouteille d'un alcool national[4],[7].

En 1988, 1995, 2002 et 2003, la marine danoise accoste sur l'île et y plante un drapeau danois[6]. En juillet 2005, des soldats canadiens dressent le drapeau canadien sur l'île ainsi qu'un inukshuk. La semaine suivante le ministre canadien Bill Graham se rend sur place, provoquant les protestations officielles des autorités danoises[6]. Au début du mois d'août 2005, le patrouilleur danois Tulugaq (KDM Vædderen F359) est parti d'une base de la côte du Groenland pour atteindre l'île et réaffirmer la souveraineté danoise sur l'îlot[5].

En , les ministres des affaires étrangères des deux pays ont publié une déclaration conjointe, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, affirmant : « Nous continuerons d'unir nos efforts pour trouver une solution à long terme au différend au sujet de l'île Hans. »[8] En , un nouvel accord sur la frontière canado-danoise laisse une fois de plus la question de côté[9].

Terra nulliusModifier

 
Île Hans. Image du satellite Landsat 7

En , à l'initiative d'Emmanuel Hussenet, l'association « Hans Insula Universalis » est créée avec comme objectif l'obtention pour l'Île d'Hans du statut de Terra nullius, un territoire n'appartenant à aucun État. L'association propose à tous et chacun de devenir citoyen virtuel et ambassadeur de l’île, de manière gratuite et non intéressée, afin d'obtenir de plusieurs États qu'ils rejoignent cette demande[10].

L'idée est de faire de ce territoire une terre intouchable, évitant ainsi de la transformer en guichet commercial de tel ou tel pays après la fonte des glaces, avec pour but d'éviter le pillage pétrolier des pôles. Il s'agit également de fixer un repère symbolique qui représenterait l'éveil des consciences et l'intérêt commun, dans un contexte de crise climatique et d'épuisement des écosystèmes qui met en danger l'ensemble de l'humanité. Alors que la science et les débats internationaux ne semblent pas apporter de réponse convaincante au réchauffement planétaire, l'occupation virtuelle de l'île Hans invite à la prise de distance et à la réflexion pour favoriser les changements en chacun. La proposition recueille un certain succès et est relayée par divers médias[11].

Accord de division de l'îleModifier

Le , les deux pays ont signé un accord qui a conclu à la division de l'île en deux parties presque égales, l'une relevant de la souveraineté canadienne et l'autre de la souveraineté danoise, étant rattachée au Groenland[12].

Notes et référencesModifier

  1. Jacques Nougier, « îles-fantômes et récifs de nulle part », Jeune Marine,‎ juil. -sept.2017, p. 38-40 (ISSN 2107-6057).
  2. (en) Inside exercise frozen beaver, National Post, 9 novembre 2005.
  3. (en) Ian Austen, « Canada and Denmark End Their Arctic Whisky War », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  4. a et b (en) Michael Byers, « Creative thinking on sovereignty », Policy Options,‎ (lire en ligne).
  5. a et b Île de Hans : le ton monte entre Ottawa et Copenhague, Radio-Canada, 5 août 2005.
  6. a b et c (en) The Hans of Time.
  7. (en) Peter Beaumont, « Canada and Denmark end decades-long dispute over barren rock in Arctic », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  8. Déclaration du Canada et du Danemark au sujet de l'île Hans.
  9. Denmark and Canada agree on maritime border, Copenhagen Post, 29 novembre 2012.
  10. Site officiel de l'association Hans Insula Universalis, consulté le 5 juillet 2015.
  11. Psychologies magazine (mars 2014), BFM TV (14 avril 2014), Radio Nova (20 juin 2014), La Principauté (journal officiel de Monaco, juillet-août 2014), etc.
  12. (en) « Canada and Denmark reach deal to divide uninhabited Arctic island », sur CBC News, .

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier