Évian (eau minérale)

marque d'eau minérale

Évian
Image illustrative de l’article Évian (eau minérale)
Logo d'Évian

Pays d’origine Drapeau de la France France
Ville d’origine Évian-les-Bains
Société Société anonyme des eaux minérales d'Évian (SAEME), groupe Danone
Slogan « Vivons jeune »
(Auparavant : « Parce que l'eau que vous buvez est aussi importante que l'air que vous respirez » puis « Déclarée source de jeunesse par votre corps »)
Date de création 1829
Type Eau minérale naturelle
Site web evian.com

Évian est une marque d’eau minérale en bouteille appartenant à la « division eaux » de la multinationale agroalimentaire Danone.

SourceModifier

Sa source se situe dans les Alpes à Évian-les-Bains dans le département de la Haute-Savoie.

ChronologieModifier

OriginesModifier

1789, l’eau d’Évian s’est bâti une réputation d’eau bénéfique pour la santé[1]. En effet, le comte Jean-Charles de Laizer, malade des reins, en a bu régulièrement pour se soigner à la fontaine Sainte-Catherine appartenant à un monsieur Cachat. Il aurait alors constaté une amélioration sensible de sa santé. De là, des médecins ont commencé à en prescrire. Le succès est si rapide que le propriétaire de la source a commencé à monnayer son eau[1].

1824, les premiers bains apparaissent. La source Sainte-Catherine change de nom et devient source Cachat[1].

1826, l’autorisation est donnée par les ducs de Savoie de mettre en bouteille l’eau de source d’Évian. Elle est alors stockée dans des cruches en terre.

1827, M. Cachat fera de la ville un lieu de thermalisme en érigeant un établissement thermal.

1829, la première Société des eaux minérales est créée.

1859, création de la Société anonyme des eaux minérales de Cachat.

1860, la société devient française lorsque la Savoie est annexée à la France.

1868, le ministère de la Santé renouvelle l'autorisation d'embouteillage de la source de Cachat, sur l’avis favorable de l’Académie de médecine.

1869, la société devient la Société anonyme des eaux minérales d’Évian-les-Bains (SAEME) à la suite d'un décret de 1864 autorisant l’appellation de la ville : Évian-les-Bains[1].

1892, la municipalité est propriétaire de la source, et ce jusqu'en 1927 et donne à bail moyennant redevance la source à la société d'exploitation.

1901, commercialisation de l’eau d’Évian dans des touries (bonbonnes entourées d’osier).

 
Bouteille en verre.

1908, Évian est commercialisée en bouteilles de verre fabriquées par les verreries Souchon-Neuvesel, futur BSN puis Danone.

1926, la source Cachat est reconnue d’intérêt public.

Après-guerreModifier

1960, association avec Badoit.

1962, création du brumisateur.

1964, entrée du groupe BSN, futur Danone, à hauteur de 25 % dans le capital. Vendue exclusivement jusqu'à cette date en pharmacie, Évian doit son essor en grande surface à Antoine Riboud, PDG de Souchon-Neuvesel.

1965, construction d'une usine d'embouteillage à Amphion dans la commune de Publier à 3 kilomètres d'Évian-les-Bains, l'eau y arrivant par des canalisations en acier inoxydable. Absorption de Badoit. 4 millions de litres d'eau sont embouteillés chaque jour.

1969, sortie de la première bouteille en PVC.

1970, le groupe BSN, futur Danone, prend le contrôle à 100 % de la société Évian.

1984, ouverture de l'espace thermal Évian. Fermeture des anciens établissements thermaux devenus trop exigus.

1985, sortie de la première bouteille avec bouchon à vis.

1989, mise en place d'une poignée de portage sur les packs.

1995, invention et lancement d'une première mondiale, la bouteille en PET[2].

2001, lancement de neuf produits de la ligne cosmétique Évian Affinity, fabriquée sous licence[3] par la société américaine Johnson & Johnson[4].

2011 : depuis cette année, le musée des boissons possède une collection et des archives sur la source d'Évian .

2020, durant l’épidémie de Covid-19, l’usine de Publier produit 100 000 flacons de gel hydroalcoolique[5]. À partir de cette année, les petits formats de la marque sont fabriqués entièrement à partir de plastique recyclé[6].

ChiffresModifier

 
Le siège de la Société anonyme des eaux minérale d'Évian, avenue du Général Dupas à Évian-les-Bains.

En comparaison de la concurrence, la « division eaux » de Danone dont fait partie Évian, est no 2 mondial en volume des eaux en bouteilles[7] avec 18 milliards de litres, derrière Nestlé Waters. En 2009, cette division « Eaux » représente 17 % du chiffre d'affaires total de Danone.

Concernant l'eau d’Évian, c'est environ 1,9 milliard de litres qui sont embouteillés chaque année, soit un neuvième du volume des eaux de Danone[8],[9]. C'est la Société anonyme des eaux minérales d’Évian, filiale de Danone, qui gère l’embouteillage. L’eau est conditionnée à l’usine d’embouteillage d’Amphion-les-Bains, où sont également fabriqués les emballages plastiques en PET.

En France, la marque représente 19 % du marché des eaux plates en bouteille, suivi par Contrex du groupe Nestlé[10]. L’eau d'Évian est vendue surtout en France (40% des ventes[11]). Dans le monde[12], elle est première au Royaume-Uni, en Suisse, en Norvège, en Corée du Sud, en Malaisie, au Brésil, au Canada (principalement au Québec), est deuxième au Japon et est bien placée aux États-Unis[13],[réf. à confirmer]. Elle est réputée être un produit haut de gamme dans plusieurs pays du monde du fait d'une politique marketing conséquente[11].

En 2018, la société d'exploitation a réalisé un chiffre d'affaires de 1 625 582 200 € et dégagé un résultat de 32 677 300 € avec un effectif de 2 102 salariés[14].

Activité de lobbyingModifier

Auprès de l'Assemblée nationaleModifier

Évian est inscrit comme représentant d'intérêts auprès de l'Assemblée nationale. L'entreprise déclare à ce titre qu'en 2015, les coûts annuels liés aux activités directes de représentation d'intérêts auprès du Parlement sont inférieurs à 10 000 euros[15].

En matière de protection de la natureModifier

La marque Évian finance l’Association pour la protection de l’impluvium de l’eau minérale d’Évian[16]. Cette association vise notamment à inscrire l'impluvium d'Évian (le bassin versant qui collecte l'eau issue des reliefs avoisinants) dans divers dispositifs de classement et de protection de la nature[17]. Il est notamment classé comme zone humide au titre de la Convention de Ramsar.

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Jean Watin-Augouard « Saga Évian », Prodimarques, no 33, janvier 2002.
  2. « La bouteille compactable par Évian (1995) », INPI, 23 septembre 2009.
  3. AFP « Danone lance une gamme de produits de beauté Evian », LSA, 7 février 2011.
  4. Evian Affinity inonde les linéaires, Points De Vente, 14 février 2001.
  5. « Le secteur des eaux minérales se mobilise face au coronavirus », sur Consommation & Société, (consulté le ).
  6. Olivia Détroyat, « Danone franchit un cap sur les bouteilles recyclées », sur Le Figaro.fr, (consulté le ).
  7. Danone optimiste pour ses ventes d'eau plate en France, L'Usine nouvelle, 16 juin 2010.
  8. Lire en ligne, Challenges, 29 janvier 2009.
  9. Les eaux d'Évian modernisent leur usine d'embouteillage, L'Usine Nouvelle, 30 avril 2008.
  10. Danone optimiste pour son activité eaux plates en France, L'Expansion, 16 juin 2010.
  11. a et b Keren Lentschner « Danone imagine de nouvelles déclinaisons pour Évian  », Le Figaro Économie, 27 juillet 2011.
  12. la gamme Évian, site officiel Évian.
  13. Évian, sur le site des marques de Danone.
  14. « Evian : Chiffre d'affaires, résultat, bilans », sur societe.com (consulté le ).
  15. « Tableau des représentants d'intérêts », sur assemblee-nationale.fr (consulté le ).
  16. « Une démarche inédite initiée par la S.A evian », sur Apieme-Evian.com (consulté le ).
  17. « L'impluvium de l'eau Évian reconnu site Ramsar », sur Apieme-Evian.com (consulté le ).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier