Éveline Plicque-Andréani

compositrice, musicologue et pédagogue française
Éveline Plicque-AndréaniÉveline Andréani

Naissance
Décès (à 89 ans)
Activité principale Compositrice, musicologue et pédagogue
Formation Conservatoire de Paris
Enseignement Université Paris-VIII
Ascendants Marcel Samuel-Rousseau
Distinctions honorifiques Premier Grand Prix de Rome (1950)

Éveline Plicque-Andréani est une compositrice, musicologue et pédagogue française, née le à Paris[1] et morte dans la même ville le [2]. Elle est lauréate du Prix de Rome de composition musicale en 1950[1].

BiographieModifier

Son grand-père, Samuel Alexandre Rousseau (1853-1904) fut lauréat du deuxième Premier Grand Prix de Rome de composition musicale en 1878 et professeur d'harmonie au Conservatoire de Paris de 1898 jusqu'à sa mort en fonction en 1904[3]. Marcel Samuel-Rousseau (1882-1955), le père d'Éveline Plicque-Andréani, fut lui aussi lauréat du deuxième Premier Grand Prix de Rome en 1905 et professeur d'harmonie au Conservatoire de Paris de 1919 jusqu'à son départ à la retraite en 1952[3].

Éveline Plicque-Andréani est admise au Conservatoire de Paris en décembre 1939 dans les classes de solfège[4]. Toujours au Conservatoire, elle intègre la classe d'harmonie de son père, Marcel Samuel-Rouseau, de 1945 à 1950, puis la classe de fugue de Noël Gallon de 1946 à 1949[4]. Éveline Plicque-Andréani fut également élève de Nadia Boulanger dans la classe d'accompagnement au piano[4]. Ses récompenses obtenues sont : une première médaille de solfège en 1942, un second Prix d'Harmonie en 1947 et un premier Prix de Fugue en 1949[4]. Elle obtient le Premier Grand Prix de Rome en 1950[5] avec sa cantate Bettina, scène lyrique en un acte[6]. C'est un cas unique de l'histoire du Prix de Rome où des récompenses furent distribuées à trois générations successives[7].

De février 1951 à avril 1954, Éveline Plicque-Andréani est pensionnaire à la Villa Médicis à Rome[1]. Lors de son séjour, elle compose, entre autres, des mélodies, des Suites symphoniques et un oratorio dans le cadre des envois de Rome[8].

En 1969, Éveline Plicque-Andréani participe à la fondation du département Musique du Centre universitaire expérimental de Vincennes. Elle devient par la suite maître-assistante puis professeur dans cette même université et y enseigne l'harmonie, la composition et encadre de nombreuses thèses[9]. Elle ne fut jamais professeure au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris contrairement à la plupart des lauréats et lauréates du Prix de Rome mais fit une brillante carrière universitaire[9]. Elle est successivement directrice de l'UFR Arts, Philosophie, Esthétique de 1986 à 1990 puis vice-présidente de l'Université Paris-VIII de 1993 à 1997[9]. Elle prit sa retraite en 1998.

Œuvres musicalesModifier

  • Bettina, cantate du Prix de Rome (1950)
  • Six mélodies en quatre parties, envoi de Rome (1952)
  • Suite symphonique, en trois parties, envoi de Rome (1953)
  • Oratorio, envoi de Rome (1954)
  • Symphonie concertante, réduction pour piano (sd)
  • Pastelli Romani, suite pour orchestre, envoi de Rome (sd)

PublicationsModifier

  • Éveline Andréani, Antitraité d'harmonie, Paris, Ed. Christian Bourgois, [10]
  • Éveline Andréani et Michel Borne, Le Don Juan ou la liaison dangereuse, Paris, l'Harmattan,
  • Éveline Andréani et Jean-Paul Olive, « La Tradition comme invention », Revue d'esthétique, no 4,‎

SourcesModifier

  • Carole Bertho-Woolliams, Les femmes lauréates du Premier Prix de Rome de composition musicale 1913-1966, Paris, L'Harmattan, 2019

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « PLICQUE-ANDRÉANI, Évelyne », sur artlas.huma-num.fr (consulté le 11 juin 2020)
  2. « Eveline Andréani (1929?-2018) », sur data.bnf.fr (consulté le 18 mai 2020)
  3. a et b Bongrain, Anne., Le Conservatoire national de musique et de déclamation, 1900-1930 : documents historiques et administratifs, Vrin, (ISBN 978-2-7116-2398-3 et 2-7116-2398-X, OCLC 773015941, lire en ligne), p. 321
  4. a b c et d Bertho Woolliams, Carole, 1979-, Les femmes lauréates du premier prix de Rome de composition musicale : 1913-1966 (ISBN 978-2-343-15697-2 et 2-343-15697-2, OCLC 1091944195, lire en ligne), p. 37
  5. « Prix de Rome 1950-1959 », sur www.musimem.com (consulté le 11 juin 2020)
  6. Bertho Woolliams, Carole, 1979-, Les femmes lauréates du premier prix de Rome de composition musicale : 1913-1966 (ISBN 978-2-343-15697-2 et 2-343-15697-2, OCLC 1091944195, lire en ligne), p. 77
  7. « Prix de Rome 1870-1879 », sur www.musimem.com (consulté le 11 juin 2020)
  8. Bertho Woolliams, Carole, 1979-, Les femmes lauréates du premier prix de Rome de composition musicale : 1913-1966 (ISBN 978-2-343-15697-2 et 2-343-15697-2, OCLC 1091944195, lire en ligne), p. 103
  9. a b et c Bertho Woolliams, Carole, 1979-, Les femmes lauréates du premier prix de Rome de composition musicale : 1913-1966 (ISBN 978-2-343-15697-2 et 2-343-15697-2, OCLC 1091944195, lire en ligne), p. 145
  10. Eveline Andréani, Antitraité d'harmonie, Paris, (lire en ligne)

Liens externesModifier