Étréchy (Essonne)

commune française du département de l'Essonne

Étréchy (prononcé [eʁeʃi] Écouter) est une commune française située à quarante-deux kilomètres au sud-ouest de Paris dans le département de l'Essonne en région Île-de-France.

Étréchy
Étréchy (Essonne)
L’hôtel de ville.
Blason de Étréchy
Blason
Étréchy (Essonne)
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Étampes
Intercommunalité Communauté de communes Entre Juine et Renarde
(siège)
Maire
Mandat
Julien Garcia
2020-2026
Code postal 91580
Code commune 91226
Démographie
Gentilé Strépiniacois
Population
municipale
6 866 hab. (2021 en augmentation de 5,36 % par rapport à 2015)
Densité 488 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 29′ 38″ nord, 2° 11′ 23″ est
Altitude Min. 63 m
Max. 156 m
Superficie 14,06 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Étréchy
(ville-centre)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Dourdan
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Étréchy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Étréchy
Géolocalisation sur la carte : Essonne
Voir sur la carte topographique de l'Essonne
Étréchy
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
Étréchy
Liens
Site web ville-etrechy.fr

Ses habitants sont appelés les Strépiniacois[1].

Position d’Étréchy en Essonne.

Géographie

modifier

Situation

modifier

Étréchy est située à quarante-deux kilomètres au sud-ouest de Paris-Notre-Dame[2], point zéro des routes de France, vingt-quatre kilomètres au sud-ouest d'Évry[3], sept kilomètres au nord-est d'Étampes[4], douze kilomètres au sud-ouest d'Arpajon[5], douze kilomètres à l'ouest de La Ferté-Alais[6], quatorze kilomètres au sud-est de Dourdan[7], dix-huit kilomètres au sud-ouest de Montlhéry[8], vingt-trois kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt[9], vingt-cinq kilomètres au sud-ouest de Corbeil-Essonnes[10], vingt-cinq kilomètres au sud-ouest de Palaiseau[11].

Hydrographie

modifier

La commune est traversée par la rivière Juine, affluent de l'Essonne.

La source qui resurgit dans le lavoir a généré un ruisseau qui se jette dans la Juine. Il est en partie souterrain, car couvert par endroits. Il s’appelle « ruisseau des Corps-Saints ».

Relief et géologie

modifier

Communes limitrophes

modifier

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[12]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Sud-ouest du bassin Parisien, caractérisée par une faible pluviométrie, notamment au printemps (120 à 150 mm) et un hiver froid (3,5 °C)[13].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,3 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,4 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 651 mm, avec 10,8 jours de précipitations en janvier et 7,7 jours en juillet[12]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Dourdan à 14 km à vol d'oiseau[14], est de 11,4 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 654,2 mm[15],[16]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[17].

Voies de communication et transports

modifier
 
La gare d'Étréchy.

La commune dispose sur son territoire de la gare d'Étréchy desservie par la ligne C du RER d'Île-de-France.

Elle est située sur la route nationale 20.

Lieux-dits et écarts

modifier

Fontaineliveau, Vaucelas.

Le territoire de la commune se compose en 2017 de 76,77 % d'espaces agricoles, forestiers et naturels, 5,99 % d'espaces ouverts artificialisés et 17,24 % d'espaces construits artificialisés[18].

Urbanisme

modifier

Typologie

modifier

Étréchy est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[19],[20],[21]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Étréchy, une agglomération intra-départementale regroupant 6 communes[22] et 18 643 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[23],[24].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[25],[26].

Toponymie

modifier

Estorciacum, Estorchiachum en 1458, Etrechy le Larron[27].

Sterpiniacum en 862 du latin stirps (–souche), les défrichements obtenus en enlevant jusqu'aux souches, c'était extirper[28].

Le nom du lieu tire son origine du mot latin strata via du nom d'une ancienne voie romaine traversant le bourg. Durant la Révolution elle fut appelée Étréchy-la-Montagne et repris son premier nom à sa création en 1793[29].

Histoire

modifier

La commune, constituée sous la Révolution française, absorbe entre 1790 et 1794 celle de Vaucelas[29].

Pendant la Première Guerre mondiale, le château de Gravelles devient l'Hôpital auxiliaire de l'association des Dames de France (HAADF) n°508, tandis que madame Morin ouvre un Hôpital auxiliaire pour convalescents militaires (HACM)[30].

Politique et administration

modifier
 
La Communauté de communes Entre Juine et Renarde dans le département de l'Essonne.

Rattachements administratifs et électoraux

modifier

Jusqu’à la loi du [31], la commune faisait partie depuis la Révolution française du département de Seine-et-Oise. Le redécoupage des anciens départements de la Seine et de Seine-et-Oise fait que la commune appartient désormais à l'Essonne à la suite d'un transfert administratif effectif le , et à son arrondissement d'Étampes. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la troisième circonscription de l'Essonne.

La commune était depuis 1801 intégrée au canton d'Étampes du département de Seine-et-Oise. Dans le cadre de la création du département de l'Essonne, elle devint en 1967 le chef-lieu du canton d'Étrechy[29], puis rejoint le canton de Dourdan dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France.

Intercommunalité

modifier

La commune est le siège de la communauté de communes Entre Juine et Renarde créée fin 2003.

Tendances et résultats politiques

modifier

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours :

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores :

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours :

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours :

Référendums :

Liste des maires

modifier
Liste des maires successifs[50]
Période Identité Étiquette Qualité
octobre 1947 mars 1977 Lucien Henri Sergent[51] DVD Inspecteur des Finances
Conseiller général d’Étréchy (1967 → 1998)
Vice-président du conseil général de l'Essonne (1982 → 1994)
mars 1977 mars 1983 Jean-Marie Rouquier[52] PS Professeur de lettres[53]
mars 1983 1996[54] Claude Casagrande UDF-CDS  
1996 mars 2014[55] Julien Bourgeois DVD-UMP Chef d'entreprise
Président de la CC Entre Juine et Renarde (2003 → 2014)
mars 2014[56] juillet 2020 Élisabeth Dailly DVD Ingénieure
juillet 2020 En cours
(au 3 septembre 2020[51])
Julien Garcia DVD  

Politique de développement durable

modifier

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21[57].

Jumelages

modifier

Étréchy a développé des associations de jumelage avec :

Elle a aussi développé un programme d'aide au développement avec Dano au Burkina Faso depuis 2005[60].

Population et société

modifier

Démographie

modifier

Évolution démographique

modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[61]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[62].

En 2021, la commune comptait 6 866 habitants[Note 4], en augmentation de 5,36 % par rapport à 2015 (Essonne : +2,94 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8889519811 0381 1711 2271 2361 2131 175
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1871 2011 2381 2011 2561 2561 4191 4061 384
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3941 3951 5431 5571 7631 8281 7071 8482 176
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 4402 8765 2445 6005 9506 1046 2046 2196 341
2017 2021 - - - - - - -
6 5416 866-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[63].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges

modifier

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 32,9 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,9 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 29,2 % la même année, alors qu'il est de 20,1 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 3 192 hommes pour 3 450 femmes, soit un taux de 51,94 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,02 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[64]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,0 
90 ou +
2,5 
9,1 
75-89 ans
11,9 
15,8 
60-74 ans
17,9 
20,4 
45-59 ans
20,9 
18,0 
30-44 ans
16,5 
18,1 
15-29 ans
15,6 
17,6 
0-14 ans
14,8 
Pyramide des âges du département de l'Essonne en 2020 en pourcentage[65]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,3 
75-89 ans
7,1 
12,9 
60-74 ans
13,8 
20,1 
45-59 ans
19,6 
19,9 
30-44 ans
20,1 
19,9 
15-29 ans
18,3 
21,4 
0-14 ans
19,8 

Enseignement

modifier

Les élèves d'Étréchy sont rattachés à l'académie de Versailles. La commune dispose sur son territoire des écoles primaires des Lavandières, Antoine de Saint-Exupéry et Robert Schuman[66] et du collège du Roussay[67].

La commune dispose sur son territoire de la maison de retraite le Clos d'Étréchy. Un centre de protection maternelle et infantile est implanté dans la commune[68].

Culture

modifier

Le conservatoire communal permet d'évoluer dans trois disciplines, le théâtre, la danse, et la musique, avec l'étude de dix-huit instruments différents[69]. Elle dispose aussi du centre culturel Jean-Monnet.

La Fête des Cocus tous les ans au mois de mai est une manifestation des traditions locales[70].

Le club de tir à l'arc d’Étréchy est une section de l’association sportive d’Étréchy. La commune dispose de deux stades, dont un d'athlétisme et d'un stand de tir[71].

Autres services publics

modifier

La commune dispose sur son territoire d'un centre de secours[72] et d'une agence postale[73].

Lieux de culte

modifier
 
L'église Saint-Étienne.

La paroisse catholique d'Étréchy est rattachée au secteur pastoral de la Vallée de la Juine-Étréchy et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l'église Saint-Étienne[74].

Elle est le siège du doyenné de la vallée de la Juine-Étréchy.

Médias

modifier

L'hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d'émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif.

Économie

modifier

Emplois, revenus et niveau de vie

modifier

En 2006, le revenu fiscal médian par ménage était de 22 849 , ce qui plaçait la commune au mille neuvième rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages que compte le pays et au quatre-vingt treizième rang départemental[75].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Étréchy 0,6 % 7,7 % 10,1 % 28,3 % 30,3 % 22,9 %
Zone d'emploi de Dourdan 0,7 % 6,0 % 18,9 % 28,5 % 26,3 % 19,6 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Étréchy 1,3 % 7,0 % 8,5 % 27,4 % 8,1 % 9,1 %
Zone d'emploi de Dourdan 1,7 % 10,4 % 7,5 % 11,8 % 21,6 % 6,9 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[76],[77],[78]

Culture locale et patrimoine

modifier

Patrimoine environnemental

modifier

Les berges de la Juine et les bois entourant le bourg ont été recensés au titre des espaces naturels sensibles par le conseil départemental de l'Essonne[79].

La commune d'Étréchy a été récompensée en 2009 par deux fleurs au concours des villes et villages fleuris[80].

C'est une étape du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle par la via Turonensis.

La commune est couverte dans son ensemble par le site inscrit "Vallée de la Juine" et l'est de la commune, en particulier la prairie de Vintué et la butte Saint-Martin, est compris dans le site classé "vallée de la Juine et ses abords" (voir l'article Liste des sites classés de l'Essonne pour plus de détails).

Lieux et monuments

modifier
 
L'entrée de la Ferme du Touchet.
  • L'église Saint-Étienne des XIIIe et XIVe siècles a été classée aux monuments historiques le [81].
  • Le pont-aqueduc de la Jeurre construit en 1792 a été inscrit aux monuments historiques le [82].
  • Le portail de la ferme du Touchet du XIIIe siècle a été inscrit aux monuments historiques le [83].
  • La porte de la ferme du Roussay du XVe siècle a été inscrite aux monuments historiques le [84].
  • Le centre bourg est classé comme site patrimonial remarquable SPR1100039 (ancienne ZPPAUP).

Personnalités liées à la commune

modifier

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Étréchy :

Héraldique et logotype

modifier


Les armes d'Étréchy se blasonnent : Coupé : au premier parti, au un de gueules à la croix de Malte d'argent, au deux d'argent à l'aigle au vol abaissé de sable, armée, lampassée, becquée et couronnée d'or, l'aile dextre d'azur chargée de six annelets aussi d'or ordonnés un, deux et trois ; au second d'azur à la fasce d'argent[85].

La commune s'est en outre dotée d'un logotype.

Voir aussi

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

modifier
  • Le patrimoine des communes de l'Essonne - tome 1, Paris, Editions Flohic, , 1053 p. (ISBN 2-84234-126-0), « Étréchy », p. 349–352

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier

Notes et références

modifier
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les élections municipales du 9 mars 2008 ont été annulées par jugement du tribunal administratif de Versailles le 13 juin 2008. Ce jugement a été confirmé par le Conseil d'État le 31/12/2008. La commune est administrée provisoirement par Edgard Alexandre, président de la délégation spéciale d'Étréchy.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Références

modifier
  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 02/04/2009.
  2. Orthodromie entre Étréchy et Paris sur le site lion1906.com Consulté le 13/09/2012.
  3. Orthodromie entre Étréchy et Évry sur le site lion1906.com Consulté le 13/09/2012.
  4. Orthodromie entre Étréchy et Étampes sur le site lion1906.com Consulté le 13/09/2012.
  5. Orthodromie entre Étréchy et Arpajon sur le site lion1906.com Consulté le 13/09/2012.
  6. Orthodromie entre Étréchy et La Ferté-Alais sur le site lion1906.com Consulté le 13/09/2012.
  7. Orthodromie entre Étréchy et Dourdan sur le site lion1906.com Consulté le 13/09/2012.
  8. Orthodromie entre Étréchy et Montlhéry sur le site lion1906.com Consulté le 13/09/2012.
  9. Orthodromie entre Étréchy et Milly-la-Forêt sur le site lion1906.com Consulté le 13/09/2012.
  10. Orthodromie entre Étréchy et Corbeil-Essonnes sur le site lion1906.com Consulté le 13/09/2012.
  11. Orthodromie entre Étréchy et Palaiseau sur le site lion1906.com Consulté le 13/09/2012.
  12. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  13. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  14. « Orthodromie entre Étréchy et Dourdan », sur fr.distance.to (consulté le ).
  15. « Station Météo-France « Dourdan » (commune de Dourdan) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  16. « Station Météo-France « Dourdan » (commune de Dourdan) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  17. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  18. [PDF]« Occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) », sur cartoviz.iau-idf.fr (consulté en ).
  19. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  21. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Unité urbaine 2020 d'Étréchy », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  23. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  24. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  25. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  26. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  27. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  28. – Marianne Mulon –Noms de lieux d’Île-de-France, Bonneton, Paris, 1997 (ISBN 2862532207).
  29. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Marie-Claire Roux, En arrière toutes ! Des villes de banlieue dans la Grande Guerre, Athis-Mons, Maison de Banlieue et de l’Architecture, , 96 p. (ISBN 978-2-9538890-8-6), p. 35.
  31. Journal Officiel, Loi n°64-707 du 10 juillet 1964 portant sur la réorganisation de la région parisienne
  32. Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/07/2009.
  33. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/07/2009.
  34. Résultats de l'élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 08/05/2012.
  35. Résultats de l'élection législative 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/07/2009.
  36. Résultats de l'élection législative 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/07/2009.
  37. Résultats de l'élection législative 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 21/06/2012.
  38. Résultats de l'élection européenne 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/07/2009.
  39. Résultats de l'élection européenne 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 20/06/2009.
  40. « Résultats Élections Européennes 2014 Lardy (91510) », sur Élections Européennes 2014 (consulté le ).
  41. « Résultats Élections Européennes 2019 Étréchy (91580) », sur Élections Européennes 2019 (consulté le ).
  42. Résultats de l'élection régionale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/07/2009.
  43. Résultats de l'élection régionale 2010 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/03/2010.
  44. Résultats de l'élection cantonale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/07/2009.
  45. Résultats de l'élection cantonale 2011 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 02/04/2011.
  46. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/01/2013.
  47. Résultats de l'élection municipale partielle 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 05/11/2009.
  48. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 23/07/2009.
  49. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/07/2009.
  50. Les maires de Étréchy, sur mairesgenweb.org (consulté le 27 mai 2009)
  51. a et b Laurent Degradi (avec P.Da), « Étréchy : maire pendant 30 ans, Lucien Sergent est décédé à 101 ans : L’ancien maire et conseiller général avait encore participé en 2017 au 50e anniversaire de la première assemblée du département de l’Essonne », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  52. F.G, C.Ch. et N.C., « Etréchy : l’ancien maire Jean-Marie Rouquier est décédé », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne).
  53. « Il est professeur au lycée Geoffroy-Saint-Hilaire puis au collège de Guinette à Étampes » [1]
  54. « À Etréchy, duel entre le maire et son prédécesseur », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne).
  55. Isoline Fontaine, « Municipales à Etréchy : le FN vise les 20 % », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne).
  56. « Un nouvel élu FN au conseil ce soir », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne)« C'est vrai que l'ambiance est tendue... concédait hier le patron de la brasserie de la Paix, dans la grande rue d'Étréchy. Les équipes des candidats se retrouvent en clan, ici ou ailleurs. » Dans la commune de 6 318 habitants, qui compte 4 828 électeurs, pas moins de quatre listes pour les municipales sont déjà constituées. Et une cinquième, celle de Michel Sironi (DVG), est encore en suspens pour remplacer Julien Bourgeois (DVD), maire depuis 1996 et qui ne se représente pas. […] La majorité sortante (DVD) se réunit derrière une nouvelle tête, Élisabeth Dailly, 4e adjointe au maire chargée de la culture sous la bannière « Étréchy avec vous ». « Élisabeth travaille à mes côtés depuis deux mandats. C'est une organisatrice, une meneuse d'hommes », soutient le sortant Julien Bourgeois, « gaulliste depuis toujours ».
  57. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Étréchy, consultée le 26 octobre 2017
  58. Fiche du jumelage avec Lydd sur le site du ministère français des Affaires étrangères. Consulté le 08/01/2013.
  59. Fiche du jumelage avec Ostrach sur le site du ministère des Affaires étrangères. Consulté le 08/01/2013.
  60. Fiche du partenariat avec Dano sur le site du ministère français des Affaires étrangères. Consulté le 08/01/2013.
  61. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  62. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  63. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  64. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Étréchy (91226) », (consulté le ).
  65. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département de l'Essonne (91) », (consulté le ).
  66. Liste des écoles du département sur le site de l'Inspection académique de l'Essonne. Consulté le 14/09/2010.
  67. Liste des établissements du second degré de l'Essonne sur le site de l'Académie de Versailles. Consulté le 04/10/2010.
  68. Fiche du centre de PMI d'Étréchy sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 14/01/2013.
  69. Présentation du conservatoire communal sur le site officiel de la commune. Consulté le 07/02/2013.
  70. Teddy Vaury, « Essonne : à Etréchy, les Cocus font leurs jeux ce week-end », (consulté le )
  71. Équipements sportifs municipaux sur le site officiel de la commune. Consulté le 07/02/2013.
  72. Carte d'organisation des centres de secours en Essonne sur le site du SDIS 91. Consulté le 23/02/2011.
  73. Coordonnées de l'agence postale d'Etréchy sur le site de La Poste. Consulté le 15/05/2011.
  74. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse. Consulté le 08/11/2009.
  75. Résumé statistique national sur le site de l’Insee. Consulté le 26/10/2009.
  76. %5CCOM%5CDL_COM91226.pdf Rapport statistique communal sur le site de l'Insee. Consulté le 10/06/2010.
  77. %5CDL_ZE19901145.pdf Rapport statistique de la zone d'emploi de Dourdan sur le site de l'Insee. Consulté le 20/05/2010.
  78. Rapport statistique national sur le site de l'Insee. Consulté le 05/07/2009.
  79. Carte des ENS d'Étréchy sur le site du conseil départemental de l'Essonne. Consulté le 09/2020.
  80. Palmarès départemental des villes et villages fleuris sur le site de l'association. Consulté le 08/11/2009.
  81. « L'église Saint-Etienne », notice no PA00087909, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  82. « Pont-aqueduc de la Jeurre », notice no PA00088052, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  83. « Ferme du Touchet », notice no PA00087911, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  84. « Ferme du Roussay », notice no PA00087910, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  85. Blasonnement sur le site de Gaso, la banque de blason. Consulté le 10/09/2009.