Étoile jaune-blanc de la séquence principale

étoile de type F dans la séquence principale, bande aparaissant sur le diagramme de Hertzsprung-Russell

Une étoile jaune-blanc de la séquence principale est une étoile de type spectral FV.
F est le type spectral à proprement parler, qui lui donne son nom de "jaune-blanc", et V (lire « cinq » en chiffres romains) est sa classe de luminosité, signifiant que c'est une « étoile naine », à comprendre ici dans le sens d'étoile de la séquence principale.

Disque de débris autour de HD 181327, une étoile de type F[1].

CaractéristiquesModifier

Propriétés typiques des étoiles jaune-blanc de la séquence principale[2],[3]
Type
spectral
Masse
(M)
Rayon
(R)
Luminosité
(L)
Température
effective

(K)
Indice de
couleur

(B − V)
F0V 1,61 1,728 7,24 7 220 0,30
F1V 1,50 1,679 6,17 7 020 0,33
F2V 1,46 1,622 5,13 6 820 0,37
F3V 1,44 1,578 4,68 6 750 0,39
F4V 1,38 1,533 4,17 6 670 0,41
F5V 1,33 1,473 3,63 6 550 0,44
F6V 1,25 1,359 2,69 6 350 0,49
F7V 1,21 1,324 2,45 6 280 0,50
F8V 1,18 1,221 1,95 6 180 0,53
F9V 1,13 1,167 1,66 6 050 0,56

Les étoiles jaune-blanc de la séquence principale possèdent des raies d'absorption de l'hydrogène dont l'intensité diminue par rapport aux étoiles de type A, des raies d'éléments ionisés, ainsi que des raies de métaux neutres dont l'intensité augmente au sein de la classe[4]. Leur température de surface varie entre 6 000 et 7 600 K et leur masse entre 1,05 et 1,4 masse solaire[5].

ExemplesModifier

La paire d'étoiles Gamma Virginis A et B est un exemple remarquable d'étoiles jaune-blanc de la séquence principale.


Notes et référencesModifier

  1. « Nouvelles idées sur les disques de débris » (consulté le )
  2. (en) Mark J. Pecaut et Eric E. Mamajek, « Intrinsic Colors, Temperatures, and Bolometric Corrections of Pre-main-sequence Stars », The Astrophysical Journal Supplement Series, vol. 208, no 1,‎ , p. 9 (ISSN 0067-0049, DOI 10.1088/0067-0049/208/1/9, Bibcode 2013ApJS..208....9P, arXiv 1307.2657, S2CID 119308564, lire en ligne)
  3. (en) Eric Mamajek, « A Modern Mean Dwarf Stellar Color and Effective Temperature Sequence », Université de Rochester, Department of Physics and Astronomy, (consulté le )
  4. « Classification spectrale », sur media4.obspm.fr, Observatoire de Paris (consulté le )
  5. (en) G. M. H. J. Habets et J. R. W. Heintze, « Empirical bolometric corrections for the main-sequence », Astronomy and Astrophysics Supplement, vol. 46,‎ , p. 193–237, Tables VII et VIII (Bibcode 1981A&AS...46..193H)

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :