Étienne de Cardaillac

Jacques dit Étienne de Cardaillac (°1818 – † 1879) est un noble français, conseiller général du canton de Châlus et Directeur des bâtiments civils et des palais nationaux de la maison de l’empereur Napoléon III.

Étienne de Cardaillac
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Autres informations
Distinction

BiographieModifier

Né le 8 août 1818 à Saint-Priest-Ligoure en Limousin, le comte Jacques Étienne, dit Étienne de Cardaillac, entre au service de la maison de l’empereur Napoléon III, dont il fut un proche.

Nommé au ministère des Travaux publics, Directeur du dépôt des marbres pour les œuvres de l’État en 1858[1], il exerce les fonctions de Chef de Division des bâtiments civils, avant de devenir Directeur des bâtiments civils et des palais nationaux, fonction qu'il occupe y compris durant les premiers temps de la IIIe République, jusqu’en 1877[2]!

Sa carrière englobe l'ère du Baron Haussmann, et il participe à la Commission des Travaux de l'État qui décide des importantes transformations urbaines de Paris intervenues sous le Second Empire de 1852 à 1870[3].

 
Le grand incendie de Limoges entraînera en 1864 d'importants projets immobiliers que parrainera le comte Étienne de Cardaillac

Il est membre du jury du concours organisé en 1860 pour la construction de l'Opéra national de Paris (Opéra Garnier)[4], jury qui écarte Viollet-le-Duc, et qui, à l'unanimité, lui préfère un jeune architecte, un temps pensionnaire de l'Académie de France à Rome (Villa Médicis) : Charles Garnier.

Cardaillac est, par goût ou du fait de ses fonctions, proche de nombreux artistes, architectes, décorateurs ou peintres, tel Félix Duban[5] pensionnaire de la Villa Médicis (Académie de France à Rome), dont Cardaillac suivait les dépenses d'investissements immobiliers en qualité de Directeur des palais nationaux [6].

Jacques-Étienne de Cardaillac s’intéresse également aux opérations immobilières en cours dans sa région natale, notamment à Limoges où il parraine la constitution d’une compagnie immobilière dont le but était de reconstruire une partie du vieux Limoges, après le grand incendie qui détruisit le quartier des Arènes dans la nuit du 15 au 16 août 1864[7].

Étienne de Cardaillac est membre, de 1863 à sa mort, de la Société française de photographie, association fondée en 1854 et reconnue d'utilité publique en 1892, dont le but est de concourir aux progrès scientifiques et artistiques de la photographie et de ses applications [8].

Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur le 30 juillet 1858, puis officier le 14 août 1862 et commandeur le 14 août 1869[9].

Il devient membre de l'Académie des beaux-arts en 1874[10], où, grand commis de l’État, il siège en qualité de « membre libre », au fauteuil numéro 3, succédant à Henri Delaborde. À son décès, ce fauteuil revient à Henri d'Orléans, plus connu sous le nom de duc d’Aumale. Ce dernier, élu le 1er février 1880, fait, lors de son intronisation le 17 juillet 1880, l'éloge de son prédécesseur, en mettant en avant ses qualités de constructeur, parfois contestées car entraînant de nombreuses destructions de quartiers anciens en ces termes :« Prouver que le goût des restaurations intelligentes n’a pas éteint le génie créateur et que, de nos jours, si l’on s’applique plus que par le passé à entretenir et à conserver, il y a encore des esprits qui savent concevoir et des bras qui peuvent exécuter » (Henri d'Orléans, séance de l'Acadèmie des Beaux-Arts du 17 juillet 1880, extrait de l'éloge faite à son prédécesseur Jacques, Étienne de Cardaillac).

Décédé le 14 décembre 1879 en son domicile, au 182 de la rue de l'Université, à l'âge de 61 ans, Jacques, dit Étienne de Cardaillac est inhumé à Paris, au cimetière du Montparnasse[11], à l'issue des obsèques faites mercredi 17 décembre 1879, à midi, en l'église Saint-Pierre-du-Gros-Caillou, sa paroisse[12].

FamilleModifier

Si sa généalogie reste à faire, il semble issu d’une branche de la famille de Cardaillac qui aurait rejoint, par alliance avec la famille de Bony de Lavergne, le Limousin au XIXe siècle.

Son billet de décès est signé de son frère puîné, le vicomte Frédéric de Cardaillac et des familles alliées : famille Beudan, de Saint-Exupéry, de Roquemaurel, de Bony de Lavergne et du Bourg[12].

Le château de Bony de Lavergne est situé en Limousin, à Saint-Priest-Ligoure, commune natale d'Étienne de Cardaillac.

HommagesModifier

Sur proposition du maire Baju, le nom de Jacques-Étienne de Cardaillac, alors chef de division au Ministère de la maison de l'empereur et Conseiller général du canton de Châlus, est donné le 3 février 1864 « en souvenir des services rendus » à une place du centre ville de Châlus, créée par destruction de l’ancienne église, du cimetière et de quelques constructions adjacentes[13].

Débaptisée en 1881, et renommée « place de la mairie », elle retrouve, après le déménagement de la mairie de Châlus en un autre lieu, son nom d'origine « place de Cardaillac », dénomination qu'elle conserve toujours[14], bien que parfois orthographiée par erreur « Cardailhac »[15].

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sources et référencesModifier

  1. Catherine Granger, L’Empereur et les Arts : La liste civile de Napoléon III, t. 79, École nationale des Chartes, coll. « Mémoire et documents de l’École des Chartes », , 873 p. (ISBN 2-900791-71-5, ISSN 1158-6060, lire en ligne), p. 52
  2. Catherine Granger, L’Empereur et les Arts : La liste civile de Napoléon III, t. 79, École nationale des Chartes, coll. « Mémoire et documents de l’École des Chartes », , 873 p. (ISBN 2-900791-71-5, ISSN 1158-6060, lire en ligne), p. 397
  3. Rosa Tamborrino traduit par Mathieu Cloarec, « Le plan d'Haussmann en 1864 », Genèses, Paris, éditions Belin, vol. 15, no 15,‎ , p. 135 (ISSN 1776-2944, lire en ligne)
  4. « Histoire de l'Opéra Garnier », sur le site IFrance, (consulté le 29 août 2010)
  5. Bruno Foucart, Félix Duban, les couleurs de l'architecte, 1789-1870, Maisonneuve et Larose, , 95 p. (lire en ligne), p. 29
  6. correspondance des directeurs de l’Académie de France ( Villa Médicis) à Rome : directorat de J.E. Lenepveu (1873-1878), t. 11, François Fossier, , bibliothèque de l’Institut de France éd., 442 p. (lire en ligne), p. 7,27,43,49,50, 159,160, 423
  7. « Le grand incendie du 15 août 1864 au travers de la presse de l’époque », sur le site Échos du Limousin, (consulté le 29 août 2010)
  8. « Les membres de la Société française de photographie au XIXe siècle », sur le site de la Société française de photographie (SFP), (consulté le 28 août 2010)
  9. « Étienne de Cardaillac Commandeur de la Légion d’Honneur », sur la base Leonore du ministère de la culture, (consulté le 28 août 2010)
  10. « Les Académiciens au fil de l’Histoire », sur le site de l’Institut de France, (consulté le 29 août 2010)
  11. « Étienne de Cardaillac au cimetière du Montparnasse », sur le site GraveYart, (consulté le 28 août 2010)
  12. a et b Hubert Lavigne, Etat-civil d'artistes français : Billets d'enterrement ou de décès depuis 1813 jusqu'à nos jours, 2, rue des Saints-Pères à Paris, J. BAUR, 216 p. (lire en ligne), p. 174,202
  13. Paul Patier, Histoire de Châlus, Paris, Res Universis, 1993 (éd. originale 1968), 168 p. (ISBN 2-7428-0184-7, ISSN 0993-7129), p. 118
  14. « Place correctement orthographiée de "Cardaillac" sur le plan de ville », sur le site officiel de la mairie de Châlus, (consulté le 2 septembre 2010)
  15. « Place orthographiée par erreur de "Cardailhac" », sur la plupart des sites, dont celui-ci, (consulté le 2 septembre 2010)