Ouvrir le menu principal

Étienne Lenoir

ingénieur belge (1822- 1900) naturalisé français qui réalisa notamment le premier moteur à allumage commandé opérationnel
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lenoir.
Ne doit pas être confondu avec Jean-Joseph Lenoir.
Étienne Lenoir
Description de cette image, également commentée ci-après
Étienne Lenoir.
Naissance
Mussy-la-Ville, Drapeau de la BelgiqueBelgique
Décès (à 78 ans)
Saint-Maur-des-Fossés, Drapeau de la FranceFrance
Nationalité Drapeau de la Belgique Belgique
Autres activités
réalise le premier moteur à combustion interne utilisable.

Étienne Lenoir, de son nom complet Jean-Joseph Étienne Lenoir, né à Mussy-la-Ville[1] le et mort à Saint-Maur-des-Fossés (plus précisément à La Varenne-Saint-Hilaire) le [2], est un inventeur belge.

Autodidacte, et dépositaire de nombreux brevets dans des domaines divers, Lenoir est surtout connu pour être l'inventeur, en 1860, du premier moteur à allumage commandé opérationnel par bougie d'allumage : un moteur à deux temps utilisant du gaz de houille comme carburant.

BiographieModifier

Troisième d'une famille qui comptera huit enfants, il est le fils de Jean-Louis Lenoir, un « marchand », et de Margot Magdelaine, son épouse[3].

En 1838, âgé de seize ans, il quitte son village natal et vient s'installer rue du Temple à Paris[4]. Il devient garçon de café à l'Auberge de l'Aigle d'or où, dans une cave, il réalise des expériences. Il fait breveter sa première invention – celle d'une hélice pour bateau – en 1845[5]. Engagé comme ouvrier chez un émailleur, il fait enregistrer, le 16 mai 1854, une patente concernant « l'application des métaux les uns sur les autres »[5]. Il dépose plusieurs autres brevets, relatifs à des inventions touchant à des domaines fort divers.

Il obtient la nationalité française en 1870 pour son aide pendant la guerre franco-prussienne et reçoit la Légion d'honneur en 1881 (non pas pour son moteur, mais pour ses développements en télégraphie). Il s'appauvrit dans ses dernières années malgré le succès de son moteur.

Il meurt le 4 août 1900 à La Varenne-Saint-Hilaire et est inhumé au Cimetière du Père-Lachaise (91e division)[2],[6].

Créations et brevetsModifier

Le moteur LenoirModifier

 
Schéma du moteur à gaz de Lenoir.

Le , Étienne Lenoir dépose le brevet n° 43 624 : « pour un moteur dilaté par la combustion du gaz de l'éclairage enflammé par l'électricité »[7],[8], un moteur à simple effet et à deux temps, dont le principe est le suivant :

Dans le premier temps, le piston s'éloigne du fond du cylindre, aspire le mélange de gaz d'éclairage et d'air ; vers le milieu de sa course l'ouverture d'aspiration est fermée, une étincelle éclate au fond du cylindre et produit l'explosion ; la fin de la course est motrice du fait de la détente des gaz brûlés. Dans le second temps, le piston, en revenant en arrière par l'effet d'une bielle, chasse dehors les gaz de combustion par une soupape d'échappement commandée mécaniquement par le moteur[9].

Le moteur consomme 3 000 litres par cheval-heure[9]. Lenoir le fabrique en 1860 en 400 exemplaires[10] qui servent notamment, l'année suivante, à faire fonctionner sur la Seine le premier bateau à moteur. Ce moteur consomme 18 l/h de mélange gazeux pour développer une puissance de deux chevaux.

Le brevet 43 624 sera « amendé » à six reprises : les 28 février, 5 et 17 avril 1860, le 5 janvier 1861 et les 22 juin et 13 septembre 1867[7]. Lenoir réalise un moteur à quatre temps en se basant sur le principe du cycle de Beau de Rochas : son automobile à moteur à gaz parcourt 9 kilomètres de Paris à Joinville-le-Pont en trois heures (3 km/h).

Les voitures LenoirModifier

 
La voiture de Lenoir

Les dates à laquelle Lenoir a construit ses automobiles varient de 1860 à 1863. Il est évident qu'il a construit une petite voiture avec son moteur vers 1860. Son automobile de 1862 était capable de rouler à 3 km/h.

En 1861, il met un de ses moteurs dans un bateau. En 1863, Lenoir fait la démonstration d'un deuxième chariot à trois roues, l'Hippomobile, une sorte de wagon placé sur une plate-forme de tricycle. Il est propulsé par un moteur "hydrocarbures liquides" (pétrole) de 2543 cc (155 in3 ; 180×100 mm) 1,5 cv, avec un carburateur rudimentaire qui est déposé en 1886. Il a parcouru avec succès les 11 km de Paris à Joinville-le-Pont et en quatre-vingt-dix minutes aller-retour, soit une vitesse moyenne inférieure à celle d'un marcheur, bien qu'il y ait sans doute eu des pannes. En 1863, il vend ses brevets à la Compagnie parisienne de gaz et se tourne vers les bateaux à moteur, construisant en 1888 un moteur quatre temps alimenté au ligroin. Jules Verne écrit dans son roman de 1863 Paris au XXe siècle à propos de boulevards bondés de voitures sans chevaux, "la machine Lenoir appliquée à la locomotion".

Brevets diversModifier

 
Moteur à gaz de Lenoir au Musée des arts et métiers à Paris.

Durant sa vie, Lenoir dépose de nombreux autres brevets :

  • un procédé de production d'émail blanc ;
  • l'amélioration de la galvanoplastie (20 juillet 1854)[11] ;
  • le freinage électrique pour wagons (1855) ;
  • la signalisation pour voies ferrées (26 octobre 1857) ;
  • l'étamage du verre (1857) ;
  • le tannage du cuir (20 juillet 1876) ;
  • la bougie d'allumage pour moteur en 1876.

HommagesModifier

  • Lenoir est fait Chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Un timbre à l'effigie de Lenoir a été émis par la poste belge en 1955[12].
  • Le 16 juillet 1900, peu avant sa mort, Lenoir reçoit un prix de l'Automobile Club de France, une plaque de vermeil portant l'inscription "En reconnaissance de ses grands mérites en tant qu'inventeur du moteur à essence et constructeur de la première voiture au monde" [13].
  • Une place porte son nom dans la commune de Schaerbeek (Bruxelles)

Notes et référencesModifier

  1. À l'époque situé dans le grand-duché de Luxembourg (période néerlandaise), puis en Belgique en 1839.
  2. a et b Pelseneer 1964, col. 355.
  3. Retranscription de l'acte de naissance d'Étienne Lenoir, dans J.-P. Monhonval, 1985, p. 33.
  4. Richard, 1990, p. 1-2 (16-17).
  5. a et b Pelseneer 1964, col. 356.
  6. Répertoire annuel d'inhumation, 6 août 1900, n°3607, page 19
  7. a et b Pelseneer 1964, col. 357.
  8. G. Lefebvre, 1864, p. 11.
  9. a et b C. Martinot-Lagarde, Le moteur à explosion, Paris, Berger-Levrault, 1912, p. 2. - En ligne sur Gallica.
  10. « Liste des moteurs placés dans Paris », avec indication de leur usage (130 moteurs listés), dans G. Lefebvre, 1864, p. 40-44.
  11. « Reproduction en ronde bosse par la galvanoplastie. Par M. Lenoir », dans Le Génie industriel : revue des inventions françaises et étrangères…, Paris, 1856, t. 12, p. 135. – En ligne sur Gallica.
  12. Timbre à l'effigie de Lenoir (erreur dans le nom indiqué…), sur le site Colnect.
  13. « Le moteur d’Étienne Lenoir », sur Curieuses Histoires Belgique, (consulté le 23 juin 2019)

BibliographieModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier