Ouvrir le menu principal

Étienne François d'Aligre

juriste français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Étienne d'Aligre.
Étienne François d'Aligre
Aligre.jpg
Portrait d'Étienne François d'Aligre
par Louis-Jacques Cathelin
Fonctions
Premier président du Parlement de Paris
-
Premier président du Parlement de Paris
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Enfant
Autres informations
Distinctions

Étienne François d'Aligre, comte de Marans, marquis d'Aligre, est un magistrat français né en 1727 et mort à Brunswick en 1798.

BiographieModifier

Descendant de la célèbre famille d'Aligre qui avait donné à la France deux Chanceliers et Gardes des Sceaux (le père et le fils, fait unique dans l'Histoire), fils d'Étienne Claude d'Aligre (1694-1752), président à mortier au parlement de Paris, il fut reçu conseiller au Parlement de Paris en 1745 et devint président à mortier en 1752 et Premier président de 1768 à 1771 et de 1774 à 1788.

Lorsqu'il était encore Président à mortier, Laverdy le proposa au Roi pour la place de premier président du parlement de Paris. Le Roi fut étonné du choix d'un homme si jeune pour une fonction si importante. Il la lui donna quand même, et le marquis d'Aligre la conserva jusqu'en 1788 et eut plusieurs fois l'occasion de se montrer magistrat intègre et éclairé. Etienne d'Aligre eut la lourde charge de juger la fameuse Affaire du Collier. Il ne craignit pas en effet de censurer les impôts et les mesures arbitraires du gouvernement.

Défenseur souvent borné des prérogatives du Parlement, il fut exilé dans sa terre de Tremblay en 1771, lors de la réforme judiciaire du chancelier Maupeou. Il revint en 1774 lorsque Louis XVI rappela les Parlements et reprit son obstruction aux réformes, notamment fiscales. Haïssant la Cour et les ministres réformateurs, il est considéré par certains comme l'un des artisans de l'échec des réformes de Calonne et de Loménie de Brienne.

Il fit notamment une vive opposition à Necker et s'efforça d'empêcher la convocation des états généraux. Ne croyant pas ses conseils écoutés par le Roi et il donna sa démission en novembre 1788. L'ancien président faillit périr le 14 juillet 1789, le jour de la prise de la Bastille en même temps que Berthier et Foullon. Sous la Révolution, il se hâta de rassembler une partie de son immense fortune et émigra, d'abord à Bruxelles, puis en Angleterre à Londres avec sa famille, et enfin à Brunswick où il mourut en 1798. Il ne s'occupait plus alors, que de spéculations financières qui le firent à cette époque, l'un des hommes les plus riches du moment.

Il amassa une fortune considérable. Selon M. Provost dans le dictionnaire biographique de Roman d'Amat : « Il avait, disait-on, cinq millions de capitaux dans la banque à Londres et disposait de 700 000 livres de revenu ; les présidents étant associés à toutes les affaires comportant des épices, il aurait touché, en dix-sept ans, des vacations représentant quatre cents années de travail. »

Il consacra une partie importante de sa fortune à restaurer son château de Baronville et à reconstituer les anciens jardins.

Il fut greffier de l’ordre du Saint-Esprit du 12 au 20 juillet 1770.

Il épousa Anne Catherine de Bauldry de Villaines (1735-1797). Ils eurent pour enfants :

C'est lui que la Ville de Paris a voulu, le 26 février 1867, sous le Second Empire, honorer en donnant le nom d'Aligre à une rue (la rue d’Aligre) et à une place (la place d’Aligre) attenante.

Une illustre descendanceModifier

Étienne François, marquis d'Aligre, eut une descendance nombreuse et est l'ancêtre des plus illustres familles françaises et étrangères :