Étel

commune française du département du Morbihan

Étel
Étel
Parvis de la mairie.
Blason de Étel
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Lorient
Intercommunalité Auray Quiberon Terre Atlantique
Maire
Mandat
Guy Hercend
2020-2026
Code postal 56410
Code commune 56055
Démographie
Gentilé Étellois
Population
municipale
2 013 hab. (2018 en augmentation de 0,95 % par rapport à 2013)
Densité 1 157 hab./km2
Population
agglomération
11 498 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 39′ 30″ nord, 3° 11′ 58″ ouest
Altitude m
Min. 0 m
Max. 17 m
Superficie 1,74 km2
Type Commune urbaine et littorale
Unité urbaine Belz
(ville-centre)
Aire d'attraction Belz
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Quiberon
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Étel
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Étel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Étel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Étel
Liens
Site web www.mairie-etel.fr

Étel [etɛl] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

GéographieModifier

 
Le port et la ville d'Étel (rive gauche de la Rivière d'Étel) vus du Magouër (rive droite).

Localisation et descriptionModifier

Limite communale.
Communes limitrophes de Étel
Belz
Plouhinec   Erdeven
Erdeven Erdeven

Étel se situe à 18 km d'Auray, 30 km de Lorient et 30 km de Vannes.

Le territoire communal est très restreint : seulement 1,740 km2 (174 ha) et presque totalement urbanisé (quelques champs subsistent toutefois au nord-est de la commune, au voisinage de l'étang du Sac'h, ainsi qu'au sud-est, près du hameau de Keranroué, lequel appartient à la commune d'Erdeven), d'où une densité de population élevée, supérieure à 1 100 hab./km2, Étel comptant 2 013 habitants en 2018[1].

Géologie et reliefModifier

 
La barre d'Étel.
 
Étel, au bord de sa rivière.

Étel donne son nom à un aber , la rivière d'Étel, qui se termine par un dangereux banc de sable sous-marin, connu sous le nom de « barre d'Étel ». Cette barre entraîne des difficultés pour la navigation.

Les altitudes sont modestes au sein du finage communal, comprises entre le niveau de la mer et, a maximum, 17 mètres vers Le Sac'h et Kerevin (l'altitude moyenne est de neuf mètres). La commune est limitée à l'ouest par la rive gauche de la ria d'Étel (de la Pointe de la Garenne au banc du Stang), au nord par la rive gauche de la rivière du Sac'h et de l'étang du Sac'h (qui séparent Étel de Belz), au sud par le minuscule fleuve côtier le Ré et à l'est la limite avec Erdeven ne s'appuie sur aucun élément naturel.

La partie du littoral bordant la rivière d'Étel est relativement découpée, alternant pointes (Pointe de la Garenne, Pointe du Pradic) et baies peu prononcées (Porh Billiette, Anse Pradic, Banc du Stang). Le bourg initial est situé sur un promontoire au nord de l'Anse Pradic à une altitude comprise entre dix et quinze mètres[2].

La partie du littoral bordant la Rivière du Sac'h est urbanisée de manière peu dense et plusieurs espaces boisés privés y subsistent de part et d'autre de Grapeleu ; en amont du Moulin du Sac'h (un ancien moulin à marée), les rives de l'étang du même nom sont restées agricoles.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le littoral côtier atlantique fait partie du plus grand cordon dunaire de Bretagne qui s'étend de la pointe de Gâvres au fort de Penthièvre sur la commune de Saint-Pierre-Quiberon[3], mais appartient en fait à la commune d'Erdeven, en raison des dimensions restreintes du territoire communal. Ce massif est coupé seulement par la ria d'Étel. Ce massif dunaire se serait formé il y a 2 500 ans environ et plus de 800 espèces végétales y sont inventoriées ; il comprend des zones humides d'origine naturelle. Cet espace naturel est menacé par la surfréquentation touristique, l'existence de décharges sauvages et la prolifération d'espèces invasive, mais d'importantes mesures de protection ont été prises[4].

À Erdeven, notamment à hauteur de la ria d'Étel, le trait de côte a reculé par endroits de 0,60 à 0,90 mètre par an entre 1952 et 2009[5].

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[6]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[7].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[8]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[6]

  • Moyenne annuelle de température : 12,1 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,5 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 11,2 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 903 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,5 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[10] complétée par des études régionales[11] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Carnac », sur la commune de Carnac, mise en service en 1993[12] et qui se trouve à 12 km à vol d'oiseau[13],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 13,1 °C et la hauteur de précipitations de 832,8 mm pour la période 1981-2010[14]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Lorient-Lann Bihoue », sur la commune de Quéven, mise en service en 1952 et à 22 km[15], la température moyenne annuelle évolue de 11,6 °C pour la période 1971-2000[16], à 12 °C pour 1981-2010[17], puis à 12,2 °C pour 1991-2020[18].

Voies de communication et transportsModifier

La commune d'Étel est desservie par la D 105 venant d'Auray via Erdeven et par la D 16 en direction de Belz, laquelle permet aussi la liaison routière en direction de Lorient en empruntant le Pont Lorois qui traverse la Rivière d'Étel. Un bac relie Étel à Le Magouër pendant la saison touristique[19].

Le port d'Étel, ancien port de pêche florissant, est de nos jours essentiellement un port de plaisance disposant d'une capacité d'accueil de 460 bateaux sur pontons et de 46 places pour les visiteurs. Son tirant d'eau maximum est de trois mètres[20].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Étel est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[21],[22],[23]. Elle appartient à l'unité urbaine de Belz, une agglomération intra-départementale regroupant trois communes[24] et 9 348 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[25],[26].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Belz, dont elle est une commune du pôle principal[Note 5]. Cette aire, qui regroupe deux communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[27],[28].

La commune, bordée par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[29]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des cent mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[30],[31].

 
Étel vue du ciel.

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (80,4 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (73,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (80,4 %), zones humides côtières (5,1 %), zones agricoles hétérogènes (5 %), terres arables (4,8 %), eaux maritimes (4,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,3 %)[32].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[33].

Morphologie urbaineModifier

LogementModifier

Projets d'aménagementsModifier

ToponymieModifier

Déjà attestée sous la forme latine Ectell vers l'an 1000 dans le cartulaire de Sainte-Croix en Quimperlé, Hervé Abalain relève une forme Ectell flumen au XIe siècle[34] où le latin flumen (flot, eau courante, courant, flux, fleuve...) fait clairement référence à l'aber. Ainsi, enk-tell flumen pourrait signifier « la côte / la terre / l'embouchure étroite de la rivière », possiblement (bien qu'historiquement incertain compte tenu du manque de données sur l'évolution de la géographie côtière locale au fil des siècles) en référence à la barre, banc de sable mouvant mais permanent, qui resserre considérablement la passe d'entrée et joue un rôle de réelle barrière très difficilement franchissable pour une embarcation, même moderne, les jours de ressac. On retrouve la forme Itell en 1636, et Intel en 1811.

Le nom breton actuel de la commune est An Intel.

Ainsi, il semble que le nom d'Étel soit intimement lié à la ria. Bien que d'origine incertaine, Étel viendrait du breton in tallus (terre ferme) ou plus probablement du vieux breton ectell (ou enk'tell) avec enk pour « étroit » ou « détroit »[35]. Tell pourrait s'expliquer par tell / tallus, qui pourrait s'apparenter au gaulois *talutum (versant, côte...) ou *talos (front, pente raide...) ou encore le britonnique tal de même sens.[Information douteuse]

HistoireModifier

PréhistoireModifier

En 1892 Félix Gaillard[Note 6] énumère et décrit dans la commune 3 dolmens en ruines, respectivement à Er Rogen, Roch'er Argant et Roch'er Crés[36].

Joseph-Marie Le Mené indique à la fin du XIXe siècle l'existence de dolmens ruinés près du bourg[37] et Zacharie Le Rouzic en indique un en 1911, démoli par son propriétaire, près du moulin du Sac'h[38]. Il n'existe plus de nos jours aucun monument mégalithique sur le territoire communal.

AntiquitéModifier

Joseph-Marie Le Mené écrit en 1891 que l'on remarque des briques romaines tombées sur la grève et les fondements d'un mur romain dans la falaise près de Pen-er-Ster[39] (Penester) [en fait au sud de la Pointe Pradic]. La villa gallo-romaine de Mané-Vechen se trouve en face d'Étel, sur la rive droite de la rivière d'Étel, mais dans la commune de Plouhinec).

Moyen ÂgeModifier

À la fin du Moyen Âge, des textes indiquent que les lieux de Kerevin et du Sac'h dépendaient de la seigneurie de Keravéon en Erdeven[40].

Le XIXe siècleModifier

Étel, simple village d'ErdevenModifier

Étel était un simple village, dénommé aussi Saint-Pierre-d'Erdeven, d'Erdeven que A. Marteville et P. Varin décrivent ainsi en 1843 :

« Intel ou Étel est un petit port avec bureau des douanes. Il compte plusieurs presses à sardines. On exporte celle-ci au loin, ainsi que l'oignon, dont la culture est très développée dans ce pays. L'entrée de la petite rivière qui donne son nom à ce port est fermée par un rocher que l'on nomme la barre d'Intel, et qui ne permet l'accès qu'aux barques et qu'aux navires d'un faible tonnage ; encore ceux-ci sont-ils tenus de profiter des grandes marées.[41] »

La création de la commune en 1850 et les modifications territoriales survenuesModifier

Une pétition en date du rédigée par les notables du village (armateurs, négociants, industriels de la sardine) demande la séparation d'avec Erdeven.

La paroisse d'Étel est créée le (une première chapelle sommaire fut édifiée en 1830 à Kerévin car Étel ne disposait jusque-là d'aucun lieu de culte, et une chapelle de meilleure qualité, devenue l'église paroissiale lors de la création de la paroisse, fut construite en 1835[42]). La commune a été instituée par un décret promulgué le par démembrement de la commune d'Erdeven. La nouvelle commune a alors 1 022 habitants pour un territoire limité à 202 hectares[39].

« En 1850, l'essor du village avait amené les habitants de ce bout de terre qui borde la rivière d'Étel à réclamer leur autonomie communale (...). La rurale Erdeven a dû lui accorder chichement un maigre territoire, se réservant les dunes et les plages désertes, dont on ignore alors l'avenir touristique. (...) Étel jouit donc d'un petit territoire entre la rivière du Sac'h, qui sépare Belz d'Erdeven, et le ruisseau du Ré au bord des dunes de la Falaise (massif dunaire Quiberon - Gâvres (...). Cette commune devient un vrai port de pêche, accroché comme une bernique à son rocher face à la barre souvent dangereuse de l'entrée de la rivière, le plus près possible des dunes de la Falaise, dont il est séparé par le petit marais du Pradic. Le Magouër, réduit à quelques maisons, reste sous la dépendance de la commune de Plouhinec. Il fait cependant partie de l'ensemble portuaire étellois et servira d'abri d'hivernage pour les bateaux ; en effet la rivière est à la fois frontière et lien. Les sites antiques qui la bordent, Mané Vechen à l'ouest et la fosse à garum à l'est, nous rappellent la solidarité ancienne des deux rives.[43] »

En 1863 un rapport du Conseil général du Morbihan écrit : « Le village d'Étel, lieu de pêche et petit port, demanda son érection en commune, appuyant cette demande sur ce que la population d'Étel, exclusivement commerciale, industrielle et maritime, ne pouvait partager la vie communale avec la population d'Erdeven, exclusivement agricole. Erdeven ne fit aucune opposition à cette demande (...). L'érection en paroisse eût lieu en même temps », mais, à la suite d'une erreur administrative seule la section A du cadastre fut érigée en commune, si bien que les villages de la section B du cadastre restèrent rattachés à la commune d'Erdeven alors qu'ils se retrouvèrent dans la paroisse d'Étel. En 1863 « les villages de la paroisse d'Étel [et] sept autres villages d'Erdeven, Le Cosquer, Kerveheny, Keranroué, Tehuen, Saint-Germain, Croix-Izan, Kerprat, demandent à s'annexer à Étel ». Cette demande ne fut que partiellement satisfaite, la plupart des villages restèrent dans la commune d'Erdeven, seuls ceux membres de la paroisse d'Étel, comme Pénester et Goh Lannec, étant annexés par la commune d'Étel par un décret du [44]. Les villageois de Keranroué, Kervénéhy, Le Cosquer et Saint-Germain réitérèrent en vain leur demande d'annexion à Étel en 1865[45].

La station de sauvetage d'ÉtelModifier

Construite en 1866, la station de sauvetage en mer d'Étel reçoit son premier canot de sauvetage en 1867 grâce au soutien de l'impératrice Eugénie: la Seyne, un canot à avirons, comme les deux suivants : le Prosper Giquel en 1889 et le Papa Poydenot en 1913. Le premier canot à moteur dont dispose la station de sauvetage est le Vice-Amiral Schwerer en 1939 (il sauva trente-trois vies en vingt-neuf sorties entre 1939 et 1958 ; il est détruit lors du drame du ) ; le Vice-Amiral Schwerer II (un simple zodiac) lui succéda provisoirement. Le sixième canot de sauvetage d'Étel, le Patron Émile Daniel (dénommé ainsi en hommage au patron du Vice-Amiral Schwerer disparu lors du drame du ) lui succède en 1962. Il est placé dans un nouvel abri construit face à la glacière municipale et inauguré le . Le Champlain lui succède en 2004 et le Nohic en 2013[46].

Des naufrages fréquents au niveau de la barre d'ÉtelModifier

Alfred Bertrand écrit en 1888 qu'« il ne se passe pas d'année que l'on ne signale plusieurs sinistres causés par la barre d'Étel »[47]. La liste exhaustive des naufrages survenus et des bateaux secourus serait trop longue et se perd dans la nuit des temps, faute de documents écrits pour les dates lointaines, sauf exception : par exemple le journal Le Publicateur du évoque le naufrage d'une chaloupe sur la barre d'Étel ; les cinq hommes à bord furent noyés[48]. Quelques exemples plus récents : le la chaloupe Jeune-Lucie, montée par cinq hommes d'équipage et un mousse, qui se rendait sur son lieu de pêche, chavire en franchissant la barre d'Étel ; le gardien du phare donna l'alerte et les hommes furent sauvés par le canot de sauvetage d'Étel[49]. En 1889, le prix Prosper Giquel est attribué à l'équipage du canot de sauvetage d'Étel pour le sauvetage de deux hommes de l'équipage du sloop Étel, des six hommes de l'équipage de la chaloupe La Colombe[50]. En 1892 le prix Thomassy est attribué à la station de sauvetage d'Étel pour le sauvetage de 18 hommes à bord des chaloupes de pêche V. B. le , Belliqueuse le et Première le [51]. Un autre prix, le prix du commissaire de la Marine Adelson Cousin, est attribué à la station d'Étel pour avoir secouru le avec son canot de sauvetage , le Prosper-Giquel, une barque de pêche, le Saint-Joseph, échoué sur la barre d'Étel[52]. Le même canot de sauvetage sauve 7 hommes du Forbin le [53]. Le le dundee Alexandrine s'échoue au niveau de la barre d'Étel ; l'équipage fut sauvé grâce à un système de va-et-vient[54]. Le le bateau de pêche La-Sœur-des-Quatre-Frères s'échoue au niveau de la barre d'Étel ; l'équipage est sauvé par le canot de sauvetage d'Étel (patron Le Floch), qui avait déjà secouru deux autres bateaux la même année, le 11 mars et [55]. Le l'équipage du dundee Peau-d'Âne est sauvé grâce à un système de lance-amarres[56].

La pêche sardinière et sa reconversionModifier

Le cadastre de 1845 fait état de l'existence à Étel de six presses à sardines et d'un établissement pour confire la sardine[57]. Une enquête de 1847 recense cinq presses à sardines (celles d'Alexandre-Marie Somyé fils, de Marquet, de la veuve Plumette, de Louis Le Port et de Louis Parfait Le Gloahec), toutes créées entre 1805 et 1827, qui emploient en tout cinquante-cinq ouvriers pendant environ quatre-vingts jours chaque année (le sel utilisé venait du Croisic)[58].

La création, grâce à la mise au point de l'appertisation, en 1850 d'un « établissement pour confire la sardine » à Étel fut à l'origine de l'essor du port sardinier, transformant le petit village de pêcheurs en une petite ville. Les presses d'antan sont abandonnées et c'est à qui créera sa friterie, les chevalets permettant de sécher les sardines avant leur préparation en vue de leur mise en boîtes s'étendant un peu partout dans les rues[43]. Cet essor prit fin avec la raréfaction des sardines à partir de 1880, la crise sardinière culminant en 1902-1903.

 
Étel : l'arrivée des sardiniers (carte postale début XXe siècle).

Le musée des thoniers d'Étel décrit ainsi l'activité sardinière : « Chaque jour les sardiniers d'Étel partaient pour une, voire deux marées. Profitant du courant de jusant (marée descendante) les embarcations descendaient et quittaient ainsi la rivière sous voiles pour rejoindre les Courreaux de Groix, zone de pêche privilégiée par les Étellois se situant entre le continent et l'île de Groix. Il leur arrivait également d'exploiter les courreaux de Belle-Île. Une fois sur zone, les voiles sont affalées, le grand mât démâté. Chacun des cinq marins prend son poste : deux matelots à l'avant (les « Teneurs debout »), manœuvrant chacun un grand aviron ; un matelot au centre ; à l'arrière le mousse se tient près du patron à la barre, ralingue du filet en main ». Le filet utilisé le plus couramment, tiré à l'arrière du bateau, était un filet droit de 25 à 35 mètres de long et haut de 8 à 14 mètres aux mailles en lin ou en chanvre, marron à l'origine, puis teinté au sulfate de fer pour le confondre avec la couleur de l'eau ; la ralingue de surface du filet était munie de flotteurs en liège et la ralingue inférieure lestée de quelques petits sacs de sable ou de galets[59].

 
Chaloupes sardinières dans le port d'Étel au début du XXe siècle.

La pêche terminée, il fallait se presser de rentrer au port en raison de la fragilité de la conservation du poisson et pour espérer en tirer des usiniers le meilleur prix (sauf lorsque ceux-ci étaient les armateurs des bateaux). À terre on surveillait le retour des bateaux et une cloche alertait le personnel des usines (les conserveries remplaçant progressivement les presses à sardines et les confiseries), essentiellement des femmes, pour qu'elles prennent leur poste[39].

Une enquête de 1877 recense à Étel 109 chaloupes et quinze caboteurs pour la pêche au chalut du gros poisson (employant 650 personnes au printemps) et deux cents chaloupes pour la pêche à la sardine (employant jusqu'à mille personnes pendant la saison de pêche), ainsi que la présence de dix conserveries (employant neuf cents personnes pendant la saison de pêche), deux chantiers navals, une corderie et une fabrique de chiffons[60].

Alfred Bertrand écrit en 1888 que l'on compte dans le port d'Étel environ 150 barques de pêche, mais que « depuis que la sardine s'est éloignée des côtes de Bretagne, l'importance d'Étel a considérablement diminué. Les marins d'Étel, habitués à pêcher la sardine qui, jadis, était pour eux d'un rendement certain, ne se sont décidés qu'à la longue à modifier leurs engins et à courir la haute mer pour « chasser », comme ils disent, le thon, le homard, la daurade, le mulet, le turbot, la barbue, les grosses espèces en un mot. Aujourd'hui la production d'Étel en grosses pièces (...) concourt, pour une bonne part, à l'alimentation parisienne. Il n'est pas douteux (...) que cette production augmenterait dans des proportions considérables, si la rivière d'Étel était d'un abord plus facile pour les barques de pêche. (...) Or, si l'accès au port est difficile, par contre il offre un refuge d'une sécurité absolue ». Il écrit aussi que « l'établissement d'une voie ferrée reliant Étel à Lorient » faciliterait la prospérité du port[55]. Le l'équipage du dundee Peau-d'Âne est sauvé grâce à un système de lance-amarres[56].

À partir de 1880 une série de crises, qui culminent entre 1902 et 1910, ébranlent l'activité sardinière car le poisson s'est éloigné de la côte bretonne et la concurrence ibérique se développe, ce qui entraîne des conflits sociaux et suscite l'essor de la pêche au thon germon qui devient prépondérante dans la première moitié du XXe siècle[39].

Étel décrit en 1889Modifier

Benjamin Girard décrit ainsi Étel en 1889 :

« Pendant longtemps Étel est resté une section de la commune d'Erdeven. Le bras de mer formant son port a été la cause de sa prospérité, qui a amené, il y a quelques années, son érection en commune. Le port d'Étel, où une station de canot de sauvetage a été créée en 1867, est situé sur la rive gauche de la rivière de ce nom, à un mille et demi environ de son embouchure dans l'Océan. Cette rivière, dont l'embouchure se fait au milieu des dunes de sables, a un cours très irrégulier : en amont du port elle forme de nombreuses anses qui reçoivent et jettent les eaux de la mer, amenées par le jeu des marées ; l'entrée est fermée par une barre de sable qui émerge à basse mer et laisse, à l'est et à l'ouest, deux passes présentant souvent de grandes difficultés aux bateaux voulant pénétrer en rivière. Cette barre est mobile et se déplace suivant la direction des vents et des lames ; en hiver, elle est habituellement infranchissable. Le sémaphore, placé à l'embouchure de la rivière, signale aux navires l'état de la barre et indique si elle est praticable ou non. Une fois la barre franchie, le port présente un abri excellent ; il a 200 mètres de largeur ; le débarquement y est facilité par un mur de quai placé le long du chenal, et par une cale[61]. »

Le même auteur indique aussi que les habitants demandent que l'on fasse sauter une roche dénommée « Petit-Chaudronnier », située au milieu de la passe ouest de la barre ; cet écueil provoquait de nombreux accidents de mer : par exemple quatre chaloupes y chavirèrent pendant la seule année 1886 et l'équipage formé de cinq hommes de l'une d'elles, la Sainte-Hélène, se noyèrent[39].

Une décision ministérielle datant du approuva l'aménagement du port d'Étel, prévoyant notamment la construction d'un môle de 88,5 mètres de longueur en prolongement du môle déjà existant, et d'une cale ; en 1889 les travaux étaient en cour d'exécution. Étel possédait alors plusieurs usines pour la préparation de conserves de sardines ; son port avait aussi alors un modeste trafic de cabotage (quatre-vingts navires le fréquentèrent en 1885)[62].

Les débuts de l'ostréicultureModifier

En 1892 Stéphan, d'Erdeven, obtient après de nombreux débats le droit d'implanter et d'exploiter une concession ostréicole dans l'îlot du Nohic (qui dépend de la commune de Plouhinec) au cœur de la ria d'Étel ; il exploita cette concession jusqu'en 1935 et d'autres ostréiculteurs lui succédèrent au fil des ventes successives[63].

Le XXe siècleModifier

La Belle ÉpoqueModifier

 
Bateaux dans le port d'Étel en 1913.

Le projet de construction d'une voie ferrée reliant Étel à Auray, évoqué à plusieurs reprises dans le dernier quart du XIXe siècle n'aboutit pas ; par contre une demande de concession pour une ligne de tramway reliant Étel à La Trinité-sur-Mer (où elle devait être raccordée à une ligne allant de Locmariaquer à Vannes qui ne fut jamais construite) reçut un avis favorable en 1899 (M. Payot constitue le la Société Anonyme du Chemin de Fer Économique de La Trinité-sur-Mer à Étel, transformée ensuite en Société Anonyme du Tramway de La Trinité-sur-Mer à Étel, laquelle obtient une concession de cinquante ans pour la construction et l'exploitation de la ligne qui ouvrit en 1901 (elle croisait la ligne de chemin de fer d'Auray à Quiberon en gare de Plouharnel - Carnac)[64].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

En 1906, la revue catholique Le Correspondant déplore qu'à Étel, de même que dans les ports voisins, on ne voit que très peu d'hommes à la messe, mais que les femmes par contre y assistent nombreuses[65]. L'inventaire des biens d'église prévu le ne put être effectué, malgré la présence de quatre gendarmes, en raison de l'opposition des paroissiens[réf. nécessaire].

La Première Guerre mondialeModifier

L'exploitation de la ligne de tramway de La Trinité-sur-Mer à Étel fut suspendue dès le en raison d'un arrêté de réquisition pris par le ministre de la Guerre : le matériel roulant est embarqué et une partie des installations démontées[39].

Le monument aux morts d'Étel porte les noms de 105 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale[66].

L'essor du port d'Étel : le port thonierModifier

 
Étel : le quai et la criée vers 1920 (carte postale H. Laurent).
 
Étel : le bassin du port et l'usine de conserves Amieux Frères au début du XXe siècle (carte postale).

Après la crise sardinière qui frappe Étel comme tous les autres ports sardiniers de la côte sud de la Bretagne, imitant les marins grésillons, Étel se reconvertit dans la pêche au thon pratiquée à bord des dundee et à celle du maquereau. Très vite, au lendemain de la Première Guerre mondiale, d'importantes usines (usine Amieux et usine Saupiquet [cette dernière au Magouer], à capitaux nantais), disposant chacune de leur propre cale de débarquement, remplacent les presses et les petites friteries de la seconde moitié du XIXe siècle, qui étaient dispersées un peu partout dans le village. Vers 1930, Étel et Le Magouër disposent de 250 bateaux de pêche, dont en 1934-1935 trente-deux thoniers (qui chalutent au large de Belle-Île, de l'Île d'Yeu et sur le plateau de Rochebonne)[57] et de cinq conserveries (les usines Rodel, Lorcy et Le Bayon s'étant ajoutées à celles précédemment citées), mais une part importante des prises sont débarquées à Concarneau qui dispose alors de vingt-sept usines de conserves, ainsi qu'à La Rochelle. Le port s'équipe du « quai neuf » dans la décennie 1930[43]. Environ 980 marins s'embarquaient sur les dundees de la Rivière d'Étel dans la décennie 1930. La lettre « A » identifiait les navires de la côte Est (Étel et Belz) car ils dépendaient du quartier maritime d'Auray, et le lettre « L » ceux de la rive Ouest (Le Magouër, Le Vieux-Passage) car ils dépendaient du quartier maritime de Lorient.

 
Dundee thonier franchissant la barre d'Étel (photographie, vers 1925).

L'équipage des thoniers était formé de cinq hommes et un mousse avant la Deuxième Guerre mondiale (six hommes et un mousse après). La préparation de la campagne thonière commençait en mai avec l'armement des bateaux (les marins raboutaient et carénaient la coque des bateaux, tannaient les voiles, vérifiaient le gréement, équipaient les tangons[Note 7] et préparaient les lignes. Au moment de partir, ils embarquaient les vivres (légumes, eau, vin, deux ou trois repas de viande fraîche et du lard conservé dans un charnier ; les autres repas étaient constitués de poissons et de pommes de terre). La campagne de pêche commençait aux alentours du 20 juin et durait jusqu'en octobre, chaque bateau partant pour une trentaine de jours à chaque fois. Les thoniers quittaient la ria d'Étel par leurs propres moyens si les vents étaient favorables ; sinon un remorqueur les tiraient « jusqu'en dehors »[Note 8]. La zone de pêche se situait en début de saison entre le Cap Finisterre et les Açores, pendant l'été dans le Golfe de Gascogne et en septembre-octobre jusqu'au sud-ouest de l'Irlande. Une fois sur place, les lignes étaient mises en place sur les tangons et la vitesse du bateau était réglée pour la pratique de la pêche à la traîne. Les bancs de thons étaient repérés à l'œil nu et en observant le déplacement des oiseaux. La pêche se pratiquait le jour. À partir de la décennie 1930 des leurres (appâts artificiels), constitués de crins de cheval teintés, étaient placés sur les hameçons doubles au bout des lignes auxquelles ils étaient reliés par un fil d'acier, chaque ligne étant fixée à un tangon par une corde en chanvre ; chaque tangon pouvait ainsi supporter 5 ou 6 lignes ; dès qu'un thon était pris, la ligne correspondante était remontée à la main à bord du bateau et le poisson hâlé sur le pont par dessus la lisse de bord[67].

Les voiliers disparaissent rapidement de la flottille : ils sont encore 76 en 1946 ; les quatre derniers font en 1957 leur ultime pêche au germon[57].

L'Entre-deux-guerresModifier

 
Étel : la marchande de galettes (vers 1920).
 
Étel : le tramway vers 1925 (carte postale, musée des thoniers d'Étel).

La ligne de tramway allant de La Trinité-sur-Mer à Étel est reconstruite à partir d'octobre 1921, transformée en ligne de chemin de fer à voie étroite dont l'exploitation commence en 1922 grâce à trois nouvelles locomotives achetées[39]. La ligne avait une longueur d'un peu plus de vingt kilomètres, mais resta constamment déficitaire en raison de la faiblesse du trafic. Elle ferma dès le en dépit du transfert en 1934 de l'exploitation aux Chemins de fer du Morbihan, ce qui ne parvint pas à sauver la ligne, concurrencée à partir de 1933 par un transporteur routier d'Étel[68].

 
Inauguration du canot de sauvetage d'Étel, le Vice-Amiral-Schwerer le  ; le canot sur sa rame de lancement (Annales du sauvetage maritime).

La tempête du 17 au  : elle dura quatre jours et cinq nuits, frappant principalement la côte atlantique française ; 27 thoniers disparurent, partis principalement des ports bretons de Port-Louis, Groix, Étel, Douarnenez et Concarneau, provoquant la mort de 207 marins (dont 115 sont inscrits sur le monument des péris en mer d'Étel) et faisant 127 veuves et 197 orphelins. Dix bateaux d'Étel disparurent lors de cette tempête qui fut la plus forte et la plus meurtrière du XXe siècle en France[69]. La liste des marins disparus est publiée le dans le journal L'Ouest-Éclair[70].

René Le Diraison, qui était mousse à bord de La Gueuse, un bateau commandé par son père, témoigne : « Le comportement du bateau était difficile car il prenait l'eau par l'avant du travers. Derrière nous, les hommes du Bonhomme Louis, un thonier de Port-Louis, nous faisaient signe d'aller à leur secours. Hélas le vent était si fort qu'il ne permettait plus aucune manœuvre. Plus tard nous avons appris qu'il avait chaviré et avait perdu deux hommes dont le patron... Le soir du 19 septembre nous étions en fuite vent arrière sur tourmentin. Les lames nous arrivaient par l'arrière et couvraient le bateau jusqu'à l'avant. Il fallut défoncer une partie des pavois pour faciliter l'évacuation de l'eau. Après une heure de pompage le bateau fut enfin asséché. Le lendemain après-midi, profitant d'une accalmie, la grand'voile fut réparée et nous fîmes route sur Étel »[71]

Le le guetteur du sémaphore de Gâvres découvrit en regardant vers l'est un navire immergé dont seul le mât, auquel un homme était agrippé, émergeait : c'était le patron de l' Anse du Sach, un thonier d'Étel ; les cinq hommes de l'équipage furent victimes du naufrage[72].

Le canot de sauvetage à deux moteurs Vice-Amiral-Schwerer est inauguré à Étel le [73].

En 1933 une Commission de la Marine du Sénat reconnaît qu'« une entrave absolue était apportée au développement normal des communes d'Étel, d'Erdeven, de Plouharnel et de Plouhinec, par les sujétions et les dangers résultant pour elles de la proximité du champ de tir de Gâvres ; que le dommage ainsi causé pouvait être assimilé à une éviction et qu'il devait donc faire l'objet d'une juste et préalable indemnité »[74].

La Seconde Guerre mondialeModifier

La pinasse Anne Louise sombra le en traversant la barre d'Étel ; quatre de ses neuf hommes d'équipage périrent noyés, les cinq survivants furent sauvés par des douaniers allemands. En cette circonstance, le journal L'Ouest-Éclair écrit que « le port d'Étel, toujours très actif (...) [a contribué] au ravitaillement du pays (..) par des apports massifs de thon »[75].

 
Plaque commémorant la reddition de l'armée allemande de la poche de Lorient le .

L'EAM (École d'apprentissage maritime) d'Étel est créée le  ; elle compte quarante-deux élèves en 1942. Elle est devenue en 1995 le lycée professionnel maritime et aquacole d'Étel[76].

Le le dundee Jouet des Flots est attaqué et coulé par un patrouilleur allemand[77].

Le monument aux morts d'Étel porte les noms de 22 personnes mortes pour la France pendant la Deuxième Guerre mondiale[39].

Une plaque commémorative apposée sur l'immeuble de la Caisse d'épargne rappelle la mémoire de cinq soldats de l'armée américaine tués entre le 4 et le (deux à Étel et trois à Erdeven) lors des combats de la poche de Lorient[78].

Les actes préliminaires à la reddition des troupes allemandes qui occupaient la poche de Lorient furent signés le au « Bar Breton » d'été (la reddition eut lieu le )[79].

L'après Seconde Guerre mondialeModifier

L'apogée, puis le déclin, du portModifier

Le quartier maritime d'Étel (lettre EL) est créé en 1947 (antérieurement les bateaux étaient immatriculés dans le quartier maritime d'Auray)[57].

En novembre 1949 le thonier Jean-Gabriel, d'Étel, s'échoua sur des récifs à Quiberon ; l'accident fit trois morts[80].

Les premières années d'après-guerre sont les plus florissantes pour le port d'Étel, l'apogée se situant vers 1963-1964 : le nombre des marins-pêcheurs avoisine les 1 650 (dont 1 009 inscrits pour la pêche au large) et ceux-ci pratiquent désormais aussi la pêche au merlu jusque dans le canal Saint-Georges ; le port compte alors quatre-vingt-six bateaux de pêche (soixante-huit chalutiers, cinq sardiniers, sept thoniers) et compte alors cinq conserveries (qui complètent leur activité par le production de conserves de légumes primeurs) ; mais une crise de mévente survient dès les années 1953 à 1955 ; un renouveau s'esquisse (en 1959 Étel compte vingt-six mareyeurs) et au début de la décennie 1960 Étel est encore le 4e port français[Note 9] pour la pêche fraîche avec plus de 20 000 tonnes de poisson débarquées chaque année), mais ne dure pas et la criée ferme le (le poisson est désormais débarqué à Lorient ou à Concarneau), même si le port continue à être fréquenté par des bateaux qui viennent y faire leur avitaillement et leurs réparations (le slipway d'Étel est utilisé pour 190 bateaux en 1964). Le déclin du port est lié à ses difficultés d'accès (en raison de la barre d'Étel et du fait qu'il s'agit d'un port à marées, les bateaux ne pouvant entrer ou sortir que lorsque la mer est haute en raison de l'ensablement) et à l'insuffisance de ses équipements (seulement 250 mètres de quais véritablement utilisables) et surtout de son mareyage, handicapé par l'insuffisance de liaisons terrestres : aucune route nationale et aucune voie ferrée ne desservent le port[57]. La dernière conserverie d'Étel (Le Bayon[81]), ouverte en 1921, ferme en 1997[82].

Les armateurs étaient nombreux (en 1965, vingt-cinq patrons étaient propriétaires de leur bateau et par ailleurs treize armateurs possédaient en tout quarante-cinq bateaux de pêche) ; l'armement étellois était un milieu très fermé et les capitaux étrangers au port étaient peu représentés. Les bateaux étaient construits localement, le principal chantier naval étant situé au Pont-Lorois dans la commune de Belz[57]. En 1966 le premier chalutier pêche-arrière français, à coque en bois, le Prélude, construit au Pont-Lorois, est mis en service à Étel, mais le déclin du port est malgré tout irréversible[83].

La glacière d'ÉtelModifier
 
La glacière d'Étel en 2013 avant sa rénovation.

La glacière d'Étel, construite en 1938 (jusque-là les barres de glace étaient acheminées depuis la glacière de La Trinité-sur-Mer) et agrandie en 1947, produisait jusqu'à soixante-dix tonnes de glace par jour pour permettre la conservation des thons sur les thoniers. Elle fut désaffectée en 1972 en raison du déclin de la grande pêche et du développement de frigorifiques à bord des chalutiers modernes[84].

La Guerre d'IndochineModifier

Un soldat originaire d'Étel est mort pour la France pendant la Guerre d'Indochine [39].

Le drame d'ÉtelModifier
 
Le canot de sauvetage « patron Émile Daniel » suspendu aux bossoirs de la station de sauvetage en mer.

Afin de tester un nouveau type de canot de sauvetage, Alain Bombard, en compagnie de six volontaires, tente le de franchir à bord de son canot de survie de sa conception la barre d'Étel, grande lame à l'embouchure de la ria formée par la conjonction de la marée montante, le flot et les eaux qui s'écoulent de la rivière. Le canot se retourne alors, suivi peu après du Vice Amiral Schwerer II, le bateau de sauvetage présent sur zone afin d'assurer la sécurité et qui se retourne également[85]. Le bilan est lourd : neuf morts dont quatre parmi les occupants du canot de survie et cinq parmi les marins sauveteurs de la station d'Étel ; Émile Daniel, patron du canot de sauvetage, en fait partie[86],[87]. Par la suite, un des canots de sauvetage de la station d'Étel a été baptisé Patron Émile Daniel en sa mémoire[88]. Ce canot a été en service de 1962 à 2003 ; une association œuvre à sa conservation au titre de la sauvegarde du patrimoine maritime[89].

En 2008, le musée des Thoniers et la ville d’Étel ont organisé une exposition commémorant le cinquantenaire de ce drame[90].

En janvier 1960, le chalutier en bois La Souriante est à son tour victime de la barre d'Étel et un hélicoptère de secours s'abîme en mer (l'accident fait deux morts). Le , c'est au tour du Prélude, un chalutier à pêche arrière, de s'y échouer, mais il parvint à rentrer au port à la marée montante ; etc[91].

Des accidents continuent à se produire souvent au niveau de la barre d'Étel : par exemple un bateau de pêche promenade, qui sortait en mer en dépit de l'interdiction signifiée par l'aiguille du sémaphore, se retourne le  ;  les cinq personnes à bord purent être secourues[92].

Le projet de centrale nucléaire d'Erdeven et ses conséquences politiques localesModifier

En 1974, sous la houlette d'Henri Rolland, alors maire de Belz et conseiller général UDR du canton, les cinq maires du canton (communes de Belz, Étel, Erdeven, Ploemel et Locoal-Mendon) approuvent dans un premier temps le projet de centrale nucléaire à Erdeven, le site faisant même figure de favori parmi les cinq sites de l'Ouest de la France envisagés[93].

Les opposants au projet, la plupart dans une logique NIMBY, mais associés au CRIN (Comité régional d'information nucléaire) d'Erdeven[94], réussirent à retourner la position de la majorité des élus locaux ; Michel Le Corvec[95], président du CRIN, est élu en 1977 maire d'Étel, battant nettement la droite favorable au projet nucléaire ; il peut être considéré comme ayant été le premier maire écologiste (avant même l'existence d'un parti écologiste) de Bretagne[66].

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants à Étel étant supérieur à 1 500 et inférieur à 2 499, le nombre de conseillers municipaux est 19. [réf. souhaitée]

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1850 1861 Jean Bourgeais ... ...
1861 1896 Ambroise Dano[Note 10] ... Poissonnier et aubergiste.
1896 1912 Jean-Marie Le Lamer[Note 11] ... Ostréiculteur. Conseiller général.
1912 1919 Vincent Bédex[Note 12] ... Propriétaire.
1919 1920 Émile Taquin[Note 13] ... ...
1920 1922 Jean-Marie Le Lamer ... Déjà maire entre 1896 et 1912.
1922 1941 Jean-Marie Le Marec[Note 14] ... Instituteur.
1941 1944   ... ...
1945 1956 Louis Bougo[Note 15] ... Lieutenant pendant la Première Guerre mondiale.
1956 1959 Alfred Morvant[Note 16] ... Marin armateur.
1959 1977 Eugène Ezanno Droite Habitait la Gare en Étel.
1977 1989 Michel Le Corvec Écologiste[96] Kinésithérapeute. Président du CRIN ; opposant au projet de centrale nucléaire d'Erdeven[95].
1989 1991 Michel Nabat ... ...
1991 2006
(décès)
Rémi Guillevic ... Cadre commercial retraité, officier de réserve de la Marine
2006 2014 Joseph Nigen[Note 17],[97]   Moniteur auto-école
2014
Réélu en 2020[98]
En cours Guy Hercend SE Retraité

Instances judiciaires et administrativesModifier

Politique environnementaleModifier

JumelagesModifier

Au , Étel est jumelée avec :

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1851. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[100]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[101].

En 2018, la commune comptait 2 013 habitants[Note 18], en augmentation de 0,95 % par rapport à 2013 (Morbihan : +2,32 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
1 0741 1421 3611 7701 8671 9951 9881 9951 926
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
1 9932 0142 3082 3962 3632 4112 3862 3852 580
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009
2 8413 0853 0742 7622 4452 3182 1652 0812 063
2014 2018 - - - - - - -
1 9482 013-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[102] puis Insee à partir de 2006[103].)
Histogramme de l'évolution démographique

EnseignementModifier

Étel est située dans l'académie de Rennes.

La ville administre une école maternelle et une école élémentaire communales[104].

Le département gère le collège de la rivière d'Étel[105] et la région Bretagne le lycée professionnel Émile-James, spécialisé dans les métiers du nautisme et de la carrosserie[106] et le lycée professionnel Maritime et Aquacole spécialisé dans les métiers de la mer (Matelot, Pêche, Conchyliculture, Electromécanicien marine et encadrants dans le commerce maritime).

Étel compte également un établissement privé : l'école Sainte-Anne[107].

Manifestations culturelles et festivitésModifier

SantéModifier

La commune accueille une pharmacie.

SportsModifier

MédiasModifier

CultesModifier

Le CROSS ÉtelModifier

Le CROSS Etel (Golfe de Gascogne) est Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage de la pointe de Penmarc'h à la frontière franco-espagnole, coordonnant l'action de quarante-deux stations de sauvetage de la SNSM de la côte Atlantique, des moyens aériens de la Marine nationale, de l'Armée de l'air, de la Gendarmerie nationale et de la Sécurité civile ; le CROSS Étel coordonne chaque année trois mille opérations de sauvetage et d'assistance[108].

ÉconomieModifier

Revenus de la population et fiscalitéModifier

En 2006, le revenu fiscal médian par ménage était de 16 997 , ce qui plaçait Étel au 11 023e rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages en métropole[109].

EmploiModifier

Entreprises et commercesModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Patrimoine culturelModifier

Le musée des thoniers d'Étel témoigne d'un port de pêche jadis prospère[114].

Il doit s'installer dans la Glacière d'Étel en 2022 après l'achèvement des travaux de restauration de celle-ci, ce qui lui permettra de quadrupler sa surface totale qui passera de 500 à 2 100 m2[115] .

Personnalités liées à la communeModifier

Héraldique, logotype et deviseModifier

Les armoiries d'Étel se blasonnent ainsi :


Mi-parti d’azur à une ancre d’or, et d’hermine plain.

BibliographieModifier

  • André Daniel, « L'urbanisme contemporain à Étel, marqué par l'héritage des conserveries », dans Marie Rouzeau (dir.), Conserveries en Bretagne : L'or bleu du littoral, Coop Breizh, (ISBN 978-2843463174, présentation en ligne)
  • Jean-Yves Le Lan, "Le pays de la Ria d’Étel. Entre terre et eau", éditions Alan Sutton, 2015, (ISBN 978-2-8138-0778-6).
  • Gilles Millot, "Ria d'Étel : histoire des gens de mer", Hengoun éditions, 2007, (ISBN 2-916976-01-9).

IconographieModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[9].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Félix Gaillard (1832-1910).
  7. Perches placées perpendiculairement à la coque à l'extérieur des bateaux pour la pêche à la traîne.
  8. C'est-à-dire jusqu'à l'Océan Atlantique dans le langage maritime étellois.
  9. Après Boulogne-sur-Mer, Concarneau et Lorient.
  10. Ambroise Dano, né le à Étel, décédé le à Étel.
  11. Jean-Marie Le Lamer, né le à Étel.
  12. Vincent Bédex, né le à Étel, décédé le à Étel.
  13. Émile Taquin, né le à Étel.
  14. Jean-Marie Le Marec, né le à Étel, décédé le à Sainte-Gemmes-sur-Loire (Maine-et-Loire)
  15. Louis Bougo, né le à Saint-Gravé (Morbihan), décédé le à Étel.
  16. Alfred Morvant, né le à Étel, décédé le à Étel.
  17. >Décédé en août 2016, il est inhumé à Plouay.
  18. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Populations légales 2018. Commune d'Étel (56055) », sur INSEE, (consulté le ).
  2. « Présentation de la commune d'Etel », inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr, 2005.
  3. Pierre-Yves Lautrou, Vincent Olivier, Jean-Michel Demetz et Stéphane Renault, « Morbihan : le cordon dunaire de Gâvres », sur L'Express, (consulté le ).
  4. Stéphane Brousse, "Batraciens et reptiles en Bretagne", Yoran Embaner, Fouesnant, 2014, (ISBN 978-2-916579-63-4).
  5. Blandine Le Cain, Où le trait de côte a-t-il le plus reculé en Bretagne ?, Le Télégramme, .
  6. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  7. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le ).
  8. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le ).
  9. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  10. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur www.ecologie.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le ).
  12. « Station Météo-France Carnac - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  13. « Orthodromie entre Étel et Carnac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  14. « Station Météo-France Carnac - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  15. « Orthodromie entre Étel et Quéven », sur fr.distance.to (consulté le ).
  16. « Station météorologique de Lorient-Lann Bihoue - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  17. « Station météorologique de Lorient-Lann Bihoue - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  18. « Station météorologique de Lorient-Lann Bihoue - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  19. https://www.baiedequiberon.bzh/a-voir-a-faire/prenez-le-large-vers-les-iles-du-morbihan/iles-et-croisieres/le-passeur-etel-le-magouer.
  20. https://www.passeportescales.com/fr/port-etel
  21. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  23. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  24. « Unité urbaine 2020 de Belz », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  25. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  26. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  27. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Belz », sur insee.fr (consulté le ).
  28. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  29. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  30. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  31. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  32. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur ministère de la Transition écologique (consulté le ).
  33. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  34. Hervé Abalain (Professeur émérite à l'Université de Bretagne Occidentale), Les noms de lieux bretons, Éditions Jean-Paul Gisserot, , 126 p. (ISBN 978-2-87747-482-5, lire en ligne), p. 67.
  35. « ETYMOLOGIE et HISTOIRE de ETEL », sur infoBRETAGNE.com (consulté le ).
  36. Félix Gaillard, « Inventaire, avec cartes, des monuments mégalithiques du Morbihan dans le périmètre des acquisitions de l'État dans les cantons de Quiberon, Belz et Locmariaquer », sur Bibliothèque nationale de France, (consulté le ).
  37. Joseph-Marie Le Mené, Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes : 2 tomes, Vannes, Vannes, 1891-1894, réédition Coop-Breiz, 1994.
  38. Zacharie Le Rouzic, Dolmen ruiné du moulin à vent du Sach, coll. « Bulletin de la Société polymathique du Morbihan », 1911 (2e semestre).
  39. a b c d e f g h et i http://www.infobretagne.com/etel.htm
  40. « Présentation de la commune d'Étel » (consulté le ).
  41. A. Marteville et P. Varin, « Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne (tome 1, page 267) », Molliex, (consulté le ).
  42. a et b « Église paroissiale de la Nativité de Notre-Dame dite Notre-Dame des Flots (Etel) », patrimoine.region-bretagne.fr, 2005.
  43. a b et c André Daniel, L'urbanisme contemporain à Étel, marqué par l'héritage des conserveries, in Conserveries en Bretagne, sous la direction de Marie Rouzeau, éditions Coop Breizh, 2007, [ (ISBN 978-2-84346-317-4)]
  44. « Projet d'annexion de 9 villages de la commune d'Erdeven à celle d'Étel », sur Rapports du Préfet et délibérations du Conseil général / Conseil général du Morbihan, (consulté le ).
  45. « Projet d'annexion de 9 villages de la commune d'Erdeven à celle d'Étel », sur Rapports du Préfet et délibérations du Conseil général / Conseil général du Morbihan, (consulté le ).
  46. Notices d'informations touristiques, mMusée des thoniers d'Étel.
  47. Alfred Bertrand, « La chanteuse ds rues », sur Journal [[Le XIXe siècle (journal)|]], (consulté le ).
  48. « Le Publicateur : journal consacré à toutes sortes d'insertions quotidiennes », sur Journal Le Publicateur, (consulté le ).
  49. « Etel (Morbihan) », sur Annales du sauvetage maritime, (consulté le ).
  50. « Prix Prosper Giquel », sur Annales du sauvetage maritime, (consulté le ).
  51. « Prix Thomassy », sur Annales du sauvetage maritime, (consulté le ).
  52. « Prix du commissaire général de la Marine Adelson Cousin », sur Annales du sauvetage maritime, (consulté le ).
  53. « En mer », sur Journal La Croix, (consulté le ).
  54. Le Rolle, « Étel (Morbihan) », sur Annales du sauvetage maritime, (consulté le ).
  55. a et b « Etel », sur Annales du sauvetage maritime, (consulté le ).
  56. a et b « Sauvetages effectués par les postes de fusées et d'appareils lance-amarre », sur Annales du sauvetage maritime, (consulté le ).
  57. a b c d e et f Jean-René Giffard, « Le problème de la survie du port d'Étel », sur Actes du 91e Congrès national des sociétés savantes, Rennes, 1966. Section de géographie, (consulté le ).
  58. AD56, 1Z 174, situation industrielle (1828-1879). 1847 : Enquête sur les presses à Sardines d´Erdeven, cité par http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/dossier/presentation-de-la-commune-d-etel/3b753e81-1e8b-43b2-b4e3-e00b576ddef3#top
  59. Notice d'information touristique ; musée des thoniers d'Étel.
  60. AD56, 1Z 174, situation industrielle (1828-1879). 1877 : Enquête sur la situation industrielle d´Etel au cours du 2e trimestre 1877, cité par http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/dossier/presentation-de-la-commune-d-etel/3b753e81-1e8b-43b2-b4e3-e00b576ddef3#top
  61. Benjamin Girard, « La Bretagne maritime », impr. C. Thèse (Rochefort), (consulté le ).
  62. Benjamin Girard, « La Bretagne maritime », impr. C. Thèse (Rochefort), (consulté le ).
  63. Notice d'information touristique dans le musée d'Étel.
  64. « Voies ferrées d'intérêt local. Ligne de La Trinité-sur-Mer à Étel », sur Rapports du Préfet et délibérations du Conseil général / Conseil général du Morbihan, (consulté le ).
  65. Revue Le Correspondant, numéro de janvier 1906.
  66. a et b https://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?act=view&insee=56055&pays=France&dpt=56&idsource=5682&table=bp&lettre=&fusxx=&debut=0
  67. Notices d'information touristique, musée des thoniers d'Étel.
  68. J. Chapuis, Le tramway de La Trinité-sur-Mer à Étel, 1975, Revue Chemins de fer régionaux urbains.
  69. Le Télégramme, .
  70. « Bilan de tempête. Ceux qui ne sont pas revenus », sur Journal L'Ouest-Éclair, (consulté le ).
  71. Témoignage de René Le Diraison, Musée des thoniers d'Étel.
  72. Journal L'Ouest-Éclair, , consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k631099q/f2.image.r=G%C3%A2vres?rk=2274689;2
  73. « Inaugurations de canots de sauvetage », sur Annales du sauvetage maritime, (consulté le ).
  74. France. Sénat (1875-1942)., « Impressions : projets, propositions, rapports... / Sénat », sur Gallica, (consulté le ).
  75. « La pinasse "Anne-Louise" chavire et sombre sur la barre d'Étel », sur Journal L'Ouest-Éclair, (consulté le ).
  76. https://archives.morbihan.fr/voyagez-dans-le-temps/premiere-ecole-de-peche-groix-1895
  77. Éric Rondel, Crimes nazis en Bretagne (septembre 1941-août 1944), éditions Astoure, 2012, (ISBN 978-2-36428-032-8).
  78. https://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=992824&dpt=56
  79. Alain Lefort et Bernard Lucas, Les hauts lieux de la Résistance en Bretagne, éditions Ouest-France, 1991.
  80. Pierre Michelin, « Perdu corps et biens », sur Journal La Croix, (consulté le ).
  81. http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/conserveries/4a7fe131-0ce6-4aa4-a929-cf772edaa8c1
  82. Musée des thoniers d'Étel.
  83. « Musée des Thoniers à Étel : l' « Éole » renaît par ses archives », sur Journal Le Télégramme, (consulté le ).
  84. « Petite histoire de la glacière en quelques dates », Ouest-France, .
  85. https://www.ouest-france.fr/barre-detel-3-octobre-1958-la-tragedie-213287 et https://www.letelegramme.fr/bretagne/drame-bombard-60-ans-apres-etel-se-souvient-01-10-2018-12094438.php
  86. Plaquette de l'exposition Sauvetage en mer : Barre d'Étel 1958, la dramatique expérience, organisée au musée des Thoniers d'Étel en 2008. Consultée le 4 avril 2011.
  87. ORTF, « Le drame d'Étel », L'Ouest en mémoire (INA), (consulté le ).
  88. Etel - Sa barre et la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM), sur le site Les ex-votos marins. Page consultée le 3 avril 2011.
  89. Présentation de l'association, sur le site officiel de la mairie d'Étel. Page consultée le 3 avril 2011.
  90. Présentation de l'exposition, sur le site du musée des Thoniers
  91. https://www.letelegramme.fr/local/morbihan/vannes-auray/belz/etel/etel-erdeven-la-plage-aux-mille-recits-12-02-2012-1598767.php
  92. Journal Le Télégramme, n° du 21 août 2020.
  93. Gilles Simon, « Le pouvoir municipal saisi par l'écologie politique, in Christian Bougeard, Jacqueline Sainclivier et Vincent Porhel, "L'Ouest dans les années 68" », sur Presses universitaires de Rennes, (consulté le ).
  94. http://www.stop-nucleaire56.org/2015/10/crin-erdeven/
  95. a et b « Michel Le Corvec : « On était sacrément remontés ! » », www.letelegramme.fr, .
  96. https://books.openedition.org/pur/130077?lang=fr
  97. https://www.ouest-france.fr/bretagne/etel-56410/jo-nigen-ancien-maire-de-la-commune-est-decede-4405299
  98. « Municipales à Étel. Guy Hercend élu », sur Ouest-France, (consulté le ).
  99. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur ministère des Affaires étrangères (consulté le ).
  100. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  101. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  102. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  103. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  104. « Canton de Belz - Liste des écoles publiques », sur site de l'académie de Rennes (consulté le )
  105. « Établissements publics du Morbihan », sur site de l'académie de Rennes (consulté le )
  106. « Page d'accueil », sur site du lycée Émile-James (consulté le )
  107. « École Sainte-Anne »
  108. « Comment le Cross d’Étel a surveillé la tempête Bella », Le Télégramme, .
  109. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur Insee (consulté le ).
  110. Notice no PA56000067, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  111. Gwen Rastoll, « La glacière d'Étel se retrouve un avenir », Le Télégramme, .
  112. « Patrimoine d'Étel », sur infobretagne.com (consulté le ).
  113. « La Garenne. L'héritage d'un escroc », Le Télégramme, .
  114. « Page d'accueil », sur museedesthoniers.fr, (consulté le ).
  115. Gwen Rastoll, « La glacière d'Étel se retrouve un avenir », Le Télégramme, .
  116. https://recherche.archives.morbihan.fr/ark:/15049/vtaca4e2f1d6facb999/daoloc/0/1

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier