État libre d'Antioquia

État libre d'Antioquia
es Estado Libre de Antioquia

1813–1816

Drapeau
Drapeau
Blason
Armoiries
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte de l'État libre d'Antioquia en 1813
Informations générales
Statut État unitaire puis État fédéré des Provinces-Unies de Nouvelle-Grenade
Capitale Santa Fe de Antioquia (1813)
Rionegro (1813-1816)
Langue(s) Espagnol
Religion Catholicisme
Monnaie Réal colombien
Superficie
Superficie 67 418 km2
Histoire et événements
Première constitution
Proclamation de la République
fin 1816 Reconquête espagnole
Ciudadano dictador
1813 - 1814 Juan del Corral (es)
1814 - 1816 Dionisio Tejada

Entités précédentes :

Entités suivantes :

L'État libre d'Antioquia (espagnol : Estado Libre de Antioquia)[1], également appelé État d'Antioquia (espagnol : Estado de Antioquia)[1],[2], République d'Antioquia (espagnol : República de Antioquia)[3], État libre et souverain d'Antioquia (espagnol : Estado Libre y Soberano de Antioquia)[4] ou État libre et indépendant d'Antioquia (espagnol : Estado Libre e Independiente de Antioquia)[5] est une ancienne entité administrative et territoriale de Nouvelle-Grenade (actuelle Colombie), indépendante puis intégrée aux Provinces-Unies de Nouvelle-Grenade. Elle recouvre le territoire de la province homonyme de 1810.

GenèseModifier

Le Conseil d'Antioquia est installé avec les représentants des conseils de Santa Fe de Antioquia, Medellin, Marinilla et Rionegro. Le conseil préconise un régime fédéral fidèle à Ferdinand VII avec le gouverneur Francisco de Ayala en tant que président ().

La première assemblée constituante de l'État libre d'Antioquia se réunit et rédige la première constitution d'Antioquia le , qui donne le droit de vote à tous les hommes libres, pères de famille, vivant de leurs rentes ou de leur travail et non dépendant. Cette constitution transforme l'ancienne province d'Antioquia en une république souveraine et indépendante (à partir de 1813) mais laisse la porte ouverte à une future reconnaissance du roi Ferdinant VII[6]. Cependant elle ne sera pas la seule constitution de l’État d'Antioquia, de nouvelles constitutions étant adoptées le , le et le .

Proclamation de la RépubliqueModifier

Le , Antioquia rejoint les Provinces-Unies de Nouvelle-Grenade, première république indépendante de Colombie. Le Antioquia déclare sa séparation absolue de l'Espagne et prend comme capitale la ville de Santa Fe de Antioquia.

Juan del Corral (es) est désigné président-dictateur de l’État le , et réélu le 5 novembre de la même année. À cette occasio, la capitale est transférée à Rionegro, malgré l'opposition de Santa Fe et de Medellin, qui voulait également être la capitale. Del Corral meurt à Rionegro le et est remplacé à la tête de l’État par José Miguel de la Calle.

Reconquête et indépendanceModifier

Avec la déroute de Napoléon en 1814 et le retour sur le trône d'Espagne du roi Ferdinand VII, les autorités espagnoles décident d'envoyer un corps expéditionnaire en Amérique afin de reconquérir les colonies ayant proclamé leur indépendance. Le , l'espagnol Sánchez Lima met en déroute les forces antioqueñas et pénêtre dans la ville de Santa Fe de Antioquia. Le , les espagnols vainquent à Yolombó l'armée des patriotes et occupent la ville de Medellín. Le 5 avril de la même année, le général Francisco Warleta assume le gouvernement de la province au nom de l'Espagne. Le reste de la province est reconquis à la fin de l'année 1816, sans rencontrer de forte résistance. Les villes se soumettent au roi et la reconquête, dans cette région, ne connaît pas les représailles et exécutions sanglantes qui auront lieu dans d'autres endroits du pays.

Après avoir défait les espagnols lors de la bataille de Boyacá, Simón Bolívar envoie le colonel José María Córdova libérer la province. Après quelques escarmouches et la bataille de Chorros Blancos, livrée le , la domination espagnole sur l'Antioquia est définitivement terminée.

RéférencesModifier

(es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Estado Libre de Antioquia » (voir la liste des auteurs).