image illustrant l’écologie scientifique image illustrant la montagne
Cet article est une ébauche concernant l’écologie scientifique et la montagne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section adopte un point de vue régional ou culturel particulier et nécessite une internationalisation. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Merci de l'améliorer ou d'en discuter sur sa page de discussion ! Vous pouvez préciser les sections à internationaliser en utilisant {{section à internationaliser}}.

Étage alpin
Pâturage de moutons en étage alpin

L'étage alpin fait partie de la terminologie géographique française et désigne, dans les massifs montagneux des régions tempérées, l'étage commençant entre 2 300-2 500 mètres d'altitude et s'étendant jusqu'à environ 3 000 mètres d'altitude. Il fait partie des cinq étages de la végétation de cette classification et se situe entre l'étage subalpin et l'étage nival.

Bien que différent au niveau de la flore et de la faune, cet étage peut être comparé à la toundra que l'on retrouve plus au nord.

Sommaire

FloreModifier

L'étage alpin marque une limite des arbres, on ne trouve plus d'arbres ni d'arbustes feuillus ou résineux. Seuls les alpages (quand on parle d'étage alpin situé dans les Alpes) et les arbrisseaux subsistent à cette altitude.

FauneModifier

Massif alpinModifier

 
Représentation schématique des différents étages de végétation dans les Alpes

On y rencontre les chamois ou les isards, les bouquetins, et les marmottes qu'il est possible de rencontrer dans les pentes ensoleillées car elles aiment bien le soleil (versant adret). C'est le domaine de prédilection des animaux domestiqués (moutons, vaches et chevaux) qui viennent brouter les alpages l'été. Les niverolles alpines ont également élu domicile dans cet étage alpestre.

Massif pyrénéenModifier

Articles connexesModifier