Éruption du mont Fuji de l'ère Hōei

Éruption du mont Fuji de l'ère Hōei
Image illustrative de l’article Éruption du mont Fuji de l'ère Hōei
Carte de la chute des cendres volcaniques au cours de l'éruption de l'ère Hōei
Localisation
Pays Drapeau du Japon Japon
Volcan Mont Fuji
Dates -
Caractéristiques
Volume émis 800 m3
Échelle VEI 5

L'éruption du mont Fuji de l'ère Hōei (宝永大噴火, Hōei dai funka?) survient le (23e jour du 11e mois de la 4e année de l'ère Hōei) et prend fin vers le (9e jour du 12e mois de la 4e année de l'ère Hōei) au cours de l'époque d'Edo[1].

Mont Fuji, montrant les cratères formés lors de l'ère Hōei

L'éruption principaleModifier

Bien qu'elle n'entraîne aucun écoulement de lave, l'éruption de l'ère Hōei libère quelque 800 millions de m3 de cendres volcaniques qui s'étendent sur de vastes zones autour du volcan, atteignant même Edo éloigné de près de 100 km. Cendres et flammèches tombent comme la pluie dans les provinces d'Izu, Kai, Sagami et Musashi[2]. À Edo, la cendre volcanique atteint plusieurs centimètres d'épaisseur. L'éruption est notée à 5 selon l'indice d'explosivité volcanique[3].

L'éruption se produit sur le flanc est-nord-est du mont Fuji et forme trois nouveaux évents volcaniques, appelés évent Hōei no 1, no 2 et no 3. La catastrophe se développe au cours de plusieurs jours ; un premier tremblement de terre et l'explosion de fumerolles et de cendres sont suivis quelques jours plus tard par des éjections plus énergiques de roches et de pierres[4]. Le Fuji-yama n'a pas connu d'éruption depuis.

Les Cent vues du mont Fuji du peintre Hokusai comprennent une image du petit cratère qui s'est développé à partir d'un site de l'éruption secondaire sur le versant sud-ouest. Celui-ci est appelé Hōeizan (mont Hōei) car l'éruption s'est produite au cours de la quatrième année de l'ère Hōei[4].

Désastres secondairesModifier

Dans l'année suivant l'éruption, une catastrophe secondaire se produit lorsque la Sakawa déborde en raison de l'accumulation de sédiments résultant de la chute de cendres.

Les sables volcaniques tombent et recouvrent largement les champs cultivés à l'est du mont Fuji. Pour récupérer les champs, des agriculteurs jettent les produits volcaniques dans des terrains de décharge et en font des tas de sable. La pluie lave ces tas de sable des décharges loin des rivières ce qui a pour conséquence un envasement des rivières qui deviennent moins profondes, en particulier la rivière Sakawa dans laquelle d'énormes volumes de cendres ont chuté, entraînant des barrages temporaires. De fortes pluies les 7 et de l'année suivant l'éruption, provoquent une avalanche de cendres et de boue volcanique et rompent les barrages, inondant la plaine d'Ashigara.

Notes et référencesModifier

  1. Shizuoka University page
  2. Isaac Titsingh, Annales des empereurs du Japon, 1834, p. 416.
  3. « Fuji — Eruption History », sur Global Volcanism Program, Smithsonian Institution (consulté le )
  4. a et b Henry Smith, Hokusai : Hokusai: One Hundred Views of Mt. Fuji, 1988, p. 197

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Sources et bibliographieModifier

Lien externeModifier