Éric Ruf

acteur, metteur en scène et décorateur scénographe français

Éric Ruf, né le à Belfort, est un acteur, metteur en scène et décorateur scénographe français. Entré à la Comédie-Française en 1993, il en est sociétaire à partir de 1998 avant d'en devenir l'administrateur général en 2014[1].

Éric Ruf
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Administrateur général de la Comédie-Française
depuis le
Sociétaire de la Comédie-Française
depuis le
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Éric Ruf
Nationalité
Formation
Activité
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions

BiographieModifier

FamilleModifier

Éric Ruf passe son enfance à Belfort. Son père, d'origine allemande et de confession protestante, est cardiologue, passionné de clavecin et adhérent du Front national[2]. Il est le frère de Jean-Yves Ruf, metteur en scène de théâtre[3] ; il a également deux sœurs[4].

FormationModifier

Après avoir décroché son diplôme de fin d’études en pratique instrumentale au conservatoire de Belfort, il intègre l'École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d'art en 1987, avant de poursuivre ses études dans les classes de Jean-Pierre Garnier, Maurice Attias et Joséphine Derenne au cours Florent de 1989 à 1992. Il suit ensuite les classes de Catherine Hiegel et Madeleine Marion au Conservatoire national supérieur d'art dramatique de 1992 à 1994[5]. Il devient pensionnaire de la Comédie-Française en 1993, avant même la fin de ses études au Conservatoire.

CarrièreModifier

Depuis 1998, il est sociétaire de la Comédie-Française, et a été l'un des six sociétaires membres du Comité d'administration de 2004 à 2006[6].

Au théâtre, il a tout joué à la Comédie-Française, de Dom Juan à Amphitryon, de Ruy Blas à L'Avare, de L'Échange à Lucrèce Borgia, sous la direction de Jacques Lassalle, Anatoli Vassiliev, Andrzej Seweryn. Aux rôles de jeunes premiers des premières années, il voit maintenant se succéder des « personnages plus complexes »[7], comme Penthée dans les Bacchantes, ou encore le Mésa du Partage de midi. En 2006, il a joué Christian dans Cyrano de Bergerac mis en scène par Denis Podalydès et grand succès de la saison, rôle pour lequel il a obtenu le Molière du comédien dans un second rôle en 2007.

Sur les planches, il a aussi joué hors des murs de la Comédie-Française, étant à l'affiche des Rustres, de Carlo Goldoni et mis en scène par Jérôme Savary, de La Corde, de Patrick Hamilton et mis en scène par Grégory Herpe et lui-même, ou encore de Peer Gynt, mis en scène par Philippe Berling. Plus récemment, il a été Hippolyte dans Phèdre, mis en scène par Patrice Chéreau, aux côtés, entre autres, de Dominique Blanc et Marina Hands. Il a aussi participé à des oratorios.

Discret au cinéma et à la télévision, il a cependant marqué par sa composition d'un photographe désœuvré dans L'Homme qui voulait vivre sa vie d'Éric Lartigau. Il a aussi tourné sous la direction de Yves Angelo, Nicole Garcia et Bruno Nuytten. On a pu l'apercevoir dans Place Vendôme, ainsi que dans les séries télévisées Les Rois maudits de Josée Dayan, et Pigalle, la nuit.

En plus de jouer, Éric Ruf a aussi réalisé quelques mises en scène. On peut signaler notamment celle d'Armen, principal ouvrage de l'écrivain Jean-Pierre Abraham. Le spectacle a été présenté à Pont-l'Abbé, dans le Finistère, en 2004. Il a aussi travaillé sur des opéras. En tant que directeur artistique de la compagnie EDVIN(e)[8], il a monté Les Belles Endormies du bord de scène et Du désavantage du vent, pièce qu'il a coécrite. Ces pièces ont toutes deux été jouées pour la première fois au Centre dramatique de Bretagne de Lorient. Au sein de la Comédie-Française, il a mis en scène Laboratoire des formes : Robert Garnier au Studio-Théâtre, en 2005.

Il s'est également illustré en tant que décorateur scénographe de différentes pièces, notamment pour des mises en scène de Denis Podalydès. Il a ainsi réalisé les décors de la pièce Cyrano de Bergerac à la Comédie-Française en 2006[9]. Il a obtenu le Molière du décorateur scénographe en 2007 pour cette réalisation.

Il a enseigné au Conservatoire national supérieur d'art dramatique et au Cours Florent, mais a aussi donné des cours de théâtre à des lycéens en ZEP[10].

Il est élu président du conseil d'administration de l'association Jean Vilar, le . En , il succède à Muriel Mayette-Holtz au poste d'administrateur général de la Comédie-Française[11].

Vie privéeModifier

Il est marié à la comédienne Florence Viala, également sociétaire de la Comédie-Française[4].

DécorationsModifier

ThéâtreModifier

À la Comédie-FrançaiseModifier

RôlesModifier

Mise en scèneModifier

Décors et scénographieModifier

Hors Comédie-FrançaiseModifier

ComédienModifier

Metteur en scèneModifier

Décorateur et scénographeModifier

RécompensesModifier

FilmographieModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

Téléfilms et sériesModifier

DocumentairesModifier

Adaptations d’œuvres théâtralesModifier

DoublageModifier

PublicationsModifier

ThéâtreModifier

Livres audioModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Les coulisses de la nomination d'Éric Ruf à la Comédie-Française », sur Télérama.fr
  2. Éric Ruf, « Mon père, électeur du Front national », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le 4 mai 2017).
  3. « Eric Ruf vit Shakespeare “par le ventre et la tête” ». Entretien à l'occasion de Mesure pour Mesure, février 2009.
  4. a et b Armelle Héliot, « Éric Ruf, visionnaire du grand large », Le Figaro, encart « Le Figaro et vous », samedi 28 / dimanche 29 mars 2015, page 37.
  5. a b c et d Sa fiche sur le site de la Comédie-Française
  6. Compte-rendu de l'assemblée générale de la Société des Comédiens français, article du Parisien, décembre 2004.
  7. « La télé leur a réussi la scène aussi », article du Parisien, fevrier 2005 :

    « J'explore des personnages plus complexes. Un jour, j'espère, je jouerai les grands-pères, durs comme les ceps de vigne. »

  8. Cf. Livret de présentation édité par la Comédie-Française de Vie du grand Don Quichotte de la Manche et du gros Sancho Pança.
  9. L'endroit du décor, article de L'Express, mai 2006.
  10. Théâtre en ZEP, site de l'Institut national de l'audiovisuel.
  11. « Éric Ruf, nouveau patron de la Comédie-Française », dans Télérama, 16 juillet 2014.
  12. Promu au grade de commandeur par l’arrêté du .
    Arrêté du 25 septembre 2017 portant nomination et promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres.
  13. Élevé au grade de chevalier par décret du pour récompenser ses 18 ans d'activités artistiques. Décret du 14 mai 2010 portant promotion et nomination.

Liens externesModifier