Éric Marty

universitaire français

Éric Marty, né le à Paris, est écrivain, professeur de littérature française contemporaine à l’université de Paris. Il est l’éditeur des œuvres complètes de Roland Barthes .

Éric Marty
Image dans Infobox.
Éric Marty en 2021.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (66 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
UniversitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Directeur de thèse
Archives conservées par
Librairie Mollat

BiographieModifier

Son premier engagement est politique. De 1970 à 1973, il milite dans l’organisation trotskiste Lutte ouvrière. Il fait allusion à cette expérience importante dans l’évocation de son amitié avec Roland Barthes (Roland Barthes, le métier d’écrire), Après des études au lycée Condorcet puis à l’université de Paris-VII, Éric Marty est reçu à l’agrégation de lettres modernes en 1979.

En 1980, il enseigne à l’Institut français du Royaume-Uni, à Londres, la littérature française, la linguistique et la philosophie. Il rentre ensuite en France et soutient sa thèse de troisième cycle (en 1985) à la Sorbonne, sous la direction de Robert Mauzi.

En 1988, il intègre le CNRS comme chargé de recherche dans le laboratoire de l’Institut des textes et manuscrits modernes, où il travaille notamment à l’édition du Journal de Gide pour la Bibliothèque de la Pléiade (Gallimard), et sur la génétique des textes (œuvre de René Char) et textes théoriques de Roland Barthes).

En 1996, il soutient à Paris-IV sa thèse de doctorat d’État consacrée à l’édition du Journal de Gide sous la direction de Michel Raimond, Pierre Brunel étant président du jury.

En 1998, il est élu professeur de littérature contemporaine à l’université Paris-VII et intègre l’UFR STD (sciences des textes et des documents), aujourd’hui LAC (lettres, arts, cinéma), où il enseigne et où il dirige l’équipe Littérature au présent, devenue Pensée et création contemporaine (EA1819), composante du laboratoire Cérilac.

Il est, depuis 2013, membre senior de l’Institut universitaire de France.

InfluencesModifier

Sa rencontre avec Roland Barthes, en 1976, a été décisive pour son orientation intellectuelle ; il la raconte dans la première partie de son Roland Barthes, le métier d’écrire, paru aux éditions du Seuil en 2006.

Orientation des travaux d’Éric MartyModifier

Deux voies différentes de travail semblent caractériser sa production écrite :

  • Une voie strictement littéraire tout d’abord, sur un corpus appartenant essentiellement au XXe siècle (André Gide, Char, Bernanos, Jean Genet…) ;
  • Une voie le rapprochant de la philosophie contemporaine, dont il propose une lecture textuelle, mettant en évidence dans la modernité les écarts, les décentrements, les équivocités entre la « théorie » et le discours, entre les doctrines et l’écriture, où il tente d’éclairer les positions subjectives et les singularités de chacun au sein de la grande stéréotypie moderne ;
    Voir à titre d’exemple son analyse du cas Louis Althusser, Louis Althusser, un sujet sans procès : anatomie d’un passé très récent ; voir aussi ses travaux sur Lacan, notamment à l’occasion du colloque Lacan et la littérature, dont les actes ont paru sous ce titre en 2005 ; et voir surtout son travail sur Roland Barthes des Œuvres complètes dont il a été l’éditeur au Seuil, et sur lequel il a écrit de nombreux articles et le livre précédemment cité. À l’occasion du trentième anniversaire de la disparition de Roland Barthes, en 2010, il a publié Roland Barthes, la littérature et le droit à la mort, issu d’une conférence donnée dans le cadre du séminaire d’Antoine Compagnon au Collège de France. Ses deux livres les plus importants sur ce plan sont Pourquoi le XXe siècle-a-t-il pris Sade au sérieux ? (Seuil, 2011), et Le Sexe des Modernes, Pensée du Neutre et théorie du genre, (Seuil, 2021).

Activité éditorialeModifier

Éric Marty dirige les collections « Littera » et « Le marteau sans maître » aux éditions Manucius.

Éric Marty est également romancier avec Sacrifice, paru aux éditions du Seuil dans la collection Fiction et Cie, il a écrit des poèmes et des nouvelles publiées dans la revue L’Infini, ainsi que des pièces radiophoniques diffusées sur France Culture. Il a publié en aux éditions du Seuil, un roman intitulé Le Cœur de la jeune Chinoise[1] et en 2015 La Fille également aux éditions du Seuil. Il s’’est aussi orienté vers le photo-texte ou la fiction photographique avec Les Palmiers sauvages (2015) ou L’Invasion du désert (2017) qui sont des récits construits à partir d’une série photographique.

Engagement publicModifier

Au sujet du conflit israélo-palestinien, il s’engage en faveur de l’État hébreu, tout d’abord par la parution de Bref séjour à Jérusalem, en 2003, puis en 2007 avec Une querelle avec Alain Badiou, philosophe. Il a également pris position contre la campagne Boycott, désinvestissement et sanctions à l’encontre d’Israël[2]. Pourtant, cet engagement ne l’a pas empêché de publier des textes très critiques sur la politique récente d’Israël et notamment de son Premier ministre Benjamin Netanyahou[3]. Ses interventions sur cette questions engagent une lecture plus méta-politique que militante[pas clair].

PublicationsModifier

LivresModifier

  • L’Écriture du jour : le "Journal" d’André Gide, Paris, Le Seuil, 1985. Grand Prix de la critique.
  • René Char, Paris, Le Seuil, 1990, coll. "Les Contemporains"; réédition, Paris, Le Seuil, 2006, coll. "Points-poche".
  • Sacrifice, Paris, Le Seuil, 1992, coll. "Fiction et Cie".
  • André Gide, Qui êtes-vous ?, Paris, La Manufacture, 1987; réédition : Paris, La Renaissance du Livre, 1998.
  • Louis Althusser : un sujet sans procès, Paris, Gallimard, coll. "L’Infini", 1999. Traduit en japonais.
  • Une scène dans la jeunesse de Faust (création pour France Culture), 2002.
  • Bref séjour à Jérusalem, Paris, Gallimard, coll. "L’Infini", 2003 (extrait en ligne). Traduit en anglais (États-Unis)
  • Arlequin entre le bien et le mal (création pour France Culture), 2005.
  • Lacan et la littérature (collectif), Paris, Manucius, 2005.
  • Jean Genet : Post-scriptum, Paris, Verdier, 2006.
  • Roland Barthes : le métier d’écrire, Paris, Le Seuil, 2006. Traduit en Chinois, en grec, en portugais (Brésil)
  • Une querelle avec Alain Badiou, philosophe, Paris, Gallimard, coll. "L’infini", 2007.
  • L’Engagement extatique : sur René Char suivi de Commentaire du fragment 178 des ’Feuillets d’Hypnos’, Manucius, coll. "Le Marteau sans maître", 2008. Traduction en italien
  • Roland Barthes : la littérature et le droit à la mort, Paris, Le Seuil, 2010. Traduction en arabe (Égypte).
  • Pourquoi le XXe siècle a-t-il pris Sade au sérieux ?, Paris, Le Seuil, 2011. Traduction en espagnol (Argentine), Japonais.
  • Le Cœur de la jeune Chinoise, Paris, Le Seuil, 2013.
  • Les Palmiers sauvages, Bordeaux, Confluences, 2015.
  • La Fille, Paris, Le Seuil, 2015.
  • Sur Shoah de Claude Lanzmann, Paris, Manucius, 2016.
  • L’Invasion du dėsert, à partir de photographies de Jean-Jacques Gonzales, Manucius, 2017.
  • Oui/Dizer Entendu/Dire, Poèmes, Brésil, Lumme editor, 2021
  • Le Sexe des Modernes, Pensée du Neutre et théorie du genre, Seuil, Fiction & Cie, 2021

ÉditionsModifier

  • André Gide, Journal 1887-1925, Paris, Gallimard, coll. "Bibliothèque de la Pléiade", 1996.
  • Roland Barthes, Œuvres complètes, 5 vol., Paris, Le Seuil, 2002.
  • Isabelle Rimbaud, Rimbaud mourant, Manucius, 2009.
    • Album Roland Barthes, album du centenaire, Seuil, 2015 (traduction Italie, États-Unis).

Notes et référencesModifier

  1. Raphaëlle Leyris, « Reconstitution d’une ligne dissoute », sur lemonde.fr, (consulté le )
  2. Éric Marty, « Le boycott d'Israël est-il de gauche ? », sur lemonde.fr, (consulté le )
  3. Éric Marty, « Israël et la loi d’Israël – Netanyahou et l’État juif », sur aoc.media, (consulté le )

Liens externesModifier