Éric Bompard

Éric Bompard
logo de Éric Bompard

Création 1986 (1983 pour la sarl)
Dates clés 1984 Premier magasin à Neuilly-sur-Seine
2007 Magasin sur l'avenue des Champs-Élysées
Fondateurs Éric Bompard
Forme juridique SA à conseil d'administration
Siège social Saint-Ouen
Drapeau de France France
Direction Xavier Marie (Président du conseil d'administration)[1]
Barbara Werschine (Directrice générale)
Actionnaires Xavier Marie, Apax Partners et BPI France
Activité Commerce d'habillement
Produits Vêtements en cachemire
Sociétés sœurs SAS Varaquino (83)
Filiales Erdos Cashmere Textilhanded, Fountainside (Hong Kong), Beijing Eric Bompard Garnement.
SIREN 338 375 454
Site web www.eric-bompard.com

Chiffre d'affaires 63 202 680 € en 2018
Résultat net 2 961 424 € en 2018

Eric Bompard est une société française spécialisée dans le cachemire, et le créateur de cette société.

Historique de la sociétéModifier

La société a été fondée en 1984 par Eric Bompard[2], ancien cadre informatique qui s'est passionné pour un tissu, le cachemire.

Éric Bompard se rend en Asie où il observe le brossage des caprins, le peignage, le filage et le nettoyage des fibres. Il a l'idée de faire fabriquer les pulls dans une des régions d'élevage des chèvres, aux confins de la Mongolie-Intérieure, région autonome chinoise, pour faire bénéficier les produits des faibles coûts de production sur place, et va à la rencontre de Wang Linxiang, un entrepreneur chinois patron d'une usine perdue dans le désert de Gobi, la société Erdos, leader mondial avec 14 000 tonnes de cachemire produites par an, pour construire avec lui un partenariat inédit à l'époque[3].

Une SARL est créée en 1983, avec 100 000 francs en poche[4]. Les problèmes de quotas contrôlés par Bruxelles surmontés, il ouvre en 1984 la première boutique, rue Montrosier, à Neuilly-sur-Seine, avec trois modèles, déclinés en trois tailles et en trois coloris. Il signe également un contrat d'exclusivité avec Erdos, puis propose à ce fournisseur, à la fin des années 1980 de devenir actionnaire de la maison Bompard à 20 %. Une façon de sécuriser les approvisionnements en matière première[5]. La société a une image liée à une matière, le cachemire, comme Levi's l'est avec la toile de denim. Le choix est de privilégier la qualité de la fibre : « Nous choisissons les fils les plus longs et les plus fins qui sont aussi les plus doux » affirme le fondateur. Celui-ci choisit également de développer un réseau exclusif de distribution, excepté la présence d'espaces de vente à son nom en grands magasins parisiens. Une deuxième boutique est créée rue de Varenne à Paris, puis d'autres suivent en France et à l'étranger : en Allemagne, en Belgique puis en Suisse. En 2004, Éric Bompard signe une coentreprise avec son partenaire Erdos pour la distribution de la marque en Extrême-Orient[3]. En 2007, un flagship est créé sur l'avenue des Champs-Élysées. Très symboliquement, la société veut rentrer dans la cour des grands[6].

La PME se développe avec un chiffre d'affaires de 40 millions d'euros en 2006[7], 80 millions d'euros en 2012[8], 300 salariés en France, et, depuis la création de l'entreprise, un résultat net avant impôt de 12 % à 15 %[8]. Le Bureau du Style de la Maison Bompard est à Paris, concevant des collections s'adressant volontairement à toutes les générations[9]. La proximité avec Erdos permet de tester de nouvelles techniques et d'innover, dans les fils, dans l’ultra-fin, dans le déjaugé (confection utilisant des fils de cachemire de différents diamètres et des aiguilles espacées conférant un effet souple et aéré)[5], ou dans la qualité de l'impression sur une fibre assoiffée d'encre[9]. La marque a recours à quelques égéries célèbres dont Carole Bouquet ou Monica Bellucci[10].

Dans les années 2010, Éric Bompard transmet, progressivement et en douceur, les rênes à sa fille, Lorraine de Gournay[8] qui deviendra la Directrice Générale de la Maison Bompard.

En 2018, le vendeur de cachemire annonce qu'il va revendre son entreprise à Xavier Marie, le fondateur de Maisons du monde, ainsi qu'à Apax Partners, et BPIFrance[11], [12] , [13].

Barbara Werschine est nommée Directrice générale en [14],[15].

Activité, résultat et effectifModifier

Bilans publiés[16].
2014 2015 2016 2017 2018 2019
Chiffre d'affaires en millions d'euros 63 65 67 68 63
Résultat net en millions d'euros +3,4 +2,8 +4 +5,1 +3
Effectif moyen annuel 221 233 239 234 248


Modifier

De 2004 à 2015, la société est commandite du Trophée de France (aussi appelé Trophée Éric Bompard), compétition internationale de patinage artistique et de danse sur glace[17].

De 2011 à 2016, elle fut également l'un des sponsors de la Solitaire du Figaro, course à voile dénommée un temps « la Solitaire du Figaro Éric Bompard Cachemire »[18], puis La Solitaire Bompard Le Figaro.

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles ou ouvrages classés par date de parution.

  • Rachel Pretti, « Trophée Éric-Bompard : quand le cachemire réchauffe la glace », L’Équipe,‎ (lire en ligne).
  • Nicole Vulser, « Le patron de Bompard fustige l'absence de "cadre social et fiscal" en France », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Marie Adam-Affortit, « Eric Bompard. Ses cachemires nous rendent chèvres », Paris Match,‎ (lire en ligne). | numéro=252
  • Vicky Chahine, « L'étole de mer », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Hélène Lepelletier, « Ces PME qui misent gros sur la Solitaire du Figaro », Entreprendre,‎ , p. 74-78 (lire en ligne).
  • Nicole Vulser, « Après s'être démocratisé, le cachemire pourrait redevenir un bien de luxe », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Audrey Levy, « L'étoffe des Bompard », Le Point,‎ (lire en ligne).
  • Sophie Péters, « Les cachemires Bompard, objets de convoitise », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  • Rédaction Le Point (2), « Bompard sur les Champs », Le Point,‎ (lire en ligne).
  • Rédaction Le Point (1), « Éric Bompard. Le bon filon du roi du cachemire », Le Point,‎ (lire en ligne).
  • Séverine Leboucher, « Éric Bompard, une alliance franco-chinoise réussie », Le Journal du Net,‎ (lire en ligne).

Sources sur le webModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier