Ouvrir le menu principal
Eric Alary
Biographie
Naissance
à Cosne-sur-Loire (58)
Nationalité Drapeau : France Français
Thématique
Titres Docteur de Sciences Po Paris en histoire; Agrégé d'histoire; Chaire supérieure en CPGE littéraires
Profession Historien, enseignant-chercheur
Employeur Education nationale
Intérêts Seconde Guerre mondiale, histoire de la Gendarmerie
Idées remarquables L'histoire du quotidien des Français
Œuvres principales
  • Mars 1942. Un procès sous l'occupation au Palais-Bourbon, 2000
  • L'Histoire de la Gendarmerie, 2010, 2011
  • La Ligne de démarcation, 2010
  • Dictionnaire de la France sous l'Occupation, 2011
  • La Grande Guerre des civils, 2013, 2016
Distinctions Chevalier de l'Ordre national du Mérite, Chevalier des Arts et Lettres, Officier des Palmes académiques
Membre de
  • Conseil d'administration du Centre européen de promotion de l'Histoire (Rendez-Vous de l'Histoire de Blois)
  • Président de l'Association des Professeurs d'Histoire-Géographie en Centre-Val de Loire
  • Académie de Touraine.

Éric Alary, né en 1969, est un historien et écrivain français, spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, de la vie des Français au quotidien (XXe siècle) et de l'histoire de la Gendarmerie.

BiographieModifier

Éric Alary, docteur-agrégé d'histoire (en 1996[1]), est spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, en particulier au sujet de la ligne de démarcation, mais aussi de l'histoire du quotidien des Français dans au cours des deux guerres mondiales[1],[2],[3], ainsi que de l'histoire de la Gendarmerie[4].

Il a été l'assistant de René Rémond[1] de l'Académie française, a enseigné au programme international de sciences politiques et sociales et au séminaire de DEA de René Rémond, aux Écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan[4] (2000-2001).

En 2003, il est professeur de Chaire supérieure en classes préparatoires littéraires aux grandes écoles (lettres supérieures, première supérieure: cours commun et option "Chartes"), à Poitiers (lycée Camille-Guérin) ; puis, depuis 2008, à Tours (lycée Descartes; lettres supérieures, première supérieure: cours commun et option "sciences humaines").

Il a été chargé de cours à l'Institut d'études politiques de Paris (cycle ibéro-américain) de 2004 à 2010.

Ancien chercheur associé au Centre d'histoire de Sciences Po Paris de 1996 à 2014, il a dirigé la collection « Histoire et Mémoire » au Centre national de documentation pédagogique de 2010 à 2014.

il est chercheur associé au Centre de recherches historiques sur les sociétés et cultures de l'Ouest européen (CRHISCO) de l'université Rennes 2 depuis 2001.

Il est membre du conseil d'administration du Centre européen de promotion de l'Histoire à Blois[5] et président de l'Association des professeurs d'histoire-géographie de Centre-Val de Loire depuis 2011.

DécorationsModifier

OuvragesModifier

  • Le canton de Bléré sous l'occupation : une position unique en France, Paris, Office d'édition et de diffusion du livre d'Histoire, coll. « Monographies des villes et villages de France », , 258 p. (ISBN 2-84126-039-9).
  • Mars 1942 – Un procès sous l’Occupation au Palais-Bourbon, Paris, Éditions de l'Assemblée nationale, 2000, préface de Jean-Pierre Azéma, 150 p.[6]
  • L'Histoire de la Gendarmerie – De la Renaissance au troisième millénaire (préface de René Rémond), Paris, Calman-Lévy, 2000, 286 p. ; réédition Perrin, collection « Tempus », 2011.
  • La Ligne de démarcation, Perrin, 2003, 432 p. ; réédition Perrin, collection « Tempus », 2009.
  • Avec Christophe Bousquet, La Gendarmerie nationale – Regards sur un siècle d'images, Paris, Le Cherche-Midi, collection « Documents et Guides », 2001, 95 p.
  • Avec Jean Vavasseur-Desperriers, Gilles Richard, Jacqueline Sainclivier et Philippe Nivet, La Recomposition des droites en France à la Libération 1944-1948, Presses universitaires de Rennes, collection « Histoire », 2004, 389 p.
  • Avec Gilles Gauvin et Bénédicte Vergez-Chaignon, Les Français au quotidien 1939-1949, Paris, Perrin, 2006, 850 p. ; réédition Perrin, collection « Tempus », 2009.
  • Direction d'ouvrage (avec Jean-Marie Augustin et Jean-Paul Bouchon et Lise Burnol, Patrick Brunet, Pierrick Hervé, Gilles Gauvin), Les Grandes affaires criminelles en France, La Crèche, Geste éditions, 2007, 273 p.
  • Avec Bénédicte Vergez-Chaignon, Il était une fois les Français des années 1940, Geste éditions, 2010.
  • L'Exode – Un drame oublié, Paris Perrin, 2010 ; réédition Perrin (édition revue et augmentée), collection « Tempus », 2013, 764 p.[7]
  • Avec Bénédicte Vergez-Chaignon, Dictionnaire de la France sous l'Occupation, Larousse, 2011.
  • Histoire de la gendarmerie, Perrin, coll. « Tempus », 2011.
  • Avec Bénédicte Vergez-Chaignon, Il était une fois les Français des années 1950, Geste éditions, 2013.
  • La Grande Guerre des civils, Paris, Perrin, 2013, 425 pages.
  • La Seconde Guerre mondiale en France, Geste éditions, collection "Tout comprendre", 2016, 50 pages.
  • L'Histoire des Paysans français, Perrin, collection "Pour l'Histoire", 2016, 395 pages.
  • Histoire de la Loire, Geste éditions, 2016.
  • Il y a 50 ans...Mai 68, Larousse, 2017.
  • La Grande Guerre des civils, Perrin, "Tempus", 2018.
  • Les objets cultes, Larousse, 2018.
  • Histoire des paysans français, Perrin, collection "Tempus", 2019.
  • Nouvelle Histoire de l'Occupation, Perrin, 2019.

Collaborations à des ouvrages collectifsModifier

  • « Les années noires du maintien de l'ordre : l’exemple de la Gendarmerie nationale, entre omnipotence allemande et emprise de la Milice », dans Stefan Martens (de) et Maurice Vaïsse, Frankreich und Deutschland im Krieg (November 1942-Herbst 1944) : Okkupation, Kollaboration, Résistance, Bonn, Bouvier Verlag, 2000, 944 p., p. 556-572.
  • « La ligne de démarcation, une « frontière » économique ? », dans Olivier Dard, Jean-Claude Daumas et François Marcot, L'Occupation, l'État français et les entreprises, Paris, ADHE, 2000, 487 p., p. 53-67.
  • Avec Dominique Veillon, « Caluire : un objet d'histoire entre mythe et polémique », dans Jean-Pierre Azéma (dir.), Jean Moulin face à l'Histoire, Paris, Flammarion, 2000, 418 p., p. 184-194.
  • Avec Dominique Veillon, « L'après-guerre des femmes françaises : 1947, un tournant ? », dans Serge Berstein, Pierre Milza (dir.), L'Année 1947, Paris, Presses de la FNSP, 2000, 531 p., p. 487-511.
  • , "Les ADP sous l'occupation: la poursuite de l'action sociale du PSF" , dans Serge Berstein (direction), Le PSF, un parti de masse, CNRS éditions, 2016.
  • La politique sportive et l'éducation physique sous l'occupation, Insep éditions, 2018 (avec Marianne Lassus, "Le commissariat Pascot"; direction de l'ouvrage: Jean-Pierre Azéma).
  • Les générations historiennes, CNRS éditions, 2019 (sous la direction de Jean-François Sirinelli).

ArticlesModifier

  • « Les Juifs et la ligne de démarcation (1940-1943) », dans Survivre à la Shoah : exemples français, Paris, Les Belles Lettres, Les Cahiers de la Shoah, 2001, no 5, p. 13-49.
  • « La ligne de démarcation, 1940-1944 : une frontière artificielle », dans Guerres mondiales et Conflits contemporains, avril-juin 1998, no 190, p. 7-28.
  • Il a collaboré à la rédaction de dossiers dans Le Monde Hors série, Télérama, Géo Histoire, Les Journaux de Guerreetc.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Xavier Renard, « Historien, Éric Alary raconte le quotidien des Français sous l’Occupation », sur la-croix.com, La Croix, (consulté le 28 juin 2015).
  2. Gilles Heuré, « L'Exode, Éric Alary », sur telerama.fr, Télérama, no 3150, 29 mai 2010, mise à jour le 18 septembre 2013 (consulté le 28 juin 2015).
  3. « Les civils, les oubliés de la Grande Guerre », sur ouest-france.fr, Ouest-France, (consulté le 28 juin 2015).
  4. a et b « L'activité scientifique – Éric Alary », sur chsp.sciences-po.fr, Science Po (consulté le 28 juin 2015).
  5. « Les rendez-vous de l'histoire – Alary, Éric », sur rdv-histoire.com (consulté le 28 juin 2015).
  6. Romain Rosso, « Les nazis au Palais-Bourbon », sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 28 juin 2015).
  7. « L'Exode, un drame oublié », sur histoire.presse.fr, L'Histoire, no 357, (consulté le 28 juin 2015), p. 107.

Liens externesModifier