Éragny-sur-Epte

commune française du département de l'Oise

Éragny-sur-Epte
Éragny-sur-Epte
La mairie.
Blason de Éragny-sur-Epte
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Intercommunalité CC du Vexin-Thelle
Maire
Mandat
Bernard Michalczyk
2020-2026
Code postal 60590
Code commune 60211
Démographie
Gentilé Éragniens
Population
municipale
599 hab. (2019 en diminution de 0,99 % par rapport à 2013)
Densité 70 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 18′ 58″ nord, 1° 46′ 29″ est
Altitude Min. 51 m
Max. 124 m
Superficie 8,53 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Chaumont-en-Vexin
Législatives 2e circonscription de l'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Éragny-sur-Epte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Éragny-sur-Epte
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Éragny-sur-Epte
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Éragny-sur-Epte
Liens
Site web https://www.eragny-sur-epte.fr/

Éragny-sur-Epte est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Éragniens.

GéographieModifier

DescriptionModifier

 
Ambiance de la commune : une rue.

Eragny-sur-Epte est une commune de la vallée de l'Epte et du Vexin français dans l'Oise, limitrophe de l'Eure, jouxtant au sud Gisors, situé à 10 km au nord-ouest de Chaumont-en-Vexin, 26 km au sud-ouest de Beauvais, 19 km au sud de Gournay-en-Bray et à 50 km au sud-est de Rouen.

Elle est desservie par le tracé initial de 'ancienne Route nationale 15 (actuelle RD 915) qui relie Gisors à Gourfnay-en-Bray, ainsi que par le Sentier de grande randonnée.

Eragny est limitrophe de la Normandie et du Vexin normand GR125.

Le terrain présente quelques côteaux à pente douce[1].

La commune est traversée par la gare d'Éragny - Bazincourt, sur la ligne de Saint-Denis à Dieppe, mais la gare la plus proche est celle de.Gisors. Elle est désservie en 2022 par la ligne d'autocars no 7100 Paris Gisors Serqueux Dieppe[2],[3].

Communes limitrophesModifier

HydrographieModifier

Éragny est traversée par l’Epte, un affluent de la Seine, qui est bordée de zones humides.

l’association « les Belles Farios » regroupe des pécheurs[4].

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[5]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[6].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[5]

  • Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,4 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 748 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,4 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[9] complétée par des études régionales[10] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Jamericourt », sur la commune de Jaméricourt, mise en service en 1990[11] et qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[12],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,8 °C et la hauteur de précipitations de 700,9 mm pour la période 1981-2010[13]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Beauvais-Tillé », sur la commune de Tillé, mise en service en 1944 et à 29 km[14], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[15] à 10,6 °C pour 1981-2010[16], puis à 11,1 °C pour 1991-2020[17].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Éragny-sur-Epte est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[18],[19],[20].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire regroupe 1 929 communes[21],[22].

Occupation des solsModifier

 
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (84,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (85,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (76,8 %), forêts (9,8 %), prairies (8 %), zones urbanisées (5,3 %), zones agricoles hétérogènes (0,1 %)[23].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[24].

Lieux-dits, hameaux et écartsModifier

La commune compte un hameau, Saint-Charles, au sud de la commune[25].

Habitat et logementModifier

En 2019, le nombre total de logements dans la commune était de 276, alors qu'il était de 263 en 2014 et de 251 en 2009[I 1].

Parmi ces logements, 86,6 % étaient des résidences principales, 1,8 % des résidences secondaires et 11,6 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 91,7 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 7,2 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Éragny-sur-Epte en 2019 en comparaison avec celle de l'Oise et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (1,8 %) inférieure à celle du département (2,4 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 80,8 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (81,3 % en 2014), contre 61,4 % pour l'Oise et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Éragny-sur-Epte en 2019.
Typologie Éragny-sur-Epte[I 1] Oise[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 86,6 90,4 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 1,8 2,4 9,7
Logements vacants (en %) 11,6 7,1 8,2

ToponymieModifier

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Heriniacus au XIe siècle, du nom gallo-romain Herinius avec le suffixe acum, (domaine d'Herinius).

Le hameau de Saint-Charles porte le prénom du fondateur de la filatire de cotin qu'il y instale en 1825[26].

HistoireModifier

Sous l'Ancien Régime, la localité était propriété des princes de Conti[26].

En 1859, on comptait une manufacture de coton dénommée Saint-Charles, construite située entre Eragny et Gisors[1],[26]. A cette époque, « le manoir est détruit en' partie; des traces d'incendie subsistent dans le comble; ce qui reste est le principal corps de bâtiment de la ferme actuelle. Celle construction, avec tourelles octogonales, est entièrement en briques; on y voit deux escaliers en spirale se touchant, l'un spacieux, l'autre petit, et long deux remarquables par la confection et la solidité des voûtes qui sont aussi en briques[26] ». Les habitants soient travaillaient alors à la filature, soit avaient une activité agricole[26].

La commune a été desservie par la ligne de Saint-Denis à Dieppe à partir de 1870, facilitant les déplacements des personnes et la desserte des usines et fours à chaux du secteur.

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Rattachements administratifsModifier

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1802 du canton de Chaumont-en-Vexin[27]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électorauxModifier

Pour les élections départementales, la commune est membre depuis 2014 d'un nouveau canton de Chaumont-en-Vexin

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de l'Oise.

IntercommunalitéModifier

Éragny-sur-Epte est membre de la communauté de communes du Vexin-Thelle, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 2000 et auquel la commune a transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[28]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1962   Émile Delafolie    
avant 1981   Louis Letierce    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mai 2020 Didier Masurier[29]   agriculteur
mai 2020[30] En cours
(au 19 juillet 2022)
Bernard Michalczyk    

Équipements et services publicsModifier

 
L'ancienne école en 2014.

EnseignementModifier

Les enfants de la commune sonts scolarisés à l'école de Sérifontaine, qui offre un service d'accueil périscolaire et de cantine[31].

Petite enfanceModifier

Une maison d'assistantes maternelles a été inaugurée en 2021[32].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[33]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[34].

En 2019, la commune comptait 599 habitants[Note 8], en diminution de 0,99 % par rapport à 2013 (Oise : +1,72 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
226276318316495560563600572
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
569565513477480467524492525
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
536617615568630480405437449
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
450475461508542552558564586
2014 2019 - - - - - - -
608599-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 33,8 %, soit en dessous de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 25,9 % la même année, alors qu'il est de 22,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 308 hommes pour 294 femmes, soit un taux de 51,16 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,89 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[36]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ou +
1,0 
2,9 
75-89 ans
5,1 
21,6 
60-74 ans
20,8 
20,9 
45-59 ans
24,9 
17,6 
30-44 ans
17,4 
16,3 
15-29 ans
12,3 
20,3 
0-14 ans
18,4 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2018 en pourcentage[37]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,3 
75-89 ans
7,5 
15,1 
60-74 ans
15,8 
20,9 
45-59 ans
20,1 
19,5 
30-44 ans
19,4 
17,9 
15-29 ans
16,5 
20,8 
0-14 ans
19,4 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • L'atelier de Camille Pissarro, qu'il occupe de 1884 jusqu'à sa mort, est une propriété privée qui ne se visite pas[25].

.

  • L'église Saint-Martin d'Éragny-sur-Epte, marquée par son clocher particulièrement aigu. L'édifice souvent réparé remonte pour l'essentiel au XIIe ou au XIIIe siècle et a été remanié au XVIe siècle avec la création d'une chapelle seigneuriale, devenue aujourd'hui la sacristie, la réfection partielle des murs de la nef et la construction d'une nouvelle façade avec pignon en escalier.
    À l'intérieur, on remarque l’important maître-autel classique provenant sans doute d’un autre édifice religieux disparu[38]


Personnalités liées à la communeModifier

En 1884, Camille Pissarro s'y installe. Il y habitera jusqu'à sa mort à Paris en 1903. On lui doit de très belles œuvres impressionnistes et pointillistes dont Soleil de Printemps dans le pré à Eragny (1887), Le Pré à Eragny (1894). et Fenaison à Éragny (1901) (Ottawa, Musée des beaux-arts du Canada). Ses enfants y vécurent leur jeunesse avec lui, quatre d'entre eux, Lucien, Georges, Ludovic-Rodolphe et Paul-Émile y recevant l'influence paternelle qui décida de leur vocation d'artiste peintre.

On appelle d'ailleurs ces années dans la vie du peintre la « Période d'Eragny ».

En 1894 son fils Lucien appelle sa maison d'édition Eragny Press en hommage au village.


HéraldiqueModifier

  Blason
D’argent au lion de sable armé et lampassé de gueules, accompagné en chef à dextre d’une fleur de lys et à semestre d’une palette de peintre, à la champagne ondée le tout d’azur à la bordure de gueules
Ornements extérieurs
L’écu est surmonté d’une couronne de prince. Il est entouré d’épis de blé et il est soutenu d’un listel portant le nom ERAGNY sur EPTE en lettres de sable
Détails
Le lion de sable (noir) aux ongles et langue de gueules (rouge) représente la famille de Manneville, seigneur de la commune.
a fleur de lys, ainsi que la bordure de gueules (rouge) symbolise la famille Conti qui possédait le château, manoir des Princes de Conti. C’est aussi pour cette raison que le blason est surmonté d’une couronne princière.
Le champagne ondé (partie basse de l’écu) représente l’Epte. La couleur rouge de la bordure du Prince de Conti rappelle également la Normandie limitrophe et la couleur bleu (azur) de la fleur de lys et de la palette symbolise le Vexin Français.
Enfin, la palette de peintre est un hommage à Pissarro[25].
Le blason a été créé par l’Association héraldique et généalogique des Deux Vexins, puis approuvé par le conseil municipal du , puis enregistré ensuite par la préfecture de l’Oise le [25]

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : Éragny-sur-Epte, Paris, Éditions du Valhermeil, , 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 122-123

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • « Éragny-sur-Epte », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .


Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[7].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[8].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

Site de l'InseeModifier

Autres sourcesModifier

  1. a et b Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Chaumont, Oise, Beauvais, Achille Desjardins, (lire en ligne), p. 290-291, sur Google Livres.
  2. « Entreprises et mobilité », sur https://www.eragny-sur-epte.fr (consulté le ).
  3. Site Oise Mobilité
  4. Matthieu Le Tirant, « Oise. Les pêcheurs ont élu leurs dirigeants à Éragny-sur-Epte : Ils sont prêts à dégainer leurs cannes à pêche et à reprendre le chemin des rivières, désormais en ordre de bataille. », L'Impartial,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  6. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  7. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  8. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  9. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  10. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  11. « Station Météo-France Jamericourt - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  12. « Orthodromie entre Éragny-sur-Epte et Jaméricourt », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station Météo-France Jamericourt - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  14. « Orthodromie entre Éragny-sur-Epte et Tillé », sur fr.distance.to (consulté le ).
  15. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  17. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  18. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  20. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  21. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  24. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  25. a b c et d « Présentation », Vie municipale, sur https://www.eragny-sur-epte.fr (consulté le ).
  26. a b c d et e Jean-Baptiste Frion, Nouveau précis statistique sur le canton de Chaumont, Beauvais, Achille Desjardins, , 216 p. (lire en ligne), p. 139-140, sur Google Livres.
  27. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. « Les maires de Éragny-sur-Epte », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  29. Réélu pour le mandat 2014-2020 « Eragny-sur-Epte », Cartes de France (consulté le ).
  30. « Compte-rendu de la réunion du conseil municipal du mardi 26 mai 2020 à 20h00 » [PDF], Comptes rendus et arrêtés, sur https://www.eragny-sur-epte.fr (consulté le ).
  31. « Enfance et scolarité », Démarches, sur https://www.eragny-sur-epte.fr (consulté le ).
  32. Matthieu Le Tirant, « Oise. Une nouvelle maison dédiée aux assistantes maternelles à Eragny-sur-Epte : La structure a été mise au service des familles très récemment. », L'Impartial ,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  34. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  36. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Éragny-sur-Epte (60211) », (consulté le ).
  37. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Oise (60) », (consulté le ).
  38. Dominique Vermand, « Eragny-sur-Epte, église Saint-Martin : Diocèse : Rouen », sur Églises de l'Oise - art roman et gothique, (consulté le ).