En linguistique, l’équatif peut désigner :

L'équatif comme casModifier

Le cas équatif s'emploie dans certaines langues pour exprimer la comparaison, l'assimilation ou l'identité. Il est aussi appelé parfois comparatif.

En ossète, l'équatif est marqué par la terminaison -ау (prononcer [au]) :

фæт — flèche, фæтау — comme une flèche.
Ницы фенæгау йæхи акодта — litt. Rien voyant-comme soi-même fit (« [il ou elle] feignit de ne rien voir »)

En quechua, on utilise le suffixe -naw (variantes centrales) ou -hina (variantes périphériques) :

khuchi-hina-n mikhu-n — il mange comme un cochon[1].

L'équatif comme degré de comparaisonModifier

L'équatif peut aussi désigner un degré de comparaison de l'adjectif ou de l'adverbe : c'est alors un synonyme de comparatif d'égalité. Le terme est notamment employé dans la description des langues celtiques.

Sources et référencesModifier

  1. César Itier, Parlons quechua, L'Harmattan, 1997 (ISBN 2-7384-5602-2)

Voir aussiModifier

  • Liste de cas grammaticaux

Liens externesModifier