Épithète homérique

L’épithète homérique est un complément des noms propres dans les différentes épopées grecques antiques, en particulier les épopées d'Homère : l’Iliade et l’Odyssée.

FormesModifier

 
Apollon est dit ἀκερσεκόμης, « à la chevelure non coupée ». Iliade, XX, 39.

L'épithète la plus simple et la plus fréquente est l'adjectif δῖος / dîos, « divin » (le divin Hector par exemple), applicable sans distinction à tous les héros épiques. En effet, certaines épithètes peuvent être appliquées indifféremment à plusieurs personnes : Diomède (par exemple Il., VI, 12) comme Ménélas (par exemple Od., XV, 14) sont dits « au puissant cri de guerre » (βοὴν ἀγαθός / boḕn agathós). En revanche, d'autres sont personnelles : seul Zeus est dit « porte-égide » (αἰγίοχος / aigíokhos), seul Achille est dit « aux pieds légers » (πόδας ὠκύς / pódas ōkús) et seule Athéna est dite « aux yeux pers » (γλαυκῶπις / glaukôpis). Seuls Ulysse et Priam[1] sont dits « au grand cœur » (μεγαλήτωρ / megalḗtōr), et Ulysse seul est aussi qualifié d'« aux mille ruses » (πολυμήτις / polumḗtis), « ingénieux » (πολυμήχανος / polumḗkhanos), « endurant » (πολύτλας / polútlas), « aux mille tours » (πολύτροπος / polútropos) ou « saccageur de villes » (πτολιπόρθιος / ptolipórthios). L'épithète peut également indiquer l'ascendance du héros : « fils de Pélée » (Πηληϊάδης / Pēlēïádēs) pour Achille, « fils d'Atrée » (Ἀτρείδης / Atreídēs) pour Agamemnon ou Ménélas, « fils de Laërte » (Λαερτιάδης / Laertiádēs) pour Ulysse. Certaines épithètes sont devenues des lieux communs, telle l'« Aurore aux doigts de rose » (ῥοδοδάκτυλος Ἠώς / rhododáktulos Ēṓs). Les formules "noms-épithètes" sont aussi très fréquentes. Le groupe nominal est au Nominatif et rempli alors le vers[2].

FonctionModifier

L'épithète homérique n'a pas pour seul but de caractériser le héros, mais elle fournit également des morceaux de vers tout préparés à l'aède, qui compose l'épopée à mesure de son chant. Ainsi, « le divin Ulysse l'endurant » (πολύτλας δῖος Ὀδυσσεύς / polútlas dîos Odusseús) constitue un hémistiche prêt à être combiné avec un hémistiche inventé ou même un autre hémistiche prêt à l'emploi — ainsi, de l'hexamètre ὣς φάτο, γήθησεν δὲ / πολύτλας δῖος Ὀδυσσεύς / hṑs pháto, gḗthēsen dè / polútlas dîos Odusseús (« à ces mots, fut rempli de joie / le divin Ulysse, l'endurant », Od., XIII, 250). Milman Parry, dans sa thèse sur l’Épithète traditionnelle dans Homère. Essai sur un problème de style homérique (1928), a été le premier à montrer le rôle de l'épithète homérique dans la mécanique du « style formulaire ». Ces recherches, qui mettent en évidence l'existence d'un système épithétique chez Homère, sont à l'origine de la théorie de l'oralité.

Notes et référencesModifier

  1. Homère, Iliade, XXIV, vers 117 et 145 par exemple.
  2. Milman Parry, L'épithète traditionnel dans Homère, Harvard university (lire en ligne)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) Adam Parry, The Collected Papers of Milman Parry, Oxford University Press, New York et Oxford, 1987 (ISBN 0-19-520560-X).
  • Milman Parry, L'épithète traditionnel dans Homère, Harvard Universtity, center for hellenic studies

Articles annexesModifier