Épinonville

commune française du département de la Meuse

Épinonville est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

Épinonville
Épinonville
Église Saint-Baldéric.
Blason de Épinonville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Verdun
Intercommunalité Communauté de communes Argonne-Meuse
Maire
Mandat
Noëlle Job
2020-2026
Code postal 55270
Code commune 55174
Démographie
Gentilé Épinonvillois, Épinonvilloises
Population
municipale
77 hab. (2019 en augmentation de 14,93 % par rapport à 2013)
Densité 5,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 16′ 39″ nord, 5° 04′ 52″ est
Altitude Min. 178 m
Max. 272 m
Superficie 14,06 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Clermont-en-Argonne
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Épinonville
Géolocalisation sur la carte : Meuse
Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Épinonville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Épinonville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Épinonville

GéographieModifier

Lieux-ditsModifier

Épinonville, Éclisfontaine, Ivoiry.

Cours d'eauModifier

  • Andon (rivière)
  • Liste des cours d'eau[1] :
    • 17402 Ruisseau de Baronvaux,
    • 17404 Ravin de Bouage,
    • 17405 Les Erables,
    • 17406 Ruisseau d'Exmorieux.

Communes limitrophesModifier

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Épinonville est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (95,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (95,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (60,6 %), prairies (31,9 %), forêts (4,3 %), zones agricoles hétérogènes (3,1 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

ToponymieModifier

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Budget et fiscalité 2014Modifier

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[9] :

  • total des produits de fonctionnement : 30 000 , soit 493  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 33 000 , soit 439  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 19 000 , soit 262  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 53 000 , soit 722  par habitant ;
  • endettement : 0 , soit 0  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 8,10 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 4,70 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 12,95 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 43,61 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 2003 mai 2020 Jean Trassart    
mai 2020 En cours Noëlle Job [10]   Ancienne agricultrice

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12].

En 2019, la commune comptait 77 habitants[Note 2], en augmentation de 14,93 % par rapport à 2013 (Meuse : −4,17 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
320340342377429440431421416
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
412411407401402397361365348
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
321322277195213187199175160
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
15113611011310076808067
2017 2019 - - - - - - -
7277-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

 
Chapelle Saint-Nicolas d'Ivoiry.
 
Chapelle Saint-Nicolas d'Ivoiry le clocher.
 
Vestiges de l'église Saint-Nicolas d'Ivoiry.

Lieux et monumentsModifier

  • Église Saint-Baldéric[15], la première début du XVIIe siècle détruite, remplacée par une nouvelle au XVIIIe siècle, restaurée après 1918.
  • Chapelle Saint-Nicolas d'Ivoiry, la cloche de 1924 est offerte par madame Ditson de New-York en souvenir du colonel américain Frédérick Gabbaith du 147e régiment d'infanterie est blessé à Ivoiry.
  • Vestiges de l'église Saint-Nicolas d'Ivoiry, détruite par un ouragan en 1974.
  • Monument aux morts[16],[17].

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason
Chapé ondé : au 1) De gueules au rameau d'aubépine tigé et feuillé d'or, fleuri d'argent au bouton d'or étoilé entouré de dix losanges de gueules, accompagné d'un chevronnel ondé d'or haussé jusqu'au trait de partition; au 2) d'azur, chargé à dextre d'un loup ravissant d'argent contourné et à senestre d'un lion du même à queue fourchue ;
Détails
Création de R.A. Louis et D. Lacorde avec les conseils de la Commission Héraldique de l'UCGL. Adoptée en avril 2012.
Éclisfontaine
  Blason
De gueules au loup ravissant d'argent surmonté à dextre d'un besant d'or chargé d'un tourteau d'azur plus petit et à senestre d'une fontaine héraldique d'azur traversée de deux sources d'argent et bordée d'or. [18]
Détails
Création Robert André Louis, Dominique Lacorde. Adopté en avril 2012 en même temps que celui de la commune dont ce village fait partie.
Ivoiry
  Blason
D'azur au lion d'argent à la queue fourchue, armé et lampassé de gueules, surmonté à dextre d'une mitre et à senestre d'une cloche, les deux d'or; le tout enfermé dans un orle ondé en filet du même. [19]
Détails
Création Robert André Louis, Dominique Lacorde. Adopté en avril 2012 en même temps que celui de la commune dont ce village fait partie.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

  1. Annexe de l'arrêt n°2010-0013 du 21-01-2010 relatif à la liste des cours d'eau à prendre en compte dans le département de la Meuse, des bonnes conditions agricoles et environnementales (BCAE)
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Les comptes de la commune
  10. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  15. Qui était Saint Baldéric ?
  16. Synthèse des relevés - Épinonville
  17. (Cimetière communal
  18. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=8034
  19. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=8033