Épictétos

peintre grec de vases
Épictétos
Palaestra scene Louvre G7.jpg
Biographie
Époque
Domicile
Activités
Peintre sur vases à figures rouges, peintre de vases attiqueVoir et modifier les données sur Wikidata

Épictétos (en grec ancien : Ἐπίκτητος) est un peintre de vases grec actif à Athènes dans le dernier quart du VIe siècle av. J.-C., entre et  ; ses premières œuvres relèvent de la période de transition de la céramique bilingue, alliant l'ancienne technique de la céramique à figures noires et la nouvelle technique de la céramique à figures rouges, mais il est l'un des peintres importants de la période de la céramique à figures rouges. Il a peint surtout des récipients de petite taille : coupes, bols, assiettes, ou vases peu profonds comme les kylix.

ŒuvresModifier

On conserve d'Épictétos une quarantaine d'oeuvres avec sa signature (Épiktétos égraphsen soit « Épictétos a peint ») et 164 autres vases lui sont attribués[1].

Il travaille pour divers potiers : Andokidès[2], Hischylos, l'atelier de Nicosthénès et Pamphaios ; il a signé une assiette votive en tant que peintre et potier (Épiktétos épo[iésen] = a fait égraphsen = a peint), ce qui indique qu'il exerçait les deux activités.

Épictétos est considéré comme un maître de l'image circulaire et peint surtout l'intérieur des coupes, notamment des « coupes à yeux », ainsi désignées en raison de la présence, à l'extérieur, de deux yeux peints qui ont vraisemblablement une valeur apotropaïque. Ses céramiques dites « bilingues » sont peintes à l'intérieur en figures noires, l'extérieur de la vasque étant décoré en figures rouges.

Il a peint peu de scènes mythologiques (Thesée affrontant le Minotaure[3] ; un fragment d'une coupe à figures rouges lui est attribuée et représente Hermès, Apollon et Artémis[4],[5]) ou de grandes compositions ; il représente surtout des scènes de la vie quotidienne (archer, guerrier à cheval, personnages dans un banquet, sculpteur au travail[6]), ainsi que des scènes érotiques, avec la représentation d'hommes ou de satyres ; dans la plupart de ses œuvres ne figurent qu'un ou deux personnages[1]. Ses figures témoignent d'une grande plasticité et d'une maîtrise du dessin[7].

RéférencesModifier

  1. a et b Dimitris Paléothodoros 2004.
  2. Marianne Pécasse, Recherches sur l'atelier d'Andokidès : transmission de modèles et circulation d'artisans, thèse de doctorat, sous la direction de Francis Croissant, Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2001.
  3. Dimitris Paléothodoros 2004, p. 18.
  4. Jean-Jacques Maffre, « Céramique attique à décor mythologique trouvée à l’Artémision de Thasos », Bulletin de correspondance hellénique, 1979, p. 11-74.
  5. Dimitris Paléothodoros 2004, p. 153.
  6. Dimitris Paléothodoros 2004, p. 209.
  7. (en) John Beazley, Attic red-figure vase-painters, Oxford, Clarendon Press, 1963, p. 70–79.
  8. « Vase - assiette attique à figures rouges - Épictétos - peintre », sur https://agorha.inha.fr/.
  9. « Plat, "Comaste" (De Ridder.510) », sur http://medaillesetantiques.bnf.fr.
  10. « Vase - plat attique à figures rouges - Épictétos - peintre », sur https://agorha.inha.fr/.
  11. John Beazley, Attic Red-Figure Vase-Painters, Oxford, 1963, p. 72.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (de) John Boardman, Rotfigurige Vasen aus Athen. Die archaische Zeit (Kulturgeschichte der Antiken Welt. vol. 4), Mayence, Philipp von Zabern, 1994 (ISBN 3-8053-0234-7), p. 64–66.
  • Dimitris Paléothodoros, Épictétos, Louvain, Peeters, coll. « Collection d'études classiques » (no 18), , 217 p. (ISBN 978-90-429-1397-4, lire en ligne).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier