Ouvrir le menu principal

Énergie en Pologne
Image illustrative de l’article Énergie en Pologne
La centrale thermique de Dolna Odra en Pologne.
Bilan énergétique (2016)
Offre d'énergie primaire (TPES) 99,3 M tep
(4 157,8 PJ)
par agent énergétique charbon : 49,5 %
pétrole : 26,4 %
gaz naturel : 14,7 %
bois : 8,2 %
électricité : 1,5 %
Énergies renouvelables 9,6 %
Consommation totale (TFC) 64,9 M tep
(2 718,5 PJ)
par habitant 1,7 tep/hab.
(70,8 GJ/hab.)
par secteur ménages : 30,4 %
industrie : 22,6 %
transports : 28,6 %
services : 13,1 %
agriculture : 5,4 %
Électricité (2016)
Production 166,64 TWh
par filière thermique : 85,9 %
éoliennes : 7,6 %
biomasse/déchets : 4,9 %
hydro : 1,6 %
autres : 0,1 %
Combustibles (2016 - Mtep)
Production pétrole : 1,03
gaz naturel : 3,55
charbon : 52,31
Réserves prouvées pétrole : 13 Mt[1]
gaz naturel : 100 Gm3[p 1]
charbon : 26,5 Gt[p 2]
Commerce extérieur (2016 - Mtep)
Importations électricité : 1,21
pétrole : 32,65
gaz naturel : 12,18
charbon : 5,04
Exportations électricité : 1,03
pétrole : 7,30
gaz naturel : 0,72
charbon : 10,84
Sources
Agence internationale de l'énergie[2]
NB : dans le bilan énergétique, l'agent "bois" comprend l'ensemble biomasse-déchets.

Le secteur énergétique polonais se caractérise avant tout par la prépondérance massive du charbon, qui en 2016 assurait 78,5 % de la production d'énergie primaire, 49,5 % de la consommation intérieure totale d'énergie primaire (contre 76,5 % en 1990) et 79,8 % de la production d'électricité (contre 96 % en 1990), avec en conséquence de fortes émissions de dioxyde de carbone : 7,63 tonnes de CO2 par habitant, supérieures de 75 % à la moyenne mondiale et de 22 % à celle de l'Union européenne, à comparer à l'Allemagne : 8,88 t/hab et à la France : 4,38 t/hab. Ces émissions ont reculé de 15 % entre 1990 et 2016.

La Pologne est au 1er rang européen et au 10e rang mondial pour la production de charbon et lignite en 2018 avec 1,2 % de la production mondiale, juste devant l'Allemagne : 1,0 %. Ses réserves de charbon se classent au 9e rang mondial avec 2,5 % des réserves mondiales.

La consommation intérieure totale d'énergie primaire de la Pologne par habitant était de 2,58 tep en 2016, supérieure de 39 % à la moyenne mondiale, mais nettement inférieure à celles de l'Allemagne : 3,77 tep/hab et de la France : 3,65 tep/hab.

La part de l'électricité dans la consommation finale d'énergie n'est que de 16,2 % en 2016 ; la production d'électricité provient pour 85,9 % des combustibles fossiles (79,8 % de charbon, 4,7 % de gaz naturel, 1,4 % de pétrole) et pour 14,1 % des énergies renouvelables : 7,6 % d'éolien, 4,8 % de biomasse, 1,6 % d'hydroélectricité, 0,1 % de solaire.

Afin de remplir ses engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre, la Pologne a engagé une politique de développement des énergies renouvelables, en particulier de la biomasse et des éoliennes, et se prépare à construire sa première centrale nucléaire.

Vue d'ensembleModifier

Principaux indicateurs sur l'énergie en Pologne[3]
Population[h 1] Énergie primaire Production Importations nettes Consom. électricité Émissions CO2
Million Mtep Mtep Mtep TWh Mt
1990 38,0 103 104 0,87 125 345
2000 38,3 89 79 10 125 290
2008 38,1 98 71 30 142 302
2009 38,2 94 67 30 137 291
2010 38,5 101 67 32 144 307
2011 38,5 101 68 35 148 303
2012 38,5 98 71 31 148 297
2013 38,5 98 71 26 150 292
2014 38,5 94 67 28 151 279
2015 38,5 95 68 29 154 283
2016 38,4 99 67 31 159 293
Var.1990–2016 +1 % -4 % -36 % +3463 % +27 % -15 %

La Pologne a connu une rapide amélioration de son efficacité énergétique après sa sortie du bloc soviétique : sa consommation d'énergie primaire a baissé de 14 % en dix ans (1990-2000), d'où une baisse de 16 % de ses émissions de CO2. Depuis 2000, la consommation et les émissions ont légèrement progressé, puis les émissions ont recommencé à reculer de 2011 à 2014 avant de remonter en 2015-16. La production d'énergie a baissé de 36 % en 26 ans ; les importations ont donc connu une véritable explosion et représentaient 31 % de l'approvisionnement total en 2016, malgré une relative stabilisation depuis 2010.

Production d'énergie primaireModifier

La Pologne est au 2e rang européen et au 9e rang mondial pour la production de charbon et lignite en 2017 : 127 Mt, soit 1,7 % de la production mondiale, juste derrière l'Allemagne, 8e mondial avec 175 Mt (2,3 %)[k 1].

Production d'énergie primaire en Pologne par source (Mtep)
Source 1990 % 2000 % 2010 % 2015 2016 % 2016 var.
2016/1990
Charbon 99,0 95,3 71,3 89,6 55,4 82,3 53,9 52,3 78,5 % -47 %
Pétrole 0,2 0,2 0,7 0,9 0,7 1,1 0,9 1,0 1,5 % +487 %
Gaz naturel 2,4 2,3 3,3 4,2 3,7 5,5 3,7 3,6 5,3 % +49 %
Total fossiles 101,5 97,7 75,3 94,7 59,8 88,9 58,5 56,9 85,3 % -44 %
Hydraulique 0,12 0,1 0,18 0,2 0,25 0,4 0,16 0,18 0,3 % +51 %
Biomasse-déchets 2,2 2,1 3,7 4,7 6,8 10,2 8,0 8,4 12,6 % +277 %
Éolien, solaire 0 3 0,004 0,17 0,2 1,0 1,2 1,8 % ns
Total EnR 2,35 2,3 3,9 4,9 7,3 10,8 9,2 9,8 14,7 % +316 %
Total 103,9 100 79,2 100 67,1 100 67,7 66,7 100 % -36 %
Source des données : Agence internationale de l'énergie[2]

CharbonModifier

 
Une production en déclin

Réserves de charbonModifier

Les réserves prouvées récupérables de charbon de la Pologne étaient estimées par BP[n 1] à 26,48 milliards de tonnes fin 2018 (20,54 Mds tonnes d'anthracite et de charbon bitumineux, et 5,94 milliards de tonnes de sub-bitumineux et de lignite), soit 216 années de production au rythme de 2018. Ces réserves classaient la Pologne au 9e rang mondial avec 2,5 % du total mondial[p 2].

Production de charbonModifier

En 2018, la production de charbon de la Pologne s'élevait à 47,5 Mtep, au 10e rang mondial avec 1,2 % du total mondial ; elle a reculé de 4,5 % en 2018 et de 22 % depuis 2008[p 3].

Consommation de charbonModifier

La consommation de charbon en Pologne s'est établie en 2018 à 50,5 Mtep, au 10e rang mondial avec 1,3 % du total mondial ; elle a progressé de 1,5 % en 2018 mais a reculé de 8,5 % depuis 2008. La consommation de charbon du pays dépasse sa production de 6 %[p 4].

Gaz naturelModifier

Réserves de gaz naturelModifier

Les réserves gazières prouvées de la Pologne étaient estimées par BP à 100 milliards de m3 fin 2018 (2,2 trillions US de pieds cubes), soit 16 années de production au rythme de 2018[p 1].

Production de gaz naturelModifier

En 2018, la Pologne a produit 4,0 milliards de m3 de gaz naturel, soit 3,4 Mtep (millions de tonnes équivalent pétrole), représentant 0,1 % de la production mondiale, en baisse de 1,5 % en 2018 et de 8 % depuis 2008[p 5].

Consommation de gaz naturelModifier

En 2018, la Pologne a consommé 19,7 milliards de m3 de gaz naturel, soit 17,0 Mtep (millions de tonnes équivalent pétrole), représentant 0,5 % de la consommation mondiale, en hausse de 2,9 % en 2018 et de 26 % depuis 2008. Sa production couvre seulement 20 % de sa consommation[p 6].

Importations de gaz naturelModifier

En octobre 2015, un terminal maritime de gaz naturel liquéfié (GNL) a été mis en service à Świnoujście, dans le nord-ouest du pays, en Poméranie occidentale, près de la frontière allemande. Il permet à la Pologne de s’approvisionner désormais par navires méthaniers auprès de nombreux pays tels que le Qatar ou le Nigeria. La Première ministre polonaise, Ewa Kopacz a déclaré : « La Pologne a atteint son but stratégique, nous sommes indépendants en matière de gaz » . La mise en exploitation du terminal GNL de Świnoujście réduira sensiblement le risque de pressions russes et permettra surtout à la Pologne de choisir en toute indépendance ses fournisseurs et de négocier librement les prix. Construit pour 720 millions €, le terminal aura une capacité de 5 milliards de m3 par an, soit un tiers du gaz consommé par la Pologne, dont environ 40 % provient de Russie. Le terminal permettra également d'approvisionner, via un gazoduc, les États baltes, dépendants de la Russie pour 30 % à 100 % de leurs achats de gaz, selon un protocole signé début octobre 2015 à Bruxelles ; l'Union européenne financera la moitié, soit 300 millions €, de ce gazoduc qui devrait être opérationnel en 2020[4].

Consommation d'énergie primaireModifier

La consommation intérieure totale d'énergie primaire de la Pologne par habitant était de 2,58 tep en 2016[k 2], à comparer avec la moyenne mondiale : 1,85 tep/hab, l'Allemagne : 3,77 tep/hab et la France : 3,65 tep/hab[k 3].

Consommation intérieure brute d'énergie primaire en Pologne par source (Mtep)
Source 1990 % 2000 % 2010 % 2015 2016 % 2016 var.
2016/1990
Charbon 78,9 76,5 56,3 63,2 54,7 54,3 48,3 49,2 49,5 % -38 %
Pétrole 13,0 12,7 19,2 21,5 25,4 25,2 23,3 25,8 26,0 % +98 %
Gaz naturel 8,9 8,7 10,0 11,2 12,8 12,7 13,8 14,6 14,7 % +64 %
Total fossiles 100,9 97,8 85,4 95,8 92,9 92,3 85,4 89,6 90,2 % -11 %
Hydraulique 0,12 0,1 0,18 0,2 0,25 0,2 0,16 0,18 0,2 % +51 %
Biomasse-déchets 2,2 2,2 3,7 4,2 7,3 7,2 8,3 8,2 8,2 % +266 %
Éolien, solaire 0 0,003 0,003 0,17 0,2 1,0 1,2 1,2 % ns
Total EnR 2,35 2,3 3,9 4,4 7,7 7,7 9,5 9,5 9,6 % +305 %
Solde exp.électricité -0,09 -0,1 -0,5 -0,6 -0,1 -0,1 -0,1 0,2 0,2 % ns
Total 103,1 100 88,8 100 100,4 100 94,9 99,3 100 % -4 %
Source des données : Agence internationale de l'énergie[2]

Consommation finale d'énergieModifier

La consommation finale d'énergie (après déduction des pertes de rendement et de transport) s'élevait en 2016 à 70,66 Mtep, dont 67 % de combustibles fossiles, 16,2 % d'électricité, 8,6 % de biomasse et 8,1 % de chaleur de réseau. Elle se répartissait en 20,7 % pour l'industrie, 26,2 % pour les transports, 27,9 % pour le secteur résidentiel, 12 % pour le tertiaire, 5 % pour l'agriculture et 8,1 % pour les usages non-énergétiques (chimie). Elle a progressé de 15 % entre 1990 et 2016 ; les progressions les plus rapides ont été celles des transports : +160 % et du tertiaire : +71 %, alors que la consommation de l'industrie a régressé de 36 %[2].

Secteur électriqueModifier

Puissance installéeModifier

Au 31/12/2016, la puissance installée totale des équipements de production d'électricité en Pologne atteignait 39 389 MW, dont 29 582 MW de centrales à combustibles fossiles (charbon : 18 161 MW, lignite : 8 590 MW, gaz naturel : 2 377 MW, pétrole : 310 MW) ; 1 398 MW de centrales de pompage-turbinage et 326 MW d'autres centrales non-renouvelables ; 8 083 MW de centrales à énergies renouvelables (hydraulique : 971 MW, éolien : 5 652 MW, biomasse : 850 MW, biogaz : 325 MW, solaire : 285 MW)[5].

Production d'électricitéModifier

Selon l'ENTSO-E, la production nette[n 2] d'électricité a atteint 157,7 TWh en Pologne en 2017, répartie en 83,7 % de combustibles fossiles (charbon : 46,7 %, lignite : 29,4 %, gaz : 6,2 %, pétrole : 1,4 %), 15,6 % d'énergies renouvelables (hydraulique : 1,6 %, éolien : 9,1 %, biomasse : 4,1 %, biogaz : 0,6 %, solaire : 0,1 %) et 0,3 % d'hydraulique non renouvelable (pompage-turbinage)[5].

Production brute d'électricité en Pologne par source (TWh)
Source 1990 % 2000 % 2010 % 2015 2016 % 2016 var.
2016/1990
Charbon 131,0 96,1 137,7 94,8 138,4 87,8 133,0 132,9 79,8 % +1 %
Pétrole 1,6 1,2 1,9 1,3 2,9 1,8 2,1 2,3 1,4 % +47 %
Gaz naturel 0,1 0,1 0,9 0,6 4,8 3,0 6,4 7,8 4,7 % x61
Total fossiles 132,7 97,4 140,5 96,8 146,1 92,7 141,5 143,1 85,9 % +8 %
Hydraulique 3,3 2,4 4,1 2,8 3,5 2,2 2,4 2,6 1,6 % -21 %
Biomasse 0,06 0,04 0,22 0,2 6,3 4,0 9,9 7,9 4,8 % x142
Déchets 0,2 0,15 0,33 0,2 0,07 0,04 0,07 0,2 0,1 % +11 %
Éolien 0 5 0,003 1,7 1,1 10,9 12,6 7,6 % ns
Solaire 0 0 0 0,06 0,1 0,1 % ns
Autres 0 0 0,08 0,1 0,12 0,07 0,04 % ns
Total EnR 3,6 2,6 4,7 3,2 11,5 7,3 23,5 23,6 14,1 % +560 %
Total 136,3 100 145,2 100 157,7 100 164,9 166,6 100 % +22 %
Source des données : Agence internationale de l'énergie[6]

Centrales thermiques classiquesModifier

 
Centrale thermique de Bełchatów ; photo : 30/10/2011.
 
Mine de lignite de Bełchatów ; photo : juin 2007.

La Centrale thermique de Bełchatów, dans la Voïvodie de Łódź, est la centrale thermique la plus puissante d'Europe et la 5e mondiale avec une capacité de 5 053 MW. Elle produit près de 20 % de l'électricité polonaise à partir de lignite. En 2011 a été mise en service une nouvelle unité supercritique de 858 MW, construite par Alstom[7] qui a aussi modernisé 12 turbines et a signé en 2012 un contrat pour réhabiliter 6 unités[8] ; des travaux de modernisation en cours porteront la puissance de la centrale à 5 474 MW d'ici 2015.

NucléaireModifier

Article détaillé : Programme nucléaire de la Pologne.

La Pologne envisageait en 2011 de se doter de deux centrales nucléaires de 3 000 mégawatts chacune d'ici à 2024[9] ; le programme a depuis lors pris du retard.

Le gouvernement polonais a officiellement adopté le 28 janvier 2014 son premier programme nucléaire : la première centrale, dotée de deux ou trois tranches, aura une puissance de 3 000 MW ; son coût est estimé entre 9,5 et 14,3 milliards d’euros ; les travaux devraient débuter en 2019 et elle devrait être mise en service en 2024. La construction de la seconde centrale ne devrait pas être lancée avant 2025, pour une mise en service en 2035[10],[11].

L'opérateur électrique polonais du projet PGE EJ1 a annoncé le 1er décembre 2015 que cinq consortiums ont affiché leur intérêt pour le prochain appel d'offres portant sur la construction de la première centrale nucléaire en Pologne : le français EDF/Areva, les nippo-américains GE Hitachi et Toshiba - Westinghouse, le sud-coréen Kepco et le canadien SNC-Lavalin Nuclear. La Pologne doit lancer, d'ici à la fin 2015, un appel d'offres pour une centrale nucléaire de 3 000 MW. Une liste resserrée à trois candidats doit être annoncée à la mi-2016[12].

Le ministère de l'Énergie a publié le 23 novembre 2018 un projet soumis à consultation publique, intitulé « Politique énergétique polonaise jusqu'à 2040 » (PEP2040), prévoyant la mise en service du premier réacteur d'ici 2033. L’objectif à moyen terme est d’atteindre 6 à 9 GWe de capacité nucléaire d'ici 2043, représentant environ 10 % de la future production d'électricité de la Pologne ; la part des énergies renouvelables atteindrait 21 % d'ici 2030[13].

ÉolienModifier

Article détaillé : Énergie éolienne en Pologne.

Transport d'électricitéModifier

Le réseau de transport électrique polonais est constitué de 12 692 km de lignes à haute tension, dont 114 km de lignes à 750 kV, de 4 677 km à 400 kV, de 7 901 km à 220 kV et de 27 km à 110 kV. Il possède également 274 km de lignes de moyen voltage et 380 000 km de lignes de bas voltage[14].

Échanges internationauxModifier

Le pays possède des interconnexions de son réseau électrique avec l'Allemagne, le Bélarus, la République tchèque, la Slovaquie, la Suède et l'Ukraine. Une connexion avec la Lituanie était en cours d'étude en 2002[14].

Le solde des échanges avec les pays voisins a été importateur en 2017 : 13 271 GWh d'importations et 10 984 GWh d'exportations, d'où un solde importateur de 2 287 GWh. Les principaux flux d'importation provenaient d'Allemagne : 7 340 GWh, de Suède : 3 125 GWh, d'Ukraine : 895 GWh et de Lituanie : 1 537 GWh, et ceux d'exportations allaient vers la République tchèque : 5 946 GWh et la Slovaquie : 4 372 GWh et la Lituanie : 495 GWh[5].

Structure du marché électriqueModifier

La principale entreprise du secteur énergétique polonais est la société publique Polskie Sieci Energetyczne (PSE), elle contrôle et gère notamment le réseau de transport. PSE produit environ 12 GW avec près de 5 millions de clients essentiellement dans la partie centrale et orientale du pays[15]. Viens, ensuite la société Koncern du Sud (PKE), crée en 2001, qui concentre son activité en Silésie.

Il existait après 1989, 35 entreprises de production et 33 compagnies de distribution d'électricité[15]. Cependant en 2006, il ne restait déjà plus que 7 sociétés de distribution[14].

L'auto-production d'électricité représente une puissance installée de 2 641 MW et produit 8 159 GWh par année, soit 7,7 % de la production d'électricité[14].

Consommation finale d'électricitéModifier

La part de l'électricité dans la consommation finale d'énergie de la Pologne était en 2016 de 16,2 %[2].

La consommation d'électricité par habitant en Pologne était de 4 141 kWh/hab en 2016[k 2], supérieure de 33 % à la moyenne mondiale : 3 110 kWh/hab, mais largement inférieure à celles de l'Allemagne (6 956 kWh/hab) et de la France (7 148 kWh/hab)[k 3].

La répartition par secteur de la consommation finale d'électricité a évolué comme suit :

Consommation finale d'électricité en Pologne par secteur (TWh)
Secteur 1990 % 2000 % 2010 % 2015 2016 % 2016 var.
2016/1990
Industrie 42,7 44,4 40,5 41,0 41,8 35,1 49,5 51,2 38,6 % +20 %
Transport 5,5 5,7 4,7 4,7 3,3 2,8 3,1 3,3 2,5 % -40 %
Résidentiel 20,2 21,0 21,0 21,3 28,6 24,0 28,3 28,9 21,8 % +43 %
Tertiaire 19,3 20,0 27,8 28,1 43,7 36,7 45,4 47,8 36,0 % +148 %
Agriculture 8,5 8,8 4,7 4,8 1,6 1,4 1,5 1,6 1,2 % -81 %
Total 96,2 100 98,6 100 119,1 100 127,8 132,8 100 % +38 %
Source des données : Agence internationale de l'énergie[6]

Réseaux de chaleurModifier

La chaleur issue des centrales de cogénération et des centrales de chaleur pure (chaufferies) et distribuée par les réseaux de chaleur représentait 5,67 Mtep en 2016, soit 8,0 % de la consommation finale d'énergie du pays, destinée pour 12 % à l'industrie, 69 % au secteur résidentiel et 19 % au tertiaire[2]. Elle était produite à partir de charbon pour 86 %, de pétrole pour 1 %, de gaz naturel pour 7 %, de biomasse pour 5 %, de déchets pour 0,5 % et d'autres sources pour 0,2 %. La production a décliné de 60 % entre 1990 et 2016 et la consommation de chaleur de 64 %, surtout dans l'industrie : -92 % et l'agriculture : -94 %, beaucoup moins dans le résidentiel : -33 % ; elle a par contre progressé de 35 % dans le tertiaire. La production de chaleur de la Pologne atteignait 292,8 PJ en 2016, au 7e rang mondial avec 2,0 % du total mondial, à comparer avec l'Allemagne : 469 PJ, la France : 180 PJ et la Russie, n°1 mondial : 5 374 PJ[6].

Politique énergétiqueModifier

Les questions énergétiques sont parmi les rares sur lesquelles les parlementaires polonais de tous bords parviennent à faire front commun. Favorables en grande majorité au développement du gaz de schiste, ils sont également réservés sur la politique de réduction des émissions de gaz à effet de serre[16].

La politique énergétique actuelle de la Pologne repose sur un document d’orientation publié en 2009 et élaboré avant la crise économique et financière ; il définit la trajectoire énergétique du pays jusqu’en 2030. Le principal objectif polonais est de réduire l’intensité énergétique au niveau de l’UE15 de 2005 et de limiter la consommation d’énergie : système de « certificats blancs », programme d’amélioration de l’isolation des habitations financé par les fonds européens. Le second objectif est de diversifier le mix énergétique actuellement dominé à 84 % par le charbon : afin d’assurer son approvisionnement en gaz naturel, la Pologne s’est lancé dans la construction d’infrastructure, dont un terminal GNL à la frontière avec l’Allemagne, afin de réduire sa dépendance au gaz russe (80 %) et d'augmenter les échanges avec l’Allemagne, dont provient 15,5 % de son gaz. La Pologne a prévu la construction de 2 centrales nucléaires d’ici à 2020, mais une seule pourrait être opérationnelle à l’horizon 2024. La Pologne souhaite développer les énergies renouvelables (EnR) à condition qu’elles soient fiables et peu chères. Afin de respecter les directives européennes, l’objectif polonais est d'atteindre une part de 15 % d’énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie en 2020 contre 11 % actuellement. A l’horizon 2030 la Pologne prévoit de produire 18,2 % de l’électricité à partir des EnR. Les principaux programmes portent sur les éoliennes, les centrales de cogénération charbon-biomasse et les panneaux solaires thermiques[17].

La « Politique énergétique de la Pologne jusqu'en 2050 » (PEP 2050) élaborée par le ministère de l'Économie donne la priorité à la sécurité des approvisionnements : assurer l'indépendance énergétique, grâce à un recours prioritaire aux ressources nationales, et notamment au charbon. Selon le scénario dit « équilibré » qui a la faveur du ministère de l'Économie, la houille et le lignite devraient continuer à occuper en 2050 une part majoritaire (autour de 60 %) dans la production nationale d'électricité et de chaleur, le reste étant assuré par des centrales nucléaires et au gaz ainsi que des EnR. Pour ces dernières, quel que soit le scénario retenu, la Pologne ne devrait guère aller au-delà des seuils minimaux fixés par l'UE. Le manque de bonne volonté en la matière se manifeste notamment par la mauvaise transposition de la directive de 2009 sur les EnR. Le gouvernement polonais, désireux de faire preuve d'une attitude constructive pendant les négociations sur les objectifs 2030 de l'Union européenne, a choisi de ne pas s'opposer à la cible de 40 % de réduction des émissions de gaz à effet de serre, tout en demandant des mécanismes de compensation. Ainsi, la Pologne a obtenu l’obtention jusqu'en 2030 de quotas d'émission gratuits pour son secteur énergétique dans le cadre du marché européen du carbone et pourra affecter une partie des recettes générées par ce système au financement d'investissements visant à améliorer l'efficacité énergétique et moderniser les systèmes énergétiques. La Pologne devra en effet compenser au cours des dix prochaines années la fermeture programmée de 5,2 GW de puissance installée sur un total de 38 GW, certaines centrales devant bientôt atteint leur limite d'âge tandis que d'autres sont considérées comme excessivement polluantes au regard des normes fixées par la directive européenne sur les émissions industrielles[18].

Le ministre de l’Énergie polonais a déclaré en septembre 2017 a déclaré qu’une fois que les entreprises énergétiques publiques auront terminé les trois projets en cours, aucun autre investissement dans le charbon n’était prévu et que la Pologne souhaite construire trois unités de centrale nucléaire à des intervalles de cinq ans, dont la première serait installée en 2029[19].

Impact environnementalModifier

Émissions de CO2Modifier

La prépondérance du charbon entraîne de fortes émissions de dioxyde de carbone : 293,1 Mt en 2016, soit 7,63 tonnes de CO2 par habitant[k 2], supérieures de 75 % à la moyenne mondiale : 4,35 t/hab et de 22 % à la moyenne de l'Union européenne : 6,24 t/hab[h 2], à comparer à l'Allemagne : 8,88 t/hab et à la France : 4,38 t/hab[k 3].

Évolution des émissions de CO2 liées à l'énergie
1971 1990 2016 var.
2016/1971
var.
2016/1990
var.UE
2016/1990
Émissions[h 3] (Mt CO2) 287,4 344,8 293,1 +2 % -15 % -20,7 %
Émissions/habitant[h 2] (t CO2) 8,76 9,07 7,63 -13 % -16 % -26,0 %
Source : Agence internationale de l'énergie
Répartition par combustible des émissions de CO2 liées à l'énergie
Combustible 1971
Mt CO2
1990
Mt CO2
2016
Mt CO2
% var.
2016/1990
var.UE
2016/1990
Charbon[h 4] 254,5 291,1 194,0 66 % -33,4 % -47,0 %
Pétrole[h 5] 21,4 33,5 67,3 23 % +101 % -17,1 %
Gaz naturel[h 6] 10,3 15,5 28,1 10 % +81 % +24,8 %
Source : Agence internationale de l'énergie
Émissions de CO2 liées à l'énergie par secteur de consommation*
Émissions 2016 part du secteur Émissions/habitant Émiss./hab. UE-28
Secteur Millions tonnes CO2 % tonnes CO2/hab. tonnes CO2/hab.
Secteur énergie hors élec. 19,0 6 % 0,49 0,40
Industrie et construction 69,4 24 % 1,81 1,55[n 3]
Transport 55,6 19 % 1,45 1,82[n 4]
dont transport routier 52,1 18 % 1,36 1,70
Résidentiel 87,7 30 % 2,28 1,40[n 5]
Tertiaire 50,5 17 % 1,32 0,91
Total 293,1 100 % 7,63 6,24
Source : Agence internationale de l'énergie[h 7]
* après ré-allocation des émissions de la production d'électricité et de chaleur aux secteurs de consommation

Le secteur du transport est nettement moins émetteur de CO2 que dans les autres pays européens ; ce sont surtout les secteurs résidentiel, industriel et tertiaire qui sont responsables des fortes émissions, le charbon étant prédominant aussi bien dans la production d'électricité que dans celle de chaleur.

Pollution atmosphériqueModifier

Un rapport publié en juin 2016 par WWF et trois autres ONG avec le soutien de l'Union européenne évalue à 22 900 décès prématurés les impacts de la pollution atmosphérique causée par les centrales au charbon de l'Union européenne en 2013, un bilan comparable à celui des accidents de la route : 26 000 décès. Les centrales polonaises à elles seules ont causé 5 830 décès prématurés, dont 4 690 décès dans les pays voisins, en particulier en Allemagne : 620 décès et en Italie : 430 décès, mais aussi en France : 160 décès[20].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. BP prend comme source le rapport 2019 du Federal Institute for Geosciences and Natural Resources allemand (BGR - Bundesanstalt für Geowissenschaften und Rohstoffe).
  2. production nette = production brute moins consommations des auxiliaires et autres consommations propres de la centrale.
  3. en France : 0,71 t/hab (16 %) ; en Allemagne : 2,75 t/hab (31 %).
  4. en France : 1,83 t/hab (42 %) ; en Allemagne : 2,03 t/hab (23 %).
  5. en France : 0,88 t/hab (20 %) ; en Allemagne : 2,16 t/hab (24 %).

RéférencesModifier

  1. p. 7
  2. a b et c p. 33
  3. a b et c p. 29-34
  1. tab.14
  2. a et b tab.18
  3. tab.2
  4. tab.3
  5. tab.4
  6. tab.5
  7. tab.9
  1. a et b p. 30
  2. a et b p. 42
  3. p. 44
  4. p. 45
  5. p. 32-33
  6. p. 34-35
  • autres références :
  1. (en) Bundesanstalt für Geowissenschaften und Rohstoffe - Agence Fédérale pour les Sciences de la Terre et les Matières Premières, « BGR Energy Study 2017 - Data and Developments Concerning German and Global Energy Supplies » [PDF], sur bgr.bund.de, (consulté le 26 juin 2018), page 116.
  2. a b c d e et f (en)Poland : Balances for 2016, site de l'Agence internationale de l'énergie, 21 septembre 2018.
  3. (en)Poland : Indicators for 2016, Agence internationale de l'énergie, 21 septembre 2018.
  4. Varsovie s’émancipe du gaz russe, Les Échos, 23 octobre 2015.
  5. a b et c Statistical Factsheet 2017, ENTSO-e, 4 mai 2018.
  6. a b et c (en)Poland : Electricity and Heat for 2016, Agence internationale de l'énergie, 21 septembre 2018.
  7. (en)858 MWe supercritical extension for Belchatow, site Alstom consulté le 25 novembre 2013.
  8. (en)Alstom wins contracts, worth around AUD 190 million, to retrofit 6 units at Belchatow, Poland, Europe’s largest fossil power plant, site Alstom consulté le 25 novembre 2013.
  9. Projet de centrale nucléaire en Pologne : la France avance ses pions Le Monde / AFP 11/10/2012
  10. La Pologne a adopté son premier programme nucléaire (2 février 2014), site L'énerGeek consulté le 14 février 2014.
  11. Le programme d’énergie nucléaire en Pologne, site Partenaire-Pologne consulté le 14 février 2014.
  12. Nucléaire : cinq consortiums postulent au futur appel d'offres en Pologne, Les Échos, 1er décembre 2015.
  13. La Pologne prête pour l'énergie nucléaire, SFEN, 3 décembre 2018.
  14. a b c et d http://www.iepf.org/reseaux/hydro_quebec/pays_et_entreprises/europe/pologne/pologne.html
  15. a et b http://www.regard-est.com/home/breve_contenu.php?id=613
  16. L’énergie, objet de consensus pour les élus polonais, Le Courrier de Pologne de janvier-février 2014.
  17. Politique énergétique de la Pologne – Les défis du mix énergétique actuel, Sciences Po, 9 septembre 2014.
  18. Politique énergétique: Pologne, quo vadis?, revue Regard sur l'Est, 21 janvier 2015.
  19. La Pologne veut soigner son addiction au charbon avec du nucléaire, Euractiv, 11 septembre 2017.
  20. (en)Europe's dark cloud, WWF, Climate action network, HEAL et Sandbag, juin 2016.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier